Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Observatoire

  • : wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • : observatoire de wikipedia qui se prétend une encyclopédie, sans spécialistes ni vérification d'experts, chacun peut écrire ce qu'il veut sous anonymat : une pseudo-encyclopédie où prospèrent la propagande et l'irrationnel. Blog de réflexion sur la culture
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • alithia
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.

Moteur De Recherche

Archives

8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 20:39

Pour les wikipédiens qui m'insultent et prétendent que je dis n'importe quoi, la dernière en date Serein qui répète les habituels stéréotypes bêtes fabriqués maison, voici une petite information.

 

 

 

 

J'ai déjà cité précédemment  plusieurs universités telles celle de Laval, Paris IV, Grenoble, La Sorbonne, qui, dans leurs recommandations aux étudiants pour apprendre à se servir intelligemment du net et de wikipedia, recommandent le présent blog (ce sont des articles anciens enfouis dans les archives que je ne vais pas citer), de même que diverses Académies , dans la même perspective d'un apprentissage d'un bon usage du net.

L'université de Rennes aujourd'hui recommande le blog, pour éviter les pièges de wikipedia. Voir ici.

 

 

 

Alithia

 


Repost 0
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 15:20

Il existe de nombreux cours sur internet dans toutes les disciplines : exemple de vrai travail fait par les profs mettant gratuitement à disposition du public un vrai savoir, à la différence de ce que fait wikipedia.

 

 

 

Ceci pour dire qu'un des mythes de wikipedia, anti-intellectualiste en diable, consiste à prétendre qu'elle participerait à la diffusion de la connaissance et du savoir par ses articles (mal rédigés, souvent faux voire carrément partisans) tandis que les intellectuels et profs n'auraient pour seul désir que de garder le savoir qu'ils possèdent pour eux-mêmes !

 

Je donne un exemple, qui a le mérite d'être  exact, à la différence de ce qu'il en est sur wikipedia et dont on conviendra qu'il est populaire, lisible, facile , mais clair et pertinent.

Je cite cet exemple d'un cours de philo comprenant des articles autrement plus pertinents que la plupart de ceux de wikipedia et en particulier celui-ci sur l'Inquisition  qui est d'une autre valeur que les rédactions partisanes réalisées par le-dit '"Michelet"  un catho fondamentaliste qui n'avait pour objet que de faire passer l'Inquisition pour un chemin de roses parsemé de quelques examens de conscience et prières en guise de pénitence. 

 

Bref, wikipedia non seulement trompe son public en prétendant être le seul véhicule gratuit de diffusion du savoir, mais plus grave encore, en lui proposant des articles de propagande.

 

Ce discours trompeur repose sur plusieurs idées fallacieuses et mensongères, profondément anti-intellectualistes :

- celle selon laquelle les intellectuels dont le travail et la fonction est la transmission du savoir et de la culture seraient en réalité des avares qui voudraient garder pour eux tout savoir et toute culture, par "élitisme"  (stupidité sans nom : le cinéaste ne voudrait pas que ses films soient vus, l'écrivain que ses livres soient lus par le grand nombre, les profs et autres savants et chercheurs n'aimeraient pas faire connaître et partager leur savoir et leur science ...! )

- celle selon laquelle il existerait un savoir et une science "officiels" : Staline pas mort !

- celle selon laquelle les intellectuels et savants sont inutiles pour rédiger une encyclopédie : le grand nombre des ignorants les remplace avantageusement.

- celle selon laquelle peu importe la qualité des textes mis en ligne et leur véracité (sur l'Inquisition on a eu un bel exemple de la manière dont wikipedia traite l'histoire, sur l'affaire Dreyfus aussi, sur Pétain également : des rédactions partisanes d'extrême-droite manifestement) pourvu qu'on ait l'ivresse de pouvoir se croire un rédacteur d'encyclopédie : on peut se passer des intellectuels, de leur évaluation et éventuelles validations.

 

 

Alithia

 

Repost 0
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 21:57
L'article précédent s'était mis à bafouiller , je reprends avec un titre corrigé. Une info mineure quoi qu'il en soit, juste pour dire que toutes les études sur wikipedia viennent en démenti de ce que racontent ses publicitaires et hagiographes que sont ses adeptes (qu'ils se nomment ou non wikipédiens).

Par ordre croissant d'importance :
- L'une explique que le niveau baisse, quant à la participation.

- L'autre que si les étudiants s'en servent, c'est de manière tout à fait pragmatique et sans lui accorder leur confiance : utile mais non fiable et tout à fait insuffisante. Elle n'est pas utilisée comme encyclopédie, pour reprendre son contenu puis l'enrichir en avançant dans  l'étude du sujet , mais juste pour se repérer. Pragmatiques les étudiants .  Ils y recourent pour gagner du temps : wiki-wiki c'est le plus rapide,  ce qui tombe immédiatement sous les yeux, qu'on parcourt pour ses références mais sans lui accorder une particulière fiabilité ni  s'illusionner sur son contenu qui ne mérite pas d'être repris (impossible de jamais le citer évidemment).

Un usage pratique et rapide, comme on consulte un dictionnaire : il est clair qu'on ne fait pas des recherches avec wikipedia,  ni même ses études.  On s'oriente seulement un peu grâce à elle pour les sujets auxquels on ne connaît rien du tout.  Eventuellement on trouve une bibliographie ou des références.  Puis on va chercher ailleurs les vrais documents et on commence à étudier mais une fois qu'on l'a laissée derrière soi.


- L'autre étude encore, plus approfondie et plus analytique s'occupe de la qualité de son contenu et établit sur de solides bases que celui-ci est et demeurera éloigné de ce qu'on entend par encyclopédie et de ce qu'on attend d'une encyclopédie . C'est l'étude de Paul Duguid, étude de wikipedia jugée par un universitaire.


Tout cela n'est pas vraiment pour nous étonner.



En revanche aujourd'hui la vraie nouveauté est que l'on apprend qu'on peut faire une thèse sur wikipedia en étudiant son  fonctionnement et ses consultations ed'un seul point de vue quantitatif. Une thèse sur le nombre de participants et le nombre de consultations.
ça alors ! Etonnons-nous  .


Donc une thèse (PhD) réalisée par un étudiant espagnol, Felipe Ortega aborde l'évolution de wikipedia, d'un simple point de vue quantitatif, ce qui limite le propos à la mesure de l'usage.
L'étude réalisée montre que les utilisateurs actifs diminuent, mais pas les consultations.



En résumé, quelques grandes tendances mesurées par cette étude  :


Moins de membres actifs. Sur les trois premiers mois de 2009, la version anglaise de Wikipédia a perdu environ 49 000 contributeurs

Moins de nouveaux utilisateurs.  voir une autre étude citée par le Wall Street Journal,

Moins de nouvelles pages.

Plus de débat. S'il y a peu de nouvelles pages, les discussions autour des pages existantes sont de plus en plus nombreuses [plus de débats, plus de disputes ?]

Plus de trafic. L'encyclopédie évolue moins vite aujourd'hui qu'il y a trois ans, mais la croissance de son audience se poursuit à un rythme soutenu.


Bon il n'y a pas de quoi tomber à la renverse, hormis à l'idée que ceci puisse constituer une thèse.

 

Wikipedia existe dans le paysage, et demain quoi ?



Alithia .

 


Repost 0
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 20:56
Un article du Monde intéressant qui rend compte de l'utilisation que les étudiants (Américains) font de wikipedia : car ils la trouvent pratique, pour gagner du temps, mais uniquement comme point de départ pour une recherche. Celle-ci est accomplie avec des sources plus sérieuses et universitaires, retour aux livres et aux articles. Et pour les sujets pointus, à 97% ils utilisent leurs cours de manière préférentielle.

Seuls 16% voient un avantage à l'écriture collective.  Dans l'ensemble ils ne lui accordent pas d'être digne de crédibilité, ils savent qu'il faut tout vérifier.

Les futurs ingénieurs recourent beaucoup plus à wikipedia que les étudiants en Lettres et sciences humaines.

Cela ne m'étonne pas.

Alithia
Repost 0
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 13:00
Wikipedia est nulle en sciences . Pas seulement en sciences. Pour moi elle est nulle dans tous les domaines mais c'est un wikipédien qui en témoigne, encore un, et pour lui c'est en sciences que la nullité est la plus manifeste puisqu'il a étudié les sciences.

Il s'agit de Poulpy, sur son blog Poulpy.blogspot  


Un truc qui m'étonne, sur fr:, c'est la nullité abyssale de tout ce qui concerne les sciences dures. Les articles sont indigents, les sujets fondamentaux à peine abordés. Si les geeks forment le gros des troupes de Wikipédia, il faut admettre que la geekitude et la formation aux disciplines scientifiques sont deux choses totalement distinctes.

C'était prévisible. La physique quantique, par exemple, est une discipline complexe qu'il est préférable d'avoir étudié sérieusement ne serait-ce que pour commencer à ne plus raconter de conneries à son sujet. Forcément, vu le mode de fonctionnement de Wikipédia, ça limite son développement.
Bref, les articles scientifiques de fr: sont nazes. Et à côté d'en:, ils font clairement pitié. À croire qu'ici, on n'est pas capable d'inciter les gens compétents à écrire  la-dessus.


Sans commentaires.

Il y a une suite, cependant, toujours sur le même blog :


" Si je résume les commentaires que j'ai reçu à propos ce post, reprend Poulpy, si les articles scientifiques francophones sont aussi nuls, c'est parce que l'anglais est la langue de communication dans ce domaine. Soit. Ça me semble en partie logique, mais en partie seulement : écrire un article encyclopédique, contrairement à ce qu'on entend souvent, ça n'a pas grand chose à voir avec la production d'un papier de recherche. Autrement dit, ce n'est pas parce que les chercheurs du monde entier doivent écrire en anglais pour leur boulot que les articles sur les sujets correspondants seront forcément mieux traités en anglais. En tout cas, pas directement. Certes, il y a un lien, ok. Certes, avoir un expert, c'est mieux pour rédiger un article. Mais supposer que les articles sur des sujets pointus sont rédigés par des chercheurs, des universitaires, bref des diplômés, des types qui savent de quoi ils parlent, d'expérience ça me semble douteux. Mais au final, y'a des chances que ça se vérifient quand même.

Si vous souhaitez faire rédiger un article d'encyclopédie sur un sujet, vous avez plusieurs options :
  • aller chercher un spécialiste pour ça ;
  • donner la possibilité à un spécialiste d'écrire l'article ;
  • autoriser tout le monde à écrire sur le sujet, en espérant que ça donnera quelque chose au final.
Le première méthode, c'est celle d'une encyclopédie classique et elle est évidente. La deuxième, l'approche Citizendium, en est l'adaptation avec les moyens actuels. La troisième, celle de Wikipédia, est la moins intuitive et nécessite d'avoir un gros parc de contributeurs pour produire quelque chose.

Conséquences :
  • Ce qui se développera le mieux, ce sera les articles non académiques. Wikipédia n'est pas l'encyclopédie des Pokémons pour rien.
  • Sur les sujets pointus, des tas de gens qui n'y connaissent rien vont écrire n'importe quoi avec applomb et ça découragera les types qui savent vraiment de quoi ils parlent (qui n'ont pas la possibilité de le prouver, vu la structure de Wikipédia).
  • Si vous voulez quand même rédiger des articles sur des sujets académiques qui ne soient pas ridicules aux yeux corps tout aussi académique, va falloir faire un effort pour attirer la main d'œuvre spécialisée. Et sur les sujets scientifiques, elle va aller écrire en anglais, visiblement."


Poulpy doit être un scientifique : il s'aperçoit de la nullité des articles de sciences exactes. Il s'imagine que c'est mieux en histoire. Grave erreur.

Serein qui apparemment étudie l'histoire dément. Et elle a raison de le faire car évidemment l'histoire n'est pas mieux traitée.



Je la cite, et lui dis :  ce que vous dîtes en réponse à Poulpy qui témoigne de ce que les articles de sciences exactes (il dit "dures") sont nullissimes sur wikipedia tandis qu'il s'imagine que c'est moins pire en histoire, ce que vous démentez et là je vous l'accorde et suis d'accord avec vous : en histoire aussi c'est nul.

citation de Serein en réponse à l'article ci-dessus :

"Poulpy, je ne crois pas qu'on puisse dire que l'histoire est mieux traitée que les sciences dures sur fr.

Simplement plus de gens se sentent "autorisés" à écrire dessus, et avec une bonne culture générale et les bouquins qu'il faut (et qui sont finalement assez facilement trouvables) on peut écrire un article correct.

De là à dire qu'ils sont bons... c'est une autre histoire."

sur Poulpy.blogspot

Tout à fait d'accord ajoutai-je : sur wikipedia les articles de sciences exactes font illusion auprès des non-spécialistes. On ne s'improvise pas mathématicien ou physicien et comme on n'y comprend rien on écrit que c'est bon, comme du moins l'ont fait de nombreux journalistes et la revue "Nature". Grave erreur, car les  articles sont nuls.  Même en sciences exactes .


Donc  c'est un lieu commun de dire que en sciences exactes, ça va. Lieu commun entretenu par ceux qui n'ont pas de formation dans ces disciplines et bien que j'ai publié de nombreux témoignages contraires, de mathématiciens, et que j'ai moi-même relevé que les dits "articles" de maths qui étaient exacts étaient des cours recopiés, plus exactement des polys de licence en mathématiques simplement reproduits donc absolument pas des articles d'encyclopédie . Cela parce qu'ils sont totalement illisibles pour un public non spécialiste, puisque dépourvu d'explications relevant de l'histoire des sciences et de l'épistémologie, soit les seules qui peuvent intéresser un public non doté d'une thèse en mathématiques et  lui permettre de comprendre et donc seule condition pour en faire  des articles d'encyclopédie.


Pour la physique idem. J'ai remarqué quelques bons articles, manifestement écrits par des profs (ou repris sans doute plutôt, de la même manière, à des cours et plutôt vraisemblablement des cours recopiés) mais de bons articles, lisibles et véritablement dignes d'une encyclopédie, pédagogiques, car ils comportaient  ces dimensions d'histoire des sciences et d'épistémologie sans lesquelles il n'y a pas d'exposition des sciences possible, ni qui aient un sens. Cela dit, ne nous emballons pas, ils se comptent sur les doigts d'une main.

Cependant  ce ne sont pas les jeunes wikipédiens lycéens ou geeks qui vont se lancer dans la rédaction d'articles de sciences exactes.  Quant aux profs et autres spécialistes on les cherche toujours sur wikipedia, comme j'ai eu l'occasion de le montrer et comme Wikimedia foundation le reconnaît.

Donc si en sciences exactes c'est nul, alors que ce ne peut être le premier ignorant venu qui se lance à rédiger des articles, on imagine ce qu'il en st pour le reste.


Dès qu'on approche des sciences de la vie et de la terre, déjà, n'importe qui se lance et s'autorise à raconter n'importe quoi. J'en ai  eu l'exemple avec Marvoir, sur Darwin et Pasteur. Le même Marvoir qui introduit des modifications antisémites sur wikipedia et m'injurie dès qu'il me croise (ce serait presqu'un honneur pour moi) est un cuistre, comme la plupart de ceux qui interviennent en sciences de la vie.

Et en sciences humaines et sociales, dont l' histoire, c'est  la même chose : n'importe qui s'autorise à recopier et accomoder à sa sauce, n'importe quoi, n'importe comment. Je dis bien recopier, c'est à dire piller et plagier (écrire, n'exagérons pas, ça ne s'appelle pas écrire), de sorte que c'est pire encore qu'en sciences exactes et que les profs dans ces disciplines, pleurent quand ils voient ce qui s'écrit dans cette encyclopédie catastrophique.


Je suggère donc à Serein d'en faire part à  D. Monniaux qui prétend qu'universitaires et chercheurs rédigent wikipedia et qui cherche désespéremment des approbations: avez-vous dit cela à D Monniaux au lieu de le flatter en le laissant croire que les articles de wikipedia , bien que nuls attireraient néanmoins
la sympathie des universitaires pour le projet comme vous le fantasmez (comment serait-ce possible qu'une encyclopédie aux articles nuls soit accueillie avec "sympathie" par des profs ? Qui croirait  une telle absurdité ? ).  Du moins, sympathie peut-être, à la limite peut-on admettre, mais si et uniquement s'il s'agit d'un projet vanté par la publicité wikipédienne,  à condition que les dits universitaires ne le connaissent pas et n'aient jamais lu ses articles. Dès lors qu'ils les auraient lus, ils ne pourraient que témoigner de leur nullité. Vous pensez bien que si les wikipédiens sont capables de s'apercevoir de la nullité de wikipedia, les universitaires aussi.

Wikipedia est nulle, c'est un secret de Polichinelle et Monniaux se ridiculise en prétendant le contraire. Mais pour lui il s'agit d'autre chose : c'est son pouvoir et son business. Imaginez-vous qu'il passerait à la télé s'il n'était pas "Monsieur wikipedia" son porte-parole quasi exclusif avec Anthère ? Wikipedia le fait exister, c'est bien d'autre chose dont il s'agit.


Repost 0
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 10:17
Un wikipédien qui ne doit pas connaître les règles du travail intellectuel non plus que les conceptions des universités, vis à vis de ce travail et de la recherche sur internet et leurs recommandations pour l'usage d'internet, contestait que les universités recommandent mon blog dans leurs conseils et consignes d'aide aux étudiants.

Après l'université de Laval, celle de Rennes , de Rouen, et d'autres encore que j'ai déjà citées, voir dans wikipedia et la question de l'éducation (paideia)   l'université de Paris IV aussi .

D'autres sites universitaires ou s'occupant de recherche en pédagogie ou encore de formation des étudiants à l'usage d'internet, citent
également le blog, auxquels ils se réfèrent pour l'étude de wikipedia qu'on y trouve.

Voir encore le site de l
'Académie de Versailles


Des sites de
bibliothécaires  également.


Alithia
Repost 0
29 juin 2008 7 29 /06 /juin /2008 10:02
De toutes parts, on trouve de plus en plus de dénonciations  de wikipedia et de ses effets de la part du monde enseignant . A travers le monde entier les professeurs observent avec inquiétude e phénomène wikipedia qui s'est emparé de la jeunesse. Cela  nous vient de Grande-Bretagne, d'Australie, d'Amérique (Etats-Unis) d'Ecosse, de partout en Europe. Les institutions universitaires et les professeurs le disent : le niveau tout à fait insuffisant et approximatif des articles de wikipedia vont à l'encontre de tout apprentissage  méthodologique. Wikipedia parasite la recherche, désapprend à chercher. Et  les résultats des études faites par des universitaires confirment toujours la même tendance  : attention wikipedia danger.

Les professeurs mettent en garde, interdisent de citer wikipedia . Wikipedia n'a pas le niveau suffisant pour être citée dans des travaux scolaire et encore moins universitaires.

Voir le blog  une série d'articles pécédents citant ces faits dans la série  wikipedia et la question de l'éducation.

La pratique du copiage se répand. Il paraîtrait que la majorité des étudiants y recourt . Cela devient un problème majeur.  L'usage abusif de wikipedia a tendance à faire baisser le niveau scolaire. Cela commence à se voir : wikipedia a des effets. Négatifs. Son contenu n'est pas fiable et elle incite à la facilité.

Voir cet article  : En Ecosse parents et enseignants s'inquiètent de la baisse de niveau des élèves,

" Addiction : Les élèves écossais trop dépendants de Wikipédia Et l'échec scolaire constaté cette année serait à rapprocher de l'utilisation abusive de l'encyclopédie... ou de leur paresse ?

Le Scottish Parent Teacher Council, haute autorité écossaise dans le domaine des parents d'élèves, a condamné la dépendance que les élèves entretiennent à l'égard de Wikipédia, ainsi que d'autres sources d'information en ligne.

Elkeanor Coner, fonctionnaire de l'information, a expliqué au Scotsman que les étudiants sont efficaces dès qu'il s'agit de manipuler un ordinateur et de réaliser des PowerPoint, mais qu'ils se changent en « déchets » (sic) dès lors qu'il s'agit de faire des recherches. Ils se contentent de piocher des informations en ligne et de les injecter dans leur propre travail.

Véracité des informations, la plus grande angoisse

« Cette situation devient dangereuse quand Internet est constellé d'opinions et d'informations inexactes et qui pourraient être prises au sérieux, pour des faits réels », a-t-elle ajouté.

D'ailleurs, en Écosse, le nombre d'élèves passant au secondaire a chuté cette année pour la première fois en quatre ans. Dans cette dépendance à Wikipédia, on retrouve avant tout une facilité de comportement qui vise à ne chercher qu'une source d'information, sans recouper ses résultats avec d'autres éléments. La dépendance n'est finalement pas imputable à l'encyclopédie, mais bien aux facilités qu'elle offre. "


source


On peut ajouter tout de même que, outre l'addiction qui relève de la facilité que crée wikipedia, son contenu, non fiable  mais présenté comme étant celui d'une encyclopédie,  incite à accepter des idées fausses  sans vérification . Aussi longtemps que wikipedia passera pour être une encyclopédie, les jeunes élèves et les moins jeunes se feront tromper.

Il est en tout cs significatif de voir qu'on a déjà atteint le stade d'une baisse de niveau des élèves, à force  d'abus de consultation de  wikipedia.


Alithia
Repost 0
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 12:34
C'est ce que constatent les études faites sur ce sujet.


Digital natives et (in)-compétences informationnelles

Recherche d'information : 7,67 sur 20 !

C'est la note moyenne en recherche d'information, établie pour les 1865 étudiants belges ayant répondu à l'importante l'enquête menée par le Groupe Edudoc et le Conseil Inter-Universitaire Francophone (CIUF). Les résultats de cette nouvelle enquête sur « L'évaluation des compétences documentaires des primo-arrivants », menée auprès de 35 établissements d'enseignement supérieur de Belgique, ont été présentés lors de la journée d'étude du 20 mai.
On trouvera un premier écho des résultats sur le blog Enseignons.be, qui les résume ainsi : « Les jeunes incapables de s'informer sur le Net ».


Conclusion certes brutale, mais qui ne surprendra nullement les formateurs en maîtrise de l'information, qui constatent tous les jours que familiarisation technique sur internet n'égale pas, comme par miracle, compétence informationnelle.


En revanche, étonnés par les compétences techniques des « digital natives » (pourtant loin d'être aussi développées), de nombreux enseignants et responsables éducatifs (du secondaire comme du supérieur) font encore l'impasse sur les compétences informationnelles, persuadés que les élèves et les étudiants savent désormais chercher seuls l'information, à partir du moment où ils interrogent le couple Google-Wikipedia."


= ce que déplorent  les auteurs de l'étude qui, au contraire en appellent à une formation.
Finalement les professeurs, d'après ces auteurs, seraient encore beaucoup trop optimistes quant à l'usage que peuvent faire les étudiants de la technique Google-Wikipedia.

Etude publiée sur le site URFIST




Repost 0
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 15:53
Un article du Soir Belge  tout à fait intéressant et à connaître. Il relate une étude universitaire faite auprès des étudiants afin de déterminer comment ces derniers utilisent internet . Une fois encore vient de l'université une mise en garde analysée, contre les effets négatifs d'internet dans son usage de masse.



photo A. Aubert l'Internaute

L'étude confirme que la quasi référence unique de l'utilisateur, même étudiant, se trouve du côté de Google et des grands sites populaires tels wikipedia. Les  étudiants  font un usage immodéré de l'internet de masse. Il en ressort bien évidemment que ce qui est le plus consulté, est l'inévitable tandem Google-wikipédia qui sont de fait les premiers sites concernés et que cela se fait au détriment des livres, d'une part, et des meilleurs documents que l'on peut trouver sur internet mais... il faut chercher et pour cela il faut savoir chercher.


Il s'agit d'une étude faite par l'ASBL Edudoc et le Conseil interuniversitaire francophone (CIUF) qui a été présentée dernièrement lors d'un colloque à l'Université de Gembloux.

Cette enquête sur l'effet de l'usage inconsidéré et mal maîtrisé d'internet par la jeune génération montre précisément que  la génération-internet ne sait pas se servir d'internet au sens où elle ne sait pas sélectionner, tirer, hiérarchiser, ni par conséquent trouver ce qui répondrait à des recherches faites dans le cadre d'études. Autrement dit elle vient confirmer avec des chiffres ce que les professeurs savaient déjà pour le constater quotidiennement : ce qui se gagne en quantité, se perd en qualité et une fois encore se vérifie l'adage rabelaisien : "mieux vaut une tête bien faite  qu'une tête bien pleine". Internet fournit la quantité, via Google-wikipedia. Mais seuls les usagers bien formés accèdent à des documents de qualité. Or cette génération qui s'est jetée sauvagement sur internet ne sait pas comment accéder aux documents de qualité, du fait de l'envahissement dans les meilleurs rangs des classements de Google de documents de piètre qualité tels ceux  que propose wikipedia.


Les lacunes méthodologiques des étudiants sont telles que les responsables de l'éude lancent une alerte  aux pouvoirs ayant en charge la responsabilité en matière d'enseignement et d'instruction : il aut apprendre aux étudiants à se servir de manière  intelligente et raisonnée, donc de manière critique  et sélective, des outils présents sur internet. Ils doivent apprendre à ne pas se laisser abuser par des sources non fiables , ce qui suppose d'apprendre à rechercher pour les privilégier les documents de qualité propre aux études.


Citation :
" Les étudiants qui arrivent dans l'enseignement supérieur, pourtant habitués à l'utilisation de Google, MSN et Myspace, affichent de profondes lacunes en matière de recherche documentaire et informationnelle, y compris via internet », indique une étude présentée mardi lors d'un colloque à l'Université de Gembloux, réalisée par l'ASBL Edudoc et le Conseil interuniversitaire francophone (CIUF). Les 1.865 jeunes qui ont répondu à l'enquête obtiennent une note moyenne de 7,67 sur 20, tandis que 93 % n'obtiennent pas la « satis ».

Contre toute attente, les résultats ne sont pas meilleurs chez les 94 % d'étudiants qui disposent d'une connexion internet à domicile. Au contraire, ceux-là se trompent plus lourdement. Des constats similaires avaient été posés au Canada, où l'enquête a été rédigée et appliquée une première fois. Les Canadiens obtiennent néanmoins des résultats légèrement supérieurs avec une moyenne de 8,97.


Parmi les défauts majeurs des jeunes (lire par ailleurs), les chercheurs épinglent surtout le recours prioritaire quasi systématique à internet, aux dépens des ressources traditionnelles de la bibliothèque. Or les étudiants manqueraient gravement d'esprit critique face au web et ne seraient pas compétents pour utiliser les moteurs de recherche.


« Il existe des outils de très haut niveau sur internet, mais il faut pouvoir les dénicher sans se laisser attirer par les fausses pistes », précise Paul Thirion, codirecteur de l'étude et président de la commission bibliothèque du CIUF. Une connaissance des bibliothèques est un atout pour naviguer sur la Toile : les performances des jeunes augmentent en fonction de leur fréquentation des centres de documentation.

[...]

Les ministres en charge de l'Enseignement vont être informés par les responsables de l'étude. « Nous plaiderons pour le renforcement des cours de recherche documentaire dans l'enseignement supérieur alors que nous ne sommes pas sûrs, actuellement, qu'ils seront maintenus, commente Bernard Pochet, codirecteur de l'étude et président de l'ASBL Edudoc. Nous souhaitons la généralisation des formations à la recherche documentaire dans l'enseignement secondaire. »




référence de l'article : Le Soir Belge



Alithia
Repost 0
6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 13:12
Un article  de   Bénédicte Fournier, dans Valeurs Actuelles, qui a pour titre, de manière éloquente  : Wikipédia. Le fast-food encyclopédique.

Elle présente ainsi wikipedia : "
Avec ses neuf millions d'articles, Wikipédia prétend que chacun peut être encyclopédiste. Au risque de remplacer le savoir structuré et réfléchi par les facilités du copier-coller. "


Il s'agit d'un article qui pointe quelques uns des principaux problèmes de wikipedia... relevés par les  professeurs, comme il se doit - du fait des ravages opérés par l'usage de wikipedia chez certains élèves à la tête pas encore bien faite, donc vulnérables et les paresseux adeptes du coupé-collé.


" C'est bien dans la constitution et la transmission des savoirs que Wikipédia introduit une révolution.

Enseignants et documentalistes s'en inquiètent :«La jeune génération a naturellement du mal à accepter qu'il y ait une hiérarchie dans le domaine culturel, constate Olivier Fressard, conservateur à la bibliothèque universitaire de Vincennes-Saint-Denis. En politique, j'approuve l'idée de démocratie participative. Mais la culture ne peut échapper à un principe aristocratique : il y a des talents plus grands que d'autres, des expertises plus valables que d'autres. Or Wikipédia gomme toute hiérarchie, efface le recul temporel qui permet de savoir ce qui s'élève au rang d'oeuvre d'art. »



Pour Joël Jégouzo, documentaliste dans un collège-lycée à Paris, Wikipédia induit des structures de pensée qui ne permettent pas de former des têtes bien faites : « Il faut élever l'enfant au-dessus de ses pensées les plus immédiates, or cet outil enferme justement dans l'immédiateté. C'est comme le Café du Commerce : ce n'est pas un lieu d'instruction. Une pensée, pour se construire, doit se déployer en rencontrant des obstacles. Sinon, elle ne peut pas mûrir. Sur ce site, la vérité apparaît sous les traits de l'opinion, la dernière émise, discutable selon des modalités et des critères qui satisfont l'affectivité. C'est une construction émotionnelle de l'espace intellectuel. »


Interdire ? Faire avec ? « Au collège, je l'autorise en l'encadrant, parce que les élèves sont au stade où ils apprennent la pensée des autres, mais, au lycée, les élèves doivent apprendre à penser, donc je l'interdis», explique Joël Jégouzo.


Philippe Edmond, professeur d'histoire-géographie en Île-de-France, l'autorise pour certaines recherches, mais il apprend d'abord à ses élèves «à croiser leurs sources », conscient qu'« une utilisation correcte de ce type d'outil demande un esprit structuré ». Le risque, sinon, est connu : c'est celui du copier-coller intégral de pages Internet grâce auxquelles l'exposé sur les Mérovingiens est bouclé en quelques minutes. C'est la victoire du rapide et de l'immédiat sur l'éducation mûrie par la réflexion."



D'où il ressort que, lorsqu'il est exigible de
penser un peu par soi-même, wikipedia doit absolument être bannie. Elle n'est acceptable que pour collecter quelques informations factuelles, sur des sujets dont on ignore tout . Elle convient aux ignorants pour une petite esquisse sur un sujet totalement inconnu. Mais dès qu'on a quelques notions, le niveau de ses articles n'est pas acceptable et il est impératif de passer à autre chose. Elle n'a pas le niveau  requis pour des études de base au lycée.


Mais on pourrait dire inversement, sans craindre le paradoxe,  que wikipedia n'est pas non plus à mettre entre les mains  innocentes de trop jeunes gens n'ayant pas encore l'esprit formé, et qu'elle devrait plutôt être réservée à ceux capables de la critiquer et d'en repérer les erreurs, dont elle ne risquera pas de déformer l'esprit avec son relativisme sans bornes et son refus de penser, d'interroger, de douter, principes stupides qui la caractérisent


Dans tous les cas wikipedia ne contribue pas à former l'esprit, tout au contraire, elle représente le triomphe de l'opinion, de l'approximation, de l'absence de démonstration, de rigueur. Wikipedia  n'es pas valable pour l'étude.

En somme, il n'y a rien à craindre de wikipedia quand on a déjà une solide formation universitaire , car on est alors capable de la critiquer, de trier, de ne pas adopter ses points de vue, de ne pas admettre ses simplifications abusives, de repérer  ses erreurs et d'en laisser bien plus qu'on en prend (par exemple ne s'en sevir que pour trouver des liens et des références bibliographiques, comme en témoignent certains élèves -plutôt que les étudiants, car à ce stade des études, wikipedia est en principe abandonnée, sinon repoussée, voire méprisée- qui s'en servent dans ce cas tout à fait intelligemment, c'est à dire de manière extrêmement sélective en ne retenant surtout pas les rédactions concoctées par wikipedia, mais la considéarant  comme une base de données ou un vaste catalogue d'une grande bibliothèque. Là, rien à dire. Wikipedia est utile, mais à condition de s'en tenir strictement à ces limites)


Il ne faut cependant pas oublier que, non seulement on ne consulte pas une encyclopédie pour la surveiller, y repérer les erreurs et la corriger, comme y invite wikipedia, mais pour s'y instruire et trouver ce que l'on y cherche en étant assuré que ce soit à peu près fiable dans l'ensemble.


Et de plus, il est incontestable que pour être capable de corriger par soi-même ce qui se donne comme "encyclopédie"  on admettra qu'il faut une excellente formation, de très haut niveau et assez vaste pour exercer ses cométences dans un grand nombre de disciplines. Ce qui est évidemment tout le contraire du profil de l'utilisateur lambda de wikipedia, comme de ses rédacteurs du reste, lagement incompétents, par rapport à ce qu'ils prétendent.

Et si seuls les professeurs les mieux formés et de plus haut niveau  et les chercheurs peuvent s'y laisser aller sans crainte,  -sauf qu'ils n'y trouvent aucun intérêt et n'ont aucune raison de la consulter- il évident que ce n'est ni le but, ni ainsi que ça fonctionne, puisqu'elle est largement populaire et tout le contraire d'élitiste.

En somme, il y a une contadiction  inhérente à wikipedia qui, à la limite, la rend passablement vaine .


Alithia


Repost 0