Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Observatoire

  • : wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • : observatoire de wikipedia qui se prétend une encyclopédie, sans spécialistes ni vérification d'experts, chacun peut écrire ce qu'il veut sous anonymat : une pseudo-encyclopédie où prospèrent la propagande et l'irrationnel. Blog de réflexion sur la culture
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • alithia
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.

Moteur De Recherche

Archives

11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 14:19

 

 

L'armée a soutenu le transfert de pouvoirs de Moubarak à Suleiman, ce qui a provoqué la colère du peuple. Elle a également annoncé, via son haut commandement, la levée imminente de l'état d'urgence et promis des élections libres, mais sans date.

 

Le peuple égyptien manifeste plus nombreux jamais pour une passation de pouvoirs à des hommes non compromis dans le système de la dictature installée par Moubarak. Un certain nombre de cadres intermédiaires de l'armée ont rejoint le mouvement de protestation qui réclame la fin de la dictature.

 

Obama déclare, après le discours de Moubarak que les changements doivent être réels, consistants et immédiats et tracer un chemin  "sans équivoque" vers la démocratie, tout en appelant à respecter les droits des Egyptiens et à éviter le violence, de tous côtés. Il signifie clairement que Moubarak doit accepter de démissionner.

 

Barack Obama, faisant suite au discours de Moubarak a fait un communiqué particulièrement clair  dans lequel il affirme que les Egyptiens doivent être entendus, ce qui n'a pas encore été le cas :   "le gouvernement égyptien doit tracer un chemin crédible, concret et sans équivoque vers une démocratie réelle, et (ses membres) n'ont pas encore saisi cette occasion", et que les promesses de changement doivent être effectives  : "Les Egyptiens ont reçu l'assurance qu'il y aurait une transition du pouvoir, mais il n'est pas encore évident que cette transition soit immédiate, significative ou suffisante" car "Trop d'Egyptiens restent incrédules sur le sérieux du gouvernement quant à une transition réelle vers la démocratie, et le gouvernement a la responsabilité de parler clairement aux Egyptiens et au monde entier".

 

Il a clairement insisté sur le fait que les Egyptiens doivent être respectés dans leurs droits  "la protection des droits fondamentaux de tous les ressortissants, une révision de la Constitution et d'autres lois pour démontrer que le changement est irréversible, et la mise en place conjointe d'une feuille de route claire vers des élections qui seront libres et justes"

 

Ces événements historiques auront un effet sur le cours du monde à l'avenir. D'une certaine manière la paix au Moyen-Orient dépend de leur issue, l'avenir du régime des mollahs d'Iran aussi. (en Iran une manifestation est envisagée par l'opposition,  représentée par Moussavi et Karoubi le 14 février, en solidarité avec les Egyptiens L'opposition est toutefois considérée par le pouvoir des mollahs comme une force séditieuse. Il est douteux que la manifestation soit autorisée).

 

 

A noter que durant ces 18 jours de rassemblements immenses et continus en Egypte, enchaînant avec les semaines de soulèvement en Tunisie, aucun slogan anti-israélien n’a été clamé par les manifestants ni en Tunisie ni en Egypte, aucun drapeau israélien ou américain n’a été brûlé. A noter l'omni-présence des drapeaux égyptiens et les slogans politiques, dominant largement la composante religieuse islamiste qui fait apparaître les Frères musulmans comme minoritaires et ne représentant aucunement une alternative. Les Egyptiens ne veulent pas plus de dictature militaire que de dictature religieuse. Ils veulent la liberté. Ils ont assez souffert et ont compris que le bien le plus précieux est la liberté qui ne se peut trouver en se jettant dans les bras des islamistes. L'Iran, d'une part, et al-Quaïda et  tous les réseaux terroristes islamistes acteurs d'attentats, ont servi de repoussoir aux peuples de culture musulmane.  Les soulèvements qui se déroulent ou s'annoncent comme possibles au Maghreb comme au Machrek reposent sur des motifs  sociaux et politiques et non religieux. Les peuples arabes aspirent à prendre en main leur devenir et leur histoire. Là est la révolution en cours.  De plus, outre toutes ces raisons, les femmes, comme les jeunes, ne sont pas susceptibles aujourd'hui d'un aveuglement tel qu'ils veuillent s'en remettre à un autre maître pire encore, quand les régimes islamistes ont montré leur vraie nature.

 

Chacun observe et suit avec une grande attention ce qu'il se passe en Egypte. Jordaniens, Yéménites, Syriens, Algériens... ( l'Algérie se prépare à braver demain l'interdit de manifester) tous les peuples arabes sont concernés* et sont dans l'attente avant de se lancer eux-mêmes éventuellement, car ce n'est pas le désir qui manque, dans des actions décisives. De même pour de nombreux pays du monde musulman auxquels la Tunisie et l'Egypte ont redonné l'espoir d'une émancipation.  Les peuples à travers le monde, y compris dans les dites "démocraties" occidentales affaisées admirent ces révolutions et le courage de peuples assoiffés de liberté tandis que nos dirigeants politiques n'ont aucun scrupule à se faire offrir des vacances de luxe en Tunisie, en Egypte, au Maroc (dans les  palais royaux du Maroc pour Sarkorzy, qui joue maintenant les père-la-morale vis à vis de ses ministres , ce que la presse française n'ose même pas dire).  

 

Le monde entier a les yeux rivés sur l'Egypte.  Pendant ce temps là Sarkozy monte sa petite mise en scène excluant les journalistes professionnels susceptibles de lui porter la contradiction ou de lui poser des questions gênantes, après avoir tenté de discréditer les magistrats et la Justice, les policiers, les enseignants, les syndicats représentant les travailleurs, les media et toutes les institutions et les contre-pouvoirs existant dans le pays, au premier rang desquelles la Justice afin d'étouffer les affaires d'Etat,  et de conflits d'intérêts qui concernent les ministres et  les affaires financières  (suppression du juge d'instruction et toutes les pressions du pouvoir politique sur la Justice et manipulations ).

 

14h30 : le départ de Moubarak à Charm-el-Cheik avec sa famille est annoncé.

17h : al-Jazeera annonce la démission de Moubarak. Explosion de joie dans tout le pays.

Moubarak a transmis ses pouvoirs à l'armée. Le Conseil supérieur des forces armées annonce prendre le pouvoir.

Un symbole s'effondre, le peuple a vaincu un premier obstacle.

Reste, une fois encore, la question de l'armée et ce que le peuple pourra obtenir d'elle, pour faire aboutir sa volonté.

 

 

 

Alithia

 

* Les Palestiniens quant à eux sont interdits de manifestations. Seuls les Arabes israéliens sont libres de manifester leur solidarité avec les Egyptiens. voir la dépêche AFP ici

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by alithia - dans politique
commenter cet article

commentaires

encre marine 12/02/2011 14:44



Sarkozy a attendu qu'Obama s'exprime pour répéter comme un petit élève conduit par son maître ce qu'il fallait dire, en nettement moins bien. Lui il souhaitait et était "de tout coeur" quand
Obama parlait de l'histoire qui est en train de se faire. Sarkozy a montré son néant politique, un peu comme les Européens du reste mais avec un très net temps de retard supplémentaire vu qu'il
était occupé à sa prestation TV pour vendre sa camelote à coups de phrases truquées, citations déformées, faits inventés et carréments mensongers .


 


Le personnage falot et phallo qui voudrait bien rattraper sa médiocrité par son autoritarisme.


 


 



Zardoz 12/02/2011 09:33



une analyse comparable à la votre sur lemonde.fr


http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/02/11/pensum-presidentiel_1478657_3232.html



alithia 12/02/2011 11:41



 


 


Les uns disent pensum, les autres mortel ennui, les autres Pinocchio (le menteur) et Rue89 relève les trucs pour embobiner son interlocuteur, la rhétorique
habituelle : populiste, l'appel à l'émotion, et les nombreux mensonges auxquels, évidemment, les non-professionnels n'ont pu apporter la contradiction -il faudrait avoir toutes les références en
tête.


 


Dans l'article que vous citez j'ai bien aimé la chute de l'article


"Déçu, Barack Obama appelait à une transition immédiate."


 


Cela vaut-il pour notre Pinocchio qui est très doué pour tourner le dos à l'histoire et a montré ce soir là comment il était empêtré dans son narcissisme tandis que
Moubarak parlait. Il a montré son indifférence à l'histoire et son incompréhension massive de celle-ci, ainsi que de la politique et même du sens de ses responsabilités .





On se demande s'il a conscience d'être un chef d'Etat, de la-dite 5° puissance du monde, quand on le voit tout occupé à se faire mousser devant un parterre choisi de
benis oui-oui incapables de relever ses mensonges, sur la chaîne de son ami Bouygues, -il n'a pas choisi une chaîne d'Etat- quand le monde bruit d'événements d'une toute autre
importance.


On voit là sa conception de la politique qui se borne à l'art du bonimenteur.


 


 


Avec Sarkozy la France rapetisse.


La presse étrangère est hélas révélatrice de l'impression qu'il donne à l'étranger. Hormis Berlusconi, tous les chefs d'Etat ont du mal à le prendre au
sérieux.


 


C'est ainsi que la démocratie régresse.



Le concombre masqué 11/02/2011 19:49



"Le monde entier a les yeux rivés sur l'Egypte."


Non pas moi. Je suis souvent gêné par vos généralisations lyriques ; il y a des centaines de millions de gens, voire des milliards, qui ne suivent pas ces événements. Ce qui vous intéresse
n'intéresse pas forcément tout le monde pour autant.



alithia 11/02/2011 20:02



oui, je sais bien concombre, vous,  vous ne vous intéressez qu'à wikipedia, et comme vos petits copains wikipédiens, vous voyez passer sous vos yeux un
événement historique sans rien voir.


 


La pertinence, le jugement, la capacité de faire des hiérarchies, des choix, parmi les événements, les idées, c'est pas exactement ce qui caractérise les
wikipédiens,qui ont tendance à être des  benis oui-oui qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Pas plus qu'avoir un peu le sens de l'histoire, le sens de la politique... Savoir
juger de l'importance des événements, ainsi que des informations, des sources, savoir faire des discriminations, tout cela ce sont des qualités qui manquent aux wikipédiens. C'est bien pourquoi
ils sont absolument incapables d'écrire l'information.


 


Ce qui ne les empêche pas de se moquer des journalistes, de les trouver nuls, de considérer qu'ils ne sont ni utiles ni encore moins indispenables, d'affirmer qu'ils
n'ont aucun professionnalisme ni talents, et de se croire supérieurs.


 


Bien sûr ,  puisque la mise en cause et mise en doute de toute qualité professionnelle et de toute capacité qui s'acquière par un travail, des études, une
formation, une expérience ,  est le fond de commerce de wikipedia : tout cela est dit inutile par les wikipédiens,
pour s'autoriser soi-même à occuper la place .





Que feraient les wikipédiens s'ils devaient reconnaître les qualités professionnelles et leur utilité ?


 


Donc évidemment sont-ils incapables de transmettre l'information , vous en donnez encore la preuve mon pauvre concombre.


Et composer une encyclopédie on n'en parle pas.



Zardoz 11/02/2011 16:56



Des journalistes politiques pour interroger Sarkosy, ça va pas la tête:! Pourquoi pas des spécialistes pour rédiger des articles sur wikipedia tant que vous y êtes!!


Non l'homme de la rue, apolitique et pas très à l'aise dans les différents domaines de la connaissance  possède la polyvalence universelle.



alithia 11/02/2011 20:04



C'est la mise en cause de toutes les qualités professionnelles que partagent ce Pinocchio autoritaire et les wikipédiens.


 


Tendances lourdes de la société actuelle qui autorise n'importe qui à dire et faire n'importe quoi.


 


Il en sera question dans un prochain article.