Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Observatoire

  • : wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • : observatoire de wikipedia qui se prétend une encyclopédie, sans spécialistes ni vérification d'experts, chacun peut écrire ce qu'il veut sous anonymat : une pseudo-encyclopédie où prospèrent la propagande et l'irrationnel. Blog de réflexion sur la culture
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • alithia
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.

Moteur De Recherche

Archives

16 août 2008 6 16 /08 /août /2008 12:07
Wikipedia censure les anti-nucléaires , la chose a été depuis longtemps dénoncée y compris sur ce blog. Les thèses des anti-nucléaires sont systématiquement éliminées. L'article sur Sébastien Briat, un militant anti-nucléaire tué accidentellement lors d'une manifestation, a même été supprimé sur wikipedia, au titre de "manque de notoriété" bien sûr. La notoriété étant une notion éminemment variable et applicable au gré des envies et des options idéologiques des wikipédiens qui font la loi sur wikipedia.


Yann Forget le dénonce :

" En septembre 2007, l'article sur Sébastien Briat a été supprimé pour « manque de notoriété ». Le problème est que les critères de notoriété sont très suggestifs [ndlr : lire subjectif je suppose] dans Wikipédia. Tout héros de bande dessinée ou tout épisode d'une série télévisée a droit a un article spécifique, mais un événement comme l'accident de Sébastien Briat, qui a été mentionné dans un grand nombre de médias, en France et ailleurs, n'a pas droit à un article. Parmi les « grands » médias, l'information est parue dans le Nouvel Observateur, en Allemagne dans Stern et aux États-Unis dans le New York Times et sur CBC News.


Mais l'article sur Sébastien Briat est seulement l'incident révélateur d'un phénomène plus général. Wikipédia en est arrivé à priviligier, de fait, certaines informations aux dépends d'autres, ce qui est la meilleure forme de censure dans notre monde surinformé. Ainsi, comme la télévision et la plupart des autres médias grand public, Wikipédia privilégie l'information insignifiante, par exemple sur la mode et les célébrités, a une information complète et détaillée sur un certain nombre de sujets de société."


Récemment Yann Forget écrit ceci qu'il adresse à la liste de discussion de wikipedia (mailing-list):  

"Par ailleurs, Wikipédia se targue de favoriser les contributions d'experts et d'utiliser des critères scientifiques. Et l'on a donc nombre de membres du CEA [1], du CERN [2] ou de l'EPFL [3], qui possèdent un réacteur nucléaire de recherche, qui participent aux articles sur le nucléaire pendant leurs heures de travail, tandis que les contributions des membres de mouvements antinucléaires sont fortement découragées (sic). Mais ces scientifiques sont loin d'être des références fiables, car ils soutiennent parfois d'énormes bêtises, y compris dans le domaine du nucléaire. En effet, il ne suffit pas d'avoir un master en physique des particules pour connaître et comprendre les effets de la radioactivité sur la santé."


Si quelques scientifiques participent à wikipedia, ça n'est pas pour autant qu'il réfléchissent à la science, à ses effets et conséquences, à ses liens à la technique. S'ils ne font pas l'effort de penser. La science sans  pensée ne fait nullement autorité en matière de pensée. La science par elle-même ne pense pas, elle requiert au contraire une réflexion, une pensée qui pense et interroge sa nature, sa puissance, ses effets et conséquences lorsqu'elle est liée à la technique, et une réflexion sur l'exploitation technique de la nature, une pensée de la limite qui garde et sauvegarde la notion de mesure.



Lorsque
Yann Forget écrit ceci qu'il adresse à la liste de discussion de wikipedia voici la réponse qu'il reçoit :



"Wikipédia et le nucléaire : le malaise

by  ****  Jul 08, 2008; 09:02pm


Hey,

T'es gentil mais je crois que sur ce coup là, il vient de te remettre à ta place et tu sembles avoir du mal à le digérer. Je ne vois vraiment pas ce que ta prose vient faire sur cette liste et pourquoi tu te permets de juger un groupe de personnes aussi vaste et varié que les "chercheurs"  d'un seul trait.

Bref, ta connerie, tu la gardes pour les torches cul qui voudront publier ce ramassis de bétises et de jugements hâtifs
. Tu évites dorénavant d'écrire sur cette liste dont tu ne sembles pas comprendre le but et tu retournes avec ton petit autocollant sur ta voiture manifester pour ce que tu penses être une cause juste.

Moi quand je ne suis pas content avec un état de fait, je ne spam pas une liste publique mais je manifeste mon mécontentement aux seuls protagonistes dans le but de les convaincre de le changer.

Je ne te salue pas non plus."


Où l'on voit le sens de la discussion très développé que l'on possède à wikipedia dès qu'un interlocuteur se permet une critique, même la moindre  critique qui s'impose  : comment justifier, en effet, de supprimer un article sur la mort de Sébastien Briat, quand wikipedia publie tout et n'importe quoi ? Ainsi que l'on peut constater le recours facile à l'inju de la part de ceux qui détiennent le pouvoir, face à une simple objection d'idées , qui n'a rien de personnel.

Où l'on voit encore  le recours à la notion de "spam" (comme à celle vandale et de  vandalisme, du reste) utilisée à la tête du client : un unique message de Yann Forget, annonçant un article qu'il va publier à ceux qui sont concernés, et il se fait aussitôt accuser de faire du spam (rappelons que ce charabia  informatique désigne la pratique qui consiste  à bombarder une ou des personnes ou sites, de quantité de messages publicitaires et indésirables, non pas une information)...

Même méthode qui m'a été appliquée : je me suis fait accuser de faire du "spam" [par le grand chef David Monniaux qui ne recule ps devant les contre-vérités les plus manifestes] et de faire du "vandalisme" pour justifier "à la mode wikipedia" que mon blog soit mis sur liste noire.



Quand on veut noyer son chien, on l'accuse d'avoir la rage. Le dicton se vérifie chaque jour grâce à wikipedia et ses admnistrateurs dont on peut constater l'honnêteté intellectuelle.

Précision enfin, Yann Forget, était administrateur, bureaucrate et je ne sais quoi encore, candidat au Conseil d'administration de wikimedia. Il s'est fait proprement virer lui aussi de wikipedia, pour avoir tenté d'intoduire le point de vue anti-nucléaire sur cette magnifique encyclopédie  qui excelle en désinformation et dont la "neutralité" rime avec censure des points de vue qu'elle ignore et/ou qu'elle exclut, en l'occurrence la critique du nucléaire, puisqu'elle a adopté  le point  de vue pro-nucléaire sans nuances qui exige l'exclusion de tout autre point de vue. C'est ainsi. Et celui qui contredit ce point de vue se fait insulter, menacer et bannir à vie.

Encore un.




Alithia



- pour les gentils échanges sur la mailing-list voir "wikipedia et le nucléaire , le malaise"
- en particulier les injures adressées à Yann par
un de nos administrateurs spécialisé en exclusion
- et

source de l'article de Yann Forget
- voir aussi à ce sujet le site de nat makarevitch
Repost 0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 13:00
Le bug sur mon blog s'explique : c'était un coup de la wikimedia-wikipedia .

Révélé par l'administrateur bien connu de nos lecteurs, et des wikipédiens qui ont subi ses idées et ses méthodes .




Voici  la citation de l'administrateur qui explique  :


[citation]
Alithia out : bon débarras !!!

Le Blog d'Alithia a été fermé par la clairvoyante administration d'Over-blog sur intervention vigoureuse de l'association Wikimédia France.


Over Blog a reconnu ainsi qu'Alithia nuisait gravement aux intérêts moraux et financiers de Wikimédia France.

Le partenariat Wikimédia - Google a même permis, ce qui est exceptionnel, le vidage immédiat du cache de Google, pour ces insanités qui n'avaient que trop duré.

[fin de citation]

source


C'est pas beau ça ? Un blog critique , on le fait supprimer, après  avoir répandu partout injures et diffamations sur son auteur. Pendant que le wikipédien Jean-no monte un blog entièrement consacré à ma personne dans le seul but de me diffamer et me dénigrer, où il laisse publier des propos injurieux envers ma personne. Ce qui n'est pas à l'honneur du dit Jean-no. Mais les wikipédiens sont comme ça. Ils ignorent le débat d'idées et ne connaissent que les coups bas (sauf les gens corrects qui participent avec honnêteté à wikipedia. Ceux-là ne sont pas aux postes de responsabilité et finissent généralement par la quitter quand ils ont compris dans quel marécage ils étaient tombés).

Jean-no, c'est différent, c'est une des personnalités phare de wikipedia, qu'on sort pour mettre sur la cheminée les jours de fête, afin que tout le monde le voie. C'est compréhensible, il anime un atelier du mercredi après-midi sur wikipedia pour faire de la publicité à la chose, dans une université alternative qui ne doit même pas savoir ce qu'est wikipedia.


N.B. j'ai reçu aujourd'hui un gentil message de
L.R.  notre gentil administrateur Creasy (il ne veut pas qu'on mentionne son nom qui figure partout en toutes lettres sur wikipedia) et qui demande à over-blog, tout simplement la fermeture du blog pour cause de citation de son nom !  A part cela tout va bien.

Je reçois aussi des gentils messages du très gentil David Monniaux qui se plaint des blagues pourraves  de Jojo et qui lui aussi entame une action dans l'espoir sans doute de faire fermer ce blog, comme le mentionne over-blog dans ses attendus , même si David  Monniaux le nie, il a reçu la formule qui accompagne sa plainte.

J'en  profite pour signaler à tous les Jojos que leur blagues pourraves sur les personnes seront vérifiées et passées à la corbeille.

Alithia

Repost 0
22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 12:10

L'article Ahmadinedjad de wikipedia donne lieu à controverses




La page de discussion montre en quoi consistent  ces controverses. On a d'un côté un rédacteur qui ne veut pas mentionner certaines caractéristiques du régime (des mollahs)en particulier concernant les droits de l'homme et la charia, sous prétexte qu'elles existaient déjà avant la venue au pouvoir d'Ahmadinedjad, de l'autre un rédacteur qui soutient que ça n'est pas un critère ni une raison pour les passer sous silence, et que de plus Ahmadinedjad a innové dans certains domaines [voir ici les motifs de la controverse]

Le 1° rédacteur soutient que ""l'absence de liberté de la femme, la rhétorique anti-sioniste n'a rien à voir avec Ahmadinejad, c'est une constante dans le discours politique iranien depuis 1979. Le traitement des minorités n'a rien à voir avec Ahmadinejad, c'est une constante dans le système de la république islamique."

Son idée étant que puisque c'est une constante, pas la peine de mentionner ces faits.

Objection lui est faite par rédacteur n° 2 qui, très logiquement, signale que les omissions donnent une orientation à l'article  : "je ne conteste pas que les violations des droits de l'homme préexsitaient à ce personnage : je veux que soit mentionné dans l'article le fait que ce chef d'Etat ne fait rien en faveur de ces droits. Refuser cela, c'est l'absoudre".

Il faut savoir que le 1° rédacteur, Fabienkhan est avec son copain Pentocelo, "monsieur Iran" qui a la haute main sur tous les articles concernant l'Iran : rédaction, choix des points  de vue, élimination des opposants. FabienKhan avec Pentocelo sont les autorités sur  les sujets concernant l'Iran, investis, de fait, d'un pouvoir  de décision sur le contenu.

Ce qu'il y a de drôle c'est que ce "spécialiste de l'Iran sur wikipedia"  reconnue comme tel, FabienKhan, avoue à son contradicteur, Confucius, que, comme tous les wikipediens actifs et reconnus comme dignes d'êtres investis du contrôle du contenu d'un sujet, du reste, ses sources se bornent à internet et ils ne connaît pas les livres invoqués par Confucius  qui s'oppose à sa version en invoquant des sources figurant dans les livres.

"Confucius a des bouquins que je n'ai pas " écrit FabienKhan qui propose des sources internet qu'il s'apprête à lire. On voit les termes du débat.

Confucius accuse FabienKhan et son copain Pentocelo de vouloir introduire un point de vue en faveur de l'Iran et de son régime actuel : "vous faites du POV pushing en voulant imposer un tri éditorial (nationaliste) sur cet article" (20 fevrier)

Reprise du débat sur les droits de l'homme dans les mêmes termes (21 fev) : "Ton ajout sur les droits de l'homme et les minorités ne me semble pas être justifié" dit le 1°. "
"les droits de l'homme sont parfaitement liés à Ahmadinejad après deux ans de mandat, comme le souligne Amnesty" , répond le 2° . Il ajoute ""  Présenter le racisme d'Ahmadinejad comme une tradition est non seulement faux, mais très tendancieux." 

Le 1° n'en démord pas "" Faire un paragraphe dédié aux droits de l'homme en Iran, c'est en mettre plus que nécessaire dans cet article " le 2° répond, contestant les longues justifications qui font suite à cette affirmation : " Wikipédia demande des faits, pas du bourrage de crane d'analyses politiques personnelles."

[On rappellera à qui ne le sait pas que Fabienkhan est responsable avec Pentocelo de l'rticle sur les droits de l'homme en Iran, écrit du point de vue de la charia.]

Alors arrive le n° 3, Pentocelo qui vient donner son accord total à n°1.

Reprise  par Confucius, patient, qui rappelle pour mémoire  : "
'J'ai remis en cause un manque d'éclaircissement qui essayait de faire passer M.A. pour un progressiste (en autorisant les femmes à aller au foot Clin d'œil) alors qu'il est dit ailleurs dans le même article qu'il est un conservateur (tout ça non sourcé et avec une ignorance de ce qu'est un conservateur et un progressiste). [...] J'ai essayé d'être neutre en plaçant les insultes racistes de M.A. dans l'histoire de l'Iran depuis la création d'Israël : ce qui est d'une logique imparable. Quand aux droits de l'homme, FabienKahn essaye d'écarter amnesty, fait des choix éditoriaux, donc fait du POV pushing,"  etc.

Arrive alors n°4 appelé à la rescousse par n°1, soit l'inénarrable Ceedjee, toujours appelé au secours par les tenants des thèses protégeant l'islamisme. Celui-là, c'est la caution morale des précédents, parce qu'il a montré ses talents anti-sionistes et son art de protéger tous les antisémites, y compris le Grand Mufti al-Husseini, dès qu'un sujet s'y prête.  Nous en avons donc maintenant 3 (FabienKhan, Pentocelo, Ceedjee) contre 1 (Confucius).

Voyons ce que ça donne :

Ceedjee annonce qu'il va étudier le problème, mais d'emblée, avant de lire, il donne raison à Fabienkhan
, (comme il l'a toujours fait par le passé) contre Confucius "De mon point de vue, c'est plus une analyse qu'un fait", juge-t-il. Une analyse  et non un fait la sitution des droits de l'homme et l'attitude d'Ahemadinedjad envers israël ?

C'
est mal parti.

Conclusion : Ceedjee  dit qu'il ne comprend pas. C'est vraiment très difficile à comprendre, comme nous l'avons vu ! En conséquence, il  propose aux deux de ne plus transformer l'article, qui donc restera dans la version de FabienKhan. "
je constate que le conflit est réel mais j'ai vraiment du mal à pouvoir en comprendre les causes jusqu'à présent.
Je vous propose : de ne plus éditer l'article dès à présent " (Ceedjee)

Et voilà, l'affaire est classée ! Même si Confucius précise qu'il lit la seule biographie existant en français d'Ahmadinedjad sur laquelle il s'appuie pour rédiger, et que les autres n'ont pas lu bien entendu... les corrections sont refusées pour la seule raison que Ceedjee n'a pas compris de quoi il s'agit.

Neutralité : autre nom de la censure et des moyens pour écrire des articles de propagande.



Un autre article "non neutre" assez caricatural, celui sur le MRAP
, où il apparaît qu'il est rédigé par un responsable du Mrap qui vient faire sur wikipedia la propagande en faveur de la ligne (trè contestée pr la base) de son actuel dirigeant, Mouloud Aounit. Voir
ici.  Noter que l'affaire du manque d'objectivité et du caractère aprtisan de l'article dure depuis 2 ans. Comme celles des articles concernant l'Iran et les droits de l'homme du reste, où l'on voit que le barrage exercé par certains mis en position de "responsables de l'article, de fait, ne permet pas d'obtenir de rectification.



Alithia


Repost 0
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 18:53
Quelques exemples de ce que produit cette "neutralité" qui consiste à censurer toutes les informations susceptibles de caractériser un régime, une politique :

L'article Ben Ali ou comment ne pas dire que Ben Ali (président de Tunisie) est un dictateur et son régime une dictature. La page de  discussion de l'article montre un administrateur, Kassus, s'occupant d'empêcher  l'introduction de cette mention. On voit  comment fonctionne la censure sur wikipedia. Visible
ici.

La biographie de Poutine est particulièrement remarquable comme exemple réussi de diffusion de la propagande  du dirigeant
russe. Elle  nous apprend qu'il veut "instaurer la dictature de la loi" contre les oligarques : ce ne sont donc pas eux qui sont représentés par le pouvoir de Poutine ? ça n'est certainement pas wikipedia qui vous apprendra des choses pareilles ni ne vous aidera à comprendre ce qu'est cette "dictature de la loi". Si on veut savoir à quoi correspond cette expression poutinienne de " dictature de la loi", et quel est le rapport de Poutine et des oligarques, on se tournera de préférence vers une information libre  ; par exemple encore voir le Monde diplomatique qui fait le point sur cette question.

Sur le statut de la démocratie en Russie sous le gouvernement de Poutine, Wikipedia mentionne que "certains analystes ont émis l'opinion qu'il existerait une dérive autoritaire du pouvoir de Vladimir Poutine" : le conditionnel, toujours, l'imprécision de l'expression "des analystes", et bien sûr, c'est une "opinion", pas un constat. Que de prudence et de précautions ! Euphémismes que l'on retrouve encore pour dire que certains considèrent que la Russie ne serait  pas  (conditionnel bien sûr) une démocratie. Ne sont pas mentionnées les mesures autoritaires introduites par Poutine. 
Les lois restreignant la liberté qui ont été mises en place par Poutine ne sont pas citées. C'est pourtant une information qui a circulé et est connue. La limitation des libertés et du suffrage universel direct, les mesures discriminatoires envers l'opposition politique, les intimidations envers les acteurs d'une expression libre, le contrôle et la censure de l'information, la régression dans le fonctionnement des institutions publiques, l'exacerbation de la violence,  sont des choses connues, dont wikipedia  ne parle pas.

Quant aux dernières élections législatives, il est très prudemment écrit que "plusieurs observateurs internationaux ont critiqué le déroulement des élections, probablement (sic) entachées d'irrégularités" sans même préciser  que les candidatures de la plupart des candidats de l'opposition avaient été empêchées voire interdites pour certaines, ni quelles modifications avaient été préalablement apportées aux lois électorales. L'article conclue à la "popularité de Poutine" et affirme que, par conséquent, "de supposées fraudes n'y seraient donc pas déterminantes." (sic)

Alorsque "ces observateurs" sont
une mission officielle d'observation parlementaire, conjointement menée par l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et le Conseil de l'Europe qui a conclu que les élections n'étaient pas équitables et n'avaient pas respecté de nombreuses normes des organisations pour la tenue d'élections démocratiques.  Le compte-rendu de mission des observateurs est net [voir] plus net que la présentation de wikipedia qui noie le poisson.

Tandis  que les élections russes essuient la critique internationale et que cette commission conclue à la fraude généralisée et à l'intimidation des partis d'opposition -le Conseil de l'Europe, le gouvernement allemand, l'OCDE et un certain nombre d'autres parties, ont condamné le déroulement de ces élections législatives de décembre 2007
[voir]- wikipedia adopte la version de Poutine : les élections sont et seront démocratiques. Communiqué de l'agence Novosti dont wikipedia est le fidèle écho  [voir]

Les dernières élections présidentielles de mars 2008, sont présentées selon la version de Poutine selon laquelle il a gagné ainsi un "droit moral" à continuer à exercer les fonctions présidentielles - bien qu'il serait plus exact de dire qu'il a gagné la manoeuvre pour conserver le pouvoir par personne interposée, en contradiction avec la Constitution. Wikipedia écrit tout simplement que "le parti a largement  gagné le scrutin  offrant ainsi à Vladimir Poutine un "doit moral" pour continuer à gouverner". Il est encore affirmé que Poutine a "soutenu" (sic -et non choisi) Medvedev pour son dauphin". Aucune allusion n'est faite à ce que Poutine contrôle les media, les journalistes, la justice, la culture, les élections, les industriels etc. Il est omniprésent et décide de tout. Le lecteur de wikipedia n'en saura rien. Quand le Figaro parle de la tentation autoritaire chez Poutine, wikipedia lui peint un portrait en rose. 


Le reste à l'avenant :

Rien sur l'assassinat d'Anna Politovskaïa qui s'est produit sous le règne de Poutine, si je ne me trompe.  [
voir] On n'a jamais entendu parler du KGB à wikipédia, tout aussi bien entendu. En tout cas Poutine n'a aucun rapport avec celui-ci. La guerre en Tchétchénie non plus du reste. On consultera d'autres sites  pour avoir des informations, ailleurs.


Pour s'informer il ne fait pas de doute qu'il vaut mieux contourner wikipedia et lire la presse libre, et surtout éviter Wikipedia qui manifestement n'en fait pas partie et ressemble sur ce sujet à Radio Moscou.
Le Figaro, sur le contournement de la Constitution et quelques éléments de la vraie situation de la Russie, par exemple, ou RFI qui parle des "élections les moins démocratiques de tous les temps", une revue de presse  sur les élections, le Monde, pour les présidentielles à propos desquelles l'opposant Gary Kasparov parle d'une "farce" et dénie la qualité d'élections à ce montage de Poutine  etc. 

Alithia



Repost 0
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 21:48
Qu'est-ce que wikipedia censure ?

Les articles sur les hommes et femmes politiques, les écrivains, penseurs, artistes, les idées et analyses que wikipedia ignore, tandis qu'elle publie tout sur toutes les variétés et informations people, diffamations comprises.

Encore un exemple de censure où l'article est carrément supprimé.





undefined


On trouve sur le site Bellaciao le signalement d'un article sur une femme politique : supprimé. wikipedia fait de la censure politique ciblée.

J'ai déjà signalé la suppression  d'un article sur un homme de théâtre, Franck Laroze (je le reproduis ci-dessous) accusé en prime de toutes sortes de turpidtudes par un administrateur, facho notoire, et son identité livrée en pature à la vindicte wikipedienne, contrairement à toutes les règles que r ; de même que la suppression d'un article sur un militant anti-nucléaire tué lors d'une manifestation, supprimé pour "manque de notoriété" (sic). Ce ne sont que quelques exemples.

J'ai signalé la suppression de la catégorie antisémitisme également, phénomène qui n'existe pas en dehors de la France et des Etats-Unis d'après wikipedia.

Outre la rubrique "censure" j'ai créé ici une rubrique "tout ce que vous ne verrez jamais sur wikipedia" qui pourraît être largement augmentée encore.

De toute façon la suppression d'articles sur wikipedia c'est n'importe quoi et c'est une chose bien connue. Un vieux militant wikipedien aguerri crache le morceau et finit par s'en indigner (Traroth)

Les lecteurs de Bellaciao sont perplexes. Ils s'interrogent sur les "critères" de wikipedia. D'autant plus que ceux avancés ne sont pas respectés, comme c'est à peu près la seule règle constante sur wikipedia.  La suppression est soumise au vote, qui réunit une quinzaine d'avis (ce qu'ils appellent "consensus") mais la décision de destruction est prise avant la date annoncée pour clôture du vote, ce qui est un classique souvent mentionné sur ce blog.

La suppression d'articles est en elle-même contraire aux règles de wikipedia qui stipulent que le contenu des articles ne doit pas être décidé par vote.

A Bellaciao j'aurais envie de répondre ceci : Wikipedia censure à tout va. ça n'est pas réservé à cette militante et pas besoin de chercher quelques complots, ça se fait tout seul.  Elle censure à droite à gauche, en haut en bas, par devant par derrière et dans tous les sens.

Cela dit, elle est le reflet de ses contributeurs. De sorte qu'elle censure plus les gens et idées pertinentes que les fachos toutefois,  plus les vrais infos que les rumeurs et les ragots (avant que la vie de NS soit exposée partout elle était dans wikipedia). Plus la science que les sectes,  plus les savants que les ignorants, plus les spécialistes  et les rationalistes que les colporteurs de théories périmées et de pseudo-sciences et pratiques magiques, plus les laïcs et défenseurs de la laïcité que ceux de la religion dans ses versions fondamentalistes, plus les défenseurs du droit  et des droits de l'homme que ses adversaires, plus les originaux bien instruits que les conformistes et les beaufs, plus les défenseurs d'Israël à exister que ceux qui veulent le supprimer tel le charmant Ahmadinedjhad, bien en vue sur wikipedia ainsi que les mollahs iraniens dont les conceptions sont largement répercutées... Et plus les partisans de la politique laïque que les islamistes, plus les défenseurs de la liberté d'expression que les Tarik Ramadan, les Dieudonné etc. etc. etc. la liste est largement ouverte. [voir la série propagande]

Censure sélective et souvent orientée qui se fonde aussi sur présupposé de base à wikipedia : laisser s'exprimer fascistes, racistes et antisémites au nom de la liberté. Car wikipedia censure ce qu'elle devrait publier et publie ce qui n'a pas sa place dans une encyclopédie.

Mais quand on y regarde  de plus près, outre ses petites préférences pour les fachos, les points de vue gras et vulgaires, les courants religieux fondamentalistes etc. plutôt que pour les esprits libres et les chercheurs, elle censure surtout tout ce que ses administrateurs et la petite coterie qui décide ne connaît pas , tout ce qui est inédit, tout ce qui est intelligent, tout ce qui est créatif ou savant. Elle censure tout ce qu'elle ne connaît pas,  les  idées, les analyses, les audaces, les prises de position, au nom d'une soi-disant "neutralité" : un mythe.

C'est pourquoi, artistes, écrivains, hommes politiques ou tout autre ayant une action publique intéressante, digne d'être citée, n'ont pas leur place sur wikipedia et sont exposés à la censure ils n'ont pas la "notoriété suffisante" comme ils disent. Notoriété ? entendez : pour wikipedia.

C'est pourquoi,  les actrices de porno et autres starlettes de 4° zone, les actrices de séries TV de dernières catégories ou sportifs quels qu'ils soient, les blagues racistes et les stéréotypes, ont eux leur place sur wikipedia : notoriété suffisante. Bigard est plus populaire que Devos, c'est certain.

Tandis que politiques non vedettes des media, artistes, philosophes et penseurs contemporains qui sont dans le même cas, et toute pensée originale et non conforme aux préjugés dominants sont censurés et les articles carrément supprimés.  [voir wikipedia édite ragots et propagande et censure les idées]


A wikipedia la pensée est interdite, les idées et créations contemporaines aussi.


Même chose pour les idées, censurées car toute idée personnelle est bannie, au profit de  l'opinion communément admise  : les lieux communs et préjugés ambiants ont la notoriété suffisante (et pour cause !) mais les idées intelligentes, originales, inovantes  et tout ce qui est au-delà de l'opinion commune et de l'idéologie dominante, et a fortiori ce qui lui est contraire, tout ce qui s'écarte des préjugés communs, ne doit pas figurer.  Surtout pas. Pas de notoriété suffisante.

En vérité l'explication se trouve dans le fait que Wikipedia répète ce que tout le monde sait déjà, ou croit savoir, elle consiste à reciter ce qui est déjà sur le web et qui est le plus connu, le plus déjà cité, et les idées les plus banales et déjà émises et bien souvent fausses. Wikipedia c'est le plus galvaudé, le plus populaire et le plus people.  Cela s'explique par l'incompétence des wikipediens  [voir  qui écrit wikipedia ?  et Ce que révèlent les statistiques de wikipedia]

Il ne faut pas s'offusquer de ne pas être sur wikipedia. Autant vous pouvez être sûr que Cecilia, Carla, Kerviel y sont et leurs pages soigneusement mises à jour en permanence par des dizaines de  petites mains, autant artistes, écrivains, penseurs, esprits libres, originaux, créateurs, hommes d'action, si vous n'êtes pas dans le grand courant qui fait le net et l'actualité grand public, vous n'avez pas la "notoriété" et vous ne serez pas sur wikipedia. Les idées n'ont pas leur place sur wikipedia. Celles que je cite ici par exemple ; [voir la série idées]

Et surtout ne vous avisez pas de perdre votre temps à vouloir corriger wikipedia en essayant d'introduire les gens et les idées qu'ils ignorent car elles n'ont "pas assez de notoriété". Vous vous ferez corriger et effacer sans autre forme de procès.

Tel est le secret de wikipedia.


Cette suppression de l'article sur cette femme politique Elodie Tualion dite "la louve", incluant les modalités extraordinaires de la suppression, est signalée sur le blog de A. Petaramesh, pour tous les détails .


Alithia

voir en outre la série propagande et censure
les idées interdites
ce que vous ne verrez jamais sur wikipedia
sur l'antisémitisme
censure de l'antisémitisme



et ci-dessous reproduction pour archive de l'article Franck Laroze, supprimé :


Franck Laroze, né le 3 janvier 1966 à Paris, est un écrivain et auteur de théâtre français, à la fois dramaturge[1], poète[2], essayiste[3] et critique. Il est également performeur et metteur en scène.

Selon David Sanson, qui commente en mars 2005 sur le site de la revue Mouvement le spectacle poetiK politiK Koncept, « Franck Laroze s'est engagé depuis longtemps sur les voies de l'interdisciplinarité, confrontant sa pratique de l'écriture aux nouvelles technologies appliquées au spectacle vivant, et surtout aux enjeux politiques du monde contemporain »[4].


Biographie [modifier]

L’écrivain et artiste multimédia [modifier]

Après avoir étudié la philologie et voyagé à travers l'Europe[3],[4], Franck Laroze publie ses premiers textes dans Poésie 90 en 1990, revue fondée par Pierre Seghers, puis se consacre à la littérature et au théâtre depuis 1992 tout en œuvrant dans l'édition.

Huntsville, la honte du monde, élégie poétique[5] sur la peine de mort aux États-Unis publiée en 1998, le fait connaître[6] comme « poète[7] politique »[8]. Adaptée successivement pour la scène en trois versions[9] (1999, 2001, 2004), ces pièces le révèlent au théâtre[3],[10] où il enchaîne plusieurs productions[11] avec la compagnie Incidents Mémorables[12] cofondée en 1999 avec le metteur en scène Georges Gagneré[13], l'une des premières compagnies[3],[14]en France à développer le théâtre multimédia en temps réel[15]. À ses côtés, il a participé à des workshops internationaux[16] tels qu'Escale 8[17] en 2006 ou à la création de spectacles incluant des nouvelles technologies numériques comme Espaces indicibles[18], dont il a réalisé la dramaturgie, présenté au Théâtre national de Strasbourg - festival Musica en 2007.

En 2000, poursuivant ses recherches sur les écritures en lien avec les nouvelles technologies[3], il a conçu et créé [éleKtropoétiK][19] au Centre Pompidou, une manifestation de poésie numérique avec la participation d'autres poètes et artistes de la scène électronique, et participé en parallèle à l’aventure du « Théâtre citoyen »[20]de Stanislas Nordey au Théâtre Gérard Philipe - Centre dramatique national de Saint-Denis relatée dans un ouvrage d’entretiens[21]. La même année, il rejoint la revue EvidenZ, fondée par Mehdi Belhaj Kacem et d'autres écrivains[4], revue « expérimentale »[22] de création poétique et philosophique jusqu'en 2002 avant de la transformer, suite à des polémiques politiques internes[23],[24], en une structure de production de performances numériques[25], dont poetiK politiK Koncept[26] qu'il a créé et mis en scène en 2005 en collaboration avec Philippe Boisnard.

Certains de ses poèmes ou aphorismes publiés ont été adaptés en chansons, pour la scène ou la radio[27]. Il a aussi participé à des revues comme critique, poète ou essayiste, à des anthologies et des lectures publiques. Boursier du Ministère de la Culture et de la Communication (2000) et du Centre national du Livre (2004), il a été en résidence au Château de Lavigny[28] à l'invitation de la Fondation Ledig-Rowohlt (2003).


L'activiste politique et culturel
[modifier]

Un auteur engagé [modifier]

Ses créations, qui croisent littérature et théâtre, mêlent politique et poétique. Son « écriture théâtrale entre poésie et liturgie »[3] est représentative des « nouvelles textualités » et d'une « écriture de plateau »[29] propre au théâtre postdramatique. Franck Laroze use du détournement et de l'ironie[30] postmoderne: le critique Thomas Hahn, dans un article paru en avril 2002 dans la revue de théâtre européenne Ubu, Scènes d'Europe-European stages, avance qu'il « revient sur les chemins du théâtre grec car il interroge la cité et les forces qui la régissent dans l'inconscient de la pensée collective et dans la conjonction entre pouvoir et savoir scientifique »[3]. Parmi ses thèmes figurent le retour du religieux[31], la « pensée de mort » selon ses propres mots[3], le nouvel « ordre du monde »[8] économique et sécuritaire ainsi que « les désarrois de toute une génération[32] embarquée dans le mouvement effréné du cyber capitalisme[14]. Ses textes et spectacles, en particulier contre la peine de mort[33]aux États-unis et leur politique étrangère[31], reflètent cet engagement même si, selon Thomas Hahn, « Laroze se défend d'écrire des textes militants »[3].


Un artiste impliqué dans les « mutations culturelles
 » [modifier]

En 2003 il apporte une contribution dans le cadre des travaux du CODEV de la Mairie de Paris sur le thème «  L’art numérique : un potentiel non exploité à Paris »[34].

En 2006, dans le cadre des débats sur les DADVSI, Franck Laroze a coécrit avec Maître Antoine Gitton un rapport et des propositions avec amendements intitulés « Pour une solution équitable » qui proposait une version du droit d’auteur adaptée à l’ère numérique[35].

Il est par ailleurs intervenu sur des questions de politique culturelle, parfois de façon polémique[36],[37], dans divers journaux, revues ou sur Internet[38], et ponctuellement dans des colloques[39].


Bibliographie
[modifier]

Livres [modifier]

  • Huntsville, la honte du monde[7], élégie, Éditions Bérénice, 1998 - ISBN 2911232100

  • Les Sourates libertaires, poèmes, Sens & Tonka éditeurs, 2000 - ISBN 2910170993

  • Huntsville, l’Ordre du monde (version 2)[3],[8],[40], théâtre, Éditions du Laquet, 2001 - ISBN 2845230605

  • Minimes jetées au vent, aphorismes, Sens & Tonka éditeurs, 2002 - ISBN 284534046X

  • Préservation, Avenir, Sécurité, poèmes, in X ans donc!, Sens & Tonka éditeurs, 2005 - ISBN 2845341180

Parutions en anthologies et ouvrages collectifs [modifier]

  • Têtes de Turc, nouvelle, in El Djezaïr, Éditions Bérénice, 1998 - ISBN 2911232119

  • Passions civiles[21], sous la direction de Franck Laroze, entretiens avec Stanislas Nordey, Valérie Lang & Yan Ciret,
    Éditions La Passe du Vent, 2000 - ISBN 2845620187

  • Je suis l’homme, poème, in Poé/tri - 40 voix de poésie contemporaine, Éditions Autrement, 2001 - ISBN 2746701073

  • Le poète et ses doubles, étude critique, in Usage de Salah Stétié, Éditions Blanc Silex, 2001 - ISBN 2913969259

  • Des unis vers, poème (extraits), in Les nouveaux poètes français,Jean-Pierre Huguet éditeur, 2001 - ISBN 2907410520

  • Des unis vers, poème (extraits), in Les nouveaux poètes français et francophones, Jean-Pierre Huguet éditeur, 2003 - ISBN 2915412006

Parutions en revues [modifier]

  • Le bonze endormi, in Poésie 90 n°35, 1990.
  • L'injuste milieu, in Phréatique n°58-59, 1991.
  • Huntsville, la honte du monde (extraits), in Aube Magazine n° 54, Éditions Paroles d’Aube, 1995.

  • Debout, dehors !, in Cahiers nomades n° 1, Éditions Espace Pandora, 1997.

  • Regards, in Aube Magazine n° 61, Éditions Paroles d’Aube, 1998.

  • Le conte effervescent et La fillette, in Spectre n° 7, 2001 - ISBN 2914489013

  • Le jeu comme essence du vivant et Game @ux leurres, in EvidenZ n° 2[22],
    Sens & Tonka éditeurs, 2002 - ISBN 2845340443

  • Des unis vers, in Incidences [41] n° 9/10, Marseille, 2003.

  • Préservation et Ignorance, in Talkie-Walkie n° 1, 2005.

  • Préservation, le Vide, et la Rose, in Poésie 2005 n° 104, 2005.

Parutions critiques et politiques [modifier]

  • Chroniques littéraires trimestrielles, in revue Calamar n° 7 à 10, 1998-1999.

  • Chroniques littéraires mensuelles, in revue Edelweiss (Suisse), 1999-2000.

  • Huntsville ou le jeu paradoxal[42], in revue Théâtre/Public n° 156, 2000.

  • Les nouvelles mythologies contre l’esprit critique[43] (avec Philippe Boisnard),
    in « Libération »/rubrique Rebonds, 10 décembre 2002.

  • Commentaires sur la vacuité [36], « Mouvement.net », 2 décembre 2002.

  • Théologiquement correct[31] (avec Philippe Boisnard), in « Libération »/rubrique Rebonds, 11 mai 2004.

  • Droits d’auteur à l’ère numérique : la « solution équitable »[44], site « Agoravox », 2006.

  • Les cybertrentenaires et la réalité[32] in « Libération »/rubrique Rebonds, 19 mars 2007.
    Franck Laroze, né le 3 janvier 1966 à Paris, est un écrivain et auteur de théâtre français, à la fois dramaturge[1], poète[2], essayiste[3] et critique. Il est également performeur et metteur en scène.

    Selon David Sanson, qui commente en mars 2005 sur le site de la revue Mouvement le spectacle poetiK politiK Koncept, « Franck Laroze s'est engagé depuis longtemps sur les voies de l'interdisciplinarité, confrontant sa pratique de l'écriture aux nouvelles technologies appliquées au spectacle vivant, et surtout aux enjeux politiques du monde contemporain »[4].



[ cet article provient de wikipedia sous licence GDFL ]


Aujourd'hui l'article est effacé. Demandez Franck Laroze sur wikipedia, voilà ce que vous obtenez :

Résultats de la recherche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vous avez recherché « Franck Laroze »

Aller à : Navigation, Rechercher Il n'existe aucune page portant ce titre.



Alithia

Pour la licence : voir et GDFL ; pour l'article et ses rédacteurs voir l'article et ses rédacteurs :  historique


Repost 0
23 janvier 2008 3 23 /01 /janvier /2008 10:37
Comme nous le voyons quotidiennement, nombre d'informations ne peuvent figurer sur wikipedia, censurées car non wikipédiennement correctes. Tout ce qui ne corespond pas à l'esprit maison et aux préjugés qui le constituent est interdit de publication.


volcan_tom.jpg


Dans les media professionnels cela arrive aussi qu'il y ait censure. Mais dans ce cas la censure est dénoncée comme  une anomalie évidente et une atteinte à la liberté, car cela choque le principe de la liberté d'expression et de la liberté d'informer. Pas à wikipedia où c'est au contraire le quotidien et la règle et où cela ne peut être dénoncé par les participants sans qu'ils se fassent interdire d'écriture. Et toute la différence est là.

Libération publie  cette dénonciation d'une censure par le journaliste Eric Dupin censuré au Figaro pour lequel il travaille et qui en informe sur son blog : Le Figaro n'a pas voulu éditer un papier où il s'agissait  de résultats de sondages indiquant une baisse de popularité du chef de l'Etat. 

" Lors de la première guerre mondiale, à la place de nombres d’articles, les journaux présentaient des pages criblées de blanc, amputées par les ciseaux de la censure. L’Anastasie nouvelle, version Etienne Mougeotte, ne dit pas son nom mais semble tout aussi efficace.

Eric Dupin, expert des questions électorales, ancien journaliste à Libération, aujourd'hui chroniqueur indépendant, en a fait les frais en décembre dernier. Il raconte, sur son blog, comment un article  sur la baisse de Nicolas Sarkozy dans les sondages — une analyse d’opinion, quoi de plus froid — a été supprimé, «en toute fin de journée» par le directeur des rédactions du Figaro. " source, Libération : Au Figaro d'Etienne Mougeotte, des papiers passent à la trappe.

Voilà qui fait scandale. On attend les explications d'Etienne Mougeotte, directeur du journal.

Une information factuelle censurée, voilà qui choque dans les media professionnels qui ont des règles et une éthique. Lorsqu'elles ne sont pas respectées, cela mérite dénonciation. C'est toute la différence avec wikipedia où c'est la règle. Et, sur cette dernière, si le malheureux rédacteur a la mauvaise idée d'insister, il se fait exclure, comme nous l'avons signalé à de nombreuses reprises ; voir dans la série 
propagande et censure quelques exemples de tout ce qu'il ne faut pas dire sur wikipedia : la liste est indéfinie.

Car wikipedia et les wikipediens qui méprisent les media professionnels et les vilipendient à toute occasion, et en termes particulièrement négatifs, les qualifiant de "trompeurs", "à la solde", "vendus"  etc., est cependant loin derrière ceux-ci pour la qualité de son information. Ceci parce que wikipedia n'a aucune déontologie professionnelle, n'étant constituée que d'amateurs, elle ignore superbement les lois sur la presse et sur la liberté d'expression. Wikipedia et wikimedia n'étant pas éditeurs, elles se sont soustraites aux responsabilités afférentes à cette fonction et n'obligent pas les contributeurs à respecter les lois : ils sont "libres" puisque non professionnels.

Puisque personne n'édite wikipedia, étant donné que wikimedia n'est qu'un hébergeur, c'est à dire fournisseur de services, cette publication n'assume aucune responsabilité que toute publication assume toujours dans un cadre professionnel.

La "liberté" tant vantée de wikipedia est là : elle est celle d'une non professionnellle qui s'autorise à faire ce qu'aucun media professionnel ne fait.


Alithia

Repost 0
17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 17:00
Wikipedia laisse le champ libre à diverses propagandes mais censure les informations concernant les résistants à l'islam politique qui se revendique d'une version fondamentaliste de la religion.


undefined

Après avoir précédemment signalé que wikipedia censure tout élément de protestation contre l'islamisme, et dernièrement encore la liste permettant de regrouper sous une même catégorie les auteurs ayant signé le manifeste appellant à la lutte contre le "nouveau totalitarisme islamique" voir l'article   [censure sur wikipedia] , il nous faut à présent relever une nouvelle censure qui efface le regroupement des femmes écrivains de culture musulmane qui se sont regroupées dans le Collectif « Des femmes contre l’islam ». Soit les écrivains et militantes qui luttent pour la liberté des femmes, contre des pratiques qu'elles désapprouvent et jugent totalitaires au sein de l'islam politique se réclamant d'une version fondamentaliste de la religion. Il s'agit  en l'occurrence de  Ayaan Hirsi Ali, Wafa Sultan, Brigitte Gabriel, Mina Ahadi, Chahdortt Djavann, Irshad Manji, Necla Kelek, Taslima Nasreen et Nyamko Sabuni.

Les interventions d'effacement de référence à ce collectif et de censure des citations peuvent se voir
, pour Nonie Darwish, ici et ici. pour Wafa Sultan ici

Pour Ayan Hirsi Ali, ici et ici, parmi bien d'autres. Pour  Chahdortt Djavann,  Taslima Nasreen et bien d'autres encore .

Tout ceci est à rapprocher d'autres interventions du même genre, par exemple celle-ci au sujet de
Houria Bouteldja qui taxe Charlie-hebdo et ses journalistes de "doriotisme",  "

Après avoir efface sur l'article Rachida Dati toutes les contributions des autres
et encore effacé sans explication un certain nombre de contributions qui ne lui plaisaient pas telles que sur l'article Terrorisme islamiste, la  suppression de bibliographie  au motif que "tout ce qui a moins de 5 ans, ouste" (sic), sur  l'article Mosquée Al-Aqsa, une suppression de demande de référence  sans aucune explication, et sur l'article Ayaan Hirsi Ali, une suppression d'un ajout sourcé . etc. etc. etc.


Enfin cet administrateur s'est distingué pour avoir écrit sur wikipedia

"il n'est jamais trop tard pour bien faire et les musulmans sont en train de conquérir la France par leur natalité débordante" , sans provoquer aucune protestation.

Bien sûr Moez est toujours administrateur, sans que cela ne pose aucun  problème à personne.

Alithia


  •  

Repost 0
15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 11:28
L'information concernant le manifeste des douze qui dénonce le totalitarisme islamique, est censurée sur wikipedia.


Le manifeste des douze, est publié par Charlie Hebdo : « Ensemble contre le nouveau totalitarisme », qui, après avoir publié l'intégralité des caricatures de Mahomet dans ses colonnes,  publie le 1° mars 2006 un manifeste "contre le nouveau totalitarisme" islamique.



Ce Manifeste déclare
«  Après avoir vaincu le fascisme, le nazisme, et le stalinisme, le monde fait face à une nouvelle menace globale de type totalitaire : l'islamisme.

Nous, écrivains, journalistes, intellectuels, appelons à la résistance au totalitarisme religieux et à la promotion de la liberté, de l'égalité des chances et de la laïcité pour tous. [...]

Nous refusons le « relativisme culturel » consistant à accepter que les hommes et les femmes de culture musulmane soient privés du droit à l'égalité, à la liberté et à la laïcité au nom du respect des cultures et des traditions.

Nous refusons de renoncer à l'esprit critique par peur d'encourager l' « islamophobie », concept malheureux qui confond critique de l'islam en tant que religion et stigmatisation des croyants.

Nous plaidons pour l'universalisation de la liberté d'expression, afin que l'esprit critique puisse s'exercer sur tous les continents, envers tous les abus et tous les dogmes.

Nous lançons un appel aux démocrates et aux esprits libres de tous les pays pour que notre siècle soit celui de la lumière et non de l'obscurantisme. »

et l'intégralité du texte que l'on peut voir ici

il est signé par  :
Ayaan Hirsi Ali
Chahla Chafiq
Caroline Fourest
Bernard-Henri Lévy
Irshad Manji
Mehdi Mozaffari
Maryam Namazie
Taslima Nasreen
Salman Rushdie
Antoine Sfeir
Philippe Val
Ibn Warraq

et l'intégralité du texte que l'on peut voir ici

Sur wikipedia la mention de ce fait et l'imputation aux signataires est supprimée par Moez voir ici, ici, ici, ici, etc.
Repost 0
19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 15:24
Voici encore ce que WKPD censure pour protéger Dieudonné ou comment éviter de donner une information peu favorable à Dieudonné (dont les militants s'activent sur son article sur wkpd, à son instigation).




la-reuniont-coppeaux-.jpg

photo T. Coppeaux l'Internaute
 


Censure : A savoir que le simple lien dirigeant vers cet article, constituant une analyse quelque peu approfondie, est supprimé [voir ici]. Tandis que lui sont préférés deux liens à des petits articles de journaux assez rapides sur le sujet et strictement descriptifs -qui, de plus, risquent de n'être bientôt plus accessibles
comme c'est la règle sur le net-, plus une référence au site les Ogres de Dieudonné... qui n'est pas vraiment équivalente.

Je reproduis l'article de
Vincent Archer, mis en ligne sur le site Pro-Choix, puisqu'interdit de citation sur wkpd



 
Dieudonné réclame la grâce de Kémi Séba et voit Le Pen comme "le candidat des afro-européens, des africains, des gens d'outre-mer".


Entre Dieudonné et Kémi Séba, il y a des hauts et des bas. L'humoriste avait d'abord accepté de prêter son théâtre (La Main d'Or) à l'organisation noire radicale de Séba, la Tribu KA, pour les meetings de celle-ci. Mais, après avoir appris que ce groupe refusait l'entrée aux non-noirs, il indique par communiqué (1) le 13 avril 2005 qu'il ne "renouvellera pas de location auprès de ce groupe" si cela était avéré. Et pourtant, moins de trois mois plus tard, la Tribu KA tient à nouveau meeting à la Main d'Or (2), toujours en filtrant les entrées selon la couleur de peau ; ceux qu'on laisse entrer peuvent alors écouter des réflexions de Séba telles que "Hitler a pris conscience qu'il y a trop de gens, les juifs, qui occupent les postes importants, banquiers, et il n'est pas allé assez loin... et la Shoah est un détail de l'histoire, une virgule..." (3). En octobre 2005, Dieudonné organise une mobilisation anti-Fogiel, suite à l'affaire du sms sur l'odeur des Noirs. C'est ainsi que le 16 de ce mois, se retrouvent autour de Dieudonné des artistes comme Joby Valente, Stomy Bugsy, des membres du groupe de rap "La Brigade" (4) ; mais il y a aussi Kémi Séba, qui est même invité à la tribune. Dieudonné s'en justifie au micro des journalistes du Vrai Journal de Canal+ : "Je pense que la Tribu KA est moins dangereuse que SOS Racisme", traitant l'organisation antiraciste d'"officine sioniste" (5).


Le 28 mai 2006, après avoir cherché les week-end précédents à provoquer les membres des organisations sionistes extrémistes (Ligue de Défense Juive, Betar), Kémi Séba fait une démonstration de force, avec une quarantaine de membres de son organisation, dans la rue des Rosiers à Paris, connue pour être un quartier juif. Trois jours plus tard, le bureau de campagne de Dieudonné pour les présidentielles de 2007 clame la différence entre son candidat et la Tribu KA : "la Tribu Ka est une organisation ethniste et religieuse pronant un communautarisme exacerbé, à l'opposé du projet républicain défendu par Dieudonné" ; il rappelle opportunément le communiqué de Dieudonné d'avril 2005 : "Il faut aussi savoir que Dieudonné a refusé la location de sa salle de théâtre au parti Kémite devenu la Tribu Ka dès l'instant où il a appris qu'il était question de réserver l'entrée aux Noirs, dés le 13 avril 2005" (6), en omettant de préciser les rapprochements qui avaient eu lieu entre temps.

 


L'émotion suscitée par la descente de la Tribu KA rue des Rosiers est si grande que le gouvernement finit par dissoudre l'organisation le 26 juillet, en application de la loi du 10 janvier 1936 sur les groupes de combat et milices privées. Son leader se fait alors plus discret, quelques mois, le temps de créer un nouveau mouvement, Génération Kémi Séba (GKS). Le 8 février 2007, Séba et d'autres membres se rendent à Chartes pour rendre visite aux membres de l'antenne locale de GKS. À la sortie, les caméras sont là, les policiers aussi (la police devant maintenir l'ordre, il n'est pas surprenant qu'elle suive de près le chef d'une ligue dissoute). Séba, sachant qu'il est filmé, provoque les policiers et réplique lorsqu'ils lui demandant de se calmer : "Au nom de quoi, monsieur le policier sioniste ?" "Non, c'est vous qui commencez à bien faire". "Vous n'avez pas honte ? Vous vous couchez devant Cukiermann. Et vous croyez parler au nom de la République Française, quelle honte. Vous me donnez envie de gerber, je vous le dis simplement, franchement" (7) : cette dernière phrase lui vaut d'être embarqué par la police (ainsi que deux de ses amis), il sera condamné le lendemain en comparution immédiate à 5 mois de prison dont 2 ferme, pour "outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique".


Les amis de l'activiste mettent rapidement un comité de soutien, qui organise une conférence de presse au Théâtre de la Main d'Or le 13 février. Comme prévu dans le communiqué (8), y sont présents le porte-parole et l'épouse de Kémi Séba, ainsi que Dieudonné. Ce dernier est non seulement là pour pour réclamer la libération de Séba, mais aussi pour réagir d'une part aux propos récents de Jacques Chirac dans le livre de Pierre Péan (9) fustigeant le fait qu'on ait volé la culture, les ressources, les matières premières, et aujourd'hui les cerveaux, de l'Afrique, et d'autre part à ceux de Jean-Marie Le Pen "Très peu de gens savent que la Martinique appartient encore, foncièrement, en parlant du foncier, pratiquement totalement aux Békés. Personne ne sait cela. En 200 ans, depuis la révolution, cela n'a subi aucun changement." (10). Il faut rappeler que Le Pen fut longtemps le principal adversaire politique de Dieudonné ; mais les ennemis d'hier semblent aujourd'hui se rapprocher de plus en plus, l'un des moments les plus forts de leur réconciliation étant leur poignée de main lors de la visite de l'humoriste à la fête "Bleu Blanc Rouge" du Front National le 11 novembre 2006.

 


Dieudonné semble très reconnaissant envers les deux hommes pour leurs déclarations, l'un à propos des Africains, l'autre à propos des Martiniquais. Au début de son intervention, il dit plusieurs fois l'importance qu'ont pour lui les mots de Le Pen contre le système béké (11) : "La question noire aura un rôle prioritaire dans ces élections présidentielles. On le sent, avec la déclaration de Jean-Marie Le Pen" ; "il n'y a que deux candidats (ndlr: Le Pen et Chirac) aujourd'hui sur l'échiquier qui abordent les véritables questions de manière frontale" ; "C'est une véritable question qu'a posée Jean-Marie Le Pen, j'espère que tous les autres candidats vont avoir à se positionner sur cette question fondamentale".


Dieudonné revient ensuite sur Kémi Séba, qu'il juge victime d'une volonté politique. Selon l'humoriste, l'intérêt de Sarkozy serait "de faire monter la pression dans les banlieues, que ça explose" pour qu'aient lieu de nouvelles émeutes, supposées être un avantage pour le candidat ; l'arrestation de Séba "pourrait être un élément déclencheur" de tels événements et aurait été réalisée dans ce but, d'après Dieudonné. Il va jusqu'à parler de "l'émotion vive qu'a créé cette arrestation" pour appeler Jacques Chirac à user de la grâce présidentielle au profit du leader kémite. Mais c'est pour mieux revenir au patron du FN, en lui prêtant des qualités jusqu'alors inconnues : "J'aimerais que Jean-Marie Le Pen, aussi, se prononce. Parce que Jean-Marie Le Pen, aujourd'hui, en dénonçant le système béké, se positionne très clairement comme le candidat des afro-européens, des africains, des gens d'outre-mer".

 


Sur les 8 minutes que dure son intervention, Dieudonné parle peu de Kemi Seba : la question noire lui sert en fait de prétexte pour développer ses vues politiques. Quelles sont ces vues ? Il décrit une "large périphérie qui commence à vouloir s'en prendre au centre" et, lui qu'on suppose être d'extrême-gauche à l'origine, évoque une union "de l'extrême-droite à l'extrême-gauche, des Blancs, des Noirs, des Arabes, des Chinois, des gens qui sont dans l'armée, des gens qui sont dans des hôpitaux, des gens qui sont partout, qui sont en train de se rassembler simplement, pour casser un système, un royaume, un petit palais fortifié" : on sent avec ces mots poindre le début d'une alliance anti-système avec le candidat d'extrême-droite.


Il revient ensuite sur la question noire ("ce n'est pas rentrer dans une compétition victimaire, nous sommes hors-compétition, par la durée -ça a duré 400 ans- et par le nombre de personnes touchées -plusieurs centaines de millions-, et ça continue"), mais c'est encore une fois pour mieux rendre hommage à Jean-Marie Le Pen qui "met le doigt aujourd'hui sur une plaie extrêment douloureuse" : Dieudonné pense carrément que le leader frontiste "rentre dans l'histoire des Antilles en mettant le doigt sur cette question-là". Pour lui, les déclarations de Le Pen et de Chirac, "ce sont des gens qui ont entre 75 et 80 ans et qui finalement, au moment où ils vont quitter la scène politique, et bien ils ont besoin de dire des vérités, important, et de rentrer dans l'histoire, parce que le rêve de chaque homme, c'est de rentrer dans l'histoire". Il insiste : "Jean-Marie Le Pen est en train de rentrer dans l'histoire, en tout cas des Antilles" tout comme "Jacques Chirac est en train de rentrer dans le coeur de tous les Africains". Cette dernière flatterie est destinée à ramener Dieudonné sur le sujet de la grâce du leader de l'ex-Tribu KA : il demande donc à Jacques Chirac, après un nouveau compliment, "d'offrir sa grâce présidentielle à Kémi Séba, qui n'est autre que la voix de la souffrance".


Un candidat d'extrême-droite, condamné pour avoir déclaré le 30 août 1996 (lors de l'Université d'été de son parti) croire à l'inégalité des races (12), condamné pour s'être vautré dans le cliché raciste à propos des origines africaines d'un de ses opposants -le 2 août 1996, lors d'une conférence de presse, il compara Fodé Sylla, le président de SOS Racisme à l'époque, à un "gros zébu fou" (13)-, vu désormais comme le candidat des Noirs, grâce à une simple phrase sur la Martinique. Un activiste ouvertement antisémite considéré comme "voix de la souffrance". Le pire, c'est que ces propos de Dieudonné semblent ne même plus être de la provocation.

Vincent Archer

1- http://lesogres.org/article.php3'id_article=334 2- http://www.menaibuc.com/breve.php3'id_breve=85 3- http://www.collectifdom.com/article.php3'id_article=643 4- http://lesogres.org/article.php3'id_article=881 5- "Le Vrai Journal", 30 octobre 2005, Canal+ : http://www.dailymotion.com/video/xlr6m_tribu-ka-le-vrai-journal 6- http://www.dieudo.net/2007/article.php3'id_article=190 7- Reportage de France3 Centre, vendredi 9 février 2007 : http://www.youtube.com/watch?v=B_F-UjSDH94 ; voir aussi http://www.dailymotion.com/video/x16gwb_interpellationdekemi8seba 8- http://labanlieuesexprime.org/article.php3'id_article=1659 9- Pierre Péan, "L'Inconnu de l'Élysée" (Fayard) 10- Dans l'émission "Chez F.O.G." sur France5, le 10 février 2007 : http://www.dailymotion.com/video/x18gok_le-pen-et-son-coup-de-coeur 11- http://www.dailymotion.com/video/x18958_conference-soutien-a-kemi-seba-2 12- http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&from=fulltext&full=%26quot%3BFN%2Ffin+universit%E9+%E9t%E9%26quot%3B&num_notice=1&total_notices=1 13- http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&from=fulltext&full=%26quot%3BTout+images+%3A+Carpentras+profanation%26quot%3B&num_notice=1&total_notices=1

 
lundi 26 février 2007


Alors, qui pourrait dire qu'elles ne sont pas intéressantes ces informations ?

Et
qui pourrait dire qu'elles ne sont pas nécessaires ces analyses ?


Un exemple paradigmatique de ce que produit la "neutralité" wkpdienne, que cet article Dieudonné et l'histoire de sa rédaction et de la censure qui y sévit sous la surveillance étroite de "Bradipus" et "Dr Cosmos" !


Alithia

L'article de
Vincent Archer est visible sur le site Prochoix
Repost 0
19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 14:37
En toute ignorance des lois et des principes politiques fondateurs de la démocratie et la république, l'antisémitisme et les idées fascistes, sont présentés comme des opinions parmi d'autres, innocentes et libres de s'exprimer et dignes d'avoir droit de cité sur WKPD.





la-gaudeloupe-j-werter.jpg

photo J.Werter l'Internaute

Répondant à un commentaire qui, suite à l'article « le problème juif de Dieudonné » écrivait :

 

 

 

« Wikipedia est pleine d'antisémites, c'est ça le problème, et elle fourgue des articles antisémites à toute occasion »

 

 

 

Notre wikipédié de service, Jean-no, administrateur et un des rares porte-parole de confiance de WKPD,  déclare ceci  :

 

«  De par son mode de fonctionnement, basé sur le volontarisme et l'ouverture, Wikipédia sert facilement de tribune aux fous, aux salauds, aux gentils, aux... À un peu tout le monde quoi, c'est à dire qu'elle est représentative du monde dans lequel on vit. Ce n'est pas son but, c'est un effet colatéral temporaire car un bon article selon les principes wikipédiens n'est pas un article de "combat" ou de millitantisme.

 

Mais cet effet colatéral a lui-même une vertu : il permet aux gens de s'exprimer. Que ce soient des intégristes islamistes abrutis, les sionnistes ultra-racistes, les noirs antisémites, mais aussi des gens plus proches de ce que je considère personnellement comme des êtres humains (humain au sens moral plutôt que biologique), c'est à dire ceux qui ne cherchent pas forcément qui haïr mais s'intéressent à comprendre le monde. Eh bien ceux-là, que comprennent-ils, qu'apprennent-ils, si "le monde" n'a pas le droit de s'exprimer ? La faillite des années socialistes en France, malgré leurs bonnes intentions, prouve que museler les "méchants", les Sardou, les Le Pen, et ceux qui les écoutent, n'aboutit pas à grand chose de positif : les idées stupides se transforment en honte et en névroses de la société toute entière. Aujourd'hui, la France entière a la conscience politique d'une chanson de Sardou, et merci qui ? Merci la censure, qui interdit le débat. Car si on laisse les kémistes, les islamistes, le bétar, les néo-nazis, les pétainistes et autres imbéciles s'exprimer, alors on permettra aussi aux contre-arguments d'être énoncés. 

 


Enfin je dis ça dans l'absolu et non pour dire que Wikipédia doit servir de tribune à quoi que ce soit, je veux juste dire que les pages de discussion qui expriment tout ça sur Wikipédia ne me semblent pas un mal en elles-mêmes, car on n'a jamais combattu une maladie en cachant ses symptômes.
»

 

 

 

 

 

 

 

Ma réponse à ce wkpdié :

 

 

 

«  Les laisser s'exprimer (tous ces fachos et antisémites y compris Tribu Ka et autres semeurs de haine) : oui mais sur WKPD-révisionniste, bien sûr, dont c'est une des fonctions importantes, puisqu'ailleurs, dans la société, c'est à dire hors de la secte WKPDiée, c'est interdit.

Mais que voilà une belle devise et un beau programme  pour WKPD-poubelle !

Bravo Jean-no et merci de nous dévoiler la conception  de fond de WKPDésastre : au nom de la liberté d'expression, laisser s'exprimer les propos fachos et antisémites, contrairement aux lois qui interdisent certains propos. Où l'on voit que WKPD est hors-droit et se réprésente à elle-même comme étant
hors-droit une fois encore. Où l'on voit que WKPD ignore les lois, comme je l'ai souvent et régulièrement relevé. Comme elle ignore la différence entre la vrai et le faux, le juste et l'injuste, distinctions au-dessus desquelles elle se place (= qu'elle n'exige pas de respecter pour la composition des articles) avec sa fameuse "neutralité" sui generis et ses a priori maison, n'appartenant qu'à la communauté qu'elle forme.

Beau programme que de "laisser s'exprimer" sur une encyclopédie (poubelle) les propos illicites, (car vous ne savez même pas que les propos racistes, comme les propos antisémites sont interdits) et dans le même temps empêcher, censurer, l'exposé des principes de la laïcité, de la liberté d'expression, des droits de l'homme et ... si possible tous nos principes fondateurs, et en un mot, toute vérité.  (d'où le qualificatif, wkpd-révisionniste et pour cela dangereuse).

Laissez s'exprimer les propos illicites, pour ne pas frustrer les fachos et les islamistes, sinon ils deviennent méchants . Belle devise wkpdienne ! Et censurez tout ce qui relève de la pensée, de la liberté, de l'égalité, telles que fondées sur des principes qu'énonce et fait appliquer le droit. Complément de la devise.

Bravo.

Ou les principes de la collaboration, avec les fachos et les islamistes et tous les antisémites, principes de collaboration qui règnent à WKPDésastre et tels qu'exposés par J-No.

Merci J-No. de nous l'avoir bien explicité, mais il se trouve qu'on s'en doutait déjà un peu.

 

 

 


Par ailleurs et de plus, votre vocabulaire vous trahit, vous qui écrivez tranquillement " "les sionnistes ultra-racistes" (sic ; orth comprise)  ah ah , on commence à se lâcher, là ! et on se montre en bon disciple de Dieudonné ! Exactement identique -ce qui explique que Dieudonné ne choque pas : on pense comme lui. Logique tout cela.

Maintenant si vous pouvez me citer juste un, je ne dis pas article, mais un seul paragraphe dans tout WKPD susceptible d'illustrer la présence de ces fameux  " sionnistes ultra-racistes" et de rédaction -une seule- relevant manifestement de ces " sionnistes ultra-racistes" ça m'intéresserait vraiment beaucoup. 

Et vive wkpd antisémite, et véhicule de l'antisémitisme spontané du wkpdié de base, la belle encyclopédie que voilà.


Si vous pouviez aussi me dire  qui ose employer ce genre d'expression à part les fachos de tendance plutôt pro-islamiste, et si vous pouviez vérifier si Dieudonné l'emploie, ce serait une précision utile.»



Alithia


Repost 0