Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Observatoire

  • : wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • : observatoire de wikipedia qui se prétend une encyclopédie, sans spécialistes ni vérification d'experts, chacun peut écrire ce qu'il veut sous anonymat : une pseudo-encyclopédie où prospèrent la propagande et l'irrationnel. Blog de réflexion sur la culture
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • alithia
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.

Moteur De Recherche

Archives

5 avril 2007 4 05 /04 /avril /2007 03:33
news    -Juste un article, pour information . Etrange et pas forcément à prendre très au sérieux.
photo T Renaud l'Internaute
dans Libération Le wiki des néo-cons
Les créationnistes se rebiffent. Lassée de voir Wikipédia, l’encyclopédie libre et collaborative, préférer Darwin à la Bible, la droite dure américaine a créé Conservapédia, son propre wiki. Le site, qui réutilise le logiciel créé par Wikipédia, compte pour l’instant 3 800 pages (contre 1,67 millions pour la version anglophone de Wikipédia). Conservapédia se vante de mieux vérifier ses articles et de ne pas sombrer dans le même biais que Wikipédia. La bonne blague...
Dans Conservapédia, les kangourous sont très sérieusement décrits comme provenant de l’Arche de Noë et l’avortement est principalement un vecteur du cancer du sein. Les références à la Bible (et particulièrement à la Genèse) sont présentes dans de nombreux articles. Et certains articles, comme celui sur le droit des Américains à porter des armes, ressemblent davantage à des manifestes qu’à des extraits encyclopédiques. Sur des sujets comme le Da Vinci Code ou le réchauffement climatique, on atteint sans surprise le grand n’importe quoi.
Pour expliquer son point de vue au grand public, Conservapédia a créé une page listant la plupart de ses critiques de Wikipédia. On y lit en vrac que Wikipédia est trop « de gauche », anti-Américain ou encore que l’orthographe britannique y est favorisée face à l’orthographe américaine. En bref, Conservapédia reproche à Wikipédia de ne pas considérer les Etats-Unis comme le centre du monde. Une honte pour les nationalistes de Conservapédia, qui s’outrent de peu. Ce qui fait sourire les internautes du monde entier.
Ce projet a été créé en novembre 2006 par Andrew Schlafly, avocat et écrivain Républicain, fils de la militante anti-féministe Phyllis Schlafly. A l’origine, il s’agissait d’un cours d’Histoire du monde (pro-Américain et pro-Chrétien) pour 58 lycéens. Ce qui a dérivé en concurrent autoproclamé de Wikipédia lorsque Schlafly s’est aperçu que ses contributions créationnistes restaient moins d’une minute en ligne dans l’encyclopédie libre. Pour autant, le co-fondateur de Wikipédia Jimmy Wales, cité par le New Scientist, ne voit pas d’inconvénient au fait que Conservapédia réutilise le logiciel de Wikipédia. « Nous approuvons l’utilisation de notre travail pour créer des variantes de Wikipédia, explique Wales. C’est dans la droite ligne de notre mission. » Et Wikipédia de créer sa propre page listant les erreurs les plus grossières de Conservapédia.
Repost 0
Published by alithia - dans news
commenter cet article
31 mars 2007 6 31 /03 /mars /2007 21:15
ceci est le 100° article du blog !

et la nouvelle du jour  :)

 

Alithia

Repost 0
Published by alithia - dans news
commenter cet article
31 mars 2007 6 31 /03 /mars /2007 15:49
L'encyclopédie Britannica défend sa supériorité sur Wikipedia

photo G Sauvignet l'Internaute
L'affaire avait fait grand bruit. Dans son numéro de décembre, le prestigieux magazine Nature publiait un test comparatif des encyclopédie Britannica et Wikipedia, aboutissant au résultat que l'encyclopédie libre et gratuite était presque aussi fiable que son coûteux homologue sur des sujets scientifiques. Britannica, dans une réponse au vitriol (PDF), démontre point par point que l'étude de Nature était erronée et fallacieuse. Ainsi des articles, soumis aux experts par la rédaction du magazine, résultaient-ils parfois de collages de plusieurs fragments d'articles supposés en constituer un nouveau, tandis que d'autre étaient extraits de versions pour jeunes de l'encyclopédie. Dans sa réponse, Britannica précise qu'elle ne prétend à l'absolue exactitude, mais qu'elle cherche plutôt à défendre son image éditoriale, écornée par le comparatif de Nature dont elle demande le retrait.  source : LExpansion
 
 
Alithia
 
Repost 0
Published by alithia - dans news
commenter cet article
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 18:24
L'étude de Nature n'est en rien probante : cela se dit
 
En effet on trouve cet article sur Zdnet
 
 
 
photo P Orain l'Internaute
Britannica dénonce les conclusions de la revue "Nature" sur Wikipedia
Par Candace Lombardi
 
Société - L’éditeur de l’encyclopédie accuse la revue scientifique d'avoir faussé les résultats d’une étude comparative sur la fiabilité des informations publiées par le site collaboratif Wikipedia.
 
 
L'Encyclopaedia Britannica contre-attaque à une étude réalisée en décembre dernier par Nature. La revue scientifique avait invité plusieurs experts à comparer la fiabilité des informations publiées sur l'encyclopédie en ligne collaborative Wikipedia avec celles fournies par l'Encyclopaedia Britannica. Les conclusions montraient des résultats assez proches: une moyenne de 3,86 erreurs pour Wikipedia contre 2,92 pour Britannica. 
 
 
Mais la plupart des observateurs n'ont retenu que la bonne performance du site collaboratif en face de la vénérable institution, à un moment où Wikipedia se trouvait vivement critiqué pour certaines de ses pratiques.
 
 
«Cette étude a été citée dans le monde entier et elle est invalide», rectifie dans un communiqué Dale Hoiberg, le rédacteur en chef de Britannica. «Nous n'avons jamais prétendu que notre encyclopédie était absolument sans erreur. Mais Nature nous a attribué des douzaines d'inexactitudes qui n'en étaient pas.»
 
 
La méthode de Nature mise en cause 
 
L'organisme publie un document de vingt pages qui réfute point par point les conclusions de la revue, dans des termes peu amènes. «Pratiquement tout, dans l'enquête du journal, des critères pour identifier les inexactitudes au décalage entre le corps de l'article et son gros titre, était faux et trompeur», peut-on y lire. «L'Encyclopaedia était plus précise que Wikipedia, selon les chiffres [de la comparaison], Nature a simplement dénaturé ses propres résultats.»
 
 
Pour Dale Hoiberg, c'est autant la méthode utilisée pour l'étude que la façon dont Nature en a présenté les résultats qui sont critiquables. Il réclame une rétractation publique de la part de la revue, estimant qu'«avec son analyse défectueuse et ses fausses accusations, Nature nous a rendu un très mauvais service». […]
 
 

Avec Estelle Dumout, pour ZDNet.fr.

Repost 0
Published by alithia - dans news
commenter cet article
28 mars 2007 3 28 /03 /mars /2007 13:34
Citizendium se crée pour corriger wikipedia. réussira-t-elle ?
 
Sortir de l'anonymat et instaurer une vérification systématique par des experts, cela pour corriger les défauts majeurs de wikipedia, ouverte à toutes les rédactions les plus fallacieuses et à la propagande. Beau projet. Un pari à suivre.
 
Citizendium pour corriger wikipedia ? voir ici 
 
 
Ouverture d’un concurrent de Wikipédia, qui vise à proposer un contenu de meilleure qualité, validé par des experts.
 
 
par Sébastien Delahaye Libération
 
Citizendium a ouvert hier ses portes. Ce concurrent de Wikipédia était en test depuis six mois pour une équipe de rédacteurs limitée (à ce jour, il dénombre tout de même plus d’un millier de contributeurs). Si les similitudes entre les deux projets sont nombreuses (l’utilisation d’un wiki, la volonté de proposer une information « neutre » et la création d’une encyclopédie libre et gratuite), Citizendium se distingue toutefois de Wikipédia par sa volonté de diffuser une information validée par des « experts ».
 
 
 
Ainsi, si n’importe qui peut écrire librement sur Citizendium (il faut toutefois fournir ses nom et prénom, ainsi qu’une rapide biographie, contrairement à Wikipédia), les pages modifiées ne sont pas mises en ligne automatiquement. Un processus de relecture par des éditeurs et des correcteurs précède la publication. Les meilleurs articles publiés, ceux qui remplissent les conditions d’excellence du site, peuvent ensuite être « approuvés ». Ils seront mis en valeur sur Citizendium. Les éditeurs en charge de la relecture et de l’approbation sont les « experts » de Citizendium. Pour obtenir ce statut, ils doivent fournir au site un CV et un exemple de leur précédents travaux. Le fondateur et rédacteur en chef de Citizendium, Larry Sanger (par ailleurs co-créateur de Wikipédia), espère que ce processus de validation permettra de fournir un contenu de meilleure qualité que celui de Wikipédia.
 
 
Citizendium, comme Wikipédia, est géré par une organisation américaine à but non lucratif. Le site, financé sur fonds propres, ne contient pas de publicités. Pour l’instant, Citizendium a produit environ 1100 articles, tous en anglais. Seuls 9 d’entre eux ont été « approuvés » par les éditeurs du site et correspondent donc aux critères de qualité du site. Avec le lancement du site, Sanger espère voir croître cette masse, ainsi que le nombre de contributeurs. Surtout, l’ouverture du site devrait permettre à Google d’indexer ses pages. Selon Larry Sanger, il s’agissait de l’un des points-clefs du succès de Wikipédia, et il estime que cela profitera de la même manière à Citizendium.
wait and see ...
Repost 0
Published by alithia - dans news
commenter cet article