Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Observatoire

  • : wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • : observatoire de wikipedia qui se prétend une encyclopédie, sans spécialistes ni vérification d'experts, chacun peut écrire ce qu'il veut sous anonymat : une pseudo-encyclopédie où prospèrent la propagande et l'irrationnel. Blog de réflexion sur la culture
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • alithia
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.

Moteur De Recherche

Archives

11 octobre 2007 4 11 /10 /octobre /2007 23:17
Wikipedia ou le plagiat à grande échelle et le copillage du travail des autres jamais cité.


chili2psp.jpg




Un lecteur du blog envoie cette information : wikipedia pille sans le dire le travail qu'elle trouve déjà fait et qu'elle se charge ensuite de reformater et refondre à sa manière.



Il n'y a pas de miracle : wk étant écrite par  n'importe qui et plus particulièrement par de jeunes geeks qui en ont fait leur loisir préféré, elle ne peut remplir ses articles ayant trait à des connaissances qu'en recopiant depuis d'autres sources ailleurs (mais sans le dire ) les connaissances déjà établies par d'autres et les rédactions toute prêtes, pour les passer ensuite au crible de ses critères de "neutralité" c'est à dire en ajoutant ses points de vue habituels et autres déformations et propagande bien connues des habitués.

voir  ici  sur le seul thème de la révolution française, un plagiat  à grande échelle.

N.B. le lien a, semble-t-il, été détruit, suite à cet article.  Il s'agissait bien de ceci , soit le lien que je recopie  :
http://un%20plagiat%20gigantesque%20sur%20wikip%c3%a9dia%20:20//fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Pages_soup%C3%A7onn%C3%A9es_de_violation_de_copyright/R%C3

renvoyant à une page de wikipedia qui donnait une immense liste de centaines d'articles copiés contrairement au droit de copyright, portant tous sur le thème de la révolution française.

Il n'y a plus aujourd'hui aucune page de ce genre sur wikip. indiquant des articles soupçonnés de violation de copyrights sur ce thème.  N'est-ce pas beau le progrès ?

Mais comme dans tous les systèmes totalitaires, on réécrit l'histoire après-coup en trafiquant les documents, en effaçant les traces de ce qui ne doit pas figurer dans l'histoire officielle.


Wikipedia n'est pas honnête ? ça alors ! Wikipedia réécrit l'histoire ? ça alors !
chili.1.jpgAlithia
Repost 0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 12:56
Doit-on rire ou pleurer, au vu de certains articles  ? Les wikipediens aussi osent des évaluations.


californie-lassen.jpg

photo l'Internaute
Ceci par exemple en histoire :


Articles historiques : doit-on en rire ou en pleurer ? 

Je viens de lire dans un article historique :
  • Ces timides ménagements étaient désormais impuissants à sauver la royauté. Chaque jour aggravait les périls qui la menaçaient. L'émigration, commencée le lendemain des 5 et 6 octobre, se propageait avec une effrayante activité.
  • Lafayette parut comme témoin, et le ministère public n'hésita point à attribuer aux encouragements consignés dans ses lettres, qui furent produites à l'audience, le dangereux entraînement qui avait placé les prévenus sous la main de la justice.
  • Lafayette insista pour qu'elle tînt au maréchal un langage sévère, et qu'on mît sous sa responsabilité tout le sang qui serait répandu.
  • etc., etc., etc.

L'ai-je lu dans un livre d'histoire romancé comme en ont le secret certains éditeurs ? Est-ce publié par un hebdomadaire dans le cadre d'une série destinée à remplir les pages et amuser les vacanciers ? Ben non. C'est sur Wikipédia que j'ai trouvé cette prose dans l'article sur le Marquis_de_Lafayette.

Du coup, j'ai été voir les sources, y en a beaucoup. Sauf que l'on ne comprend pas trop quoi a été utilisé comme sources. Combien des ouvrages cités ne sont pas là comme sources mais comme orientation bibliographique ? On ne sait pas. Les seules sources identifiées comme telles sont des sources anciennes disponibles sur Gallica et qui datent donc du XIXe siècle.

Il y a aussi tout un aéropage de notes. 107 exactement. C'est bien. Mais, parce qu'il y a un gros mais, la plupart d'entre elles sont là pour alléger le texte et ne contiennent le plus souvent aucune référence à quoi que ce soit notamment quand on cite :

  • Il trouva le roi très calme, « Votre Majesté, lui dit-il, connaît mon attachement pour elle ; mais je ne lui ai pas laissé ignorer que si elle séparait sa cause de celle du peuple, je resterais du côté du peuple. Cela est vrai, répondit Louis XVI, vous avez suivi vos principes... D'où cela sort ? Mystère et boule de gomme.

Cela à l'avantage de se lire comme un roman, du coup, je ne devrais pas faire la difficile. Mais bon, si, comme je le crois, une bonne partie du texte sort de dictionnaires du XIXe siècle, j'ai un peu tendance à penser que les connaissances historiques ont un peu évoluées depuis.

Comme quoi, un article long, pouvant satisfaire nombre de lecteurs non spécialistes, avec un beau système de références (notes et biblio), peut tout de même soulever pas mal de problèmes.

C'était mes petites réflexions estivales et matinales.--Valérie 25 juillet 2007 à 10:00 (CEST)


Et puis en littérature :

...et littéraire aussi, des fois souvent 

Mon favori :

La vie de Duras est une vie, et les romans de Duras sont des romans. Elle n'a cessé d'écrire une histoire de chaleur et de pluie d'orage, d'alcool et d'ennui, de parole et de silence, de désir fulgurant aussi. On peut s'interroger longuement sur sa personnalité : méchante ou douce, géniale ou narcissique. Il faut avant tout la croire quand elle dit : « Je suis un écrivain»."


Je n'ajouterai qu'une seule chose : l'encyclopédie Wikipédia est une encyclopédie, et l'article Marguerite Duras est un article. Mais je peux me tromper...Gede



N.B. depuis cette remarque le passage en question de l'article Marguerite Duras a été supprimé. Résultat ? Un article qui ne contient qu'une bibliographie anecdotique, écrite sur le mode people. On saura les noms de ses amants , mais rien de leurs qualités, faut pas exagérer, quand bien même ont-ils été de grands écrivains ou ont marqué leur époque diversement. On saura les noms des gens qu'elle a connus -mais de même que pour les précédents. Rien n'est dit qui pourrait avoir du sens. Et sans qu'aucun des épisodes de sa vie, même les plus graves, même les plus tragiques, même les plus importants, n'acquièrent un sens. Mode de non-écriture insupportable, et paradoxal pour parler d'un écrivain.
Bien entendu rien sur son oeuvre.

Quel directeur de publication accepterait de publier une chose pareille ?
Repost 0
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 09:09
Que wk soit manipulée ne fait guère de doute car elle est manipulable . Ceci  par le simple fait de sa conception et de son organisation . Certains ne s'en privent pas. C'est même une habitude, tolérée, voire encouragée par la "neutralité".

voir cet article
Repost 0
29 septembre 2007 6 29 /09 /septembre /2007 11:52

Le principe de neutralité permet d'abriter le négationnisme.


etna-aitho.jpg

photo l'Internaute

Sur wk le point de vue négationniste se trouve présent dans un certain nombre d'articles tels Arménie, génocide arménien, génocide, négation du génocide arménien, Bernard Lewis, empire ottoman, génocide au Rwanda, Front patriotique rwandais , etc.

 


 
 
 

Ce problème du négationnisme à l'égard du génocide subi par les Arméniens, n'est pas nouveau. J'en ai déjà parlé ici « wikipedia, révisionnisme en histoire : l'Arménie »

 

A ce propos, voir cet « arbitrage », comme ils disent. Arbitrage phénoménal qui met aux prises la dénonciation par « César Borgia » de « Lucrèce » qui diffuse et protège des thèses négationnistes, concernant le génocide des Arméniens, aussi bien que le génocide au Rwanda, en recourant à des sites négationnistes où il prend ses sources et qu'il recopie directement sur wk . « Arbitrage » exemplaire.

 


 
 

Celui-ci oppose donc « Cesar Borgia », qui dénonce le négationnisme qui sous-tend une série d'articles, à un contributeur qui depuis très longtemps en est responsable, à savoir « Lucrèce » qui, avec constance, introduit des points de vue négationnistes dans divers articles concernant l'Arménie, le Rwanda.

« Cesar Borgia » dénonce en même temps ceux des administrateurs qui soutiennent le rédacteur négationniste qui a fait fuir tous ses contradicteurs. « Cesar Borgia » demande « arbitrage » au comité du même nom. Ce dernier s'apprête à renvoyer dos à dos les deux protagonistes de l'affaire, le partisan des thèses négationnistes et celui qui le dénonce, au titre que wk n'a pas à prendre parti (sic!) sous prétexte de neutralité , et il s'apprête ainsi à blanchir les administrateurs ayant protégé le très peu neutre partisan des thèses négationnistes.

 


 
 
 

« Cesar Borgia » signale les officines négationnistes qui payent des gens pour écrire sur wk soutient-il . voir les références et ici

 


 
 

Comme pour d'autres Etats, d'autres réseaux, d'autres officines : le net est un lieu de diffusion idéal pour toutes les propagandes extrémistes à divers degrés jusqu' à celles qui sont interdites, fascistes, racistes, négationnistes ... et que wk abrite toutes sans états d'âme grâce à ses principes. Pour les officines de propagande wk ne restreint pas les liens et ne les interdit surtout pas. Seules  les critiques de wk sont interdites.

 


 
 

Les explications que donne « César Borgia » sont plus que claires : accablantes pour le parti qui soutient le négationnisme, lui-même soutenu par des administrateurs, au nom de la « neutralité », soit, toutes les opinions ont droit de cité sur wk.

 


 

Réaction des « juges » responsables de l' « arbitrage » ? Enfin « juges » si l'on peut dire : car que sont des juges sans code de lois, sans règles explicites, les mêmes pour tous ? pas grand chose évidemment . Comment réagissent donc ces supposés « juges » qui une fois encore vont trancher l'affaire qui leur est soumise selon leur opinion personnelle, c'est à dire l'idéologie wkdienne de la neutralité qui bénéficie aux thèses anti-démocratiques, même si elles sont interdites par la loi ?

 


 

1- ils rappellent que le négationnisme n'est pas interdit par wk puisque toutes les opinions y ont leur place, selon la fameuse « neutralité » qui y prévaut (J'ajouterai comme nuance toutefois : tous les points de vue, et toutes les opinions, sauf le point de vue le plus vrai, celui des travaux des scientifiques, historiens de profession reconnus par leurs pairs, sauf celui qu'une histoire véritable permet d'établir : car il ne faut surtout pas le privilégier. Donc on l'exclut. Logique wikipedienne.

Mais à part ça, l'éclectisme et le relativisme vont bon train, bien entendu et commencent à montrer leurs ravages : le point de vue scientifique n'a pas à être privilégié et ne doit certainement pas exclure les points de vue faux et négationnistes. Ce sera donc celui-là qui sera exclu en priorité, contre ceux-ci, qui sont protégés. Absurdité des principes wikipediens que l'on constate toujours et encore.) .

 

Il est même précisé que le négationnisme n'est pas interdit par wk, et la preuve en est qu'il est même très présent sur wk sur tous les thèmes qui s'y prètent. Voilà qui a le mérite d'être clair, n'est-ce pas ?

 


 

2- ils ne peuvent donc juger d'une éventuelle faute quant au contenu de certains articles, qui consisterait à introduire un point de vue négationniste, puisque ça n'est pas une faute.

 


 

3- ils n'ont manifestement pas très envie de mettre en cause la responsabilité des administrateurs qui ont couvert et protégé les activités d'un militant du négationnisme : puisque ceci n'est pas interdit et qu'il n'y a pas faute, comment mettre en jeu la responsabilité d'un administrateur, en effet ? Ce qui a d'autant moins de sens que personne n'est responsable sur wk : absolument personne. Normal puisque la vérité n'est pas en jeu et que la neutralité autorise à tout écrire. C'est à dire à la fois : tout et son contraire , comme on le constate au vu de l'incohérence des articles sur nombre de sujets. Mais aussi ce qui autorise à écrire ce qui ne doit pas s'écrire dans une publication sérieuse et responsable : le faux, et tous les parti-pris de propagande, a fortiori négationnistes.

 

Tolérance des idées fascistes et négationnistes, qui est, logiquement, la conséquence inéluctable de l'abandon de l'idée de vérité.

 


 

4- ils s'apprêtent à ne pas trancher, comme d'habitude, et montrent leur irresponsabilité constitutionnelle : en renvoyant dos à dos les deux protagonistes, ils entendent ne pas se prononcer sur le négationnisme, et donc ne rien reprocher aux administrateurs qui l'ont protégé.

 


 

Affaire exemplaire.

 


 
 

Les interventions sur la page de discussion montrent nombre de réactions indignées de ceux qui voudraient mettre fin à cette ligne négationniste. Face à quoi font barrage un certain nombre d'administrateurs pour « protéger », croient-ils, wk contre les individus protestant de ce laxisme qui tolère des orientations négationnistes. Ces administrateurs rappellent que la « neutralité » wikipedienne n'interdit en rien d'exposer des orientations négationnistes.

 


 

Voilà où mène la défense de la « neutralité ».

 


 

On en est là aujourd'hui à wikipedia.

 


 
Alithia

 

Repost 0
7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 22:21

La wikipedia hollandaise a aussi  quelques tares intéressantes : il n'y a pas de hasard

 

costa-rica-1.jpg

 

Pour ce qui est de la wk en néerlandais ; ne lisant pas le néerlandais (désolée) je cite le témoignage d'un lecteur de celle-ci qui a repéré des choses assez bizares pour une encyclopédie :

 

A propos de la  wk NL  ce témoigange : 



Pour ce qui est de la wk en néerlandais ; ne lisant pas le néerlandais (désolée) je cite le témoignage d'un lecteur de celle-ci :

sur wk NL


« La gangrène de Wikipedia



Malgrè tout le respect et l'enthousiasme que j'èprouve pour le "libre" dans l'Internet, je n'ai jamais cachè ma mèfiance voire mon dèdain pour Wikipedia.
Pourtant, l'entreprise partait d'un bon sentiment: proposer une encyclopèdie universaliste collaborative où tout un chacun pouvait rèdiger (ou corriger) la notice pour laquelle il se sentait quelque compètence.

Je n'y ai jamais cru parce que je suis un mèchaaaaant èlitiste qui pense que les publications à  vocation de "connaissance" ayant les honneurs de l'èdition doivent être jugèes par des comitès èditoriaux qui aient pignon sur rue, soient reconnus scientifiquement et s'engagent à  la plus grande objectivitè que possible. C'est une des conditions essentielles pour que les travaux scientifiques publiès sur l'internet soient reconnus au même titre que les publications papier à  l'heure actuelle.

Or, Wikipedia: pas de comitè de lecture, l'auberge espagnole. Et quand je dis espagnole, je devrais dire... flamingante!


Les faits.


Au dètour du blog de Promèthèe, je suis renvoyè à  des notices sur Wikipedia NL (Nederland = Pays Bas, mais aussi la Flandre belge, s'exprimant dans la même langue, èvidemment) concernant des politiciens belges wallons francophones dont certains ne sont pas prèsentès sous leur meilleur jour. De là , me laissant glisser sur les rouleaux de l'internet, j'arrive à  la liste de ces politiciens wallons, mis en scène en flamand par les amis nèerlandophones (notons que la liste des politiciens flamands est, elle, bien plus ètoffèe). Et quelle ne fut pas ma surprise de trouver parmi ces politiciens wallons l'inènarrable et nausèabond Lèon Degrelle, fondateur du parti fasciste wallon, Rex: un grand collaborateur et ami des nazis. Là , premiers ètonnements: Degrelle y est prèsentè tout à  son avantage, comme particulièrement en cheville avec le parti catholique belge... ce qui n'est pas faux... sauf que...on y omet quelques èlements historiques importants, comme les raisons de son èchec aux èlections de 1938: il est lâchè par cette même èglise catholique. Une notice ètrange et incomplète donc...

Mais continuons. De fil en
aiguille, de clic de souris en clic de souris, je me retrouve en pleine dèbauche de liens en relation avec l'indèpendantisme flamingant sous toutes ses formes.
Apparemment, certains activistes flamingants (qu'ils soient belges ou hollandais, tous partisans de la Grande Nèerlande, unifiant la Flandre belge et les Pays-Bas en un grand pays) ont fait main basse sur des notices de Wikipedia NL et ont prèsentè les faits à  leur avantage.

 
 
Mais là  où je suis restè bouche bèe, c'est devant la notice Wikipedia NL consacrèe à  l'"Holocaustontkenning", la nègation de la Shoah. Le rèvisionnisme, quoi. La seconde partie de la notice explique un peu sommairement pourquoi cette (rè)vision de l'histoire est erronèe -elle est due très clairement à  des interventions multiples et postèrieures à  la première... mais la première partie justifie complètement l'existence d'un courant historique appelè "rèvisionnisme" : historisch revisionnisme. Courant scientifique reconnu, d'après la notice, destinè à  revoir l'historiographie à  l'aide de nouveaux faits, d'informations plus objectives, plus prècises, partant du principe que l'histoire "traditionnelle" peut et doit être revue. Là , je reste perplexe: le rèvisionnisme ètant assimilè au nègationnisme dans les milieux des historiens, personne n'oserait dire en France qu'il est une composante des ètudes historiques. De plus, dire que l'histoire est en perpètuelle transformation, refonte, ce me paraît être une èvidence. Ce soi-disant "rèvisionnisme", c'est la base de notre discipline d'historiens: oser remettre en question notre vision du passè sur des bases objectives saines. Trois possibilitès donc:
- ou bien les milieux nèerlandais/flamands/anglosaxons mettent en oeuvre cette conception de "rèvisionnisme" de manière gènèrale (et pas seulement en relation avec la nègation de la Shoah) (mais alors, et j'en appelle aux anglosaxons ou nèerlandophones qui me lisent: èclairez-moi !)
 
- ou bien ces notices ont ètè rèdigèes par des pseudos-historiens à  la petite semaine, qui malmènent concepts et rèalitès
- ou bien c'est l'oeuvre de quelques noirs manipulateurs qui font du crypto-nègationnisme: en dèdiabolisant le concept de "rèvisionnisme
historique", ils rendent le nègationnisme plus acceptable.


Dans tous les cas, ces notices Wikipedia sont dangereuses. Je me souviens, il y a quelques mois, sur ce blog: un jeune galapiat se gaussait, dans un commentaire à  une des notes qui m'ont demandè le plus de sang, de sueur et presque de larmes, en m'expliquant que tout ce que je racontais sur le nègationnisme, c'ètait bien inutile : "Ca sert pas à  grand chose à  nous c/c un texte de ton encyclopèdie, on peut très bien regarder nous mêmes"... Certes, certes. Dans Wikipedia Nederland, peut-être ? »

 


trouvé sur un forum http://forum.tt-hardware.com/forum.php?topic=79097&

Repost 0
22 août 2007 3 22 /08 /août /2007 12:18
  neutralité  fictive 
Wikipedia n'est pas "neutre". Elle est animée par des tendances idéologiques sur lesquelles elle est fondée.  C'est pourquoi elle exclut les rédacteurs potentiels qui ne partagent pas ces tendances et présupposés.

 


ethiopie4.jpg
Les tendances idéologiques qui sous-tendent wikipedia sont comme je le disais dans l'article précédent un combiné de relativisme, positivisme, libéralisme, anarchisme.

[voir wikipedia censure la science contemporaine]

 



Analyse de ces tendances idéologiques que l'on trouve confirmée dans l'analyse de  l'encyclopédie de l'Agora   :


[extraits]

1. Un cocktail de philosophies

Le succès récent de Wikipedia s’appuie en grande partie aussi sur la réactivation de grands courants philosophiques, qui se combinent sous une forme originale. Le relativisme pose que tous les points de vue se valent, ou plutôt que chacun a raison de son point de vue3. Le relativisme est rendu manifeste, paradoxalement, à travers le premier principe éditorial de Wikipedia, celui du " point de vue neutre ". L’expression "point de vue neutre1" étant un oxymore, les initiateurs du projet précisent que tous les points de vue et toutes les opinions ont un droit égal à l’expression. Chacun a le droit de dire ce qu’il sait sur Wikipedia, pourvu qu’il s’efforce de présenter ses opinions pour ce qu’elles sont, c’est-à-dire pourvu qu’il les mette à distance en les caractérisant comme telles, ou que d’autres le fassent pour lui4."
 

Ce premier principe est donc étroitement lié au libéralisme : on se référera ici à John Stuart Mill, Sur la liberté (1859) dont le postulat essentiel est que tout le monde doit profiter de l’expression, de la circulation et de la critique des opinions de tout le monde. Héritier de la pensée des Lumières, Stuart Mill a posé que les esprits sont capables de s’éclairer et de se former mutuellement : nul besoin de censurer, nul besoin d’une instance chargée d’identifier et de bannir le " mal ". Le corollaire de ce principe libéral, c’est que Wikipedia ne saurait garantir par exemple une protection contre le sabotage de certains articles, en l’absence d’une surveillance supplémentaire. Le système est censé assurer toutefois un triomphe rapide aux gens raisonnables sur la poignée de vandales. De même, conformément à ce que soutenait Stuart Mill, la concurrence des idées doit conduire à l’élimination progressive des erreurs. Quelques expériences récentes ont montré que cet optimisme n’était pas toujours justifié5, même s’il est vrai que la qualité des articles s’améliore progressivement.

 

L’optimisme libéral concorde avec le rationalisme, qui pondère le relativisme initial. Le lecteur de Wikipedia, prenant connaissance des différentes opinions sur une question, se donne les moyens de décider ensuite en parfaite connaissance de cause ce qu’il doit penser. Cette théorie rationaliste de la connaissance et de la communication a été portée au XXème siècle par des philosophes comme Jürgen Habermas ou John Rawls, et par tous ceux qui postulent un individu capable de se dégager des influences qui s’exercent sur lui, le plus souvent à son insu. Le rationalisme fait l’objet de critiques soutenues : l’homme est aussi un être de coutume et la capacité de son jugement à se conduire de manière autonome reste sujette à caution. L’expérience des contributeurs de Wikipedia (les rôles d’éditeur et de lecteur sont interchangeables instantanément) est souvent celle d’articles transformés en champs de bataille, où les individus s’affrontent à coups d’ajouts ou dereverts (restauration d'une version antérieure) lors de "guerres éditoriales" ou edit wars6. L’encyclopédie est d’ailleurs un lieu particulièrement prisé pour les trolls, phénomène courant sur Internet, de disputes menées pour le plaisir de la dispute. Les "retours" sont aussi invoqués pour expliquer l'impuissance relative des vandales, puisque leurs actes de sabotage peuvent être à tout moment effacés par d'autres contributeurs. Bref, tout irait bien si les discussions n’étaient parfois prises en charge par des groupes de pression. Un soupçon déjà célèbre entoure l’article " Wal-Mart " : la plus grosse chaîne mondiale de grande distribution aurait financé une agence de communication pour intervenir sur cet article éponyme et déplacer les critiques vers un article ad hoc intitulé " Criticism of Wal-Mart7 ". L’article de Wikipedia a été rendu davantage conforme aux intérêts de la société Wal-Mart.

 

On mentionnera enfin deux courants dont la présence est encore plus manifeste. Le positivisme exige des sources et des références à ce qui existe déjà, tandis qu’il proscrit des inventions ou des prises de position originales8. L’exigence positiviste est expliquée dans les deuxième et troisième principes éditoriaux de Wikipedia, la "vérifiabilité" et le "pas de recherche originale9". Ici, le relativisme n’est plus de mise." The three policies are also non-negotiable and cannot be superseded by any other guidelines or by editors’ consensus10", ont décidé les éditeurs en chef. Enfin, et bien que l’équipe dirigeante de Wikipedia s’en défende en annonçant que l’encyclopédie n’est pas une expérience démocratique, anarchiste ou libertaire11, il faut mentionner l’anarchisme, entendu comme un pari sur la capacité des individus à se gouverner collectivement.

 

Les différents courants philosophiques repérables se recoupent, s’entremêlent, se contredisent ou se fécondent mutuellement, d’où l’impression de bouillonnement intellectuel qui anime Wikipedia. Ainsi, on pourra rattacher le relativisme à l’idée que les experts n’ont pas à monopoliser la parole, et qu’une société libre est une société où les opinions de l’homme du commun se font entendre. Tout ceci se fait pour le bien de la société dans son ensemble, les individus étant eux-mêmes les meilleurs juges de ce qui leur convient : cette philosophie générale, que l’on trouve par exemple chez Paul Feyerabend dans Adieu la raison12, rejoint le principe libéral selon lequel le jeu des intérêts individuels et des opinions profite à tous, mais aussi la tendance anarchiste, selon laquelle il faut rendre au peuple (voire à la cuisinière) le pouvoir confisqué par les technocrates. Paul Feyerabend, qui avait adopté le relativisme comme philosophie avant d’y renoncer, revendiquait l’héritage de la démocratie grecque contre Platon. Le philosophe n’est pas l’expert qu’il faut écouter mais un trouble-fête, qui désapprend aux individus à se gouverner eux-mêmes. Platon pointait la faiblesse de la démocratie, qui repose sur les humeurs de la foule... pourtant la démocratie est aujourd'hui considérée comme le meilleur régime. Appréciera-t-on demain l'encyclopédie du plus grand nombre comme étant la meilleure ? Le principe de Wikipedia est en effet celui du jeu effectif des opinions, face au souci de la vérité auquel certains individus seraient censément plus attachés que d’autres... ?


[...]
Repost 0
2 juillet 2007 1 02 /07 /juillet /2007 14:44

 neutralité  fictive  
Mes critiques sont largement partagées. Elles sont de notoriété publique au point que même wikipedia ne peut les ignorer. 

Voici une partie des critiques les plus fréquemment émises, rapportées sur wikipedia qui en a recensé   [-une partie seulement] ...  et sans pour autant changer, bien entendu, puisqu'elles mettent en cause ses principes, posés lors de la fondation  par J. Wales
comme « non négociables ».



chili-e-bonifait.jpgphoto E Bonifait l'Internaute


J’ai souvent eu l’occasion de dire que les critiques que je formule envers wikipedia sont partagées par de nombreuses personnes. Non seulement les universitaires en général, et intellectuels (les vrais, pas des gens comme Anthère ou Mme wikipedia que nous avons entendue à France-culture –se reporter à l’article correspondant), ainsi que tous les observateurs et les journalistes sérieux, mais aussi par de très nombreux anonymes ayant expérimenté wikipedia et autres ex-wikipediens.

Au point que, ces critiques, si nombreuses et semble-t-il fondées qui lui sont adressées, sont connues, reconnues comme telles et même recensées sur wikipedia . On en trouve ici une série dont je cite l’essentiel :

N.B. : tous les titres indiqués par un numéro de moi, Alithia ; les citations des critiques sont entre guillemets ; et mes commentaires entre crochets [ ].


1) aggravation des défauts et diminution de la qualité des articles au fur et à mesure de l’extension de ceux-ci , soit rapport inversement proportionnel entre quantité et qualité
–contrairement à ce que proclame wikipedia pour se vanter de sa supposée réussite  la quantité ne fait pas la qualité -on le savait déjà- mais
en l'occurrence, c'est le contraire qui est vrai .

Début des citations de wikipedia :


« Médiocrité permanente »


« À mesure que Wikipédia grandit, la qualité globale de son contenu se détériore
. Elle ressemble de plus en plus à une mer de mots qui contrefont une information tout en n'offrant que peu de vérité, battant le rivage d'îles d'informations techniques factuellement correctes mais sans intérêt éducatif. Du fait de la taille et de la croissance de l'encyclopédie, de plus en plus « d'informations » douteuses dans cette mer n'obtiendront pas l'attention nécessaire et l'article moyen deviendra une collection de faits mal établis, d'inexactitudes, de distorsions, d'opinions et de vues minoritaires, impossibles à distinguer les une des autres. Cette mer est souillée par des défauts voyageurs, vandalisme et non-neutralité, qui reflètent l'esprit du temps de la culture populaire. […]. C'est une encyclopédie, [quoi que, rien n’est moins certain] mais quel est son intérêt pour ses lecteurs ? »


=  dégradation qui se produit avec le temps et la multiplication des interventions : 
constat fait par la revue « la Recherche », n° de janvier 2007, déjà citée sur le blog.


2) Reflet de l’opinion commune ses erreurs, illusions, croyances stupides et superstitions comprises :


« La dictature de la majorité »


« Les auteurs se préoccupent plus de leurs droits que de leurs devoirs. De plus en plus de différends se règlent à coups de guerres d'édition par attrition. Le résultat est que les articles sont désormais écrits non pas en respectant une neutralité de point de vue acceptable par presque tous les lecteurs, mais d'un point de vue partisan que 51 % des éditeurs trouvent idéal. Les tentatives de résoudre ces problèmes par l'élargissement de l'espace du débat sont contrecarrés par le désir d'éviter les duplications. La majorité victorieuse ne voit aucune raison de collaborer avec la minorité et considère même qu'une telle collaboration serait une « défaite »... »



3) Et ce qu’ils appellent gentiment les « travaux inédits » pour ne pas parler de distorsion de signification, de point de vue orienté, et encore moins de propagande, ou de diffusion des pseudo-sciences

« Les travaux inédits »  :


« Certains utilisateurs considèrent Wikipedia comme un moyen au service de leurs objectifs plus que comme une fin en soi. Ils avancent leurs pions et des terminologies non-standard, infestant partout à la ronde des articles de leurs théories fétiches mal dégrossies. »



4) présence du porno : wikipedia sert à l’industrie du porno qui l’utilise pour faire sa publicité
[nous en avons un exemple ici] et une très large part des consultations –majoritaire ?- porte sur les articles du domaine de la porno, au point qu’on pourrait la renommer plus justement « wikipedia l’encyclopédie porno »
« Encyclopédie porno »


« Certains internautes considèrent Wikipedia comme un moyen de trouver facilement des informations détaillées sur leur actrices porno préférée. Finalement, les articles scientifiques et littéraires n'intéressent plus personne, et Wikipédia devient une gigantesque encyclopédie de la pornographie, et passe un accord de financement avec un géant de cette industrie, qui fait placer des images publicitaires sur toutes les pages, et recrute les nouvelles stars parmi les contributeurs et contributrices. Des wikipartouzes sont organisées, où chacun est libre de participer selon ses capacités, sans suivre de règles absolues, mais avec toutefois un certain respect de la neutralité. »




5) Ce qu’ils appellent dans leur vocabulaire original les « tamis » :
je suppose que c'est le rédacteur hyper-spécialisé qui finit par écrire des trucs si spécialisés que personne ne comprend et que ça n’intéresse personne ; ceci aboutit à ce que wikipedia n’est vraiment lue que par ceux qui l’écrivent ; comme l’écrit du reste un philosophe [voir ici]

* « Hyperspécialisation »

* « L'alimentation des tamis » :  


« Le tamis devient le premier des consommateurs du projet
, ce qui entraîne la prolifération de versions spécialisées qui sont estampillées par un groupe ou l'autre. Elles se différencient sans cesse à mesure que les efforts pour stabiliser les articles sur les concepts les mieux partagés diminuent et que davantage d'efforts sont consacrés à des termes techniques spécialisés, incompréhensibles même pour les praticiens d'une discipline très proche. L'ossification académique s'installe et aucun des efforts pour intégrer ou pour confronter de multiples champs d'étude d'un point de vue éthique – voire du point de vue d'un groupe minoritaire – ne réussit à briser la pensée de groupe académique [ils appellent académique ce qui est hyper-spécialisé … ou propagande] qui ne met en avant que ses valeurs propres : le savoir comme bien positif universel, la réputation académique comme critère de confiance fiable, la contestation par un savoir non-académique comme un genre de troll. [je n’ai pas très bien compris cette phrase écrite en novlangue wikipedienne …]


La taille de Wikipédia croît de façon exponentielle et l'intégration de points de vue multiples dans des articles exhaustifs et innovants se fait très rare. Wikipédia devient à l'image du web lui-même, une manière commode de conforter toutes les âneries qu'on peut dire, dès lors qu'on les énonce dans un langage suffisamment obscur. »



Voilà une 1° série de critiques, que je partage .
 


Une autre série recense ici
les principaux arguments anti-wikipédiens
 

[je cite selon le même principe : les titres numérotés sont de moi]

 


6) principales critiques adressées à wikipedia
 

nommé
« Les arguments anti-wikipédiens »
 

* « Critiques des statuts et des pouvoirs »
 


« On trouve beaucoup de critiques éparses sur Wikipédia, qui contestent le principe même des statuts ou les abus de pouvoir qui en découlent.»
[non développé ; de même que n'est pas abordé le problème de l'anonymat impliquant le fait que l'on confert des responsabilités à des gens en toute ignorance de cause : nul ne sait qui est qui, et cela est vrai jusqu'aux plus hautes sphères lorsqu'on voit J. Wales embaucher des escrocs au curriculum trafiqué]

* « Critiques des règles »

[mais il n'y a là, rien d’intéressant ; le vrai problème est absent soit, fondamentalement, l'absence de règles puisqu'elles renvoient toutes au principe de l'instabilité des règles et de leur changement permanent logiquement doublé du principe de non-formalisme à l'égarde des règles explicitement énoncé «ne respestectez pas les règles, soyez audacieux », et encore le fait que de nouvelles règles sont votées en permanence par une poignée d'individus, -au mieux 20 ou 30 pour des centaines de milleirs de participants- y compris pour « décider » si oui ou non, wikipedia doit souscrire aux grands principes des droits de l'homme. Et on imagine avec quelque crainte, fondée, que la réponse sera non -voir articles du blog sur le sujet ]
 

7) wikipedia est une communauté qui aboutit à fonctionner comme une secte, en vase clos, avec ses propres règles et sa propre conception de la vulgarisation
-à force d’exclure toute analyse critique , toute mise en perspective, d’ignorer l’épistémologie, donc de se dispenser des méthodes scientifiques, et de faire coexister des points de vue de nature différente (rationnels et irrationnels)

* « Critiques du fonctionnement communautaire »

« Wikipédia fonctionne sur le mode communautaire. Ce type de fonctionnement a du bon, mais aussi du mauvais. Par exemple l'existence d'une communauté soudée peut engendrer les problèmes suivants.

  • Exclusion ou isolement des déviants.
  • Conformisme.
  • Constitution d'un noyau d'habitués qui évolue en groupe fermé.
  • Mainmise de ce noyau d'habitués sur les décisions de la communauté.
  • Hiérarchisation de la communauté.
  • Mise en place spontanée de règles communautaires informelles qui peuvent s'avérer contraignantes et sclérosantes.
  • Décisions parfois « irrationnelles ».

Sur Wikipédia, le processus de communautarisation est déjà bien engagé… »

 
[je confirme]
 


8) la dite « neutralité de point de vue » revient à ignorer les références scientifiques, sans distinction ni hiérarchisation, elles son mises sur le même plan que les pseudo-siences, les escroqueries et le s références irrationnelles

* « Critique de la neutralité de point de vue »

« Doit-on tout le temps la respecter  ? Sur certains articles entrant dans les catégories de l'Art, des sciences humaines et sociales, n'est-il pas utile de la remettre provisoirement en cause ? Il existe déjà des pages sur le sujet Utilisateur:Ellisllk et Wikipédia:Débats sur la neutralité de point de vue. »



9) pour les rédacteurs, la participation à wikipedia est une perte de temps considérable ; le spécialiste verra son travail détruit, il lui faudra expliquer et discuter à l’infini sans aucune garantie d’avoir le dernier mot,
la qualité de spécialiste d’une discipline n’étant pas reconnue sur wikipedia où rien ne fait autorité et qui n’admet que le « consensus » : la pertinence des idées est le résultat d’un consensus ou… d’un rapport de forces. Aberration anti-scientifique qui est le fond de ma critique et dont témoignent les points suivants :


* « Critiques sur les inconvénients de la participation à Wikipédia »


« Certaines critiques peuvent, sans être formalisées et détaillées, traduire un ras le bol individuel qui est préjudiciable au moral général, et qui peut révéler de véritables problèmes organisationnels. Par exemple, une critique de ce type sera : « Wikipédia, c'est vraiment un super projet, mais on perd trop de temps dessus, et en plus depuis que je contribué, je suis plus stressé, je dors moins bien, et je deviens susceptible... »


* « Critiques des procédures de vote »

[rien d’intéressant ; le vrai problème est absent à savoir que les contributeurs sont anonymes : on ne sait pour qui on vote ; et que les votes se font à une infime minorité de participants ; wikipedia n’est pas une démocratie, elle le dit ouvertement et s’en vante ; wikipedia ne respecte pas le droit, ni le droit national, sa fondation est logée aux USA, ni les droits de l’homme, rien n’est universel pur elle sauf elle-même qui s’intitule « encyclopédie, libre, universelle, collective et gratuite » (sic)]


10 ) Wikipedia n’est pas neutre, ni ne peut l’être : elle est le reflet de l’idéologie (des idéologies) de ceux qui la compose. La propagande est même envisagée
et il en est même donné un exemple , pas le plus significatif malheureusement, car , en l’occurrence la doctrine en question (guerre contre le terrorisme) est parfaitement attribuée à Bush. De sorte qu’il ne s’agit pas de propagande, mais de l’exposé d’une doctrine. Ce qui semble montrer qu’à wikipedia on n’a pas encore la notion de ce qu’est la propagande. On aurait aimé d’autres doctrines exposées mais non attribuées, qui donc sont présentées comme référence , par le fait de la non attribution des doctrines et du refus de les nommer et qualifier , qui est justement la règle sur wikipedia et la raison pour laquelle la propagande y est présente.
[Tout ce qui suit est cité de wikipedia ]

* « Critique de l'idéologie de Wikipédia »

« Qui écrit dans Wikipédia ? Les articles reflètent forcément la pensée des contributeurs. Ils sont déterminés complètement par les contributeurs. »

« Notons bien que parmi les articles « sans problème », on a par exemple de la propagande typique : Guerre contre le terrorisme, où comment une politique de Georges Bush devient un concept, et possède même une catégorie sur le sujet. »
 
Voir l'article correspondant : Critique de l'idéologie de Wikipédia
[Voir également ceci sur le thème de l’escroquerie wiki]

* « La critique par la satire »
expose les points suivants ici Satire de Wikipédia

* « Comment contribuer sans problèmes »

« Les règles de base, pour éviter les conflits et les problèmes :


* Le choix des sujets
  • = Ne pas contribuer à la réalisation d'un article traitant:
    • - de politique, sauf pour corriger l'orthographe
    • - d'économie politique, sauf pour corriger l'orthographe (éviter en particulier de  citer   un économiste, animal réputé troglodyte et de ce fait censé ne rien comprendre à la société et à la vie des gens)
    • - de sociologie, sauf pour corriger l'orthographe ou remplacer tout mot compréhensible par une locution cryptée
    • - d'électronucléaire, sauf afin d'y placer une thèse favorable
  • = S'en tenir à la création d'ébauches
  • = S'en tenir à l'insertion d'évènements factuels, qui ne peuvent pas déclencher de polémique.
Exemple : "Le chien de Machin s'appelle Truc" est une bonne contribution. "Machin aime les chiens" est une contribution polémique à éviter.
        
        = Eviter les articles traitant : ·       
    • - de religion, sauf pour corriger l'orthographe
    • - éviter tout spécialement tout article ayant un rapport avec la religion dominante dans la zone linguistique où vous exercez vos talents.
    • - éviter toute citation d'un exégète y compris s'il est assez réputé pour être cité dans sa langue d'origine quelle que soit la langue principale de la liste académique qui le cite
    • - éviter de donner des citations des textes fondateurs dans leur langue originale pour insérer des aperçus grammaticaux. Il se trouvera bien un wikipédien pour vous taxer de mépris à l'endroit des autres contributeurs. En cette matière la bonne contribution consiste à mettre un lien sur un blogue qui sait utiliser l'UTF-8 et où se trouve à l'identique le texte en langue ancienne et le commentaire grammatical que vous souhaitiez donner. Au besoin, susciter le spécialiste pour qu'il écrive la note dans son blogue.
  • = Catégoriser de façon très évasive
  •  
  • = Dans le cas d'un personnage public on préferera les catégories de type Catégorie:naissance en 1963 ou Catégorie:écrivain (éviter de préciser la nationalité si le pays connaît des tensions nationalistes)
  • = Se consacrer aux sujets qui n'intéressent personne (se mettre en retrait dès que quelqu'un s'y intéresse)
  • = Éviter tout sujet contemporain et terme récent. Une encyclopédie sérieuse doit rester un musée des porcelaines du passé. Le conservateur n'aime pas qu'on en dérange les vitrines, ce qui pourrait augmenter la prime d'assurance. »
* « Le comportement général »

« Sur les pages à supprimer, toujours voter comme la majorité. Si aucune majorité claire ne se décide, attendre. Si il n'y a toujours rien, voter neutre, ou mieux, ne pas voter (si cela peut rassurer votre esprit civique, cela ne remet pas en cause le caractère démocratique de la procédure, puisque la suppression ne dépend pas du résultat du vote)
  • Toujours voter pour les administrateurs qui se présentent (sauf si la proportion de voix contre est très supérieure à celle des pour, ce qui ne s'est jamais vu)
  • Renoncer à émettre un avis personnel autre que « J'aime les pommes de terre », « J'aime les raisins secs » ou « J'aime le lard »

... tout bien considéré... renoncer à « J'aime le lard », un tel comportement a déjà mené au conflit

De même, ne faites pas d'allusion à vos goûts pour les « Panzani », sinon quelqu'un pensera que vous détestez les italiens et que vous ravivez des tensions racistes.

  • Écrire « Je pense qu'Untel devrait faire partie de la catégorie Catégorie:Dictateur, Catégorie:Terroriste, Catégorie:Personnalité.» est un comportement totalement irresponsable menant directement au conflit.
  • Ne surtout pas faire de plaisanterie : de nombreuses personnes ne les comprenant pas, vous risquez de vous faire bloquer 3 jours. […]
  • Créer un très grand nombre d'articles repompés d'Encarta, de Britannica, ou de pages web quelconques sur des sujets pompeux tels que l'histoire philosophique des musiciens baroques, changer trois connecteurs logiques pour de pas être accusé de plagiat et citer les sources de l'article original sans les avoir lues afin de passer pour un contributeur important de wikipedia qu'il serait regrettable de perdre. »
* « Carrière d'un wikipédiste »


« Les wikipédistes ont trois genres de carrières. Soit :

  • ils finissent bloqués,
  • ils abandonnent,
  • ils deviennent administrateurs.
Dans les trois cas, leurs contributions se tarissent. »

* « Utilisez du vocabulaire « neutre »


« Wikipédia possède une novlangue qu'il vous faut assimiler et employer pour éviter les conflits : ne dites pas : « terrorisme », dites : « violence politique », de même ne dites pas : « dictateur », dites : « dirigeant politique ». Ne dites pas « criminel de guerre » mais, selon son grade, « chef de l'armée », « général » ou « colonel ».


En règle générale, ne relayez pas les points de vue des minorités quelles qu'elles soient (homosexuels, juifs, handicapés, communistes et courants politiques minoritaires, points de vue de pays de l'Axe du Mal, Cuba, etc.). Vous trouverez toujours une majorité pour qualifier ce point de vue de « non-neutre ». Si vous rencontrez une page exprimant un tel point de vue, n'hésitez pas à la proposer sur les « Pages à Supprimer », vous gagnerez largement. Comptez pour cela sur l'aide des wikipédiens qui votent partout sans rien connaître du sujet.


Par ailleurs, ne relayez pas non plus le point de vue de la majorité car il serait vraiment regrettable de s'aliéner la minorité qui sera peut-être un jour une partie de vos électeurs si vous vous présentez au poste d'administrateur. »

fin des citations de wikipedia
_____________________________________________________________________________________


N.B. ces critiques figurent, en mieux, plus intelligemment présentées et mieux rédigées, sur Désencyclopédie que l’on peut voir ici avec d'autres remarques pertinentes et drôles. Comme l’on sait, l’humour est la meilleure manière de toucher la vérité et de dire des choses sérieuses, mais qui sont soumises aux diverses censures que l’humour est le seul moyen de contourner (voir Freud).

Voilà. 

Je ne dis pas autre chose que ce que ces critiques relèvent, avec plus ou moins d’humour selon les cas.

J’ai seulement ajouté mes exemples, fruits d’une longue observation.

Et j’ai essayé de donner, pour le fond, l’analyse des principes de wikipedia et de son idéologie, qui, à mon avis, expliquent pourquoi ces critiques tombent juste.

Alithia.
Repost 0
7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 16:48

Wikipedia entreprise révisionniste : la révision du savoir est son principe fondateur

 

japon-e-prunier2.jpgphoto E Prunier l'Internaute


Je publie ma réponse faite à un lecteur à propos du rapport qu'entretient wikipedia aux principes des droits de l'homme:
 

C'est ce principe dit de "neutralité" qui abrite la possibilité de réécriture de tous les sujets au gré de ceux qui ont le pouvoir sur wikipedia et qui écrivent wikipedia parce que c'est cela qu'ils aiment : présenter tous les sujets selon la représentation et les croyances qui sont les leurs. Selon leur point de vue perso, aussi déformant soit-il.

ça porte un nom : révisionnisme.

 


Comme je l'écrivais en réponse à Austin à l'instant , l'histoire ne retiendra de wikipedia que le fait qu'elle fut une entreprise révisionniste, sur tous les sujets, puisque la tendance est bien là, présente dès sa conception. Son ambition est en effet de réécrire tous les domaines du savoir , de manière populaire, selon le consensus propre à wikipedia apportant sur tous les sujets sa version, sans se laisser impressionner par les versions, qualifiées par wikipedia, d' "officielles" , les versions déclarées être celles des intellectuels "officiels" qui sont accusés de présenter des versions "officielles" du savoir "élitistes" etc... C'est tout cela, qui est compris dans le terme "élitisme" qu'il convient de rectifier nous-mêmes, pensent les gens conviés à rédiger wikipedia. Voilà à quoi se sentent autorisés les wikipediens car J. Wales les y a autorisés et leur a fourni l'instrument technique. Comment résister ? forcément cela créé une déferlante. La possibilité est trop tentante pour un multitude de gens qui haïssent le savoir qu'ils n'ont pas et qui haïssent tout autant les gens qui en sont porteurs, qui le créent, qui le diffusent, les intellectuels qu'ils ne sont pas. Parce qu'ils ne le sont pas.

Triste à dire, mais c'est ainsi.  Wikipedia est fondé sur la haine des intellectuelles et sur la haine de la vérité, cart celle-ci impose des règles etsuppose de respecter des obligations : tout ce que wikipedia déteste, conteste et promet de subvertir.
.
Voyez la foultitude de techniciens et ingénieurs, qui se prétendent assez qualifiés en droit, pour l’exposer à nouveau comme il leur chante et comme il leur plaît. Et de même sur tous les sujets.

 

La haine des intellectuels est perceptible à tout moment sur wikipedia où l'on voit que le dernier des derniers jouit de traiter les grandes idées et les intellectuels en moins que rien qu'il surpasse avec son instrument wiki entre les mains.  Ainsi wikipedia fonctionne-t-elle à l'idée que le savoir n'appartient pas aux spécialistes . Il est vrai du reste qu'il n'est pas leur propriété. Mais à wikipedia on croit pouvoir se réapproprier le savoir sans passer par la médiation, ni de l'apprentissage du savoir établi, et de l'étude, ni en passer par la médiation des intellectuels qui le constituent et le transmettent. En vérité à wikipedia on croit pouvoir réinventer le savoir à soi tout seul, tous ensembel, plutôt que se le réapproprier, ce qui demanderait le travail de l'étude et la modestie de celmui qui se sait ignorant, lors que c'est le cas.

Cette utopie de reconstruction du savoir hors de toute tradition, et hors de toute transmission,  en faisant l'économie du temps d'étude nécessaire et des livres qui en sont le moyen essentiel -essentiel pour la transmission- 'est une idée fausse et une illusion dangereuse.

Normal alors, que la majorité soit des jeunes mâles incultes techniciens, ingénieurs, informaticiens, dans le ressentiment à l'égard des vrais intellectuels qu'ils ne sont pas dans les domaines qu'ils abordent : c'est logique. Wikipedia leur donne l'occasion d'exprimer ce ressentiment en leur laissant croire qu'ils tiennent là leur revanche sur cette "caste", cette "corporation" d'intellectuels, comme ils disent .
 

Wikipedia sollicite et cultive ainsi les passions qui sont celles de l'extrême-droite, traditionnellement, et qui, aujourd'hui deviennent populaires, grâce au net, parmi d'autres raisons.

Tout cela est fort logique. Donc s'explique fort bien.

 

Wikipedia dans sa conception même est une vaste entreprise de déformation généralisée du savoir : sciences exactes et humaines, toutes sont passées à la moulinette de la réécriture par wikipedia , jusqu'au droit y compris (ce dont on a un exemple avec cette idée + que farfelue de supprimer la notion de "violation des droits de l'homme".. avec des arguments qui valent leur pesant de cacahouètes) et bien sûr toute l'actualité.

 

La tendance dominante est à l'extrême-droite ?

Cela n'a rien de vraiment étonnant dans le cadre d'un projet qui est, par nature, révisionniste, il me semble. Par définition cela ne pourra qu'attirer une foule de gens tentés par ce brillant projet : réviser l'ensemble du savoir, sans reconnaître aucune autorité au savoir existant ni aux savants, à leurs discours et à leurs explications, que ceux-ci soient à usage des communautés savantes, ou qu'ils soient destinés à un public plus large et populaire, soit l'enseignement, la divulgation, la vulgarisation. Ce que  savent le faire de grands savants qui ont un grand talent pédagogique pour exposer aux non-spécialistes l'état des sciences dans le domaine qu'ils connaissent.

Ce qui était le projet de l'Encyclopédie Diderot-D'Alembert, écrite par des savants, par tous les plus grands savants du moment , à usage de divulgation du savoir auprès des autres, les non-savants.

 

Mais ce qui n'est pas du tout celui de wikipedia qui prétend mettre le non-spécialiste, l'ignorant , tout le monde (donc y compris les esprits partisans et mal intentionnés) à la place de Diderot D'Alembert : la différence est de taille.

 

Il est certain qu'on en apprend plus en lisant les oeuvres de divulgation des grands savants , et Prix Nobels pour une partie d'entre eux, tels François Jacob pour la biologie, Pierre-Gilles de Genne, pour la physique, Hubert Reeves pour l'astro-physique, J-M Levy-Leblond, physique encore, André Langaney ,  pour la biologie... pour ne citer que quels exemples, sans remonter à Poincaré le mathématicien, Einstein-Infeld, pour la théorie de la relativité, Robert Blanché , pour la logique, etc.


Je pense indiscutable qu' on en apprend incomparablement plus à lire les Diderot et D'Alembert d'aujourdhui, et les philosophes qui étudient les sciences et les problèmes qu'elles posent à la civilisation, qu'en lisant wikipedia qui ne peut mettre que des idées fausses dans les crânes des non-spécialistes, c'est à dire   à peu près tout le monde . Il faut avoir l'honnêteté de le reconnaître.

 

Wikipedia est un danger , je le disais dès l'introduction du blog.

 
Pourquoi wikipedia est un danger : introduction
 

Wikipedia est une escroquerie car elle prétend réécrire le savoir à sa manière , ce sont ses principes qui expliquent pourquoi elle est devenue ce qu'elle est ; voir la présentation où j'explique cela :

 
Présentation : un blog pour dénoncer wikipedia, une escroquerie, un danger, une pseudo-encyclopédie
 


Bien entendu, elle est dangereuse pour l'éducation :

 
Wikipedia dangereuse pour la culture et pour l'éducation
 
Conséquemment wikipedia fonctionne comme une secte ; voir :
 
Le mythe de la neutralité de wkipedia -1- ;
 
 
Le mythe de la neutralité de wikipedia--3- ;   
 

Wikipedia aime l'irrationnel 3- ;  
 

etc. (je me permets de vous citer ces articles pour mémoire, pensant que ça peut vous gagner du temps, et juste pour rappeler que ceci a été largement étudié sur la base d'exemples nombreux)

 

Wikipedia est une niche pour l'extrême-droite ; par définition . cela ne peut être autrement : ses principes le permettent. Donc, ça s'est réalisé. Wikipedia fonctionne ainsi , en attirant des gens dont elle entretient une illusion sur le savoir.

 


Oui je pense que wikipedia est un danger, une escroquerie, car elle est une entreprise révisionniste, de  déformation généralisée du savoir. Et ce , dans tous les domaines. Les sciences sont massacrées, tout autant que la politique et l'actualité, n'en déplaisent à ceux qui n'ont vu que la dénonciation de la propagande islamiste virulente sur wikipedia . Déformer les sciences, toutes les sciences, l'ensemble des domaines du savoir, c'est cela wikipedia et ses méfaits ne se bornent pas aux thèmes de prédilection de l'islamisme et à ses campagnes (pour imposer une loi interdisant le blasphème et pour réviser les droits de l'homme de façon à ce qu'ils entrent en correspondance avec la charia) non plus qu'à ceux de l'extrême-droite franco-française et ses haines classiques et nouvelles.

 



A propos de la grande peste d'Athènes, la formule de La Fontaine "tous n'en mourraient pas, mais tous étaient atteints" convient parfaitement pour résumer les effets délétères de wikipedia : la peste ne tue pas tout le monde, mais affecte tout le monde, lors qu'elle s'abat sur une communauté.

Alithia
Repost 0
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 00:14

Droits de l'homme : énonciation  et explication , sur le site du gouvernement français.



chimborazo.jpgphoto l'Internaute


 

 

Progressivement consacrée par le droit international public, la Déclaration universelle des droits de l'Homme est devenue le texte de référence pour les Nations unies et l'ensemble des Etats. Son cinquantenaire devra être l'occasion de réaffirmer son importance politique.

 

Le ministre des Affaires étrangères, Hubert Védrine, à la tribune des Nationsunies.

 

La Déclaration universelle des droits de l'Homme a été adoptée par un vote de l'Assemblée générale des Nations unies, le 10 décembre 1948. Formellement, il s'agit d'une simple résolution de l'Assemblée, une résolution* parmi tant d'autres... Politiquement, si la Déclaration a été votée par quarante-huit voix, sans aucun vote négatif, huit Etats se sont abstenus, comme l'Afrique du Sud, l'Arabie saoudite, l'Union soviétique et ses satellites. On ne peut donc même pas parler de « consensus », même si ce résultat reste inespéré, au moment même où tombait le rideau de fer.

 

Il faudra d'ailleurs attendre près de trente ans pour voir entrer en vigueur en 1976 les deux traités signés en 1966 le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, d'une part, le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, d'autre part qui donnent toute leur valeur en tant qu'engagements contractuels aux principes de la Déclaration. Encore aujourd'hui, « seulement » 140 et 137 Etats sur 185 Etats membres des Nations unies ont respectivement ratifié ces deux traités, qui gardent une vocation universelle. Bien plus, le protocole facultatif au Pacte sur les droits civils et politiques, qui permet de présenter des « communications » devant le Comité des droits de l'Homme, n'a été ratifié que par 93 Etats.

 

A fortiori sur le plan régional, un instrument comme la Convention européenne des droits de l'Homme, qui consacre la garantie collective des droits fondamentaux, avec un système de plaintes individuelles particulièrement contraignant pour les Etats, ne concerne que les 40 Etats membres du Conseil de l'Europe. A s'en tenir à cette dialectique entre la Déclaration et les Pactes, on pourrait croire que la Déclaration se borne à indiquer « l'idéal commun à atteindre », tandis que les deux traités marquent le passage de l'engagement moral à l'obligation juridique, du « non-droit » au droit.

 

 

 

Dans le droit fil de la Charte des Nations unies

 

Le droit d'être considéré comme unique... Inde, 1998. © F. de LaMure/MAE

 

Pourtant, dès l'origine, la Déclaration universelle n'était pas une résolution comme les autres. La source première de la Déclaration se trouve en effet dans la Charte des Nations unies qui affirme d'emblée dans son préambule « notre foi dans les droits fondamentaux de l'Homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l'égalité des droits des hommes et des femmes... » La Charte fixe parmi les buts des Nations unies celui de « réaliser la coopération internationale (...) en développant et en encourageant le respect des droits de l'Homme et des libertés fondamentales pour tous » (art.1). A l'article 55 elle rappelle l'objectif de favoriser « le respect universel et effectif des droits de l'Homme », en précisant à l'article 56 que « les Membres s'engagent, en vue d'atteindre les buts énoncés à l'article 55, à agir, tant conjointement que séparément, en coopération avec l'organisation ». A cet effet, l'article 68 prévoit explicitement la création, auprès du Conseil économique et social des Nations unies, d'une commission « pour le progrès des droits de l'Homme ».

 

Si la notion même de droits de l'Homme est consacrée par la Charte, le contenu même de ces droits fondamentaux n'avait pu être précisé faute de temps. Ainsi, la Commission des droits de l'Homme aura, parmi ses premières tâches, celle d'élaborer une Déclaration des droits de l'Homme. C'est dire que la Déclaration de 1948 n'est pas une résolution isolée, en apesanteur, mais bien une interprétation autorisée des principes de la Charte. Elle tire de la Charte sa pleine valeur juridique. Au-delà des nombreux débats doctrinaux sur la valeur coutumière de la Déclaration ou la reconnaissance de « principes généraux du droit »*, le lien juridique entre la Déclaration et la Charte a été fermement établi par la jurisprudence de la Cour internationale de justice, qui, dans un arrêt de 1980, n'hésitait pas à associer « les principes de la Charte des Nations unies et les droits fondamentaux énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l'Homme ».

 

On peut constater une même reconnaissance sur le plan interne dans de nombreux pays, notamment les Etats africains qui n'étaient pas indépendants au moment de l'adoption de la Déclaration de 1948, mais qui n'ont pas hésité à incorporer la Déclaration dans leurs nouvelles Constitutions lui donnant ainsi une valeur constitutionnelle dans leur ordre juridique. En France au contraire, la consécration de la Déclaration de 1789 dans le Préambule de la Constitution a rendu paradoxalement la situation plus floue. Pour autant, on ne peut s'en tenir à la jurisprudence traditionnelle du juge administratif français qui se contente d'affirmer ce qui va de soi que la Déclaration universelle n'a pas la valeur d'un traité. Il y a en effet d'autres « sources du droit international » que les traités et si, à l'évidence, la Déclaration universelle n'a pas une valeur conventionnelle elle peut avoir une valeur coutumière.

 

 

 
Des règles minimales
 

Mais quelle que soit la place de la Déclaration dans le système juridique de chacun des Etats, l'essentiel est sa consécration progressive par le droit international public. Son importance politique a été rappelée à de nombreuses reprises depuis cinquante ans, dans des textes solennels, en particulier lors de la Conférence mondiale des droits de l'Homme organisée par l'ONU à Vienne en 1993. En outre, la Déclaration sert de texte de référence aux organes des Nations unies.

 

Ainsi la Commission des droits de l'Homme et ses nombreux organes subsidiaires sont habilités à invoquer les « dispositions pertinentes » de la Déclaration universelle à l'encontre de tout Etat membre des Nations unies, s'agissant notamment de « violations flagrantes et systématiques des droits de l'Homme » dans quelque pays que ce soit. Il en va de même du groupe de travail sur la détention arbitraire, institué par la Commission des droits de l'Homme en 1990, qui reçoit des plaintes concernant tous les pays du monde et peut y répondre par des « appels urgents » aux gouvernements mis en cause. Ainsi, la Déclaration fait pleinement partie de « l'acquis » qui s'impose aux Etats, qu'ils aient participé au vote de la résolution de 1948 ou qu'ils soient devenus membres des Nations unies depuis cette date, qu'ils aient ratifié les Pactes ou non...

 

De fait, aucun Etat n'a à ce jour officiellement remis en cause la Déclaration en tant que telle, même si certains prétendent l'interpréter à leur manière, voire la « compléter » ou l'actualiser. Il est important que le cinquantième anniversaire de la Déclaration soit une occasion de consécration juridique et non de révisionnisme larvé. Ses dispositions constituent autant de « règles minimales » qui s'imposent aux Etats de par leur adhésion aux Nations unies et constituent ainsi le « socle » du système juridique peu à peu mis en place au sein des Nations unies comme dans le cadre régional. Mais en échappant à l'adhésion formelle des Etats, la Déclaration universelle va bien au-delà. Elle s'impose à tous, aux Etats comme aux organisations internationales, aux entités non étatiques et aux groupes comme aux individus... Il s'agit, comme le disait fortement l'ex-Secrétaire général de l'organisation, M. Boutros Boutros-Ghali, du « langage commun de l'humanité ».

 
 
 

Emmanuel Decaux
Professeur de droit public à l'université de Paris-X
Vice-président de la Commission nationale consultative des droits de l'Homme



 
   
   
Repost 0
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 00:04
les droits de l'homme : ce sont d'abord des principes dont on trouve ici expliqués et développés, l'esprit et l'énonciation.

islande-5.jpgphoto l'Internaute

revenant sur ma critique de ce que disent les administrateurs de wikipedia qui réduisent les droits de l'homme à une simple notion, je voudrai rappeler qu'ils énoncent des principes.

Pour ma part , dans un article précédent, mettant en doute que les droits de l'homme soient simplement une "notion" je voulais signifer que les Déclarations des droits de l'homme énoncent des principes, qui ne sont pas des lois, donc, mais que cependant ces principes universels sont des orientations générales qui s'imposent à toutes les législations, de tous les Etats, associations, individus, ces derniers qui peuvent s'y référer pour les faire valoir. (voir l'institution de Cours internationales, ou encore de la Cour europérenne : indiquant l'existence d'un droit supérieur à l'Etat qui peut être invoqué, aussi bien pour solliciter un Etat de se mettre en règle, que contre un Etat qui ne respecte pas les droits de l'homme, pour le punir (instances universelles) ou pour se défendre (un particulier, un sujet de droit)


Càd qu'il est possible pour un particulier ou pour des instances supra-étatiques, d'invoquer ces règles générales de justice qui correspondent à l'esprit du droit et font partie de son système : ils en sont même les fondements.

Et, parce qu'ils sont des principes, (que des principes généraux)  ils demandent à être ratifiés ensuite, càd repris et reconnus, adoptés par toutes les instances qui disent le droit et le font respecter. Une fois ratifiés, ils constituent en somme des engagements, qui donnent les bases incontournables et les grandes lignes directrices de la démocratie, garantissant les libertés et l'égalité à rechercher, par principe, et les efforts à faire en ce sens.Et cela, pour tous les citoyens, quelle que soit leur situation, parce qu'ils sont les droits de tout homme, indépendamment de leur propre condition particulière (Etat, classe, sexe etc. ) Et un citoyen peut s'en réclamer contre son propre Etat, ce qui n'est pas rien.

Donc des principes universels, sont à appliquer, et ce sont des principes  aux quels doivent têtre données leurs règles d'application, pour devenir effectifs; Il s doivent recevoir un contenu concret. C'est pourquoi il s'agit de + qu'une "notion", il me semble.

Ce sont des principes, mais qui doivent être repris par tous les Etats, car ils sont universels et s'imposent à tous les Etats comme des principes supérieurs.

L'Etat n'a désormais plus la place prééminente. Il est lui-même soumis aux droits universels, supérieurs, qui constituent la base du droit international. Pour tous les Etats.

Ces principes énoncés par les déclarations qui énumèrent les droits de l'homme, doivent être spécifiés et concrétisés pour être complétés par les législations qui définissent en plus leurs conditions d'application concrètes : pour que ces principes ne demeurent pas seulement des principes mais deviennent effectifs : qu'ils soient adoptés, et mis en pratique

C'est pourquoi je pense que c'est bien plus qu'une notion : des principes, qui appelent leur mise en pratique, donc incitent les législations à en donner traductions diverses à intégrer dans chacune. Ce qui est valable pour tous et pour toutes les législations. Quels que soient les cas des situations concrètes. Ils sont, par principe, toujours valables. Et leur violation est un signe de l'atteinte à (ou même de l'absence de) démocratie.

En effet , pour ce qui est de principes on peut penser à juste titre qu'ils ne doivent pas demeurer abstraits, pas seulement des énoncés, mais doivent recevoir un contenu concret et une application.

Les principes des droits de l'homme, s'ils devaient demeurer de simples principes, seraient vains, car ils pourraient être dits inefficients et + ou - abstraits , inappliqués : critique qui peut être faite aux droits de l'homme et qui est effectivement aussi ancienne qu'eux, à partir de points de vue aussi divers que Burke, contre-révolutionnaire qui les ridiculise en les disant vides de contenu, ou que Marx, qui rappelle les travailleurs oubliés et la dimension de l'exploitation et des inégalités, absentes des Déclarations des droits de l'homme, et encore Hannah Arendt qui rappelle l'existence des peuples sans Etat et leur sort face aux fascismes divers, au nazisme et à sa politique d'extermination faisant apparaître l'impuissance de seuls principes, en l'absence d'Etat (juifs, tziganes et autres catégories persécutées non dotées d'un Etat et se trouvant, de ce fait, sans défense).

Mais lorsque ces principes universels énoncés par les Déclarations et auxquels correspondent les droits de l'homme ,sont adoptés, par des Constitutions et intégrés à des législations effectives, ils deviennent impératifs, réels, concrets, applicables et donnent lieu à sanctions véritables en cas de violation (n'en déplaise à wk) et servent de références pour juger, rappeler à l'ordre, punir, car ils sont bel et bien les principes de référence : càd auxquels les législations se référent, y compris dans leurs applications, les jugements des tribunaux.


Alithia


Repost 0