Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Observatoire

  • : wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • : observatoire de wikipedia qui se prétend une encyclopédie, sans spécialistes ni vérification d'experts, chacun peut écrire ce qu'il veut sous anonymat : une pseudo-encyclopédie où prospèrent la propagande et l'irrationnel. Blog de réflexion sur la culture
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • alithia
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.

Moteur De Recherche

Archives

31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 23:51











Une page d'humour plagiant Désencyclopédie pour se moquer de wikipedia,
de ses travers et de son système incitant au conformisme envers le groupe, au plagiat , aux lieux communs, aux platitudes, aux erreurs et possibilités d'écrire n'importe quoi. Ecrite sous une forme humoristique c'est aussi une manière de pointer son sytème opaque,  non démocratique, ubuesque et kafkaïen, ses administrateurs et leur esprit policier qui étouffe toute liberté de pensée, l'esprit inquisitorial et persécuteur qui caractérise ses petits chefs, individus médiocres à l'esprit étroit.  

Voilà qui déplaît aux administrateurs qui ne supportent aucune critique de wikipedia, même sur le mode de l'humour. On ne se moque pas de wikipedia. Même s'ils disent eux-mêmes que wikipedia n'est pas une démocratie : ce sont les administrateurs établis qui décident de tout.

 Ils veulent donc effacer cette page et la faire disparaître.  Un certain darkon l'a même effacée en douce, mais on s'en est aperçu. Alors on vote pour la suppression. Drôle non ? Peut-être l'humour a-t-il visé juste, peut-être cache-t-il quelque vérité ?  Ils sont très vexés et très furieux. Avant que la page ne disparaisse je la publie pour archives. [1]

avec un florilège des "arguments" pour effacer la plage , :


De l'affreux Barraki, un illettré qui ne supporte pas les universitaires car ils défendent leurs textes et on ne peut leur faire avaler n'importe quoi : Supprimer a causé trop d'ennuis.  Barraki 25 mars 2009


De l'affreux Bokken un jeune facho qui fait la pluie et le beau temps avec Appolon sur les sujets d'économie où ils se livrent à une apologie insensée du libéralisme, sans avoir entendu parler de l'auto-critique de Greenspan, ; c'est le même Bokken qui explique que wikipedia n'est pas une démocratie et n'a pas à se plier au droit en vigueur (ben tiens !)  :  Supprimer Cette page ne remplit aucune fonction constructive l'encyclopédie. À mon sens, quelqu'un qui éprouve le besoin de s'épancher sur une page pareille a avant tout besoin d'un long wikibreak. -- Bokken  26 mars 2009 à 16:13 [à quand l'internement d'office en hopital psychiatrique ?]

 De l'affreux Grimlock, juste un crétin ordinaire, mais sectaire  et drôle sans le savoir  : Après avoir parcouru la chose, il est évident que : 1/ cette page est inutile 2/ qu'elle est massivement trollogène 3/ que si vous voulez faire du Alithia, elle ouvre ses colonnes toutes grandes. Grimlock 27 mars 2009 à 19:39

D'Esprit Fugace une fanatique qui donne sa jeunesse à wikipedia :
Même pas drôle, non seulement inutile mais nuisible en contribuant à entretenir et développer des préjugés débiles sur Wikipédia au lieu d'essayer de corriger les défauts pointés. J'ai mal rien que de penser aux nouveaux qui risquent de voir ça et d'en conclure que c'est vrai, inévitable, et donc qu'il est inutile ne serait-ce que d'essayer de contribuer à Wikipédia. Y'a des tas de contributeurs heureux, peinards et constructifs dans leur coin que cette page insulte en les rabaissant au rang de peons exploités. Et doublonne déjà avec des blogs douteux. L'auto-flagellation, très peu pour moi. Esprit Fugace 28 mars 2009 à 13:27




Voici donc ce que des esprit impertinents ont rédigé sous le titre "libre critique de wikipedia"  et qui met le feu aux instances de surveillance de la ligne wiki-pediement correcte . 

Toute ressemblance avec quelques faits existants serait pure coïncidence, bien entendu.




 


Comment contribuer sans problèmes

Les règles de base, pour éviter les conflits et les problèmes :


Le choix des sujets

  • Ne pas contribuer à la réalisation d'un article traitant : 
  • - de politique, sauf pour corriger l'orthographe et la typographie ; 
  • - d'économie politique, sauf pour corriger l'orthographe et la typographie (éviter en particulier de citer un économiste, animal réputé troglodyte et de ce fait censé ne rien comprendre à la société et à la vie des gens) ; 
  • - de sociologie, sauf pour corriger l'orthographe et le typographie ou remplacer tout mot compréhensible par une locution cryptée ; 
  • - de religion, sauf pour corriger l'orthographe et la typographie (mais la casse des lettres est, dans ce domaine, un sujet sensible) ; 
  • - d'orthographe, surtout pour en corriger l'orthographe.
  • S'en tenir à la création d'ébauches.
Exemple : la pomme est un fruit [article authentique ; label wikipedia n.d.l.r.]
  • S'en tenir à l'insertion d'évènements factuels, qui ne peuvent pas déclencher de polémique.
Exemple : « Le chien de Machin s'appelle Truc » est une bonne contribution. « Machin aime les chiens » est une contribution polémique à éviter.
  • Catégoriser de façon très évasive.
Dans le cas d'un personnage public on préfèrera les catégories de type Catégorie:naissance en 1963 ou Catégorie:écrivain (éviter de préciser la nationalité si le pays connaît des tensions nationalistes ou régionalistes).
  • Se consacrer aux sujets qui n'intéressent personne (se mettre en retrait dès que quelqu'un s'y intéresse).

  • Éviter tout sujet contemporain et terme récent. Une encyclopédie sérieuse doit rester un musée des porcelaines du passé. Le conservateur n'aime pas qu'on en dérange les vitrines, ce qui pourrait augmenter la prime d'assurance.


Le comportement général 

  • Sur les pages à supprimer, toujours voteropiner comme la majorité. Si aucune majorité claire ne se décide, attendre. Si il n'y a toujours rien, voteropiner neutre, ou mieux, ne pas voteropiner (si cela peut rassurer votre esprit civique, cela ne remet pas en cause le caractère démocratique de la procédure, puisque la suppression ne dépend pas du résultat du votede la comparaison du nombre des opinions favorables et défavorables)

  • Avertissement important: aucune partie du paragraphe précédent ne peut être interprétée comme laissant entendre qu'il pourrait y avoir quelque fondement à l'avis selon lequel la procédure de PàS est parfois considérée comme présentant certaines similitudes avec un vote. En particulier, il est mal de penser que les gestionnaires des propositions de suppression justifient leur décision par une considération numérique, quand l'avis majoritaire correspond à leur propre opinion, et qu'au contraire, ils rappellent fermement qu'« on ne vote pas en PàS © » quand leur opinion n'est pas celle de la majorité des votantsdiscutants exprimant des opinions qui sont comptées.

  • Toujours voter pour les administrateurs qui se présentent (sauf si la proportion de voix contre est très supérieure à celle des pour, ce qui ne s'est jamais vu)

  • Renoncer à émettre un avis personnel autre que « J'aime les pommes de terre », « J'aime les raisins secs » ou « J'aime le lard »
... tout bien considéré... renoncer à « J'aime le lard », un tel comportement a déjà mené au conflit
De même, ne faites pas d'allusion à vos goûts pour les « Panzani », sinon quelqu'un pensera que vous détestez les Italiens et que vous ravivez des tensions racistes.
  • Écrire « Je pense qu'Untel devrait faire partie de la catégorie Catégorie:Dictateur, Catégorie:Terroriste, Catégorie:Personnalité.» est un comportement totalement irresponsable menant directement au conflit.

  • Ne surtout pas faire de plaisanterie : de nombreuses personnes ne les comprenant pas, vous risquez de vous faire bloquer 3 jours. Si vous voulez faire une blague rédigez-la avec moult smileys :-))) et balises comme <humour></humour> . Faites des blagues simples, et évitez le second degré. Même les blagues les plus lourdes, douteuses et orientées se trouveront alors protégées, et la sérénité du politiquement correct règnera à nouveau sur les ondes pures et tranquilles de l'encyclopédie.

  • Créer un très grand nombre d'articles repompés d'Encarta, de Britannica, ou de pages web quelconques sur des sujets pompeux tels que l'histoire philosophique des musiciens baroques, changer trois connecteurs logiques pour de pas être accusé de plagiat et citer les sources de l'article original sans les avoir lues afin de passer pour un contributeur important de wikipedia qu'il serait regrettable de perdre. Une fois sa réputation assurée, troller impunément les articles de son choix et pousser les autres contributeurs à bout en accumulant les points Godwin. Se faire ensuite passer pour un martyr.

  • Défaire sans justifier, ajouter des catégories et des demandes de références, corriger l'orthographe et la syntaxe, sont les 3 règles d'or si vous voulez être un jour administrateur/bureaucrates. Surtout ne jamais contribuer en ajoutant du contenu!!! Le pouvoir est dans la sanction pas dans la création. C'est en asservissant les péons que vous deviendrez leur maitre. A vrai dire à quoi bon contribuer lorsqu'il est moins fatiguant de simplement faire 3 ou 4 clics?


Améliorer ses relations pour se faire bien voir 

  1. Quand on détecte une contribution tendancieuse, la reverter pour montrer qu'on ne se laisse pas abuser. Immédiatement après, reverter pour revenir au texte initial. De toute façon, c'est ce qu'aurait fait l'autre contributeur, alors pourquoi se faire mal voir et casser le wikilove.

  2. Cela dit, le wikilove doit rester platonique, évitez de choper un blocage pour harcèlement.

  3. Si deux utilisateurs font des contributions allant dans un sens différent du votre, considérez que c'est une bande. Si en plus ils participent à la page de discussion, alors c'est une meute. Si vous faites une contribution dans le même sens qu'un autre utilisateur, considérez qu'il s'agit d'un travail coopératif.
  4. Ne détruisez jamais le travail des autres, même s'il est nullissime. Considérez qu'eux seuls travaillent et que vous n'êtes qu'un glandeur.
  1. Rester sur les RC [qu'est-ce ? code wikipédien], mais ne revertez que les modifications de type pipicacaproutesque et ne blanchir que les articles au contenu de ce type.

  2. NE JAMAIS rien proposer en PàS [traduction : page à supprimer] , si on ne propose rien, on ne se met personne à dos, sauf si les trois conditions de base quant au contenu de l'article sont réunies (créé par une IP (ce critère implique les deux suivants), musique inconnue, autopromotion). SURTOUT NE PROPOSEZ PAS de pages traitants de sujets populaires (à défaut d'être encyclopédiques) où interviennent de nombreux Wikipédiens, comme les pages sur Harry Potter, les mangas, les séries de télévisions américaines, les gares de province etc. Vous risquez de vous faire insulter et le vote rassemblera immanquablement une immense majorité pour la conservation de la page.

  3. Toujours voter neutre et expliquer son vote en donnant raison aux deux parties... pas de lésés, tout le monde est heureux.
  4. Sur le bistro, ne faire des blagues que si 3 administrateurs (grand minimum, attendre 5 est une garantie) ont fait de l'humour avant.

  5. Éviter comme la peste les conflits. Il est de bon ton de créer un ou plusieurs faux nez afin d'assouvir ses pulsions conflictuelles.

  6. S'auto-conditionner afin de penser « les admins ont toujours raison »... ils peuvent vous bloquer selon leur bon vouloir, ne surtout pas les froisser.

  7. Encenser les mascottes! Wikipedia a des mascottes, la majorité sont aussi administrateurs.
  8. Toujours donner raison à l'autre, même si il a tort. Ne pas se le mettre à dos est une priorité, donc toujours être d'accord avec tout le monde est une priorité. Si à un moment il faut faire un choix entre deux utilisateurs, privilégiez celui qui est administrateur.

  9. Soyez convivial, consensuel, fusionnel. Ne proposez jamais la suppression d'un article sur les palmes académiques du beau-frère d'un autre contributeur. Proposez plutôt la fusion avec l'article « palmipèdes ». Lequel, sur WP, est redirigé vers pelancaniformes. Ben oui, une appellation qui évite toute équivoque, autre principe fortement conseillé.


Sourcer, toujours sourcer



  1. - Toute banalité, tout fait parfaitement connu de tous, doit être appuyé par trois références. Si vous ne sourcez pas suffisamment « la pomme est un fruit », il y aura toujours un interlocuteur, qui considère que la pomme est un légume, qui mettra un bandeau de pertinence, ou de neutralité, ou de francocentrage (ben oui la mangue indonésienne est également un fruit), voire vous traînera devant le CAr [comoté d'arbitrage]  en exigeant trois mois de blocage, histoire de passer la période de maturation et cueillette des pommes.

  2. - Un article où la liste des références n'est pas trois fois plus longue que le texte n'est pas encyclopédique

  3. - Pour faire passer une ânerie, sourcez-la. Un argument d'autorité vous met à l'abri d'une accusation selon laquelle votre exposé découlerait d'un POV (point de vue).
  4. Pour obtenir l'immunité, ça vaut tous les passeports diplomatiques.
  1. - Dans le même ordre d'idées : pour faire passer une contradiction entre deux affirmations, une incohérence flagrante, un sophisme manifeste... sourcez deux âneries opposées. Et hop, ni vu ni connu, ça passe, c'est algébriquement référencé, moins par moins égal plus. Hé oui, les gars, le sourçage est un métier, évitez l'amateurisme.

  2. - Si un fait sourcé ne vous plait pas, enlevez-le sous prétexte que ce n'a pas été publié dans une revue internationale à comité de lecture. Si cela a, malgré tout, été publié, arguez que les « articles scientifiques ne sont pas reconnus comme indice de notoriété sur Wikipédia »; au besoin, justifiez en arguant que le professeur Machin, auteur de telle théorie universellement reconnue comme fumeuse, a publié ses propres fumées dans la principale revue scientifique internationale (veillez à protéger auparavant les articles consacrés auxdits charlatan et théorie, pour qu'ils ne soient pas retirés, respectivement, de Catégorie:scientifique controversé et Catégorie:Pseudoscience). Si la revue n'est pas en anglais, dire qu'elle n'est pas internationale. Si la revue est en anglais, dire qu'il faut une source en français. Si tout ça ne suffit pas il reste l'argument d'autorité et le blocage (cf. supra)[réf. nécessaire].


Suppression de pages

Pour montrer son attachement à la communauté, un bon wikipédiste se devra de proposer de temps en temps des pages à la suppression. Ces pages doivent toutefois obéir aux règles suivantes :

  • avoir été créée par une IP ;
  • avoir un rapport avec un groupe de musique inconnu ;
  • être sans aucun doute possible de l'autopromotion.

Les arguments clés pour faire capoter une proposition de suppression :

  1. - insulter le proposant ou celui qui le soutient. Ne reculer devant aucun qualificatif : censeur fasciste, « raciste des idées » (formule authentique), élitiste puant, etc. ;
  2. - affirmer que l'article est bien évidemment encyclopédique (terme sans sens sur Wikipédia vu que Dragon Ball Z est considéré comme encyclopédique) ;
  3. - affirmer que l'article entre dans les critères (peu importe lesquels, ne surtout pas les lire, on a autre chose à faire) ;
  4. - user des arguments les plus divers et les plus contradictoires et ne reculer devant aucun sophisme. Ou tout simplement ne pas se prendre la tête et dire tout net : ce que tu racontes mec, ce sont que des conneries, va te faire f... ;
  5. - prendre des grands airs et dire qu'il est intolérable qu'on veuille « détruire » le travail des autres ;
  6. - ne jamais rappeler que toute page supprimée peut être recréée sans problème.


Carrière d'un wikipédiste 

Les wikipédistes ont trois genres de carrières. Soit :

  • ils finissent bloqués ;
  • ils abandonnent ;
  • ils deviennent administrateurs.

Dans les trois cas, leurs contributions se tarissent.


Les guerres d'éditions

En cas de guerre d'édition, plusieurs cas peuvent se présenter :



Entre contributeurs-péons 

Dans ce cas, sitôt la guerre signalée, les deux contributeurs sont bloqués durant une heure à trois jours. Cette durée dépend des contributeurs, de l'administrateur, de l'âge du capitaine, du taux d'humidité dans l'air et du passif de tout un chacun.


Entre péon et admin

Cette situation présente plusieurs cas de figure :


Le péon semble avoir tort

La sanction sera impitoyable :

  • péon : blocage dont la durée sera de deux semaines (si un tiers bloque le péon) ou bien indéterminée (si l'administrateur en conflit s'en charge) ;
  • administrateur : félicitations des autres administrateurs pour l'administrateur en conflit qui a supporté ce vilain contributeur trolleur et malhonnête.


Les deux semblent avoir raison (ou tort)

La sanction sera en général :

  • péon : de 3 jours (si un tiers bloque le péon, motif : guerre d'édition) à deux semaines (si c'est l'administrateur en conflit) de blocage. Toutefois, le blocage de deux semaines obéira à la « danse du blocage » : blocage indéterminé de la part de l'administrateur-partie, puis déblocage d'un autre administrateur suivi d'un reblocage de deux semaines. Congratulations mutuelles sur le bulletin des administrateurs ;

  • administrateur : félicitations des autres administrateurs pour l'administrateur en conflit qui a su garder son calme, sa sérénité, sa hauteur de vue, etc... face à un « troll » qui « pourrit » l'encyclopédie par son « vandalisme » (la notion de vandalisme est vaste et s'adapte facilement à tous les cas : une discussion humoristique est du vandalisme, un commentaire d'édition peut aussi être considéré comme du vandalisme, un message sur le Bistro où on s'émeut d'une page utilisateur est aussi une raison valable, une proposition de pages à supprimer aussi, etc ...), son « opinion », son «incompréhension de ce qu'est Wikipedia», son « incompétence », ses « détails » ou «informations non pertinentes»...


Le péon semble avoir raison

La sanction sera dure :

  • péon : de 1 jour (si un tiers bloque le péon, motif : guerre d'édition) à 3 jours (si c'est l'administrateur en conflit) de blocage pour le péon. Toutefois, le blocage de deux semaines obéira aussi à la « danse du blocage ». Comme dans les bons vieux polars, lors d'un interrogatoire, un flic méchant et un flic gentil. Le méchant distribue baffes et coups de bottin sur la tête, le gentil offre cigarettes et cafés. Ici, le premier admin bloque et le second intervient, réduit la durée de blocage en disant au péon « ce que tu as fait mériterait un blocage plus long, mais j'ai regardé tes contributions et tu n'es pas un vandale, donc j'ai réduit le blocage. » ;

  • administrateur : tape sur la main de l'administrateur en conflit. Dans les cas extrêmes, usage de ce smiley : :-(.


Règles générales

Le péon doit toujours garder à l'esprit qu'un conflit d'édition avec un admin débouchera toujours, hors recours auprès du Comité d'Arbitrage, sur un blocage pour sa pomme et rien pour l'autre partie.


Autres motifs de blocage

  1. Être en désaccord avec un administrateur, sans être administrateur
  2. Être en désaccord avec deux administrateurs, sans être administrateur
  3. Être en désaccord avec tout le monde, sans être personne
  4. Suggérer à un administrateur une partie de cartes
  5. Parler de démocratie
  6. Insérer une photo de George Bush dans un article
  7. Ne contribuer que sur le bistro sans être administrateur
  8. Utiliser un point d'exclamation dans un débat sur l'énergie nucléaire, un chef d'État controversé ou un parti breton
  9. Écrire en langage clair et compréhensible un article d'économie [réf. nécessaire]


Usage de la page «Problème»

Il est bien entendu complètement inutile d'utiliser la page Wikipédia:Administrateur/Problème, qui recense les réclamations des utilisateurs contre les administrateurs. Elle ne sert à rien et est rarement lue. Notons que la page d'accueil ne la référence pas, ce qui la distingue d'un service après-vente traditionnel.


Aucune plainte n'a jamais produit de suite. Cette page est juste un attrape-nigauds, un défouloir pour péons mécontents (il n'ont pas de brioches ? qu'on leur donne du pain noir et rassis...) dont l'utilité principale est de recenser les contributeurs problématiques qui ne manquent pas de venir greffer leurs noms à la liste des « plaignants ». Il échet donc, pour utiliser cette page de façon profitable :


  1. de se créer un nouveau compte (faux-nez) ;
  2. de formuler sa plainte avec cette nouvelle identité, pour rester incognito ;
  3. d'attendre que les admins se rendent compte de la supercherie et bloquent à la fois le faux nez à titre de punition, le compte principal à titre de cerise sur le gâteau, et tous les comptes créés le même jour que le faux-nez (des fois qu'on en oublierait) ;
  4. de créer un deuxième faux-nez ;
  5. de repartir à l'étape 2 pour se plaindre du blocage.


Le Comité d'Arbitrage

Afin de mettre toutes les chances de son côté :

  • éviter de s'y retrouver ;
  • la règle de base du CAr reste : s'ils y sont, c'est qu'ils sont coupables, il faut donc les sanctionner ;
  • ne pas faire de demande pendant la période des partiels.

Bien entendu, un utilisateur lambda contre un admin n'a guère de chance. Si le CAr lit ses arguments, c'est déjà un exploit. S'il répond aux questions, alors là c'est champagne.


En effet, une série d'expériences in vivo a montré que les arbitres n'ont matériellement pas le temps de lire les argumentaires des parties, de poster sur le bistro, de faire quelques reverts à droite et à gauche et de préparer leurs examens (pour les plus jeunes) ou de préparer les examens des plus jeunes (pour les plus vieux). Pour optimiser le fonctionnement de l'institution, il est suggéré d'aligner son fonctionnement sur celui du BA.


Il y aura donc lieu pour les arbitres débordés de s'en remettre aux anciennes sagesses shadoks dont les plus connues sont :

  • sanction : Si ça fait mal c'est que ça fait du bien ;
  • analyse : S'il n'y a pas de solution, il n'y a pas de problème ;
  • délai : Quand on ne sait pas où on va, il faut y aller.... et le plus vite possible ;
  • ordre public : Pour qu'il y ait le moins de mécontents possible, il faut toujours taper sur les mêmes.


Il n'y a pas de cabale

500px-Pasdecabale.jpg

magnify-clip.png Il arrive qu'un utilisateur constate la réalité d'une cabale aux ramifications complotistes multiples au sein de Wikipédia.

En effet, le canal IRC #wikipedia-fr suffit largement aux petits arrangements entre connaisseurs. Si vous avez un souci lors d'un débat il est souvent plus utile de connaître quelques IRCiens admins plutôt que de s'embêter à débattre sur des pages de discussion : ils bloqueront directement vos contradicteurs. On appelle cette pratique : faire appel à un Wikipompier. Il est par contre inutile de laisser un message sur Wikipédia:Wikipompier, qui n'existe que pour dire « tiens, y'a une guerre qui commence », ou alors « ah ca y'est, c'est éteint ». Ce n'est pas une vraie caserne de pompiers, plutôt un « observatoire du réchauffement » où des théoriciens de la flambée se livrent à des travaux scientifiques, qui ont récemment abouti à cette conclusion que « certains disent qu'en général, il n'y a pas de fumée sans feu ».


La Cabale est comme les secrets : on sait qu'ils existent mais une fois un secret révélé, ce n'est plus un secret. Aussi, démontrer l'existence d'un secret relève de la spéculation. Voila pourquoi :

  • si vous voulez donner des informations supplémentaires sur la Cabale, par exemple pour montrer qu'elle n'existe pas, ces informations seront supprimées pour le simple motif que, justement, la Cabale n'existe pas ;
  • si vous voulez donner des informations supplémentaire sur la Cabale, par exemple pour montrer qu'elle existe, ces informations seront également supprimées, pour le motif que, justement, la Cabale n'existe pas.

CQFD : Il n'y a pas de Cabale.


Si un jour une cabale venait à être découverte, on s'apercevrait bien vite, qu'il ne s'agit que de tractations journalières entre personnes qu'on ne doit pas nommer, sur le Chan IRC #wikipedia-fr.


Il va de soit qu'à toute allusion à l'existence d'une Cabale, vous risquez les foudres des administrateurs et bureaucrates ou autres huiles de wikipedia. Aussi ne jamais contester les obscures PDD, voter en catimini, octroyant le mandat à vie, le cumul de mandat, la pouvoir discrétionnaire des bureaucrates, les irrégularités dans les plébiscites aux règles floues (ou élection en wikilangue). Si par mégarde vous découvrez une de ces obscures PDD, préférez voter en faveur d'un surcroit de pouvoir pour les pontes ou d'une réduction de contrôle par les péons (cf la règle tacite : ne jamais aller à l'encontre d'un administrateur).


Sous pages utilisateur

  1. Les sous pages utilisateurs bien référencées sont des articles comme les autres.
  2. Les sous pages utilisateurs c'est comme un article, le règlement de Wikipédia y est scrupuleusement appliqué.


Utilisez du vocabulaire « neutre »

Wikipédia possède une novlangue qu'il vous faut assimiler et employer pour éviter les conflits : ne dites pas : « terrorisme », dites : « action politique volontariste », de même ne dites pas : « dictateur », dites : « dirigeant politique ». Ne dites pas « criminel de guerre » mais, selon son grade, « chef de l'armée », « général » ou « colonel ». Ne dites jamais plébiscites aux administrateur, préférez élection aux poste d'administrateur. En cas de contestation du terme, préférer le terme consultation populaire (après tout, seuls les bureaucrates adoubent les administrateurs par leur pouvoir discrétionnaire). De même, ne dites ni oligarchie ni démocratie lorsque vous parlez de Wikipédia (le terme d'« oligarchie » est péjoratif ; quant à la démocratie, on ne dit pas que WP en est une, car il serait trop facile de citer les agissements sur WP qui sont contraires à un fonctionnement démocratique).


En règle générale, ne relayez pas les points de vue des minorités quelles qu'elles soient (homosexuels, Québecois, martiens, Juifs, hétérosexuels, Suisses, handicapés, Américains/États-Uniens, communistes et courants politiques minoritaires, Belges, points de vue de pays de l'Axe du Mal, Cuba, Ivoirien, etc.). Vous trouverez toujours une majorité pour qualifier ce point de vue de « non-neutre ». Si vous rencontrez une page exprimant un tel point de vue, n'hésitez pas à la proposer sur les « Pages à Supprimer », vous gagnerez largement. Comptez pour cela sur l'aide des Wikipédiens qui votent partout sans rien connaître du sujet.


Par ailleurs, ne relayez pas non plus le point de vue de la majorité car il serait vraiment regrettable de s'aliéner la minorité qui sera peut-être un jour une partie de vos électeurs si vous vous présentez au poste d'administrateur.


Le Bistro

Le bistro de Wikipedia est en dehors de l'espace et du temps. Si vous avez des démangeaisons trollesques, vous vous devez de poster là bas. Les sujets les plus utiles à aborder sont les endives ou les chicons...

Si jamais un ignare a l'étrange idée de poser une question déjà soulevée plusieurs fois, une seule réaction possible : faites-lui comprendre fermement que ce qu'il dit a déjà été discuté mille et une fois, allumez-le même un bon coup et faites-lui comprendre qu'il fait un peu ch... . Ne prêtez naturellement aucune attention à ceux qui vous diraient que beaucoup ont d'autres lectures que le Bistro ou ont tout simplement le droit de ne pas être des geeks qui passent leur journée devant Wikipédia.


Comment ne pas prendre une décision

C'est très simple : Proposez une « Prise de décision ». Vous pouvez être certain que, vu la diversité des opinions des gens qui vont participer à la discussion préliminaire, et ceux qui vont rédiger les propositions, les arguments vont se mélanger, les propositions se contredire et bien évidemment les Wikipédiens n'y comprennent rien. Le vote final ressemble à une distribution gaussienne aléatoire, qui a un aspect stochastique très éloigné du consensus nécessaire à la prise de décision.


Comment révoquer un administrateur

  • Méthode la plus efficace : la prière
  • Autre méthode : le vaudou
  • Méthodes relevant du mythe, faute d'efficacité : arbitrage, dénoncer un abus de pouvoir, trouver le mot de passe de la cabale, plaintes sur la page de plaintes


Listomania

Proposer des listes, qui sont un des traits importants de Wikipédia manifestement appelé à se développer. Par exemple :

  • liste des sept nains de Blanche-Neige avec hyperliens renvoyant à leur biographie personnelle ;
  • liste exhaustive des Miss ayant échoué au concours de Miss France, par province et par année ;
  • liste des vaches qui ont figuré aux côtés d'un président de la République au JT de 20 heures lors du salon de l'agriculture, classement par année, par région et par poids.


Connaître et utiliser les ressources : le bêtisier

Il faut bien distinguer deux cas :

  • pour ridiculiser les arguments d'un contradicteur, déplacez-les dans le bêtisier bêtisier. S'il proteste, c'est qu'il n'a pas d'humour, ce qui renforce votre point de vue ;
  • si vos arguments ont été mis dans le bêtisier, ajoutez un paragraphe dans la page satire de Wikipédia. Mettez en commentaire, dans l'historique, un lien vers l'entrée correspondante dans le bêtisier, pour prouver que votre trait d'esprit est tellement fin que la présence du second degré a échappé à votre interlocuteur.


Ajouter des bandeaux

Un bandeau n'engage à rien, et ne demande aucune connaissance particulière. Il sera d'autant plus difficile de le retirer.

Les bandeaux améliorent sensiblement les pages de plusieurs manières :

  1. ils repoussent le contenu (ou son absence) plus bas, exigeant de l'utilisateur qu'il emploie la barre de roulement ;
  2. les bandeaux (ébauches, guerre d'édition...) ne sont pas assez gros, il faudrait les agrandir encore un peu plus ;
  3. ils étoffent l'aspect visuel de la page d'une façon rassurante (standard) et impressionnante (couleurs, cadres, effets particuliers, etc.)

Bien que la créativité en matière de bandeaux soit impressionnante, toutes les ressources de l'imagination n'ont pas encore été épuisées. On suggèrera par exemple les nouveautés suivantes :

  • Absence suspecte de bandeaux !
  • Excès de bandeaux !
  • Un contenu est caché sur cette page... 




[1] reprise de wikipedia sous licence GDFL page : libre critique de wikipedia/satire, archivée pour l'éternité.

...

Repost 0
Published by alithia - dans humeurs humour
commenter cet article
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 17:50
Face à la crise mondiale Sarkozy ne reste pas inactif. Il a même des idées. La dernière en date est d'opposer à la crise mondiale, la culture : il veut impulser (sic) une nouvelle politique culturelle en "donnant un coup de pied dans la fourmilière" (sic) .  C'est pourquoi  IL a dit "Je veux que les choses bougent".



« Nicolas Sarkozy installe le nouveau conseil pour la création artistique »

LEMONDE.FR avec AFP | 02.02.09 |


Nicolas Sarkozy installe à l'Elysée, lundi 2 février, le nouveau conseil pour la création artistique qu'il va présider. "Je crois fondamentalement à la capacité de l'Etat à impulser un changement de culture, pour apprendre à mieux soutenir le processus de création", a déclaré M. Sarkozy dans un discours prononcé à l'Elysée devant plus de trois cents représentants du monde de la culture. "Je veux que ça bouge, je veux que ça change, je veux que la culture soit notre réponse à la crise économique mondiale (...) et pour que ça soit vrai, il faut que la création soit au cœur de cette politique culturelle que je souhaite impulser", a-t-il ajouté.


Nicolas Sarkozy a également justifié sa décision de présider, avec la ministre de la culture Christine Albanel, le nouvel organisme. "Ma parole est plus libre que celui qui produit et qui doit faire attention à ce qu'il dit (...). C'est donc à moi de donner un coup de pied dans la fourmilière, de bousculer les choses", a-t-il estimé. »




On trouvera sur le blog de Pierre Assouline  [1] un compte-rendu de cette réunion d'une partie des administratifs et administratreurs d'institutions appartenant au monde de la culture, conviés à l'Elysée pour entendre la dernière invention de not'président bien aimé : à la crise, il opposera la culture.


Pour cela il crée une fondation dont il devient président, bien sûr, passant apparemment allègrement par  dessus le ministère de la culture, pour donner tout pouvoir à un type qui sait faire de l'argent avec la culture , car effectivement le cinéma est un art qui peut rapporter, à la différence de la plupart des autres, qui coûtent . Il s'agit de Marin Karmitz.

Sa conclusion est à la première personne, comme nous y a habitué notre omni-président le bien nommé "je suis  partout " : ”Je veux que ça bouge, je veux que ça change, je veux que la culture soit la réponse de la France à la crise économique mondiale !”

N'est-ce pas beau ?



Sa conclusion fut tout de même précédée de cette considération forte qui en dit long sur l'idée de la création  que se fait not'président bien aimé,  "Moi je suis plus libre que celui qui produit"  - c'est à dire  "l'artiste",  parce le président de la République, il a plus de pouvoir, tandis que , l'artiste, “celui qui produit”… -puisqu'il est moins puissant , et qu'il est supposé dépendant du pouvoir-  “doit faire attention à ce qu’il dit”  a-t-il osé. Ce qui donne une idée de l'idée de la liberté qui est celle de notre président et de ce qu'est lour lui la liberté de création.

Il s'ensuite que l
e prince, puisqu'il s'affirme plus libre que le créateur, doit prendre la création en mains, pour que "ça bouge".

Toutes ces considérations ayant été elles-mêmes précédées par d'autres profondes pensées  telles que :  "j'exprime mes doutes face à la nouveauté et à la création qui vident les salles" le 24 janvier 2006, devant la convention UMP consacrée à la culture.

Ou encore, lorsqu'en février 2006, à Lyon, il avait déclaré la lecture de la  Princesse de Clèves parfaitement inutile pour les fonctionnaires dont les concours incluaient cette oeuvre à leur programme .

Aussitôt dit, aussitôt fait . L'idée fut réitérée officiellement par André Santini  annonçant la suppression de la culture générale
des épreuves des  concours d’accès à la fonction publique pour la catégorie B ,  désormais considérée comme inutile.

Il serait intéressant de savoir ce que not'président considère comme utile à "impulser" comme il dit.

Pendant ce temps là la plupart des centres culturels français à l'étranger sont sur le point de fermer en 2009, faute de crédits qui viennent  d'être  supprimés.  Mais  cela n'empêche pas les déclarations sur la tradition culturelle française qui va nous sauver de la crise.




Alithia

[1] source du billet d'Assouline

Repost 0
Published by alithia - dans humeurs humour
commenter cet article
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 13:44

Ou qu'est-ce qu'un homme politique et qu'est-ce qu'un pantin autoritaire et  ridicule ? 



En ces circonstances revient en mémoire le grand Victor Hugo et ce qu'il écrivit sur Napoléon le petit.

En ces temps d'investiture d'un Obama intelligent, cultivé, modeste parce que responsable, qui prend appui sur les plus grands et les plus forts symboles de l'histoire des Etats-Unis pour rassembler et appeler le peuple américain à se redresser après la honte générée par Bush,  tandis que nous citoyens français, sommes pris de honte de n'avoir pour nous gouverner qu'un petit agité vulgaire et inculte, qui croit cacher sa médiocrité derrière son agitation fébrile , ses paillettes et son autoritarisme grotesque, curieusement revient la pertinence d'un texte d'un autre temps, dénonçant la même  fatuité, la même vulgarité, la même impuissance. Face à Obama, d'emblée entré dans l'histoire, qui ose parler et penser politique,  et  qui fait rêver en invoquant ses rêves reliés au rêve américain, la France n'a trouvé pour l'instant  qu'un  individu  aux fantasmes de beaufs [1] un petit coq qui se rengorge du pouvoir qu'il a acquis, en grande partie, grâce aux gaffes de notre Bécassine nationale.  La France résumée un temps au duel Mickey contre Bécassine, on  est pris d'accablement et on se prend à relire Victor Hugo et vouloir le citer.



Louis de Basta Cosi est un homme de moyenne taille, [...] c'est un personnage vulgaire, puéril, théâtral et vain. Certes, ce cerveau est trouble, ce cerveau a des lacunes, mais on peut y déchiffrer par endroits plusieurs pensées de suite et suffisamment enchaînées. C'est un livre où il y a des pages arrachées. A tout moment quelque chose manque. Louis de Basta Cosi a une idée fixe, mais une idée fixe n'est pas l'idiotisme. Il sait ce qu'il veut, et il y va. A travers la justice, à travers la loi, à travers la raison, à travers l'honnêteté, à travers l'humanité, soit, mais il y va. Ce n'est pas un idiot. C'est tout simplement un homme d'un autre temps que le nôtre. Il semble absurde et fou parce qu'il est dépareillé.


Seulement il oublie ou il ignore qu'au temps où nous sommes, ses actions auront à traverser ces grands effluves de moralité humaine dégagés par nos trois siècles lettrés et par la révolution française, et que, dans ce milieu, ses actions prendront leur vraie figure et apparaîtront ce qu'elles sont, hideuses.


M. Louis de Basta Cosi se laisse volontiers entrevoir socialiste. Il sent qu'il y a là pour lui une sorte de champ vague, exploitable à l'ambition.


Alors il ne parle pas, il ment. Cet homme ment comme les autres hommes respirent. Il annonce une intention honnête, prenez garde ; il affirme, méfiez vous ; il fait un serment, tremblez. ...


Annoncer une énormité dont le monde se récrie, la désavouer avec indignation, jurer ses grands dieux, se déclarer honnête homme, puis au moment où l'on se rassure et où l'on rit de l'énormité en question, l'exécuter.


On est de son cercle intime ; il laisse entrevoir un projet qui semble, non immoral, on n'y regarde pas de si près, mais insensé et dangereux, et dangereux pour lui-même ; on élève des objections ; il écoute, ne répond pas, cède quelquefois pour deux ou trois jours, puis reprend son dessein, et fait sa volonté.


Grâce à cette façon de faire, il a toujours à son service l'inattendu, grande force ; et, ne rencontrant en lui-même aucun obstacle intérieur dans ce que les autres hommes appellent conscience, il pousse son dessein, n'importe à travers quoi, nous l'avons dit, n'importe sur quoi, et touche son but.


Il recule quelquefois, non devant l'effet moral de ses actes, mais devant l'effet matériel.

Dans ses entreprises il a besoin d'aides et de collaborateurs ; il lui faut ce qu'il appelle lui-même "des hommes". Diogène les cherchait tenant une lanterne, lui il les cherche un billet de banque à la main. Il les trouve. De certains côtés de la nature humaine produisent toute une espèce de personnages dont il est le centre naturel et qui se groupent nécessairement autour de lui selon cette mystérieuse loi de gravitation qui ne régit pas moins l'être moral que l'atome cosmique.


Aujourd'hui il en est environné, ces hommes lui font cour et cortège ; ils mêlent leur rayonnement au sien. A de certaines époques de l'histoire, il y a des pléiades de grands hommes ; à d'autres époques, il y a des pléiades de chenapans.


M. Louis de Basta Cosi a réussi. Il a pour lui désormais l'argent, l'agio, la banque, la bourse, le comptoir, le coffre-fort, et tous ces hommes qui passent si facilement d'un bord à l'autre quand il n'y a à enjamber que de la honte.


En attendant, depuis sept mois, il s'étale ; il a harangué, triomphé, présidé des banquets, pris des millions, donné des bals, dansé, régné, paradé et fait la roue ; il s'est épanoui dans sa laideur à une loge d'Opéra...


Il a réussi. Il en résulte que les apothéoses ne lui manquent pas....

Une chose me frappe pourtant, c'est que dans toutes les qualités qu'on lui reconnaît [...] dans tous les éloges qu'on lui adresse, il n'y a pas un mot qui sorte de ceci : habileté, sang-froid, audace, adresse, affaire admirablement préparée et conduite, instant bien choisi, secret bien gardé, mesures bien prises. Fausses clefs bien faites. Tout est là. ... Il ne reste pas un moment tranquille ; il sent autour de lui avec effroi la solitude et les ténèbres ; ceux qui ont peur la nuit chantent, lui il remue. Il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ; ne pouvant créer, il décrète.


Non, cet homme ne raisonne pas ; il a des besoins, il a des caprices, il faut qu'il les satisfasse. Ce sont des envies de dictateur. La toute-puissance serait fade si on ne l'assaisonnait de cette façon.


Quand on mesure l'homme et qu'on le trouve si petit, et qu'ensuite on mesure le succès et qu'on le trouve si énorme, il est impossible que l'esprit n'éprouve pas quelque surprise. On se demande : comment a-t-il fait ? On décompose l'aventure et l'aventurier, [...] on ne trouve au fond de l'homme et de son procédé que deux choses : la ruse et l'argent. La ruse : nous avons caractérisé déjà ce grand côté de Louis de Basta Cosi, mais il est utile d'y insister.


Le 27 novembre 1998, il disait à ses concitoyens dans son manifeste : "Je me sens obligé de vous faire connaître mes sentiments et mes principes. Il ne faut pas qu'il y ait d'équivoque entre vous et moi. Je ne suis pas un ambitieux... Élevé dans les pays libres, à l'école du malheur, je resterai toujours fidèle aux devoirs que m'imposeront vos suffrages et les volontés de l'Assemblée. Je mettrai mon honneur à laisser, au bout de quatre ans, à mon successeur, le pouvoir affermi, la liberté intacte, un progrès réel accompli."


Depuis trente-six ans il y avait en France toutes sortes de choses pernicieuses : cette "sonorité", la tribune ; ce vacarme, la presse ; cette insolence, la pensée ; cet abus criant, la liberté ; il est venu, lui, et à la place de la tribune il a mis le sénat ; à la place de la presse, la censure ; à la place de la pensée, l'ineptie ; à la place de la liberté, le sabre ; et de par le sabre, la censure, l'ineptie et le sénat, la France est sauvée ! Sauvée, bravo ! et de qui, je le répète ? d'elle-même ; car, qu'était-ce que la France, s'il vous plaît ? c'était une peuplade de pillards, de voleurs, de jacques, d'assassins et de démagogues.


Il a fallu la lier, cette forcenée, cette France, et c'est M. Louis de Basta Cosi qui lui a mis les poucettes. Maintenant elle est au cachot, à la diète, au pain et à l'eau, punie, humiliée, garrottée, sous bonne garde ; soyez tranquilles, le sieur de Basta Cosi, gendarme à la résidence de l'Élysée, en répond à l'Europe ; il en fait son affaire ; cette misérable France a la camisole de force, et si elle bouge :... - Ah ! qu'est-ce que c'est que ce spectacle-là ? qu'est-ce que c'est que ce rêve-là ? qu'est-ce que c'est que ce cauchemar-là ? d'un côté une nation, la première des nations, et de l'autre un homme, le dernier des hommes, et voilà ce que cet homme fait à cette nation ! Quoi ! il la foule aux pieds, il lui rit au nez, il la raille, il la brave, il la nie, il l'insulte, il la bafoue ! Quoi ! il dit : il n'y a que moi ! Quoi ! dans ce pays de France où l'on ne pourrait pas souffleter un homme, on peut souffleter le peuple ! Ah ! quelle abominable honte !


Chaque fois que M. Louis de Basta Cosi crache, il faut que tous les visages s'essuient ! Et cela pourrait durer ! et vous me dites que cela durera ! non ! non ! non ! par tout le sang que nous avons tous dans les veines, non ! cela ne durera pas ! Ah ! si cela durait, c'est qu'en effet il n'y aurait pas de Dieu dans le ciel, ou qu'il n'y aurait plus de France sur la terre ! [...]

il restera mesquin, [...] il ne sera jamais que le tyran pygmée d'un grand peuple. [...] un batteur de grosse caisse des Champs-Elysées...


L'acabit de l'individu se refuse de fond en comble à la grandeur, même dans l'infamie. Faire hausser les épaules au genre humain, ce sera sa destinée. [...] Il sera hideux, et il restera ridicule. Voilà tout. L'histoire rit et foudroie. [...] L'historien ne pourra que le mener à la postérité par l'oreille.


L'homme une fois déshabillé du succès, le piédestal ôté, la poussière tombée, le clinquant et l'oripeau et le grand sabre détachés, le pauvre petit squelette mis à nu et grelottant, peut-on s'imaginer rien de plus chétif et de plus piteux ?


L'histoire a ses tigres. [...] Elle ne mêle pas avec eux les chacals.

Je ne sais quelle gangrène de prospérité matérielle menace de faire tomber l'honnêteté publique en pourriture.


Ma foi ! vivons, faisons des affaires, tripotons dans les actions de zinc ou de chemin de fer, gagnons de l'argent ; c'est ignoble, mais c'est excellent ; un scrupule de moins, un louis de plus ; vendons toute notre âme à ce taux ! On court, on se rue, on fait antichambre, on boit toute honte, et si l'on peut avoir une concession de chemins en France ou de terrains en Afrique, on demande une place.


C'est à qui fera ce trafic de soi-même le plus cyniquement, et parmi ces êtres il y a des jeunes gens qui ont l'oeil pur et limpide et toute l'apparence de l'âge généreux, et il y a des vieillards qui n'ont qu'une peur, c'est que la place sollicitée ne leur arrive pas à temps et qu'ils ne parviennent pas à se déshonorer avant de mourir. L'un se donnerait pour une préfecture, l'autre pour une recette, l'autre pour un consulat, l'autre veut un bureau de tabac, l'autre veut une ambassade. Tous veulent de l'argent, ceux-ci moins, ceux-ci plus, car c'est au traitement qu'on songe, non à la fonction. Chacun tend la main. Tous s'offrent. Un de ces jours on établira un essayeur de consciences à la monnaie.


Les mots indépendance, affranchissement, progrès, orgueil populaire, fierté nationale, grandeur française, on ne peut plus les prononcer en France. Chut ! ces mots-là font trop de bruit ; marchons sur la pointe du pied et parlons bas. Nous sommes dans la chambre d'un malade.


Et la liberté de la presse ! Qu'en dire ? N'est-il pas dérisoire seulement de prononcer ce mot ? Cette presse libre, honneur de l'esprit français, clarté de tous les points à la fois sur toutes les questions, éveil perpétuel de la nation, où est-elle ?

- Qu'est-ce que c'est que cet homme ?

- C'est le chef, c'est le maître. Tout le monde lui obéit.

- Ah ! tout le monde le respecte alors ?

- Non, tout le monde le méprise.

- O situation ! Cet homme de ruse, cet homme de force, cet homme de mensonge, cet homme de succès, cet homme de malheur !


Oui, quelquefois, aux paroles superbes qui lui échappent, à le voir adresser d'incroyables appels à la postérité, à cette postérité qui frémira d'horreur et de colère devant lui, à l'entendre parler avec aplomb de sa "légitimité"et de sa "mission", on serait presque tenté de croire qu'il en est venu à se prendre lui-même en haute considération et que la tête lui a tourné au point qu'il ne s'aperçoit plus de ce qu'il est ni de ce qu'il fait.


Il croit à l'adhésion des prolétaires, il croit à la bonne volonté des rois, il croit à la fête des aigles, il croit aux harangues du conseil d'état, il croit aux bénédictions des évêques, il croit au serment qu'il s'est fait jurer...





Victor HUGO,  « Napoléon, le petit »


Les noms ont été changés. Toute ressemblance  avec des personnages connus ...





note [1]  : argent,  femmes -les mannequins, ça fait joli sur la cheminée-, et pouvoir , y compris le pouvoir d'humilier ses collaborateurs, par exemple de traiter ses ministres comme des domestiques et pouvoir de se mêler de tout et d'occuper la fonction de tous les ministres à la fois.

Repost 0
Published by alithia - dans humeurs humour
commenter cet article
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 20:18
La perle  du jour, et sans doute de plus d'un jour , inégalable hormis les "bons mots" de Berlusoni c'est David Martinon  qui nous la donne. Celui-ci ancien porte-parole de l'Elysée et maintenant en poste aux Etats-Unis, ce qui ne lui peut-être pas donné une connaissance approfondie des Etats-Unis  (?) : Obama n'a rien inventé, il a copié sur Sarkozy.

Oui la campagne d'Obama a été calquée sur celle de Sarkozy, le  leader français charismatique.  C'est ce que déclare fièrement Martinon au Parisien.



Parmi d'autres évidences, aux yeux de  l'ancien porte-parole de l'Elysée « Ce qu'a fait Obama ressemble à ce qu'à fait Sarkozy : essayer de faire venir à la politique de nouveaux électeurs... notamment grâce à l'internet ... »

Après Palin confessant au faux Sarkozy qu'elle se voyait bien présidente aux prochaines élections, Obama inspiré par Sarkozy, la boucle est-elle bouclée ?
Repost 0
Published by alithia - dans humeurs humour
commenter cet article
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 19:34
Rions un peu : après avoir piégé Chirac et Sarkozy  "les Justiciers masqués" des humoristes canadiens,  piègent Sarah Palin . Assez réussi.  Sur You Tube.


Voir  les sources sur Libération.
et sur Le Monde

Peut-être un peu facile, je sais, mais excellent moment car non dénué de vérité, comment rater cela  ?



Repost 0
Published by alithia - dans humeurs humour
commenter cet article
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 12:45
Wikipedia est faite par des geeks (fondus d'informatique) pour des geeks. On le savait déjà mais cet article d'un blog du Figaro le confirme tant c'est une évidence.


Le geek s'amuse avec wikipedia.  Expert en informatique et art d'utiliser internet, il pêche quelques infos via Google sur n'importe quel sujet sur lequel il s'en va écrire n'importe quel petit article ou bout d'article, fabrique ses petits plagiats et en multipliant ainsi les interventions, changements de virgules et mises en pages comprises, devient un contributeur actif qui peut exciper de milliers d'interventions (peu importe la qualité bien sûr). Enfin obtient-il grâce à sa graphomanie (clicomanie devrait-on dire) le droit de devenir administrateur. A partir de là le jeu devient plus amusant puisqu'il peut  s'en prendre aux autres, les menacer, les bloquer et demander leur exclusions, et protéger ses petits articles en ayant une voix qui a gagné en autorité.

Telle  est la vie du geek. Et c'est ainsi que wikipedia se remplit de 700 000 articles.

La consultation  de wikipedia pour ses images porno ou à usage porno, se révèle aussi battre des records de popularité, à l'image de l'usage qui est fait d'internet qui, sans le porno, n'aurait jamais gagné son trafic. Puisque  l'on sait que c'est là ce qui assure l'essentiel du trafic pour les particuliers.

Extraits du blog  :

1) Wikipédia est aussi un repaire de geeks. On le savait d'instinct, on en a eu un aperçu avec l'hilarant comparatif de Something Awful, [...] . L'encyclopédie est bien faite par des nerds [= geeks], et ça se voit. Dernière pièce au dossier : il y a 600 articles rattachés à Homer et aux Simpsons, et seulement la moitié à Homère et l'Odyssée.

[...]

3) Il y a des choses que Wikipédia ne sait pas. C'est à cet effet que la page « Questions existentielles » recense des interrogations fondamentales telles que « Adam avait-il un nombril ? », « Pourquoi allumer une cigarette fait venir le bus plus vite ? », « Pourquoi, dans Windows, pour arrêter le système il faut aller dans Démarrer ? » ou « Pourquoi les gens aiment tellement perdre leur temps sur ce genres de pages au lieu de faire des articles ? »


4) Wikipédia est aussi le royaume de l'inutile. Elle contient beaucoup de choses très utiles ou très sérieuses, mais c'est aussi une véritable mine sur toutes les facettes absurdes du monde. La page Unuasual articles recense un nombre incroyable de preuves que le monde ne tourne vraiment pas rond et un inventaire que n'aurait pas renié Prévert. Exemples : un recensement des animaux candidats aux élections, la liste des gens qui ont mis un masque de Richard Nixon, la présentation de
Taumatawhakatangihangakoauauotamateapokaiwhenuakitanatahu, une colline de Nouvelle-Zélande, ou encore l'usage de l'umlaut dans le heavy metal. La version française est un peu moins bien achalandée.


[...]


9) Wikipédia est aussi un site pornographique. Eh oui, « the internet is for porn », et même Wikipédia ne fait pas exception. Vous ne me croyez pas ? Jetez un œil aux statistiques de consultation des fichiers Wikimedia Commons. Même chose pour wikipedia. des statistiques sont données.



N.B.  sur ce blog nous avons déjà eu l'occasion de citer Something Awful


Repost 0
Published by alithia - dans humeurs humour
commenter cet article
9 août 2008 6 09 /08 /août /2008 18:40
Un test de la fiabilité de wikipedia et de ses capacités d'auto-correction : où il s'agit de l'invention d'un groupe de rock fictif, ayant donné lieu à des interventions et rédactions sur 30 articles de wikipedia, et qui ont subsisté pendant plus d'un an.

pour voir ce gag
Repost 0
Published by alithia - dans humeurs humour
commenter cet article
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 22:08
Voici quelques exclamations qui ont l'authenticité de l'indignation spontanée. Véritablement c'est le cri du coeur.

Ces indignations spontanées sont en quelque sorte les plus féroces critiques qui puissent être adressées à wikipedia, révélant les craintes profondes de ceux qui se consacrent à la rude tâche de faire grossir le monstre à coup de plagiats par ci et de propagande par là.

Vo
ici donc quelques critiques venues du coeur profond de la wikipedie et que je trouve assez significatives pour ne pas dire révélatrices.





" Je croyais avoir tout vu et tout entendu sur WP, mais cette prétendue « communauté » a encore des (mauvaises) surprises à ménager. J'en arrive à penser, à lire de tels débordements, que c'est le projet Wikipédia qui est intrinsèquement pervers, pour conduite les gens à de telles extrémités."

= moi aussi je trouve que c'est le projet wikipedia qui est intrinsèquement pervers ; pour une fois, on est d'accord

" On peut certes se gargariser des principes fondateurs, et notamment de la neutralité de point de vue, mais si le choix des modalités d'application de cette neutralité incombe à une clique qui ne tolère pas qu'on ne pense pas comme elle, alors autant fermer immédiatement Wikipédia."

= conséquence qui s'impose : il faut la fermer d'urgence car il n'ya pas une clique, mais des cliques, nombreuses,  qui chacune entend utiliser la neutralité au profit des modifications introduites.


la 1° c'est Hégésippe |17 mai 2008 à 16:09
la seconde encore  Hégésippe 18 mai 2008 à 04:52  (dans ses diatribes contre un autre wikipédien, Alvaro, pour un arbitrage)

Eh oui,
même la police, ses membres les plus agités, ont un inconscient qui peut leur révéler, un instant, une bribe de vérité : wikipedia est un système pervers qui permet qu'y sévissent toutes sortes de cliques !
Repost 0
Published by alithia - dans humeurs humour
commenter cet article
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 17:12
Wikepedia est une encyclopédie sur le net et Wikipedia est un con.

Wikipedia est un con parce que Wikipedia n’est pas une encyclopédie. Wikepedia est en fait une accumulation de listes, de chiffres, de dates de naissance, de noms de capitales, de sous préfectures, de chef lieux de canton et autres lieux dits, de livres oubliés, d’auteurs autoédités, de récipiendaires de palmarès d’autres temps, de figurants dans des nanars oubliés, de listes d’acronymes caduques ou inutiles et de bien d’autres choses encore. Wikipédia est au mieux un Quid amélioré ou un « Who‘s who »tout terrain, parfois un « what’s who »ou l’l’inverse, façon Manufacture de Saint Etienne, sans les images, et au pire un mauvais annuaire, ouvert à tous les vents, à toutes les envies et à toutes les humeurs, humeurs de chiens, chiens enragés, chiens et chats, chiens échaudés, chiens assis, chiens méchants etc.

Wikipédia est un con parce qu’il (ou elle, on ne sait pas ) permet à tous les quidams, qui se croient (ou se voient) d’importance de s’immiscer dans ce qu’ils considèrent comme un panthéon moderne. Ces imbéciles encombrent de leur futile vanité les sentiers tortueux de la gloire et s’y embourbent, se rendant dans cette autopromotion, encore plus dérisoires et encore plus crétins. Wikipédia est un con parce qu’elle (ou il, cf. plus haut) permet aussi au moindre projet, qu’il émane d’une entreprise, d’une association de sauvegarde, de défense ou de promotion, d’un comité de soutien, d’une agence de publicité ou d’un groupe de presse, de s’offrir à moindre frais, une légitimité ou au moins une vitrine qu’ils pensent officielle.

En plus, Wikipedia est un con parce que Wikipedia est de son temps. D’un temps où toute valeur est simplement ramenée à une mesure ou à une quantité. L’importance d’un film n’est elle pas jugée à son nombre de spectateurs...

ça continue ici, et c'est plutôt pertinent et assez drôle.

Bon pour pouvoir  en rire, il faut savoir qu'on a le droit de rire de wikipedia et qu'on a le droit d'écrire "wikipedia est un con". Le droit au sens vrai que donne le droit. Car wikipedia n'est pas une personne.


On peut encore écrire comme notre adepte de Flaubert :
" Wikipédia, c'est la réalisation de cette prédiction de Flaubert qui dans une correspondance vilipende un monde où l'on croit utile de compter tous les grains de sables d'une plage, voire de toutes les plages, un à un et que l'on ambitionnerait de les décrire tous."


Et on a tout autant le droit d'écrire des tas de choses sur w
ikipedia , si c'est vrai de préférence , ça fait partie de la liberté d'expression et les wikipédiens n'ont pas à s'en indigner, mais sur les personnes on n'a pas le droit. On tombe vite dans la diffamation, l'injure, le dénigrement et ça c'est interdit. Ce que  le wikipédiens ignorent apparemment ; voir le blog de jean-no qui est un tissu de tous ces propos illégaux.

En clair si je dis du mal de wikipedia, de la manière dont elle est rédigée et de la qualité de ses articles, j'ai le droit. Cela ne relève que de la liberté d'expression. Mais  cela ne donne pas le droit aux amoureux de wikipedia de m'injurier. C'est un délit.


Repost 0
Published by alithia - dans humeurs humour
commenter cet article
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 19:10
Trouvé sur le site d'un banni de wikipedia, donc traité en pestiféré par cette dernière et avec qui on n'a pas le droit de parler sans prendre le risque de se faire à son tour exclure de wikipedia, [ voir les tribunaux de l'Inquisition fonctionnent encore : à wikipedia] donc il s'agit d'un texte  publié par un pestiféré qui a été traité , ô injure !, d'Alithia 2 par Anthère (sic).

Donc un article marrant , qui commence ainsi  (traduction de la revue américaine Wired)

Qu'est ce que Wikipedia ?

Wikipedia est un nouveau paradigme du discours humain. C'est un endroit où n'importe qui avec un navigateur peut aller, choisir un sujet qui l'intéresse, et sans même s'enregistre commencer un débat. En fait, Wikipedia est la plus grande et la plus complète collection de débats et de prise de bec dans l'histoire de l'humanité, incluant des vendettas sur des sujets s'étendant de Soliman le magnifique à Dan the Automator [NdT producteur de hip-hop].

Comme effet secondaire d'être l'espace des disputes parfait, c'est également un endroit assez bon pour trouver des informations sur tous les personnages de Battlestar : Galactica.


Pourquoi les gens parlent-ils de Wikipedia tellement ?

Wikipedia en est un moteur de dispute tellement puissant qu'il génère de lui-même d'autres débats sur n'importe quel forum libre.


Oui, mais de quoi débattre ?

Bien, Wikipedia existe dans un état de quantique de flux de signification. C'est simultanément une collection d'information incontestable, et une tas de mots sans signification produits par des lémuriens incultes avec des arrières-pensées politiques. Il n'existe pas d'état intermédiaire entre ces deux-là. Vous pouvez le vérifier par vous-même en exprimant une opinion raisonnable à ce sujet dans n'importe quel forum. Quelques soient les mots que vous utiliserez, ils seront interprétés par des lecteurs en tant que soutien d'une de ces deux point de vue [NdT il aurait été plus marrant et exact de surcroît de considérer que les deux points de vue avaient lieu en même temps]



Repost 0
Published by alithia - dans humeurs humour
commenter cet article