Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Observatoire

  • : wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • : observatoire de wikipedia qui se prétend une encyclopédie, sans spécialistes ni vérification d'experts, chacun peut écrire ce qu'il veut sous anonymat : une pseudo-encyclopédie où prospèrent la propagande et l'irrationnel. Blog de réflexion sur la culture
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • alithia
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.

Moteur De Recherche

Archives

23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 21:52

 

 

 

  Wikipedia n'est pas une encyclopédie.

 

Il est confirmé de toutes parts que la qualité de wikipedia n'est en rien celle d'une encyclopédie propre à être utilisée pour les études.  Tous les intellectuels et toutes les études le disent, pour autant qu'ils ont eu à s'exprimer sur la qualité et la fiabilité de wikipedia. De même que les professeurs lui dénient la qualité d'encyclopédie et déconseillent aux élèves et étudiants de l'utiliser dans un cadre scolaire et universitaire [1]. Les  études faites sur wikipedia en témoignent, et même wikimedia est obligée d'en convenir [2].

 

 

 

Mégalomanie de Wales.

On apprend cependant une nouvelle stupéfiante venue d'Amérique, encore une : wikipedia demande à être classée par l'UNESCO au patrimoine mondial de l'humanité. Wikipedia qui n'invente rien mais ne fait que de l'agglomération d'informations plus ou moins bien recopiées et sélectionnées, s'adonne à la réécriture par collages, produit des copies déformées et souvent biaisées, puise à des sources impropres à constituer une  enclyclopédie (sites extrémistes, de propagande, irrationnels, sectes...) et la plupart du temps retranscrit ce qu'elle copie sous le signe de certaines censures et avec le plus gand conformisme envers les idéologies dominantes et les pouvoirs en place, wikipedia qui interdit toute analyse et toute pensée,  qui réduit  l'instruction et l'éducation à la retransmission d'informations, souvent faussées et totalement dépourvues de critiques et d'analyses, wikipedia qui repose sur le préjugé que la culture se réduit à l'information , prétend à être reconnue comme patrimoine mondial de l'humanité !

 

Telle est l'ambition de Jimmy Wales qui avance cette demande au nom de la Fondation Wikimedia.

 

Alors voyons ce que recouvre la notion de patrimoine mondial de l'humanité et ce que sont les critères de l'UNESCO.

Le site de l'Unesco précise que  "Pour figurer sur la Liste du patrimoine mondial, les sites doivent avoir une valeur universelle exceptionnelle et satisfaire à au moins un des dix critères de sélection",  soit les critères suivants :

 

Les oeuvres doivent

  1. - représenter un chef-d'œuvre du génie créateur humain ;
  2. - témoigner d'un échange d'influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, sur le développement de l'architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création de paysages ;
  3. - apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue;
  4. - offrir un exemple éminent d'un type de construction ou d'ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significative(s) de l'histoire humaine ;
  5. - être un exemple éminent d'établissement humain traditionnel, de l'utilisation traditionnelle du territoire ou de la mer, qui soit représentatif d'une culture (ou de cultures), ou de l'interaction humaine avec l'environnement, spécialement quand celui-ci est devenu vulnérable sous l'impact d'une mutation irréversible ;
  6. - être directement ou matériellement associé à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des oeuvres artistiques et littéraires ayant une signification universelle exceptionnelle. (Le Comité considère que ce critère doit préférablement être utilisé en conjonction avec d'autres critères);
  7. - représenter des phénomènes naturels ou des aires d'une beauté naturelle et d'une importance esthétique exceptionnelles
  8. - être des exemples éminemment représentatifs des grands stades de l'histoire de la terre, y compris le témoignage de la vie, de processus géologiques en cours dans le développement des formes terrestres ou d'éléments géomorphiques ou physiographiques ayant une grande signification ;
  9. - être des exemples éminemment représentatifs de processus écologiques et biologiques en cours dans l'évolution et le développement des écosystèmes et communautés de plantes et d'animaux terrestres, aquatiques, côtiers et marins ;
  10. - contenir les habitats naturels les plus représentatifs et les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique, y compris ceux où survivent des espèces menacées ayant une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de la science ou de la conservation.

La protection, la gestion, l'authenticité et l'intégrité des biens sont également des considérations importantes.

 

 

Chef-d'oeuvre du génie humain ?  On peut en douter. Une valeur universelle exceptionnelle ? Ridicule.

Témoignage unique d'une tradition ou d'une culture ? C'est plutôt à sa destruction que wikipedia participe en passant toute oeuvre culturelle à la moulinette de la "neutralité" de son copiage dénué de pensée et de mises en perspectives, où la critique est interdite, accumulant toutes les opinions, valides ou non, qu'elles  soient recevables ou délirantes ou même indignes (puisque wikipedia inclue les théories conspirationnistes, les pseudo-sciences, la propagande des sectes, les thèses extrémistes de toutes sortes pêchées sur les sites d'extrême-droite, neo-nazis, islamistes, les interprétations révisionnistes de l'histoire, l'antisémitisme et toutes sortes de théories irrationnelles), qui confond opinions et savoirs  et brasse tous les préjugés de la terre, sur le mode de la platitude d'où la bêtise n'est pas absente.

 

Les sites naturels exceptionnels et les oeuvres architecturales remarquables illustrant une période de l'histoire, un type d'habitat témoin d'une civilisation, des témoins géologiques ou de l'évolution de la vie étant à l'évidence exclus, on ne voit pas ce qu'il reste.  Hormis le délire de grandeur de Jimmy Wales.

 

 

 

Les plus grandes entreprises du net invitées par Sarkozy. Wales accourt. Pas question d'un net au service des droits de l'homme.

Monsieur Wales ayant été invité au forum e-G8 du net initié par Nicolas Sarkozy aidé du patron de Publicis, qui réunira les patrons des plus grandes entreprises du net ou ayant des intérêts sur le net, (eBay, Google, Alcatel, Vivendi, Orange...) sous les présidences de Maurice Levy (Publicis) de Rupert Murdoch et de Christine Lagarde, comme l'indiquent les Echos.

 

Comme l'annonce 24 heures  : « Le Fondateur de Wikipédia invité vedette du deuxième Zermatt Summit »,  Jimmy Wales participera au forum mondial du net initié par Sarkozy  pour « l'humanisation de la mondialisation » (sic), aux côtés des représentants des grandes multinationales de l'internet. Le mot "humanisation" avancé en place de celui qui conviendrait "contrôle" et pour masquer cet objectif de restriction des libertés qui est celui de notre Président.  L'idée d'"humanisation" a due être soufflée à Sarkozy par Wales : même tromperie.


Libération fait état d'un « manifeste contre le "G8 de l’Internet" »

 

On voit le caractère de wikipedia se préciser : soi-disant humanitaire mais  libérale en économie et conformiste en politique, au service des pouvoirs de l'argent et des Etats quels qu'ils soient (sur wikipedia le mot dictature est banni, l'expression "atteinte à la démocratie" également, autant que " atteinte à la liberté", "atteinte aux droits de l'homme" et toutes les catégories politiques de même, qui permettraient de comprendre un tout petit peu les sujets politiques) libertaire-gratuite au service de la haute finance et de l'ordre régnant, ainsi que soi-disant projet humanitaire et caritatif mais au service de la censure sous la houlette de Sarkozy qui ambitionne de mettre en place une police du net.

 

Rien n'arrête plus Wales et ses ambitions planétaires commencent à prendre forme, ou plutôt à devenir tellement visibles que c'en est aveuglant.

 

Pour l'instant les commentaires des media soulignent la reddition de wikipedia via Wales à l'idéologie ultra-libérale et à la censure du net, pour mieux participer à l'apologie de l'état présent de l'ordre du monde, des puissances économiques, financières et politiques, dictatures comprises, comme en témoignent  les articles de wikipedia dont j'ai cité quelques échantillons représentatifs, à la gloire des dictatures et pratiquant la révision de l'histoire, ainsi que le conformisme épais des articles, dès lors qu'ils n'appartiennent pas au champ des mathématiques et des sciences mathématisées, et leurs orientations pernicieuses et fortement irrationnelles et serviles.

 

A noter que Le Monde relève  pour s'en étonner que  "la France a choisi de pratiquement évacuer du G8, qu'elle préside cette année, le thème de la liberté d'expression sur Internet, ainsi que le soutien au rôle de la Toile comme facteur de démocratisation, dans le monde arabe et ailleurs (…) à l'heure où la traque des cyberdissidents, de la Syrie à la Chine, bat son plein, avec souvent une grande violence policière" alors  que la liberté d’expression est “la base de toutes les autres libertés” comme l'affirmait Bernard Kouchner  dans le même journal il y a un an.


HNS-info sous le titre « " Forum eG8" : un écran de fumée pour le contrôle gouvernemental du Net »  publie un article  de La Quadrature du Net,  une organisation de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet qui s'affiche comme défenseur des libertés sur internet .

 

  Cet  article explique :

" Une des plus importantes agences publicitaires du monde, Publicis, s’est vu confier par Nicolas Sarkozy l’organisation du «  eG8 forum  » qui rassemblera un casting d’acteurs économiques impressionnant pour discuter du futur de l’économie numérique. En réalité, M Sarkozy annonce depuis des mois son intention de se servir de sa présidence du G8 pour imposer le concept « d’Internet civilisé ».

 

Cette notion, empruntée au gouvernement chinois, est dans la droite ligne de la politique Internet de M. Sarkozy.[*] L’année dernière, M. Sarkozy a aussi essayé d’imposer sur la scène internationale l’idée d’un contrôle des Etats sur l’architecture du réseau en limitant l’importance d’Internet pour la liberté de communication et la démocratie à travers le monde." Le même site avait signalé l'intention de Sarkozy de pirater la conférence sur internet organisée par Bernard Kouchner : Sarkozy importe l'internet répressif. Voilà qui est chose faite.

 

[*]  En France, Sarkozy a déjà mis en place la coupure de la connexion Internet et la censure des contenus en ligne. Son ministre de l’économie numérique a tenté de faire interdire l’hébergement de WikiLeaks sur le territoire français, car il ne satisfaisait pas à cette notion « d’Internet civilisé »

 

Marianne aussi relève que Kouchner voulait faire d'internet un instrument de défense des droits de l'homme, ce à quoi Sarkozy s'est opposé :

 

 

le projet de Kouchner  était  destiné à « protéger les défenseurs des droits de l’homme [qui] utilisent Internet », à les aider à maîtriser les « technologies de contournement […] pour permettre des communications non filtrées » et à « étudier la possibilité d’étendre aux blogueurs le régime de protection normalement réservé aux journalistes »"

 

 

Ce que Sarkozy a empêché.

 

Le conseiller diplomatique du président, Jean-David Levitte, bloque tout d’une simple lettre officielle datée du 29 septembre, signée de Nicolas Sarkozy, à Bernard Kouchner. Le président met son veto aux projets Internet de son ministre : « Vous m’avez fait part de votre intention de réunir une conférence internationale consacrée à la liberté d’expression sur Internet. Cette problématique doit être abordée de manière globale. » Suivent deux pages de commentaires critiques et de détricotages. Alors que Kouchner évoquait les « cyberdissidents », Nicolas Sarkozy répond en termes de « cybercriminalité ». Kouchner met en avant la « liberté de la presse », le président craint, lui, les « zones de non-droit », propose de « bâtir un Internet civilisé, respectueux des droits de tous ». Le ministre militait pour défendre les « droits de l’homme » et un Internet « ouvert », Sarkozy lui répond que cette conférence doit être « l’occasion de promouvoir les initiatives de régulation, en particulier la loi Hadopi »

 

Kouchner  soutenait que   : « La défense d’un Internet ouvert, universel, est devenue un sujet majeur de politique internationale et une composante essentielle de notre engagement en faveur de la démocratie et des droits. » Rien n’y fait. ...

On connaît la suite. Bernard Kouchner quitte le gouvernement le 13 novembre. Michèle Alliot-Marie devient ministre des Affaires étrangères et annule définitivement la conférence.

 

 

Tout au contraire d'Obama, qui lui, a bien compris avec les révolutions arabes l'importance d'internet pour les droits de l'homme, dans le monde, Iran et Chine inclus.

 

Une fois encore Sarkozy montre qu'il ne comprend rien. 
Voir l'article complet sur Marianne

 

 

Citons enfin un blog du Monde, Bug Brother pense que  : « Sarkozy expulse les libertés de son "internet civilisé" ».


 

Tel est donc le contenu de la réunion, dite "forum mondial du net", à laquelle  Obama n'a pas  donné son approbation mais à laquelle le patron de wikipedia  apporte  sa caution, révélant sa vraie nature de "libertarian" comme on appelle aux Etats-Unis ce courant ultra-libéral ayaant conçu wikipedia selon ces vues qui lui donnent ses fondements. Wikipedia est le produit d'une idéologie ultra-libérale se présentant comme libertaire au sens le plus primaire pour séduire  : absence de règles,  anti-intellectualisme au nom d'un pseudo anti-élitisme de façade, doublés d'un interdit de pensée et de critique, ont accouché de ce monstre de conformisme envers les idéologies dominantes, populistes et en faveur du libéralisme (économique). Prétendument libertaire, en vérité conformiste et ultra-libérale, partisan du laisser faire où toutes les opinions s'équilibreront naturellement entre elles, elle diffuse, non pas le savoir et la culture (il suffit de la lire un peu pour s'en apercevoir) mais l'idéologie du libéralisme au service des puissances dominantes  (quelles qu'elles soient, une fois encore : voir par exemple les articles sur Poutine , Sarkozy, Le Pen, et sur tous les chefs d'Etat et la politique des Etats) qui atteignent des sommets de conformisme et sur lesquels ssévit une censure impitoyable. Elle  ne diffuse pas le savoir et la culture, mais sévit contre l'intelligence et la liberté de pensée et oeuvre à détruire la liberté, au premier chef la liberté de pensée, en interdisant toute critique. Par la bouillie qu'elle offre aux plus démunis culturellement, comme le dit très jsutement Umberto Eco, elle est absolument anti-égalitariste dans son fond : wikipedia c'est la soupe populaire pour les défavorisés de la culture. Ou ce qu'est le Da Vinci code à la littérature, elle l'est aux encyclopédies.

 

 

Le compte rendu de la réunion  par Le Monde.

 

 

 

Alithia

 

 

 

notes 

[1] : tous nient à wikipedia la qualité d'encyclopédie, des références :

 

 étude de wikipedia jugée par un universitaire ;

les nombreux wikigrills,

 

Umberto Eco

Encyclopédie de l'Agora sur wikipedia

 

Wikipedia ou le triomphe de l’opinion sur le savoir. article d'un philosophe

 

wikipedia le grand bazar de la connaissance

 

professeurs et chercheurs : les effets nocifs de wikipedia

 

 des historiens jugent wikipedia

évaluer wikipedia : une nécessité

 

Pierre Assouline

 

Daniel Garcia

 

Guillaume Lecointre

 

  Rui Nibau : une analyse critique ;

 

appréciations critiques de wikipedia 

 

Les profs n'apprécient pas wikipedia

 

 les éditeurs jugent wikipedia

 

Universités américaines

 

wikipedia incompatible avec l'école

recommandation pour les études : ne pas utiliser wikipedia

 

l'AFP aussi interdit wikipedia 

 

Reuters interdit à ses journalistes de citer wikipedia

 

: les effets d'internet, Google - conjugué à wikipedia- nous rendent-ils idiots ?

 

de sévères critiques de wikipedia

 

les critiques d'Alithia à wikipedia sont de notoriété publique

 

L'encyclopédie Wikipédia, une pseudo-encyclopédie

 

témoignages sur les administrateurs de wikipedia et les rapports de force

 

Wikipedia et ses controverses

 

Can you trust Wikipedia?

 

les principales critiques adressées à wikipedia


 [2] Anne Cordier, ADBS ; et  wikimedia obligée d'en prendre acte, finalement

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Altshift 08/06/2011 15:33



Si wikipédia est encore là dans 4000 ans, peut-être faudra-t-il songer à l’ériger en patrimoine de l’humanité. Pour l’instant, améliorable ou pas, il ne s’agit que d’un phénomène artificiel lié à
l’accroissement récent du nombre des usagers d’internet phénomène qui ne produit rien, sauf en quantité de connections, de données stockées et d’activité économique… Placer les serveurs de
wikipédia dans un bunker… protégés des bombes… si tout ce qui devait rester du savoir de l’humanité devait être représenté par ce truc, y’aurait du souci à se faire, on n’y apprend même pas
comment réparer son vélo !



the king 08/06/2011 12:39



Wikipedia passera à la poubelle de l'histoire avant d'avoir décoché son titre de soi-disant patrimoine mondial de l'humanité (ils ne manquent pas d'air ceux-là !), qu'ils rêvent d'obtenir par
pétition en plus.


 


Si c'est pas de la propagande, je veux bien m'appeler Arthur.



Altshift 08/06/2011 11:57



hahaha ! Wikipédia… une « idée différente » qui serait d’abord ridiculisée à ce titre par les odieux conservateurs. C’est amusant le procédé d’inversion de sens, d’ailleurs typique de
wikipédia… Wikipédia n’est pas une idée différente, c’est un moyen opportuniste d’intoxiquer les masses. Son ampleur publique n’est due qu’à ses alliance dans l’univers de la consommation en
ligne et n’a d’égal que l’ampleur de sa vacuité intellectuelle. L’idée qui consiste à vouloir imposer universellement une seule et unique conception du monde de façon universelle n’est pas très
neuve… elle a tout à voir avec le nouvel ordre mondial façon Bush… si les pauvres collaborateurs réguliers de wikipédia préfèrent le nier ou l’ignorer grâce à leurs œillères wikipathes, il
convient de leur rappeler régulièrement que wikipédia nuit gravement à la liberté d’accès de tous au savoir, c’est même pour cela qu’elle communique sur ce sujet.



Altshift 08/06/2011 11:47



Décidément les « ? » et « lack » veulent toujours CROIRE que wikipédia « fait de son mieux pour livrer des informations aussi peu biaisées que possible » … il suffirait
qu’ils lisent la définition que donne de la culture le portail du même
nom sur cette patinoire de l’humanité qu’est wikipédia pour qu’ils comprennent que toute l’information y est volontairement ou par bêtise simple, biaisée. Quels que soient les efforts de
rédacteurs qui se voudraient généreux pour imposer comme une vérité l’opinion MAJORITAIREMENT admise (comme le nucléaire est sans danger par exemple), l’idéologie et les méthodes mêmes promues
par leur chef d’œuvre de la société de consommation d’informations fait que tout cet amas de savoirs volés est un organe de propagande au service de la promotion d’une idéologie ultra-libébrale
et à ce titre méprise les savoirs qu’elles considère et traite comme des vulgaires bien matériels, dont elle entend pourtant déposséder à la fois les détenteurs (à qui elle les vole) et les
acquéreurs (pour l’usage desquels elle en travestit le contenu, la nature et le sens). 



sonata 28/05/2011 21:49



@ Lack


Diderot avait l'immense mérite des idées, que wikipédia n'a pas. Evitez de comparer les deux, de peur que le premier ne se retourne dans sa tombe.