Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Observatoire

  • : wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • : observatoire de wikipedia qui se prétend une encyclopédie, sans spécialistes ni vérification d'experts, chacun peut écrire ce qu'il veut sous anonymat : une pseudo-encyclopédie où prospèrent la propagande et l'irrationnel. Blog de réflexion sur la culture
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • alithia
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.

Moteur De Recherche

Archives

8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 16:10

 

 

 

 

 

 

 

Les wikipédiens n'ont pas encore compris que le titre d'encyclopédie est largement usurpé par wikipedia. Pourtant J. Wales en donne lui-même confirmation exposant que wikipedia diffuse de l'information, non du savoir.



A l'occasion du prix qu'il a reçu de la Fondation Gottlieb Duttweiler -qui ne doit vraiment pas bien connaître ce qu'est wikipedia vu la confusion mise en lumière par l'entretien avec J. Wales, ci-dessous-  on voit la Fondation  ébahie  d'admiration à l'idée d'une encyclopédie qui diffuse le savoir,  ce qui serait, paraît-il, une cause humanitaire (!) selon Wales car tel est le slogan publicitaire collé par Wales à wikipedia. A  cette admiration béate de la fondation qui croit que wikipedia est une encycclopédie diffusant le savoir,  Wales rétorque pour mettre en avant ce grand projet humanitaire -je ne sais pas s'il connaît le sens du mot  non plus que le sens du mot savoir-  en confirmant que wikipedia diffuse de l'information.

 

L'équivoque  est là, qui ressemble à un quiproquo. Le quiproquo de Wikiproquo.


L'un, le lecteur d'une encyclopédie, attend du savoir.  L'autre, wikipedia, lui donne de l'information, ce qu'on attend de la part des media d'information.

 

Jimmy Wales, fondateur de Wikipedia, a reçu fin janvier à Zurich le  Prix Gottlieb Duttweiler. L’Américain a insisté sur l’importance du libre accès à l’information pour tous.

 

Le site swissinfo.ch a  rencontré  Jimmy Wales et  lui a posé une question répercutant la croyance du Gottlieb Duttweiler Institute qui voit en Wikipedia une possibilité d'accès  au savoir, chose la plus importante, disent-ils.... Réponse de Wales : oui  le savoir c'est très important, donc wikipedia diffuse de l'information, voilà qui est important pour accéder au savoir .

 

Cet accès au savoir, qu’en pensez-vous ? lui demande l'interviewer.
 
Jimmy Wales : Je suis d’accord,  le savoir est notre plus importante ressource. Progresser, rendre la société meilleure, améliorer le monde : tout cela n’est possible qu’en comprenant les choses et en étant informé. Il est donc vraiment important que le plus grand nombre possible de personnes aient accès à une information de qualité. source

 

"Rendre la société meilleure" = son projet/prétexte dit "humanitaire" (sic) .

Donc rien à voir avec le projet révolutionnaire, politique et émancipateur de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert.

Plutôt une promesse de bonheur. Discours très connoté.

 

Accès au savoir = accès à l'information.

 

Savoir ou information, ce n'est pas du tout la même chose.  Même si l'information requiert des analyses -ce qu'ignore et nie wikipedia- elle ne relève pas du savoir,  qui est fondé sur des théories valides, savantes, élaborées sur la longue durée, reposant sur des travaux appronfondis poursuivis sur des générations et des générations, durant des siècles voire des millénaires (mathématiques, philosophie et sciences) .

 

La preuve du reste que wikipedia reste au niveau de l'information la plus succinte et la plus superficielle est donnée par le fait qu'elle est consultée pour tout sauf le savoir, et à peine l'information du reste.  Les consultations se bornent plutôt aux  nouvelles très très grand public, les scandales ou affaires qui font du bruit,  les gros titres des media, la vie des personnalités du show-bizz.  Elle est consultée essentiellement par les 15-25 ans, pour les loisirs, le sport, le sexe, la vie des people, les anecdotes de l'actualité, les événements chocs. Wikipedia c'est une sorte d'énorme Match sur internet, immédiatement accessible, librement consultable et incomparablement plus fournie sur les sujets où le savoir et la culture n'ont strictement rien à faire. Seuls quelques articles sont manifestement consultés par des collégiens qui ont le sujet à travailler ( tel Victor Hugo, article nul s'il en est,  Zola, pas mieux, et  I° et II° guerres mondiales, tout aussi nuls : là il manque un article synthétique, le sujet est traité de manière éclatée sur des dizaines d'articles ) ; voir le score des 1000 articles les plus consultés, cela se passe de commentaires.

 

Hormis nommer Wikipedia un media d'information, on ne peut envisager d'autre nom  et certainement aps lui accorder celui d'encyclopédie.  Il est impossible de considérer que  cette publication ressemble à une encyclopédie sous prétexte qu'elle inclut aussi des articles très peu consultés portant sur les domaines du savoir et qui constituent sa part la plus marginale. Wikipedia un media d'information, c'est sa définition, elle ne dépasse pas ce stade.  Wales finit par le dire . Il a dû renoncer à prétendre qu'elle serait un objet utile pour les études. Enfin ! Sauf que comme media d'information, elle est largement surpassée par tous les autres media d'information, a fortiori à l'ère d'internet, puisqu'elle s'interdit toute analyse, toute réflexion, toute prise de parti -par exemple contre les dictatures, contre l'obscurantisme, contre les théories du complot, toutes les théories les plus irrationnelles, les rumeurs et les ragots sur les personnalités publiques, essentiellement vedettes du show-bizz : tout peut figurer sur wikipedia et tout y figure.  Les autres sources d'information, qui exigent au contraire de wikipedia, de naviguer, de chercher, de circuler existent et permettent ainsi de découvrir d'excellentes sources  ; voir par exemple des sites et blogs, pour la Tunisie, pour l'Egypte, pour Israël, pour la France, outre toute la presse consultable sur internet en français et que l'on trouve facilement pour l'Europe, le Maghreb, le Moyen-orient,  l'Afrique,  ou en anglais pour les autres parties du monde qui ne publient pas en français,. Pour la France, les grands media et des media sur internet tels Mediapart, Rue89, des blogs tels Sarkofrance, de vraies ressources pour l'histoire, la philosophie, les arts  etc.  sont excellentissimes comparés à wikipedia et  en comparaison font ressortir ses faiblesses, précisément à l'ère d'internet qui ouvre à des possibilités que wikipedia referme avec ses petits articles lissés et censurés. Wikipedia est un complément plus ou moins synthétique à l'information donnée par Google (mais composée de synthèses mal faites, souvent inexactes, toujours incomplètes et plus descriptives que synthétiques au final). Mais  étant donné qu'il y a plus de synthèse avec wikipedia qu'avec Google,  ça marche. Uniquement pour ça.

 

Mais appeler cela une encyclopédie ? Plus personne n'y croit. Même pas J. Wales.

 

On devrait plutôt dire wikipedia qu'elle est une (tentative de) synthèses et de résumés minimalistes sans principes éditoriaux ni ligne éditoriale de l'information.



Voir l'exemple paradigmatique et extrêmement parlant : l'article Sarkozy et la pauvreté insigne de ses informations. Si vous voulez savoir en quoi consiste sa politique depuis qu'il est président et pourquoi Sarkozy est si impopulaire (même à droite) ce n'est pas avec wikipedia que vous aurez les éléments pour  apprendre ni comprendre quoi que ce soit.  Sous ce rapport : zéro, parce que  wikipedia c'est zéro analyse, une absence de pensée impressionnante, un lissage de tous les sujets qui va souvent jusqu'à la censure, un conformisme qui ne se voit nulle part ailleurs -hormis dans la presse des dictatures-  et une censure du wikipédiennement correct qui est impressionnante.   Wikipedia c'est la Pravda des régimes en place partout dans le monde, de Sarkozy à Kim Jong Il, même stupide platitude et même censure appellée "neutralité" car à wikipedia ils croient que cela fait "encyclopédique" et ils interdisent tout travail d'auteur... sans parler de la dégradation des articles quand des rédactions intelligentes sont proposées



L'article Sarkozy est juste un exemple. Tous les articles sont sur le même modèle, avec seulement quelques différences de degrés au hasard de la surveillance des administrateurs, puisqu'ils ne peuvent tout contrôler. Mais puisque la "neutralité" exige  la censure, le principe est qu'il  ne faut rien dire de ce qui est, ce ne serait pas "neutre" et toute analyse étant exclue, ce serait des "essais personnels". On a donc en guise d'articles, des catalogues de faits particulièrement "langue de bois" contrastant étonnament avec la liberté de ton qui domine sur internet. C'est ainsi, aussi bien pour l'actualité (l'information proprement dite) que pour l'histoire passée : des catalogues de faits, souvent mineurs, sans tri ni sélection, non analysés, dépourvus de sens, accompagnés de registres de dates et de noms propres sans signification, aux bibliographies plus qu'aléatoire et néanmoins non dénués d'interprétation puisqu'ils ont tout de même une perspective, celle du conformisme.   Wikipedia reproduit les discours dominants -voir le secteur de l'économie, c'est fantastique- et les stéréotypes de l'époque, propagande comprise, évidemment, puisque tout point de vue critique est interdit. Pour comprendre une période ou un événement crucial, dans l'histoire ou dans le présent, il faut des analyses, des synthèses intelligentes et pédagogiques, des idées qui ne sont pas "neutres". C'est pourquoi wikipedia est dans l'ensemble, une très mauvaise source d'information.

 

 

Alithia.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Altshift 15/02/2011 14:31



Bonjour,


Il me semble que wales prétend que wikimachin diffuse de l’information pour passer dans certains "milieux"pour un genre de héros du genre humain, champion de la liberté d’informer de même que
Assange. 


On ne peut évidemment pas totalement séparer cette intention de partager de l’information « librement » des mouvements -pour la liberté, bien sûr- qu’on peut observer dans les pays
arabes ces temps-ci. Mouvement qui justement semblent en partie motivés par la limitation des accès au réseau mondial, et donc la privation d’une liberté d’accéder aux informations qu’on peut y
trouver.


Or, comme on le constate, les informations diffusées par ces grands communicants (humanistes ?) au nom de l’humanitarisme, analysées ou non par des spécialistes, sont généralement sans grand
intérêt, quand elles ne sont pas, de surcroît, idéologiquement manipulées comme c’est le cas dans wikipédia.


La liberté d’internet consisterait donc à décréter que le n’importe quoi n’importe comment façon wikipédia idéologiquement manipulé est encyclopédique, est neutre, est objectif ! Et que le nombre
de consultations permises par une grande visibilité en est la meilleure preuve… 


Or, la liste édifiante des articles les plus consultés montre bien que la majorité des gens qui consultent wikipédia ne cherchent pas à accéder à un savoir encyclopédique qui leur permettra
d’améliorer leurs compréhension et conception de l’univers dans lequel ils vivent mais au contraire à obtenir des informations superficielles portant sur un sujet à la mode… informations grâce
auxquelles ils pourront passer pour des gens tout à fait « modernes » auprès de leurs collègues de travail, puissent qu’ils connaissent par cœur la biographie de Laddy Gaga ou peuvent
discuter et répéter à l’infini le point de vue des auteurs de l’article wikipédia sur la qualité du cinquième album de Mickaël Jackson.


Tout cela n’a évidemment rien à voir avec le savoir, avec la connaissance sauf à considérer désormais (ce à quoi participe wikipédia) que le savoir est constitué d’éléments superficiels
d’actualité portant sur ces nouveaux saints de l’ultra-consommation que sont les chanteurs les sportifs et autres champions d’internet.


Alors grâce à internet et tous les gadgets électroniques qui donnent à chacun l’illusion d’un don d’ubiquité… l’illusion de pouvoir tout savoir dans l’instant sur tout ce qui passe d’important
(justin bieber est allé chez le coiffeur x à Londres ? houaou!) dans l’univers civilisé, l’illusion surtout de faire partie d’une sous-communauté dans la communauté des humains; grâce à inernet,
tout va vite, tout peut aller très vite, tellement vite —mais n’est-ce pas le fantasme de l’hyper-consommation ?— que plus rien ne se fixe, plus rien ne nécessite d’être appris, analysé, compris,
réfléchi, plus rien ne nécessite qu’on y revienne longuement, souvent puisqu’aussi bien tout doit être immédiat et que d’autres analysent pour nous sur internet « le dernier Iphone,
c’est super » « l’ipad c’est nul » et en profondeur.


Tout est devenu rapide et simple… on ne va quand même pas se prendre la tête à apprendre des choses qui sont sur wikipédia ! On ne va pas gaspiller du temps qu’on pourrait passer à surfer à
réfléchir à ce qu’on vient de lire ou à le croiser avec des informations qu’on pourrait trouver ailleurs… et qui de toute façon sont les mêmes… de même nature.


Alors, complot ou pas, il est dans la nature du capitalisme d’assommer les masses, de fournir aux peuples, dans un grand élan de démagogie ce qu’il est supposé vouloir… pour qu’il soit rassasié,
pour qu’il se taise, pour qu’il s’enfonce dans la facilité, l’insouciance, et la perte de conscience due à l’ivresse ou au désir de consommer.


Wales et ses comparses de wikipédia, dans leur diffusion la plus large possible de ces idées reçues (un dictionnaire des idées reçues existe déjà), dans la diffusion de l’idée que même les plus
ignorants (ou surtout eux) sont bienvenus pour créer le savoir tel que défini par wikipédia, n’ont d’autre objectif que la soumission des peuples… que la noyade dans le surcroît d’informations
superficielles, que l’aveuglement des masses au point que plus personne ne puisse se rendre compte que cette "liberté »  n’est en fait qu’une privation chaque jour plus prégnante de
liberté de pensée, liberté de parole.


WIkipédia et ses miliciens le rappellent sans cesse, ils ont l’argument de la masse informe et innombrable qui adhère à fond aux digest de digest qu’ils distillent, ils ont cet argument du nombre
et la force de frappe de google pour rendre invisible toutes les informations vraiment intéressantes, tous les discours divergents, grâce auxquels on pourrait comprendre, apprendre que seul le
temps et l’expérience donnent accès à un réel savoir…  



alithia 15/02/2011 15:25



Tout à fait d'accord, Altshift.


merci pour vos remarques.



Zardoz 10/02/2011 18:52



Bonsoir, juste un lien qui éclaire sur la personnalité du fondateur de wikileaks


http://www.lemonde.fr/technologies/article/2011/02/10/inside-wikileaks-portrait-au-vitriol-de-julian-assange_1477897_651865.html#ens_id=1450400


Peut-on faire une corrélation avec le fondateur de wikipedia: la mégalomanie et le narcissisme sont-ils des traits  communs aux bienfaiteurs de l'humanité?



alithia 10/02/2011 20:46



La question peut se poser.


 


On dit Assange paranoïaque et Wikileaks organisée comme une secte  (lu dans le Monde aussi).


Que Wales soit megalomaniaque et wikipedia organisée comme une secte,  est également assez plausible.


 Et le fait que Wales comme Assange se pose en bienfaiteur de l'humanité, motif qui justifierait tous les moyens, est une
hypothèse assez plausible.


A creuser.



Zardoz 10/02/2011 11:27



Il y a un aspect que vous ne soulevez pas, . L'institut Gottlieb Duttweil souligne que Wales ne cherche no l'argent ni la gloire.


Pour la gloire, l'institut doit ignorer le culte de la personnalité dont Wales est l'objet sur WP, la photo du personnage que tous les internautes ont subi pendant d'interminables semaines lors
de la campagne de dons. Wales nous regardait  de ses yeux bleus perçants comme l'oncle Sam dans une affiche pour le recrutement dans l'armée américaine.Il a vraiment un côté gourou.


Pour l'argent, les choses sont plus difficiles à mettre à jour mais vu les accords commerciaux passés avec Orange et Facebook, (ça c'est de notoriéré publique), on peut se poser aussi la
question. Les commissions comme intermédiaires ou conseiller, ça n'existe pas que dans la vente de sous-marins au Pakistan.


Je ne connais malheureusement pas les clauses des contrats, ni même les indemnités que touche Wales de la part de la fondation pour tous ses frais de représentation. je ne sais pas non plus s'il
participe à des conseils d'administration (google participe bien au bureau de wikimedia, dans ce genre de milieu la réciprocité est fréquente).


Depuis l'affaire Crozemarie qui a ponctionné l'ARC pendant des années, on sait qu'association et fondation rime parfois avec charité bien organisée commence par soi-même.


J'espère qu'un jour, un journaliste d'investigation enquêtera sur la question.


 



alithia 10/02/2011 13:59



Wales est un homme d'affaires qui a d'abord fait fortune dans l'industrie pornographique et qui a ensuite investi une partie de ses bénéfices dans wikipedia (500 000
dollars) par pure philanthropie, dit-il ! d'où le discours qu'il sert sur l'humanitaire...


 


Ce que ça lui rapporte, combien il touche pour ses activités à wikipedia ? Mystère. Mais pour la gloire et la publicité en faveur de sa personne, tout le monde a pu
s'en rendre compte et ce prix attribué par la Fondation suisse en est un des  témoignages.


 


Son comportement de gourou est connu : c'est lui et lui seul qui a jeté les bases des principes non-encyclopédiques et ultra-libéraux de wikipedia, en faveur de toutes les opinions les plus courantes, principes qui sont posés par lui comme "non négociables", indiscutables,
impossibles à rectifier dont le merveilleux "wikipedia n'est pas une démocratie". Ces principes  ne sont que des
déclarations d'intention telles que  "wikipedia est une encyclopédie" et qui  reviennent simplement à autoriser à écrire tout et n'importe quoi, toutes les opinions,  sous le faux
label d'"encyclopédie" encadrée par des principes absurdes propres à privilégier l'opinion sur la connaissance . Wikipedia a à sa tête une sorte de gourou qui décide seul de l'orientation et
interdit tout  changement. Wales a décidé que les principes sont "non négociables", que "wikipedia n'est pas une démocratie", qu'elle peut recueillir "toutes les opinions", qu'elle "diffuse
de l'information" et sur ces bases, il prétend   qu'elle vise à faciliter l'accès au savoir.


 


Elle est entre les mains d'une sorte de gourou qui autorise ses affidés, sous le nom d'encyclopédie, à distribuer à travers le monde, les préjugés et stéréotypes
d'une époque, - comme nous le confirme encore une fois Concombre ci-dessus, qui représente parfaitement bien wikipedia- dans le cadre 
d'un type d'opnion très précise : l'idéologie ultra-libérale à l'américaine, qui est la famille idéologique à laquelle appartient Wales .


 



caustique 09/02/2011 23:36



Concombre expose les croyances qui sous-tendent Wikipedia : une encyclopédie serait composée à partir de compilations de faits et informations récoltés au hasard de ce que l'on peut trouver,
principalement sur internet.


 


Il donne raison à toutes les critiques adressées à Wikipedia : elle n'est bonne que pour apprendre ou vérifier une date ou quelques éléments factuels dans l'histoire, les noms des gouvernants,
une précision géographique. Pour le reste elle est censée refléter la non-culture dite "populaire". 


 


Quelle idée du peuple dont Wales prétend faire le bonheur en lui servant des préjugés à la louche ! C'est du cynisme qui se résume à : amusez-vous avec les bricoles qui ne portent pas à
conséquence, les dirigeants et hommes de pouvoir dirigent et décident pour vous. Ne vous mêlez pas des choses sérieuses.


 


Wikipedia est un brouet pour le peuple qui exprime le cynisme du libéralisme économique dont Wales est un partisan. Voilà ce qu'ils apppellent neutralité.


 


 



Pinailleur 08/02/2011 21:40



Absolument, Concombre, mais dans ce cas cessons de l'appeler "encyclopédie", appelons-là "dictionnaire des idées reçues", comme l'a proposé un rédacteur de Charlie il y a quelques années déjà (de
mémoire).