Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Observatoire

  • : wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • : observatoire de wikipedia qui se prétend une encyclopédie, sans spécialistes ni vérification d'experts, chacun peut écrire ce qu'il veut sous anonymat : une pseudo-encyclopédie où prospèrent la propagande et l'irrationnel. Blog de réflexion sur la culture
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • alithia
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.

Moteur De Recherche

Archives

16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 19:28
Au risque de déplaire à mes petits wikipédiens qui n'aiment pas que je pointe leurs erreurs, leurs préjugés, leur croyance au libéralisme, leur a-politisme spontané qui en font de parfaits petits conformistes tolérants envers l'extrême-droite et les immondices de Dieudonné, leur idéologie libérale en matière d'économie et leur ignorance de ce qu'est la vraie liberté -plus d'autres ignorances encore, tout aussi impardonnables pour ceux -à qui prétendent faire une encyclopédie- voici encore un article porteur d'une information  et d'une analyse importantes pour comprendre le dit système du capitalisme ouvert à toutes les formes du libéralisme qui n'épargne aucun secteur de la société.

Le genre d'information qu'on ne voit pas dans wikipedia, c'est à quoi sert la neutralité qui régit cette publication calamiteuse : tout ce qu'ils n'estiment pas "neutre" comme ils disent, ils le censurent. Ce sont souvent , pour ne pas dire toujours les informations et les analyses les plus importantes qui sont rejetées car elles ne correxpondent pas à leurs convictions d'esprits étroits et cependant fiers supporters du libéralisme autant que de l'occultisme et des explications irrationnelles

Donc voici l'article dont je donne un extrait et à lire en entier  :


Politique scolaire et néoliberalisme   : L'école des inutiles

Par Tristan Béal, article publié dans la lettre 128

Lien permanent vers cet article


Voici une fâcheuse anecdote que rapportent Hans Peter Martin et Harald Schumann dans leur livre "Le Piège de la mondialisation".

En 1995, à l’hôtel Fairmont de San Francisco se réunirent « cinq cents hommes politiques, leaders économiques et scientifiques de premier plan ». Et telle fut l’évidence posée dès le début de cette réunion : « dans le siècle à venir, deux-dixièmes de la population active suffiraient à maintenir l’activité de l’économie mondiale  ». Une question angoissante saisit alors l’assemblée de ce distingué aréopage : comment continuer à gouverner paisiblement les « quatre-vingts pour cent d’humanité surnuméraire, dont l’inutilité a été programmée par la logique libérale ? »[1] Le cheval de Troie alors inventé prit dans la bouche d’un des intervenants la cynique et méprisante appellation de tittytainment (mixte nauséeux de entertainment, divertissement, et de tits, seins en argot) : « cocktail de divertissement abrutissant et d’alimentation suffisante permettant de maintenir de bonne humeur la population frustrée de la planète »[2].

notes :

[1] Jean-Claude Michéa, L'enseignement de l'ignorance.

[2] Hans Peter Martin et Harald Schumann, op. cit.





Partager cet article

Repost 0
Published by alithia - dans philosophie
commenter cet article

commentaires

Zardoz 19/03/2010 09:01


Effectivement, les pays qui sont montés dans le train de l'industrialisation au XIXe siècle ont acquis une telle avance en matière d'accumulation de richesses et de progrès technique que les écarts
n'ont fait que s'accentuer au XXe siècle. Il est très difficile pour les nouveaux venus de monter dans le train du développement économique. La richesse appelle la richesse. Ce sont des mécanismes
bien connus. 

De plus, un certain nombre de pays pauvres a vu sa croissance économique entravée par une croissance démographique galopante. En Afrique par exemple la population augmente plus vite que la
production agricole, ce qui a des conséquences négatives sur tous le processus de développement économique. 

C'est vrai que cet écart de richesses est inquiétant. 



alithia 19/03/2010 10:03


Oui, tout à fait.


Zardoz 18/03/2010 16:00


Non, ces inégalités ne sont pas nouvelles dans l'histoire. Les sociétés humaines ont été basées sur l'existence d'une minorité de privilégiés et celle d'une masse misérable. regardons l'Occident
médiéval par exemple. Au XXe siècle, les famines ont été plus nombreuses au début qu'à la fin de la période.

La nouveauté, c'est qu'au XXe siècle en général et pendant les trente glorieuses en particulier, elles ont eu tendance à diminuer dans les sociétés occidentales. Par contre depuis les
années 80, elles n'ont fait que s'accroitre au sein des sociétés occidentales. Je parle même pas des pays du bloc communiste. 

Maintenant je ne connais pas assez la question pour trancher. Le modèle protectionniste des sociétés occidentales était-il intenable à long terme ou y a-t-il eu une volonté délibérée de la détruire
de la part des néo-libéraux pour des raisons purement idéologiques et/ou bassement matérialistes? Il me semble que le problème demande une réponse plus complexe

Par contre, le développement économique des pays émergeants, basé en grande partie sur la libéralisation des échanges et de l'économie a permis de faire baisser de manière significative
le nombre de très pauvre puisque la moitié d'entre eux vivaient en Inde et en Chine. Comme quoi rien n'est binaire.

Maintenant est-il possible d'étendre à tous les pays développés le modèle scandinave égalitaire et redistributif tout en favorisant le développement des paus pauvres?
J'aimerais bien.



alithia 18/03/2010 21:36


Les inégalités s'accroissent depuis ces dernières décennies dans les pays les plus riches, cela est avéré, même l'OCDE le dit.
Mais les inégalités entre pays riches et pays pauvres aussi, cela est aussi établi, voir par exemple  de David Saul Landes et J-F Séné: Richesse et pauvreté des nations, ou encore ce document qui montre l'accroissement des inégalités de
richesses entre pays depuis 5 siècles .

La question initiale c'était l'accroissement des écarts de richesse entre pays depuis l'Antiquité. Cet écart s'est considérablement accru, il n'a jamais été aussi grand, du fait de
l'accroissement considérable des richesses au fil de l'histoire à partir de l'industrialisation, et du capitalisme. C'est Depuis ce temps, représentant la concomittence des deux, qu'on se casse la
tête sur la question de la répartition et pas avant. Justement parce qu'il y a une accumulation énorme de richesses sur fond d'inégales répartition.

Et c'était également l'accroissement des inégalités entre les plus riches (les plus grandes fortunes mondiales) et les plus pauvres. Aujourd'hui les dix plus grandes fortunes mondiales représentent
autant de richesse que ce dont disposent près de deux milliards d'hommes pour vivre.

Jamais dans l'histoire on a connu une telle concentration de richesses cotoyant un si grand nombre de pauvres.
Même si dans certains pays (les pays riches) les pauvres aujourd'hui sont bien moins pauvres que les pauvres par le passé, comme au Moyen-Age par ex. comme vous le rappelez, bien sûr tant la
richesse du pays / et les transformations technologiques / a tiré le grand nombre vers le haut.

Mais les inégalités actuelles entre pays et les inégalités de fortune à l'échelle du monde telles qu'elles existent aujourd'hui sont tout à fait inédites dans l'histoire de l'humanité et ce
dans une proportion qui n'a rien à voir avec les écarts existant dans l'Antiquité et au Moyen-Age.

Malheureusement je n'ai pas de document  à vous citer pour la mesure de ces écarts mais je l'ai lu et je ne sais plus où : dans l'Antiquité et au Moyen-Age les écarts entre pays étaient
considérablement moindres, de l'ordre de 10 ou 20 fois moins qu'aujourd'hui -approximativement- .  Peut-être en cherchant davantage pourrions nous trouver ...

Ce n'est pas la pauvreté qui est inédite, bien sûr, et celle-ci, à l'échelle de l'histoire a reculé dans les pays riches, ce sont les écarts qui sont inédits.

Cela dit, il faut pondérer cette notion d'écarts de richesses entre pays -qui une fois encore ne recoupe pas les écarts de richesse au sein des pays- par le fait de la Chine et l'Inde qui ont
entrepris une ascension considérable pèsent d'un poids proportionnel au nombre de leur population qui est lui aussi considérable. Si on raisonne en termes de pays les
écarts sont impressionnants et vont s'accroissant.  Si on raisonne en termes de quantité de population concernée, la tendance s'inverse.

voir cette étude très intéressante

voilà ce que j'essayais de vous dire cher Zardoz


Le concombre masqué 18/03/2010 15:36


ces inégalités dont vous parlez -nouvelles dans l'histoire (...) un état de malnutrition et de sous-nutrition comme on n'en a
jamais vu dans l'histoire

J'ai un peu du mal là, même si je n'ai pas de documents sous la main. Certes tout se discute, mais prétendre que les "inégalités" sont une nouveauté m'intrigue un peu (au XVIIIème siècle, il valait
certainement mieux vivre la traite négrière dans un hôtel particulier de Nantes que sur un bateau entre la Guinée et l'Amérique, par exemple) ; de même la nouveauté de la "malnutrition" et de la
"sous-nutrition" au pif grande famine d'Irlande et tout ça.

Vous êtes sûre de vous ?


alithia 18/03/2010 21:38


Voir réponse à Zardoz : ce n'est évidemment ni la pauvreté ni les inégalités qui sont inédites (toute l'histoire de l'humanité en est faite) c'est l'écart de richesses
entre pays et/ou entre les pôles de richesse et les sphères de la pauvreté.


Zardoz 18/03/2010 14:13


Et oui pas besoin d'attendre le XXIe siècle et encore au début du XXe siècle, c'était bien moins. 


alithia 18/03/2010 15:17


Mais ces inégalités dont vous parlez -nouvelles dans l'histoire, où une accumulation considérable de richesses d'un côté, coexiste avec/entretient un état de
malnutrition et de sous-nutrition comme on n'en a jamais vu dans l'histoire lorsque les sociétés riches étaient beaucoup moins riches qu'aujourd'hui- croyez-vous qu'elles soient le fait du hasard
et non concertées pour faire aller toujours plus de l'avant un système qui les produit ?


Zardoz 18/03/2010 09:22


Discuter ne veut pas dire décider. et dire une connerie bien cynique n'est pas manipuler ni décider du sort de l'humanité.
de plus si on regarde aujourd'hui la situation de la planète, seul 20% des humains (et encore) profitent des richesses mondiales. Plus d'un millird d'humains vivent avec moins de un dollar par
jour. ceux là aimeraient bine avoir accès à une nourriture suffisante et au divertissement.  Près de 40% de l'humanité vit avec moins de 2 dollars par jour.
Voilà pourquoi ce genre de propos "dénoncé"s ne sont que des gugusseries pour attraper les gogos et faire frémir d'horreur les classes moyennes des pays riches. 
classes moyennes dont les enfants par ailleurs subissent un déclassement réel et mesuré par les sociologues et les économistes comme Thomas Piketty. Pour moi, se genre d'article joue sur cette peur
du déclassement et la frustration d'avoir fait des études et de ne pas pouvoir s'inserrer dans la société selon les promesses faites. 

En ce qui concerne l'abrutissement des masses, si Arte rassemblait 8 millions de spectateurs lors de la diffusion d'un opéra, TF1 l'imiterait. Si les jeux intellectuels marchaient
mieux que les jeux de guerre Sega ou Nitendo en produiraient. A ce niveau le capitalisme est amoral 
Aucun complot pour abrutir les masses
 


alithia 18/03/2010 10:41


seul 20% des humains (et encore) profitent des richesses mondiales.