Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Observatoire

  • : wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • : observatoire de wikipedia qui se prétend une encyclopédie, sans spécialistes ni vérification d'experts, chacun peut écrire ce qu'il veut sous anonymat : une pseudo-encyclopédie où prospèrent la propagande et l'irrationnel. Blog de réflexion sur la culture
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • alithia
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.

Moteur De Recherche

Archives

29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 15:40

De la liberté d'éructer : le racisme  et l'antisémitisme au nom de la République, une confusion qui fait son chemin et mène au FN.

 

Un prix récemment décerné par le site d'un personnage assez trouble, au nom de la "liberté d'expression",  à trois individus qui ne cessent d'attiser diverses haines racistes, devrait nous faire réfléchir . Il s'agit de Zemmour, Dieudonné et Ch. Tasin de Riposte laïque (ne manquaient que les "Indigènes de la République", qui ne sont jamais loin du reste dès qu'il s'agit de Dieudonné) qui sont récompensés par ce site pour leur supposée "liberté de parole".

 

 

La liberté d'expression est malmenée et détournée de sa signification quand elle est assimilée au "droit" de proférer des propos racistes, discriminants et qui chauffent  les esprits dans le sens de la bêtise et de la haine envers certains groupes culturels et certaines minorité en véhiculant des idées méprisantes ou disqualifiantes.



Trois individus qui ne cessent de raisonner en termes communautaristes et de s'en prendre aux autres, à divers autres, les uns parce qu'ils sont Noirs et Arabes (Zemmour au nom de la soi-disant défense des "Français" blancs de peau et des Juifs ,  au nom d'une certaine idée de la Nation qui ressemble à celle de Besson-Hortefeux où affleurent de plus en plus ses idées frisant l'extrême-droite), les autres parce qu'ils sont musulmans (  Ch.Tasin  de Riposte laïque, sous prétexte de défendre la République contre les "autres" musulmans), les autres parce qu'ils sont Juifs (Dieudonné sous prétexte de défendre les Palestiniens) : diverses causes, un même racisme, des idées également nauséeuses, mais toutes proférées au nom d'une grande cause, disent-ils : la Justice, la République, y compris une République communautarisée et fictive, débarrassée des "autres" fantasmés.



Le cas le plus ambigu et qui nécessite une petite explication est Zemmour. Zemmour a récemment stigmatisé les Noirs et les Arabes  parmi lesquels se recrutent plus de délinquants,  en proportion, que dans le reste de la population.   Zemmour parle statistiques  mais sans préciser que les statistiques indiquent  aussi que là où se recrutent le plus de délinquants, c'est chez les pauvres. Or il se trouve que parmi les pauvres et les populations abandonnées aux périphéries des grandes agglomérations et victimes d'une grande injustice sociale , les Noirs et les Arabes sont particulièrement nombreux. D'où leur représentation dans les statistiques de la délinquance ; ce qui ne l'excuse pas,   mais explique les statistiques.  Et sous prétexte de ce fait que la population d'origine d'Afrique fournit plus de délinquants  en omettant la cause,  soit la proportion de pauvres dans certains groupes, Zemmour  laisse entendre que c'est en tant que Noirs ou Arabes, comme si ces appartenances portaient génétiquement ou culturellement à la délinquance  et non en tant que pauvres, marginalisés et peu éduqués, à l'éducation politique ratée, qu'ils fournissent une proportion nettement plus élevée que pour le reste de la population  dans les statistiques de la délinquance.  Car aujourd'hui la majorité des "classes dangereuses " comme la bourgeoisie appelait autrefois les ouvriers,   a des origines extra-européennes. Sous ce prétexte donc Zemmour justifie les contrôles policiers au faciès et même l'emploi et l'embauche sur critères ethnico-culturels, racistes, car lui Zemmour, il croit aux races !   Et c'est au nom de ce critère, racial et raciste, qu'il s'autorise ses diatribes provocatrices. Un grand penseur à n'en pas douter, certainement très  cultivé,  qui tire un trait sur les conditions économiques pour se réfugier dans une argumentation univoque qui ne voit que des données ethniques sur des bases racistes, à un phénomène qui concerne l'ensemble de la société quand la République ne parvient plus à intégrer une partie des populations d'ailleurs !  

 

Il ne sait pas que la notion de race est récusée depuis près d'un siècle  par la biologie  et en particulier la génétique, et d'un emploi  banni en politique,  et  en sociologie et  dans toutes les sciences humaines depuis  les racismes du siècle dernier et ce à quoi ils ont conduit.  Jamais entendu parler de Levi-Strauss, Zemmour.  Particulièrement attardé  et peu cultivé ce type, il faut croire, ce qui ne l'empêche pas, au contraire, de faire son cirque dans les media.

 

 

Plus retord que Dieudonné qu'on voit venir de loin avec ses associations qui pèsent 16 tonnes, curieusement appelées "humour", le cas Zemmour mérite quelques mises au point :


Zemmour croit en l’existence des races, il l'assure sans vergogne.

 

Zemmour affirme qu'il croit à l'existence de races,  en conséquence de quoi certaines auraient donc des traits spécifiques qui les porteraient à la délinquance

Il ose l'affirmer explicitement et se retrouve à dire que certaines races sont plus sujettes à la délinquance que d’autres. Ainsi, comme le Front national qui tient le même discours,  Zemmour peut montrer qu'il croit en l’inégalité des races  en enfonçant le clou avec ses sous-entendus à peine sous-entendus selon lesquels  la délinquance appartient à certains groupes culturels (appelés races). Il justifie les racistes et les antisémites. Il se trouve cité par l'extrême-droite qui l'utilise, -les propos de Zemmour sont encensés sur tous les sites communautaires se qualifiant de « français de souche »- mais il n'est soutenu  par aucun  de ses membres en cas de procès où il est mis en accusation  pour cause de propos discriminatoires (pas un seul témoin parmi ceux qui le citent constamment ne s'est déplacé) car ceux qui sont prêts à reprendre ses propos ne le sont pas à défendre l'homme aux origines qui ne sont pas strictement "gauloises de souche", et détesté en tant que tel par ceux qui le citent et l'utilisent. Il ne se demande pas pourquoi ?

 

Zemmour serait bien avisé d'arrêter son cirque.


[ voir sur Rue89, un universitaire  démonte la logique raciste de Zemmour]

 

Dieudonné lui, poursuit le sien depuis quelques années, sans discontinuer, malgré diverses condamnations pour antisémitisme. 

Mais Dieudonné avec son antisémitisme obsessionnel ne se présente plus .  Et ses prétendues défenses des Palestiniens sont un prétexte qui éclate au grand jour quand il tisse des courrones au Hezbollah et aux mollahs d'Iran, s'allie avec des fascistes en France et à travers le monde et donne la parole à des négationnistes et  lorsque ,constamment et à toute occasion; il s'en prend aux juifs appellés sionistes, dans des registres et sur des thèmes qui semblent  la plupart du temps extraits des Protocoles et des pires thèmes antisémites, pour, soi-disant, défendre les Noirs et dénoncer l'histoire de l'esclavage. Son communautarisme ne parvient plus à masquer son antisémitisme depuis longtemps. 



Quant aux agités de" Riposte laïque" menés par Pierre Cassen, leurs alliances avec l'extrême-droite radicale  identitaire lorsqu'elle exprime son racisme anti-arabe , en termes d'opposition à l'islam et aux musulmans,  son islamophobie attribuant à un supposé islam éternel les traits des islamistes d'aujourd'hui,  cela sous prétexte de défendre la laïcité républicaine et la France (comme le fait le FN nouvelle formule avec Marine Le Pen) c'est une affaire entendue. Le dérapage est incontrôlé. Ils défendent la République, mais uniquement pour les "purs nationaux" non musulmans, les seuls considérés  comme Français, sans s'interroger eux non plus sur le système économique  qui déstabilise et ronge le système politique.

 

Ils sont tout aussi caricaturaux, en miroir inversé, que ceux qui  du point de vue communatariste arabe, prétendent que tous les Français venus d'Afrique et d'ailleurs seraient des "indigènes" d'un Etat colonial, les colonisés de l'intérieur, et pour cette raison développent eux aussi une haine et un racisme biens réels, mais envers les Français sans origines étrangères considérés comme "colonisateurs" , mêlé à un antisémitisme farouche, sous prétexte de "défense des Palestiniens" .



Bref  tous ces porte-voix de divers racismes, qu'ils soient communautaristes ou au nom de la République, ne sont néanmoins que des racistes qui contribuent à pourrir encore davantage la situation politique  à coup de confusions malsaines et dangereuses  et ne font qu'ajouter du mal au malheur du monde et aux maux  auxquels ils  prétendent  vouloir remédier.  Comme si le symptôme Sarkozy à la tête de l'Etat doublé de Hortefeux ne suffisait pas à inciter à tourner plusieurs fois dans sa tête les questions avant de s'exprimer en public. Comme si le fait qu'une partie de la population exaspérée par de sérieux problèmes sociaux  -résultats du capitalisme dans ses excès incontrôlés-, partage de plus en plus facilement les thèmes racistes et certains thèmes du FN, dans la mesure où il s'agit de faire porter aux "étrangers" (qui sont souvent Français) toutes les responsabilités de ce qu'on appelle la "crise économique" qui n'est que le cache-nom hypocrite et le cache-sexe pudique d'un certain nombre d'effets nocifs de l'accumulation capitaliste dans ses formes actuelles. Comme si ce fait d'une économie incontrôlable mettant gravement en crise la politique et les institutions, ne suffisait pas à inciter à la prudence et à la réflexion avant d'étaler ses propos irresponsables en public.

 

 

Il faut encore des irresponsables pour couronner ces irresponsables !

 

Car la crise est politique, du fait que l'économie accentue les inégalités et laisse de côté une grande partie de la population, marginalisée,  et menace  la plupart des catégories  d'un abaissement et d'une précarisation de leur condition. Conséquence : une partie de  la population se laisse abuser par les sirènes du FN qui, comme Zemmour et les autres individus cités, use de la rhétorique raciste pour trouver un coupable à la crise, l'Arabe, le Noir, le musulman, le Juif, selon les préjugés de chacun détournant des vraies questions. 

 



Un prix vient d'être décerné à ces trois individus Zemour, Dieudonné, Ch. Tasin, rassemblés dans ce qui les unit, le racisme, par un site internet bidon, suite à un sondage bidon, au nom de ce qui serait, selon celui-ci, la liberté d'expression.

Si la liberté d'expression en est là  et si elle a besoin de ce genre de supposés défenseurs, on est mal barré.



Caroline Fourest, toujours aussi pertinente signale cet événement attristant, farce sinistre qui rassemble ces 3 individus dont aucun n'a été gêné de se retrouver en compagnie des autres, en particulier de Dieudonné aux amitiés et sympathies fascistes explicites et à l'antisémitisme compulsif, pour ceux du moins, les deux autres, qui prétendent être partis en guerre contre les dangers qui menaceraient la République et au nom de celle-ci.

 

On ne croyait guère à ce prétexte de défense de la République pour étaler sans vergogne son racisme plus ou moins latent jusqu'alors, mais les confusions sont en effet faciles à faire lorsque l'immondice raciste est enrobée de papier de soie, et fermée par un joli fil doré, la référence usurpée à la République, aussi longtemps du moins qu'on n'a pas ouvert le paquet. Il sera maintenant beaucoup plus difficile de prétendre maintenir cette confusion entre République, laïque et la même pour tous, et racisme, et de demeurer dans le même aveuglement face à l'extrême-droite qui avance masquée des oripeaux de la laïcité et de la République.



Voici de qu'écrit Caroline Fourest dans le Monde sous le titre "De la liberté d'éructer".



 

C'est une scène un peu baroque, tournée dans un café parisien. Tout sourires et même hilares, Eric Zemmour, Dieudonné et Christine Tasin (de l'association Riposte laïque) ont fait le déplacement pour recevoir le "Prix de la liberté d'expression". Rien de très officiel. La cérémonie est organisée par un site Internet, sur la base d'un sondage croupion. Mais le tiercé est là, et révèle une grande confusion.

Quoi de commun entre Eric Zemmour l'anti-politiquement correct (entendez, il y a trop d'antiracistes), Dieudonné l'anti-lobby sioniste (entendez, il y a trop de juifs dans les médias) et Christine Tasin l'anti-islamisation (entendez, il y a trop de musulmans en France). Eh bien ça, justement ! Quand ils parlent, ce n'est jamais pour être précis et pédagogues, mais plutôt pour flatter le raccourci et les sous-entendus.

 

Bien sûr, chacun a ses petites obsessions. On les sentait un peu gênés de se trouver si complices à la faveur d'un public commun. Mais pas tant que ça. Heureux aussi. D'avoir des soutiens, et surtout d'apparaître dans le beau rôle du "résistant". Celui qui ne ferme pas sa gueule. Et bien sûr, ils ont le droit.

Eric Zemmour ne devrait pas risquer sa place au Figaro parce qu'il penche à droite de la droite. Dieudonné ne devrait pas se faire casser la gueule parce qu'il compare les juifs à des négriers ou à des nazis, tout en faisant applaudir un négationniste. Christine Tasin ne devrait pas recevoir des menaces parce qu'elle hurle dans des mégaphones contre l'"hallalisation". De là à glorifier leurs éructations...

 

Il existe une grande différence entre ceux qui militent pour éviter que les lois antiracistes ne dérivent en lois antiblasphème, comme ce fut le cas au moment de l'affaire des caricatures sur Mahomet, et ceux qui militent pour faire sauter le verrou des lois antiracistes. Comme nos trois lauréats.

 

Une loi antiblasphème sert effectivement à bâillonner la liberté d'expression et même à justifier la persécution des minorités religieuses. Comme en ce moment au Pakistan. Asia Bibi, une chrétienne, vient d'être condamnée pour avoir osé comparer Jésus à Mahomet. Le gouverneur du Penjab qui tentait d'abolir cette loi vient d'être assassiné... C'est le lot quotidien de ceux qui défient les intégristes. Vivre à vie sous les menaces de mort. Comme Taslima Nasreen. Comme les dessinateurs danois, qui continuent à être régulièrement la cible d'attentats.

 

Les pourfendeurs des lois antiracistes ont la vie plus douce. Ils risquent au mieux une amende ou d'être moins invités à la télévision. Et encore. A condition d'y mettre les formes, comme Eric Zemmour, le politiquement incorrect a plutôt la cote. Quant à recevoir des seaux d'injures sur Internet, chaque fois qu'une prise de position dérange, c'est le lot quotidien de toute personne publique.

Le conflit israélo-palestinien est un thème idéal. A moins d'être particulièrement borné, on récolte autant de crachats d'un côté que de l'autre. Les deux extrêmes rivalisant de rage et de mauvaise foi pour intimider leurs contradicteurs. Et bien sûr, ils se servent du chantage à l'antiracisme : "l'islamophobie" pour les uns, l'"antisémitisme" pour les autres. Une tactique d'autant plus difficile à déjouer qu'il existe effectivement des anti-intégristes racistes et des antisionistes antisémites. Du coup, tout le monde s'y perd. Et le débat devient fou. Au point d'interdire une conférence de Stéphane Hessel à l'Ecole normale supérieure. Absurde. Autant que de boycotter des réalisateurs israéliens... parce que Israéliens.

 

Ce sont ces confusions qui mettent la liberté d'expression en danger. Le moins que l'on puisse dire, c'est que nos trois lauréats se donnent du mal pour y contribuer.

 


Essayiste et journaliste, rédactrice en chef de la revue "ProChoix", elle est l'auteure notamment de "La Tentation obscurantiste" (Grasset, 2005) et de "La Dernière Utopie" (Grasset, 2009). Caroline Fourest (Sans détour)

Partager cet article

Published by alithia - dans politique
commenter cet article

commentaires

anonyme 07/02/2011 16:39



Veuillez ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Quand Riposte laïque veut empêcher une main basse de l'Islam sur des institutions républicaines (menus de cantine, horaires sexués de piscine
mixte), ou quand Dieudonné remet en cause une forme d'unilatéralisme d'une communauté (affaire Polanski), on ne peut pas reprocher à cette expression d'être libre. Dans le cas contraire, vous
feriez le lit des communautarismes, et alors la question de la liberté d'expression ne pose plus car l'expression n'existe plus.



alithia 08/02/2011 12:59



La liberté d'expression ne réside pas dans la possibilité de proférer des propos racistes et de haine, qui dressent les uns contre les autres, tout au
contraire.  Tout au contraire ce genre de propos portent atteinte à la liberté d'expression qui consiste dans la possibilité d'exprimer des idées, d'échanger, de critiquer et non dans la
dissolution des lois et règles communes.


 


Dieudonné est complètement communautariste et car il est uniquement dans la rivalité des communautés, dans la rivalité des mémoires, dans la rivalité des souffrances
et ne propose aucune idée ni aucun principe favorable à la vie en commun, tout au contraire ce ne sont que division, jalousies, haines qu'il exprime, comme le font toujours les fascistes .


 


Zemmour dans un autre genre c'est pas mieux. La seule différence est qu'il s'en prend aux musulmans tandis que le mauvais objet de Dieudonné c'est les juifs.
Riposte  laïque pas mieux, ne propose aucun accueil ni aucune intégration par la culture à une République défaillante, minée de l'intérieur par la situation économique qui pose trop de
problèmes sociaux à certaines catégories délaissées et qui subissent discrimination et racisme. Qu'ils protestent contre l'imposition du hallal à la cantine est très bien, de même pour les
prières dans la rue. Mais il faut agir sur la cause, pas sur les résultats : qu'on leur donne la possibilité d'avoir un local de prières et qu'ils vivent en dehors de leurs lieux de cultes selon
la loi commune et qu'on cesse de pointer du doigt des individus alors qu'il s'agit d'une responsabilité politique du pays d'accueil. On ne peut demander aux gens de tout accepter, d'être toujours
soumis ni de supporter en silence toutes les injsutices. Qu'on leur donne des locaux et qu'on leur enseigne en même temps le respect des lois du pays et ses valeurs, qui doivent être connues,
comprises et respectées.


 


C'est un apprentuissge de la tolérance, qu'il faut.  (surtout pour l'islam qui n'a jamais fait l'expérience d'être minoritaire dans un pays, puisque
partout  où il est passé et a conquis des pays, il a imposé la conversion à tous). 


 


Ce n'est pas en étant intolérant et injuste qu'on apprendra aux gens de culture musulmane ce qu'est la tolérance, la justice et la liberté ni la notion de
laïcité.





La laïcité consiste à repousser le religieux hors de la sphère politique, en faire une affaire privée qui dépend des choix de chacun, divers et sans obligation
aucune, pour séparer la religion (des uns) de la politique édictant des lois communes à tous.  Mais cette séparation, pour être totale, garantit et doit garantir la liberté de culte et de
croyances à tous, à condition qu'aucun  groupe, aucune religion ne cherche à imposer ses moeurs ,  ses rites et croyances à tous et qu'aucune religion ne conteste la loi commune à
laquelle chacun doit se plier et ne peut invoquer sa religion pour désobéir et s'y soustraire.


 


Donc pas de cantines hallal, c'est évident. Pas d'espaces réservés aux musulmans excluant les autres, hormis la mosquée,  c'est tout aussi nécessaire. Et si la
photo sur la carte d'identité est obligatoire, pas de visages voilés, c'est la règle la même pour tous.  A l'école faudrait-il rétablir l'uniforme pour éviter des exhibitions de signes
religieux trop agressifs ? Peut-être. En tout cas depuis que le voile islamique est interdit à l'école, il ,n'y a plus de filles voilées à l'école.  Exemple d'une loi laïque à laquelle tout
le monde se plie. Et si tu veux faire tes prières, tu les fais chez toi ou dans ton lieu de culte. Point. Encore faut-il qu'existent ces lieux pour pouvoir y renvoyer les croyants et qu'ils ne
s'exhibent pas dans les lieux publics.


 


Or tous ces gens, Dieudonné, zemmour et cie, au lieu de lutter contre les discriminations et le racisme proposent au contraire plus de discrimination et et plus de
racisme. En cela ils contribuent à miner encore plus la société comme lieu de partage des mêmes valeurs communes, politiques, en laissant la religion à des choix relatifs et non nécessaires
-l'athéisme étant non seulement permis, mais en France il est largement majoritaire donc : laissez-nous tranquilles avec vos histories de religion. Ils contribuent à miner la république en tant
que bien commun (res publica : la chose publique, affaire de tous) au lieu d'apprendre à ceux venus d'ailleurs, et venus de pays ignorant toute culture politique de la république et de la
tolérance à intégrer les valeurs politiques de la France.  La République et ses institutions pour vivre ensemble en harmonie et en respectant les libertés de chacun (et renvoyant la religion
à une affaire privée, non politique) doit être enseignée à ceux qui ignorent cette tradition.


 


Ce n'est pas  en les agressant, en les stigmatisant, en les rabaissant, en disant du mal d'eux qu'on leur apprendra à s'intégrer à la République et ses
valeurs.


 


C'est pourquoi Dieudonné Zemmour et cie, Riposte laïque compris, tous ces gens alliés au FN en un mot, et les Indigènes de la république aussi, semeurs de haines,
chacun à sa manière, au lieu de ramener les gens vers la République pour en accepter les lois, les en éloignent par leurs agressions verbales qui sont extrêmement violentes.


 


Ce n'est pas la liberté d'expression dans ce cas. Tout au contraire, elle régresse.



Manuel 03/02/2011 14:57



·                                
Le jugement du procès Zemmour sera rendu dans peu de temps (mi-février si je me souviens bien) on verra bien alors ce qu'en dit la justice.


 


Cela dit, en ce qui concerne Zemmour, faut-il considérer qu'il est plus un provocateur irresponsable qui fait parler de lui par des provocations régulières, ce qui
est mon impression -tout est bon pour être en vue et être cité- ou idiot qui ne mesure pas les effets de ses paroles, ou simplement un type d'extrême-droite qui affiche ses opinions et cherche à
les faire valoir ?


Je pense que Zemmour est vraiment d'extrême-droite, ou très très à droite, c'est pareil. Il dit ce qu'il pense et il pense ce qu'il dit. Sur ce point, c'est
sûr.


 


Provocateur aussi certainement, car c'est ainsi qu'il a acquis sa célébrité en faisant parler de lui, donc sa méthode marche. Il a réussi, il est devenu une vedette.
Petit journaliste dont le talent n'a rien d'exceptionnel, il est sorti du lot et il a satisfait son ambition, la provocation paye.


 


Alors Zemmour, est un provocateur d'extrême-droitre, finalement, qui saute un peu sur toutes les occasions de polémiques  et les sujets brûlants qui focalisent
l'attention et font du bruit ce qui augmente le bruit fait autour de lui. Impossible de ne pas parler de Zemmour à ces conditions. Comme Dieudonné, c’est un provocateur dont la célébrité tient
aux provocations. Sauf que Dieudonné, assez grossier dans ses provocations a été exclu des medias, tandis que Zemmour, plus subtil et par petites touches, est au centre des medias.
 Il se retrouve comme ça au centre de ce qui fait discuter et accroche l'attention de sorte qu'on le remarque. C'est un polémiste, et un polémiste de droite qui fait appel aux
réactions affectives, passionnelles, irréfléchies et qui invoque un certain bon sens ou certaines évidences pour ne surtout pas réfléchir et ne surtout pas discuter de ces faits c'est à dire de
leurs causes et de leurs significations.


 


Il est polémiste, tapageur, irresponsable car il agite constamment sur la place publique, à la télévision dans des émissions grand public, des thèmes populaires et
bien à droite de la droite. Il agite et cultive des idées fausses, mais n'incite pas à réfléchir.


 


Finalement cela exclue-t-il qu'il soit idiot ? Car ce qu'il dit est faux, mais ça ne saute pas aux yeux tout de suite, il est plutôt sur le bord des limites qu’il
franchit constamment. Il est facilement de l’autre côté de la limite. Il  partage et cultive les stéréotypes  de l'extrême-droite, sous une forme populaire soi-disant sur
l’évidence en évoquant des « faits » indiscutables, mais dont il tire des conclusions discutables. Ça on ne le voit pas, surtout à la télévision qui donne un spectacle permanent où le
scandale est un bon ingrédient. Donc les propos légèrement au-delà de la limite font tilt. Il a osé ! C’est bien pourquoi il est irresponsable, agitateur et polémiste,  et il joue
uniquement sur les réactions à fleur de peau et les fausses évidences d'un faux bon sens populaire,  au lieu d'inciter à réfléchir. Il ne suscite pas la réflexion ni
n'inspire  des questions ou des idées nouvelles. Tout au contraire il ramène toujours à des idées plus ou moins refoulées (politiquement incorrectes) mais déjà vues et
rabâchées. Donc le niveau où il se place n'est pas très élevé intellectuellement, il fait dans le faux bon sens.


 


Mais je ne crois pas qu'on puisse dire qu'il est idiot sous prétexte qu'il fait dans le registre des lieux communs et propos de bistrot dont la
tendance  est le bon sens populaire.  D'ailleurs son personnage est sophistiqué, il se veut lettré, cultivé, raffiné. Il est plutôt cynique. Un cynique qui de manière
élaborée tient les propos du beauf de comptoir en fait.


 


Il a fait des études, il cite des auteurs, il joue les intellectuels,  il débat avec certains et il se flatte d'avoir des idées. Il joue sur plusieurs cordes,
celle de l'intello qui sait des tas de trucs qui se réfère à des tas d’auteurs et qui fait autorité, et celle du peuple dont il partage et cultive le gros bon sens fait de stéréotypes contre les
étrangers.  C'est plus facile d'accuser l'étranger que de comprendre les mécanismes complexes de la société et du monde d’aujourd’hui où toutes les sociétés sont intriquées et
solidaires.


 


Je crois, pour répondre à la question que j’ai posée qu'il est plutôt cynique mais pas idiot en fin de compte.


Car il ne peut ignorer qu'en stigmatisant les Noirs et les Arabes comme délinquants, il ne leur fait pas du bien, il les déconsidère en donnant une mauvaise image
d'eux,  et qui contribue à entretenir la peur et la méfiance vis à vis du groupe tout entier. Il flatte une certaine opinion, pas n'importe laquelle, celle qui fait reposer les
problèmes de société sur les étrangers. Il ne peut ignorer non plus que ce prix de la libre expression qui lui est attribué, dont parle C. Fourest, il le partage  avec des racistes
anti-musulmans et des antisémites. Il est en belle compagnie. Il ne peut ignorer que les sites d'extrême-droite et sa presse reprennent ses propos. Il n’est pas naïf.


 


Il est tout de même un peu idiot malgré son cynisme de se retrouver allié avec ceux qui sont dans la haine des Juifs et qui sont exactement les mêmes que ceux qui
ont persécuté ses ancêtres. C'est vraiment bête de sa part de se trouver allié avec des gens qui détestent des gens comme lui à cause de leurs origines.  Zemmour en somme est un peu un juif
collabo, parce qu'il collabore avec l'extrême-droite antisémite  (hi hi hi ! C'est un humour digne de Reiser, on imagine la scène qu’aurait dessinée Reiser le gros déguelasse qui tient d'une
main Le Pen de l'autre Zemmour)


 


Je crois qu'il est cynique. D'ailleurs à son procès il a enfoncé le clou et il a continué à soutenir ces propos au lieu de les retirer et de reconnaître qu'il aurait
pu faire une faute.


En fait il veut faire reconnaître qu'on aurait le droit de dire ce genre de choses sans être raciste.

Le résultat du jugement sera intéressant.


 


Conclusion : je n'aime pas du tout Zemmour qui, avec ses airs de snob relaye les beaufs et les beaufitudes contre les étrangers et banalise ces tendances cantonnées
à l'extrême-droite, normalement, mais à son procès il montré son intention de les banaliser et de les rendre légales, comme le sarkozisme s'emploie à les banaliser (discours de Grenoble et les
multiples déclarations et mesures de Besson et Hortefeux, qui ne se distinguent pas de celles du FN)


 


De ce point de vue Zemmour est un idiot irresponsable, un idiot utile du sarkozisme et de sa politique qui lève les interdits portant sur les propos
d'extrême-droite.


 



lovyves 01/02/2011 15:33



Bonjour


Je suis d'accord avec vous, il me paraissait évident, pas utile de le préciser que la diffamation et les appels au meurtre sont, et doivent
être  lourdement punissables.


Par contre "trouble à l'ordre public" est une définition floue, quand, où, qui , comment, pour qui?


C'est à l'appréciation des pouvoirs, donc c'est une atteinte à la liberté d'expression. Toute manifestation est un trouble à l'ordre public, si
le pouvoir le décide.


La sortie des spectateurs des matchs de football dans la rue est trouble à l'ordre public, pour moi quand je circule en voiture dans cette rue,
il y a des trottoirs (par exemple).


En dehors du non respect l'intégrité physique de tout humain, toute expression est permise.


 



alithia 01/02/2011 16:09



D'accord avec vous, cette notion de troubles à l'ordre publique est d'une application élastique. Elle signifie traduction dans l'espace de public de comportements
qui devraient demeurer dans l'espace privé. Mais  les pouvoirs peuvent en juger de manière discrétionnaire, et en user et abuser.



MonsterBuster 31/01/2011 19:45



100% d'accord avec Alithia (qui l'eût crû !?).

En France, la liberté d'expression est reconnue mais est encadrée par des lois. Il y a des choses interdites (diffamation, appel au meurtre, etc...). Et l'"ordre public" est au-dessus de la
liberté d'expression (on ne peut pas manifester n'importe comment, par exemple).

Faire sauter ces restrictions aboutirait à une situation à l'anglaise, avec tout un quartier de Londres occupé par des imams auto-proclamés passant leur temps à appeler au meurtre des infidèles
et prêcher le djihad (et c'est l'exemple le plus voyant mais j'imagine qu'on peut en trouver dans d'autres communautés).


Pas sûr que ce soit un exemple à suivre.



alithia 31/01/2011 21:35



Et pourquoi pas ?


On s'accorde sur ce qui est vrai et nécessaire.


 


Et qu'il n'y ait pas de liberté sans lois, les plus grands philosophes l'ont dit. Depuis les Grecs, ça commence là , car ils ont inventé la politique , la Cité, la
notion de loi, de constitution, de citoyen et de responsabilité politique.


 


Il a fallu pas mal de temps pour mettre ces principes (certains d'entre eux ) en pratique, et très imparfaitement encore, et aussi pour les traduire en l'idée de
droits  universels , et c'est loin, très très loin d'être gagné....


 


Donc accord sur le vrai et le nécessaire.


 


Mais il y a tant de domaines et de questions où ce qui est vrai et nécessaire est difficile à établir, où on est ignorant, où on se trompe, où on croit que ... donc
il y a largement place pour le désaccord.





Sans parler du fait qu'une proposition vraie est vraie dans une système de références et que si l'on change les références et axiomes de départ, on n'a pas le même
système et les propositions changent qui peuvent être vraies et plusieurs.


 


On peut être en désaccord avec qq'un sur un point et en accord sur d'autres.


 


En accord quand le vrai et le nécessaire est à peu près démontré et démontrable et quand on partage le même système de références ou qu'on est capable de comprendre
la notion de différents systèmes de références et d'admettre les discussions et débats sur les résultats, et aussi sur les principes fondateurs et axiomes.


 


Pour le reste ... les désaccords sont possibles, sur des sujets autres, selon les expériences et références de chacun, selon ses connaissances aussi et selon le
temps qu'il aura passé à approfondir la question ...  car la réalité n'est pas tout d'un bloc, univoque. 


 


La question étant du moins de chercher d'abord où se situe la vérité.



lovyves 30/01/2011 16:49



Bonsoir


Je vous remercie d'avoir réagi à mon commentaire.


Je comprends votre point de vue.


Cependant, je ne peux l'approuver, car il me parait bien timoré, voire complaisant avec la censure BCBG.


"oui et non"!


En philosophie, ce n'est pas une réponse.


"Exprimer de la haine n'est en rien un acte ni une preuve de liberté."!


Si je ne peux pas exprimer la haine, ceci signifie, justement, un manque de liberté et que la bienveillance n'a alors aucune valeur, puisque je
ne peux exprimer que de la bienveillance.


Laisser la liberté à la haine, n'est pas l'approuver.


Les exemples que vous avez cités sont là pour le rappeler : les dictatures en tous genres, les plus terribles, ont existées ou existent, non pas
à cause de la liberté totale d'expression, mais parce ce que la population, toute la population n'a pas réagi, ne c'est pas exprimée face à cette apologie de la haine.


Ce n'est pas la liberté d'expression de la haine qui est coupable, mais les individus qui n'ont pas réagi face aux idéologies inacceptables pour
le bien commun.


Dans chaque humain, un dictateur sommeille, interdire son expression est une erreur, une dictature plus grande encore; donc il faut dévoiler,
démontrer que c'est notre coté obscur et qu'il doit être maitrisé.


Maitrisé par la liberté totale de l'expression, sinon, tôt ou tard, l'expression physique de la haine s'exprime.


Alors la liberté totale est le meilleur rempart à toutes les dictatures.






alithia 30/01/2011 20:17



Oui et non veut dire : oui, la liberté d'expression n'a pas de limites, elle ne doit pas être bridée pour que l'innovation, la création, la contestation, la révolte
et toute forme de critique puissent s'exprimer.


 


Non, elle n'est pas illimitée, si on entend inclure dans la liberté d'expression ce qui en fait ne lui appartient pas tels l'appel au meurtre, les discours de haine
et tout ce qui, dans ce registre, revient à nuire aux individus et à la collectivité.


 


Car la vie en commun ne le supporte pas et c'est contraire à tous les principes politiques dans une société d'hommes libres où chacun comprend que les lois sont
nécessaires.