Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Observatoire

  • : wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • : observatoire de wikipedia qui se prétend une encyclopédie, sans spécialistes ni vérification d'experts, chacun peut écrire ce qu'il veut sous anonymat : une pseudo-encyclopédie où prospèrent la propagande et l'irrationnel. Blog de réflexion sur la culture
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • alithia
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.

Moteur De Recherche

Archives

19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 13:30

 

 

 

 

 

Les autres aspects de l'actualité  ne doivent pas faire oublier Fukushima  : on sait maintenant que la fusion des réacteurs nucléaires a eu lieu, 3 réacteurs ont fondu, et l'un connaît des fuites mais le gouvernement japonais ment, dissimule. Les réseaux du nucléaire japonais reposent sur des complicités mafieuses entre Tepco, dirigeants politiques et mafias proprement dites.

 

Ce qui m'étonnera toujours est l'incapacité des Japonais à contester ces pouvoirs  étant donné l'intrication et la complicté entre responsables de grands groupes du nucléaire et responsables politiques ; leur incapacité à émettre des critiques envers leur gouvernement, à se révolter. Si leur discipline et leur sang-froid ont été admirables après les catastrophes naturelles qui se sont abattues sur le Japon, -catastrophes qui n'étaient pas imprévisibles mais contre lesquelles les mesures de sécurité n'avaient pas été prises-,  leur résignation devant les conséquences humaines dues à une technique défaillante, pour des raisons politiques et mafieuses, est un sujet d'interrogation sans fin.

 

Certes le Japon n'a pas connu les Lumières, les philosophes et leur oeuvre pré-révolutionnaire et fondatrice des principes de la politique moderne et des droits de l'homme, comme en France, et dont le Japon représente l'antipode parmi les pays hautement industrialisés et technicisés. Le Japon n'est pas entré dans la modernité politique par une révolution brisant le féodalisme et ses valeurs, et, bien plus que cela, il est passé de la féodalité à la modernité économique et technique sans transition autre que sa période pro-nazie, et, sur le plan politique, la continuité avec le féodalisme subsiste en la personne de l'Empereur, personnage quasi divin, intouchable, qui ne se présente même pas en public aux yeux des humains ordinaires, et n'a pas de parole publique. La plus haute modernité technique alliée à la tradition d'une histoire dont les valeurs culturelles pèsent sur la vie politique d'une démocratie aux traits singuliers, non dénués de ce qui convie l'individu à la soumission.

 

Un article de Libération ,  indique l'aggravation de la situation à Fukushima.[1]

 

 

 

 

Alithia

 

 

[1] voir des extraits dans les commentaires ; voir en particulier le blog sciences de Libération , voir aussi Arrêts sur images

 

précédents articles

Japon, la catastrophe nucléaire évitable parce que prévisible

    irresponsabilité et prise de risques inconsidérée sur le nucléaire au Japon

Partager cet article

Repost 0
Published by alithia - dans politique
commenter cet article

commentaires

Lack 19/05/2011 19:28



The end justifies the means, the end is power, power corrupts, absolute power corrupts absolutely.


Je n'avais aucune idée que la centrale nucléaire appartenait à une corporation (nationalisation! ). Mais la
corruption est la même que celle aux États-Unis avec GM et Ford durant leur plan de sauvetage (originalement supposé d'être 5.4 milliard USD, ils ont reçu 20 milliard). GM à promptement
décidé de rassembler ses chefs d'opérations sur un yacht pour leurs offrir des primes de sallaires.


Il est inexcusable que des cotes de popularité valent plus que des vies humaines.



Lack 19/05/2011 16:49



La Yakuza était présente au Japon bien avant l'entrée du Japon à la scène internationalle. Elle a toujours du poids politique, mais je doutes qu'ils ont des implications majeures cette
fois-ci.


Le gouvernement japonais essait sans doutes de cacher les vrais impacts du tsunami et du tremblement pour calmer son peuple. Même si certains voient ces actions comme une brèche des libertées
d'expressions, je peux voir pourquoi le gouvernement a entrepris ces actions. Qui veut créer une panique immense à-travers le pays? Pourquoi effrayer un peuple qui est déjà terrifié par l'idée
même qu'ils pourraient tous mourrir?


Aussi, le dernier point soulevé est quasi-vrai, mais durant le rattrapage du Japon, l'Empereur rechercha l'aide des Européens et des États-Unis pour améliorer leur système d'éducation, leurs
bateaux, leurs maisons, etc.


Les Japonais ont immités le modèle Russe de Pierre le Grand, et ont eu une période de transition de 27 ans. Après 27 courtes années, le Japon était transformé. Le pays commença à développer un
sentiment nationaliste qui à mené aux guerres sino-japonaises. De plus, leurs défenses contre la Russie marquait la première fois que les occidentaux ont du se plier à une force orientale.


De plus, l'idée même d'avoir une même devise est originaire d'Europe (Romaine). Donc, inévitablement, certaines doctrines Françaises dattant du siècle des lumières ont du se glisser au
Japon.


Malgré cela, historiquement, les japonais ont toujours soulignés l'importance du travail et désapprouvé le questionnement étatique (qui étaient encouragé en Europe). Ce qui m'amène
à questionner "l'incapacité des Japonais à se révolter", car la dernière fois que les Japonais s'était révoltés en masse, ils portaient des épées et le peuple a "perdu" (y-a-til vraiment des
vainqueurs durant les guerres?).


Finalement, au sujet de l'Empereur, son pouvoir politique s'est quasiment évaporé lors de la création du poste de Premier Ministre. Il est seulement vu comme un symbole, mais ses implications
politiques sont minimes et représente peu "la continuité avec le Féodalisme".



alithia 19/05/2011 18:41



Sur la mafia japonaise  cet article


mais je ne retrouve plus cet article du Monde, datant d'il y a deux mois, expliquant les complicités entre les responsables des entreprises nucléaires et les hommes
politiques, avec la mafia au milieu. Si vous le trouvez ...


Le gouvernement japonais accusé d'avoir minoré la catastrophe, voir ici


 


Aggravation de la situation à Fukushima voir ici  et ici


 


Libération : le gouvernement
accusé de mentir alors que la situation s'aggrave


 


Extraits  "Malaise au sommet de l’Etat japonais. Les effets de la catastrophe de Fukushima sont «plus graves que prévu et plus importants qu’annoncé».
C’est l’une des conclusions alarmantes tirées en toute discrétion, la semaine passée, par un panel de professeurs et de scientifiques de la prestigieuse université de Tokyo, consulté par la
commission nucléaire du Parlement et par un comité interministériel. Pour l’un de ces scientifiques, soucieux d’anonymat, il y a pire : «On ment aux Japonais. Les données du ministère de
l’Education, des Sciences et de la Technologie [qui annonce les relevés de radiations autour de Fukushima, ndlr], qui sont reprises chaque jour par les médias de notre pays, semblent
incorrectes. Les relevés de nombreux scientifiques et laboratoires indépendants diffèrent quasi systématiquement des siens. Y a-t-il manipulation des chiffres ?»"


 


"


Au même moment, Tepco, qui vient d’annoncer qu’il faudra encore «six à huit mois» pour sécuriser ses réacteurs, est une fois de plus montré du doigt pour sa
gestion calamiteuse de la crise. «Le gouvernement et Tepco sont moins intéressés par le souci de protéger les gens que par celui de préserver le monopole de l’industrie nucléaire»,
dénonce le mensuel Sentaku, qui constate qu’on cherche à faire payer la facture au public. Tepco a en effet accepté six conditions menant à sa quasi-nationalisation. Les milieux
d’affaires nippons et le Keidanren (le cercle du patronat) - dont le PDG de Tepco, Masataka Shimizu, est l’un des responsables - essaient quant à eux d’éviter la descente aux enfers du géant
électrique.


Rescousse. Après avoir dévissé de 2 100 yens (18 euros) à 292 après le 11 mars, l’action Tepco vaut à peine
500 yens aujourd’hui. L’Etat nippon a décidé malgré tout de voler à sa rescousse, alors que ses avoirs sont estimés à 60 milliards d’euros. Surprenant ? A peine. Ils sont en effet
détenus par les grandes compagnies d’assurance et institutions financières - privées ou publiques - du pays . Le premier financier de Tepco, la Banque de développement du Japon (propriété de
l’Etat à 100%) lui a prêté, à ce jour, 300 milliards de yens. Après le 11 mars, les banques Sumitomo et Mitsui lui ont versé des lignes de crédit de 600 milliards de
yens. Le capital de Tepco est détenu par 600 000 actionnaires, parmi lesquels de nombreux fonds de pension. 20% de ses avoirs sont détenus par des investisseurs étrangers.
Jusqu’aux Etats-Unis, où certains se mordent les doigts d’avoir investi dans ce géant synonyme de fiasco."


 


sur Rue 89, état de la situation


 


et tout sur Fukushima sur le blog sciences de Libération



Roland 19/05/2011 13:46



Pour aller plus loin, le suivi à peu près quotidien de la situation à Fukushima, sur le blog de Paul Jorion, est d'une très grande qualité :


http://www.pauljorion.com/blog/?p=24493