Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Observatoire

  • : wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • : observatoire de wikipedia qui se prétend une encyclopédie, sans spécialistes ni vérification d'experts, chacun peut écrire ce qu'il veut sous anonymat : une pseudo-encyclopédie où prospèrent la propagande et l'irrationnel. Blog de réflexion sur la culture
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • alithia
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.

Moteur De Recherche

Archives

11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 20:15

 

 

Pour rattraper la remarquable absence de la diplomatie française face aux révolutions arabes, il est bien d'oser soutenir sans atermoiements ni hésitations la résistance à Khadafi et de prendre le risque d'oser soutenir le Conseil national libyen. Mais point trop n'en faut.

 

Actuellement s'étudient à l'ONU et au niveau de l'Europe, afin de protéger les populations civiles de Libye des bombardements aériens, la possibilité d'un contrôle aérien et d'une zone de restriction, par l'instauration d'une no fly zone, sur décision du Conseil de sécurité de l'ONU, ainsi que la reconnaissance du Conseil national libyen comme représentant officiel de la Libye.

 

  Il est certes important pour la France de racheter ses bourdes, erreurs et compromissions passées avec les régimes de dictatures renversés, ou sur le point de l'être peut-être. C'est elle qui propose à l'Europe la reconnaissance du Conseil national libyen.

 

Or sans attendre que les propositions soient faites à la réunion des chefs d'Etat et de gouvernement européens, sans prévenir son ministre des Affaires étrangères, Sarkozy décide seul de faire un coup et à l'issue de la réception à l' Elysée de représentants du Conseil national libyen, on apprend que la France, seule, a reconnu le Conseil comme représentant légitime du peuple libyen et  a décidé, seule, d'entreprendre des frappes aériennes d'installations stratégiques libyennes. Seule. Encore un coup médiatique de Sarkozy... qui lui attire réactions ironiques et ricanements de la part des responsables européens et quelques inquiétudes sur son état mental.

 

 

Le Monde rapporte les réactions de plusieurs pays : " "Le président français Nicolas Sarkozy est pris de folie", s'inquiète Thorsten Knuf, dans le Berliner Zeitung, après ses appels répétés à une réponse militaire à la guerre en Libye et notamment à des frappes ciblées. "Il semble que Sarkozy veuille abattre le dictateur libyen seul. Il y a quelques mois, il lui aurait volontiers vendu des centrales nucléaires. Désormais, Sarkozy mène la chasse anti-Kadhafi. Un combat d'homme à homme", ironise le journaliste allemand. Sur le dossier libyen, Nicolas Sarkozy est en effet devenu le "leader déclaré des va-t-en-guerre", renchérit l'éditorial du quotidien suisse Le Temps. "

 

Un sommet européen exceptionnel se prépare où doivent être prises en commun deux décisions concernant la Libye. Sans attendre et avant toute discussion, Sarkozy décide seul et proclame sa décision, la veille du sommet.

 

La France ne se donne pas la peine de respecter les formes et ne prend donc pas garde de ménager ses partenaires européens qu'elle doit pourtant convaincre car l'unanimité est loin d'être réalisée.

 

Le Monde relève que " Cette décision a plongé l'UE dans la "confusion", analyse The Independent et suscité "colère" et "consternation". Selon Guido Westerwelle, Sarkozy aurait agi "sur un coup de tête". William Hague s'est contenté de dire que la Grande-Bretagne ne reconnaissait que des Etats et non des groupes en particulier, note le Financial Times"

 

C'est plus fort que lui, Sarkozy ne sait faire que des "coups" , toujours à des fins électoralistes, et il ne cesse de ridiculiser la France, même lorsqu'il a enfin un ministre des Affaires étrangères à la hauteur de la tâche et de la situation.

 

Il faut croire que n'étant pas lui-même à la hauteur il lui faut se hausser du col et s'agiter pour se faire voir et attirer l'attention sur lui et, plus fort que la diplomatie et le sérieux politique,  le désir de passer devant son ministre, quel qu'il soit, même -et surtout- si ce dernier le dépasse en compétences.

 

Juppé n'aura pas duré deux semaines comme ministre des Affaires étrangères. Il fallait que Sarkozy lui vole la place, ça le démangeait d'avoir quelqu'un d'intelligent qui parle avant lui.

 

 

Commentaire de Rue89 :

 

" En regard de ses innombrables inconvénients, il fallait jusqu'ici reconnaître à Sarkozy une qualité : il restait un boutefeu essentiellement verbal. Il n'avait pas encore précipité le pays dans une aventure militaire. Heureuse nouvelle : il le démange de combler cette regrettable lacune."

 

 

 

Cette déclaration très mediatique et fort peu diplomatique, une fois encore, n'a pas empêché, finalement, que l'Europe  réclame le départ de Khadafi  et  exprime son soutien  au Conseil national libyen. Mais 

 

Mais le coup d'éclat de la France n'a pas convaincu. Il n'y a pas d'unanimité  en Europe pour intervenir  avec des moyens militaires, afin de protéger les populations civiles. L'Europe en reste aux déclarations.

 

Analyse de Libération :  " Ces initiatives de Sarkozy ... ont eu pour effet d’accroître le flottement actuel "

 

Quant aux zones libérées, elles découvrent les prisons souterraines de Khadafi.

 

Libérer la Libye de Khadafi et de ce régime de terreur, c'est aider les Libyens, à n'en pas douter. Pour l'instant l'Europe est incapable d'agir.

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by alithia - dans politique
commenter cet article

commentaires

Schlemlil 14/03/2011 11:37



La situation est incertaine sur le terrain,  les armes étant du côté de Khadafi, les rebelles n'ayant pas les moyens militaires.


L'Occident est pressé d'apporter de l'aide aux insurgés, de protéger les civils menacés par les moyens militaires lourds dont dispose Kahdafi.


 


Sur le plan politique est est tout aussi incertaine. La seule chose certaine est qu'un très grande majorité de Libyens veut le départ de M.K.  on ne sait quelles forces politiques représente
cette opposition, la situation est compliquée, le pays étant divisé entre trois grandes tribus et trois zones tribales, plus le rôle que pourraient jouer les islamistes, plus les risques si
s'installait le chaos.


 


A l'échelle mondiale aussi. S'il faut une intervention militaire, elle doit être conforme au droit international , il faut une résolution de l'Onu pour la supporter etc. La Chine et la Russie y
sont opposées, la situation est bloquée . Jusqu'à ce qu'une urgence apparaisse éventuellement, à savoir que le maintien de Khadafi en Libye, apparaisse pire que son départ, pour les pays du monde
entier et leurs représentants.


 


L'humanitaire est évidemment réel, mais c'est l'argument mis en avant pour ne pas parler ni avoir à se prononcer prématurément sur les rapports de focre . Chacunobserve et réfléchit et tente d'
évaluer l'évolution de la situation, les risques pour l'avenir (terrorisme, contrôle du pétrole, nouvelles alliances politiques...) et la chance que pourrait représenter un changement de régime
pour l'avenir de la région et du monde entier, concerné par le pétrole autant que par les guerres ou menaces terroristes menées par les islamistes, la menace de l'Iran qui pourrait s'allier avec
Kadahaf sur la base pétrole et nucléaire, que l'Iran fournirait à la Libye . Là ça mettrait peut-être tout le monde d'accord, si ce risque semble réel.


 


Tous sont prudents, dans une certaine expectative... sauf Sarkozy  qui ne peut s'empêcher de faire le malin, de raconter n'importe quoi qu'il oubliera ou contredira demain, de passer une
fois encore pour un décrottable agité irréfléchi et irresponsable et d'être la risée des hommes politiques ayant conscience de représenter leur pays et de s'engager quand ils parlent.


 


Donc qui sont les représentants de l'opposition libyenne ? Que sont-ils capables de faire ? Quels sont ou  seraient leurs rapports avec les autres pays arabes, avec l'Occident  ? Sans
doute que la diplomatie s'active, malgré l'éléphant dans le magasin de porcelaine dont Sarkozy assure le rôle.



alithia 14/03/2011 12:25



@ Alshift comm 9 : la Libye est un non-Etat. Khadafi a empêché la constitution de toute institution. Toute opposition est sévèrement et complètement réprimée, depuis
qu'il est au pouvoir. Les prisons sont pleines de prisonniers politiques et la torture et le crime s'y pratiquent sans mesure. De nombreuses tentatives de coups d'Etat se sont produites par le
apssé, et toutes ont été vaincues et ont donné lieu à une repression impitoyable.


Aucune institution, aucune politique, dans le pays. Toute expression est muselée, le peuple est tenu dans un carcan de fer. Tout dépend du chef et tout est entre ses
mains. Il s'est fabriqué une position de chef suprême mégalomaniaque, qui maîtrise et tire profit de l'économie de son pays, et dont les alliances sont aléatoires et les retournements
imprévisibles.


 


Bien sûr, il n'est pas tout-puissant cependant. La majorité du peuple lui est opposée, son armée ne lui est pas acquise et ses armes sont limitées.


En attendant il peut recruter des mercenaires, et il a des armes contre des rebelles à peu près désarmés, dont une aviation qu'il s'agirait d'empêcher d'agir, plus
des tanks et autres armes lourdes.


Ses méthodes contre son peuple relèvent  d'un crime humanitaire. Le peuple qui se rebelle est désarmé.


 


@ Schlemlil


 


Certes la situation est incertaine et il s'agit d'éviter le pire. On essaye d'évaluer de quel côté serait le pire, le maintien de Khadafi ou son renversement, et au
profit de qui ?


Les Etats-Unis se sont prononcés, l'Europe aussi et la Ligue arabe également. En paroles. L'intervention semble une autre affaire.


Mais que font les pays arabes et musulmans comme la Turquie pour aider les Libyens exposés au feu des attaques de Khadafi ? Pourquoi font-ils reposer la seule
responsabilité d'une intervention sur les Etats-Unis ?


 


La position de l'Allemagne est raisonnable et logique qui consiste à attendre de voir ce que sont capables de faire les pays arabes, qui ensemble ont une force
d'aviation bien supérieure à celle de Khadafi.


 


De plus, un signe : la Russie estime maintenant que le danger principal est du côté d'un maintien de Khadafi. (selon al-Jazeera)


 


En somme, il ne reste que la Chine (et nous ne parlerons pas de Chavez évidemment, qui ne compte pas) qui ne veut pas se prononcer pour les insurgés par crainte que
des révoltes en Chine soient traitées de la même manière par l'ONU, si elles se produisaient.


 


Reste aussi bien sûr l'Iran qui voudrait profiter de ces révoltes en utilisant les chiites dans les pays où des révoltes sont en cours.


 


Quelles seraient les répercussions dans le monde arabe d'une aide militaire apportée aux insurgés libyens voire d'une intervention américaine sur mandat et sous
contrôlede l'ONU , alors que partout, les opposants aux divers régimes comptent sur les Etats-unis pour les aider à soutenir leurs revendications de liberté, après les avoir vilipendés, les
Américains et alors qu'aucun ne veut de soldats étrangers sur son sol ... et alors qu'un certain nombre de ces régimes aultra-conservateurs et de dictature sont des alliés des Américains ?


 


La situation est non seulement incertaine mais loin d'être simple.


 


Sarkozy  dans cette affaire s'est comporté comme un irresponsable, comme d'habitude, cherchant à tirer un profit personnel (électoraliste) de ces
événements.  Et une fois encore il est passé pour ce qu'il est, un ambitieux ego-centré qui n'a aucune vue sur l'avenir pour son pays et qui agit dans la précipitation, sans tenir compte de
ses partenaires, ni des commissions et réunions qui relèvent de la démocratie à l'échelle de l'Europe, avant de savoir s'il a les moyens d'accomplir ce qu'il annonce, sans se soucier des rapports
de force et des rapports diplomatiques, sans connaître ni être certain d'avoir estimé correctement ces rapports de force : la preuve, personne ne lui a donné raison, et personne ne l'a soutenu
dans son initiative solitaire, tout au contraire.





Et il a montré comment il traitait les relations internationales et les négociations avec les autres pays, ainsi que son ministre des affaires étrangères. Toujours le même petit tyran qui sommeille en lui et qui piaffe à l'envie de se mettre en avant.


 


Ajourd'hui aucune décision n'est prise qui fasse l'unanimité au niveau de l'Onu, pour toutes ces raisons, sans parler de la position  de l'Union africaine que
l'on attend et dont celle-ci doit discuter avec l'Europe.


 


Je suis tout à fait d'accord, quand vous écrivez que l'on en est pour l'instant à  estimer l'état des forces et des relations entre les pays  "Jusqu'à ce
qu'une urgence apparaisse éventuellement, à savoir que le maintien de Khadafi en Libye, apparaisse pire que son départ, pour les pays du monde entier et leurs représentants."


 


Jusque là l'Occident, sauf Sarkozy, demeure dans une certaine prudence, ne voulant pas mettre les doigts dans un engrenage, et alors que les pays arabes et la
Turquie préfèrent jusqu'à présent regarder sans intervenir et ne veulent pas se mouiller, alors qu'ils sont voisins et préféreraient laisser tout faire aux Etats-Unis et supporter tous les
risques.


 


En revanche l'Arabie saoudite envoie des renforts policiers à Bahrein pour contenir les manifestants. Dans ce sens, la solicarité arabe fonctionne.


 


 


 



Baâl-Enlil 13/03/2011 18:20



à mon humble avis, je pense qu'il est encore trop pour voir qui de Khadafi ou des tribus "cyrenaicaines" du feu roi Idriss (renversé par Khadafi)... Néanmoins on apprécie le sens de l'humour du
fils de Khadafi qui apparaît à la télé, oui ce type a un sens de l'humour certain même si c'est un peu dramatique en fait... Il fait un peu l'instituteur qui prend des élèves en
faute 



Jeanmi 13/03/2011 10:33



Mais que fait la DGSE ?


Ah oui ! J'oubliais, le Scrabble ! : mots comptent triple: LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ



Altshift 13/03/2011 10:30



Il semble que l’interview date du 24 février, mais comme vous l’aurez compris, je l’avais publiée pour ce qu’elle informe plus ou moins sur un contexte politique et historique, et non pour son
actualité.


L’armée régulière semble en effet gagner du terrain sur les rebelles faute de zone d’exclusion aérienne pour leur éviter des bombardements. Mais qui et comment fera ou ferait respecter cette zone
d’exclusion si elle était bien décrétée, ne serait-ce que pour protéger les populations civiles ?


Le rapport entre les manifestants et le pouvoir semble aussi se durcir encore au Yemen et dans les deux cas, les révolutionnaire appellent à plus de démocratie et précisent qu’ils l’obtiendront
avec l’aide de dieu, ou mourront.


Comme dans tous les cas où l’armée est amenée à tuer le peuple qu’elle est supposée défendre, et bien qu’une armée n’ait pour premiers principe d’obéir aux ordres de la hiérarchie, le moindre
soldat n’est-il pas moralement tout aussi coupable de crime contre l’humanité que toute sa hiérarchie jusqu’au sommet de l’État ?



Altshift 12/03/2011 17:00



D’après certaines
informations Kadhafi ne maîtriserait pas grand-chose depuis quarante ans… et ce ne serait pas la première fois en Libye non plus que le pouvoir écrase le peuple. Ecoutez et regardez très
attentivement cette émission radiophonique, ça me semble digne d’intérêt.



alithia 12/03/2011 17:33



la Ligue arabe
demande une zone d'exclusion aérienne. Pour des raisons humanitaires (pour ceux qui ne comprendraient pas).





Personne ne sait ce qu'il sortira de cette révolution si Khadafi s'en va, qui prendra le pouvoir etc.. La seule chose certaine est que tout le monde souhaite qu'il
s'en aille les Libyens, la Ligue arabe, l'Europe, les Etats-Unis, l'ONU... mais il s'agit de protéger les civils.


 


De quand date l'information que vous citez ? Elle semble dater pas mal. (de deux semaines ?)


Depuis il s'est passé des choses.


 


La seule chose qu'on sait  : plus le temps passe, plus il massacre des civils