Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Observatoire

  • : wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • : observatoire de wikipedia qui se prétend une encyclopédie, sans spécialistes ni vérification d'experts, chacun peut écrire ce qu'il veut sous anonymat : une pseudo-encyclopédie où prospèrent la propagande et l'irrationnel. Blog de réflexion sur la culture
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • alithia
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.

Moteur De Recherche

Archives

11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 14:00


L'auteur Paul Duguid

Professeur à l’université de Californie à Berkeley, a publié une étude sur Wikipédia et les limites de l’auto-organisation dans la revue en ligne First Monday, vol. 11, no 10, 2/10/06.

 

L'article en question date de 2006 (je l'avais mentionné) Paul Duguid a été interviewé par le Revue en ligne "Books" bien connue pour ses quelques articles d'analyses critiques de wikipedia réalisées par d'éminents professeurs.

 

Il se trouve que cet éminent professeur de la célèbre Université de Berkeley, après observation, formule un certain nombre  d'analyses de wikipedia faites de réserves et de critiques, fort proches des miennes.

 

Aussi bien pour la place privilégiée accordée par Google à wikipedia qui a donné à celle-ci une visibilité et une importance déraisonnables, que pour l'absence de fiabilité de wikipedia à qui on peut reprocher de ne pas rechercher  la vérité, juste la "neutralité" -ce qui ne veut rien dire et consiste à accumuler des opinions, justes ou fausses- et qui pour cela demande au lecteur de faire lui-même toutes les vérifications nécessaires, ce qui n'a pas de sens : exit donc le principe de neutralité sur lequel repose wikipedia. Il note aussi pour le déplorer que les vieux préjugés contre les titres et l’expertise continuent de prospérer, et que des décisions arbitraires continuent d’être prises.

 


Il  énonce une critique du livre de James Surowiecki La Sagesse des foules  en expliquant pourquoi cette fameuse sagesse intuitive existe dans certains cas, c'est à dire pour résoudre des questions pratiques, par exemple une foule de paysans évaluera bien le poids d'un cochon, mieux qu'un homme seul, mais la thèse n'est pas valable pour l'exposition de connaissances : si on ne connaît pas très bien l'oeuvre d'un auteur, on n'est évidemment pas capable de l'exposer et si on ne connaît pas un sujet on ne peut ni l'inventer ni le deviner -à la différence du poids d'un cochon exposé à la foire. Et ce n'est pas en intervenant pour rajouter une phrase de ci de là, éventuellement juste, mais sans souci de cohérence avec le reste, sans que personne n'assure l'harmonisation de l'ensemble de l'article, que l'on composera un bon article , rappelle-t-il.

 

Ce qui semble aller de soi.

 

Bref le problème de la fiabilité est un énorme problème de wikipedia, le principal, non résolu à ce jour, d'autant que n'importe qui peut infiltrer wikipedia, rappelle-t-il , comme je n'ai cessé de le dire. Cette absence de fiabilité est due au manque de compétence des rédacteurs, au manque de spécialistes pour superviser et harmoniser les articles entre eux - l'ensemble des articles sur un même thème représentent un vaste chaos, fait de redondances  extraordinaires et de lacunes énormes-  et à la possibilité de toutes les manipulations auxquelles elle est exposée, comme cela a été de nombreuses fois démontré.

 

Il donne des exemples de cette publication faite de n'importe quoi et de l'impossibilité à la corriger, à partir de sa propre expérience faite sur wikipedia, qui recoupe exactement la mienne : c'est celui qui connaît le sujet et qui corrige qui se fait effacer systématiquement ses rédactions et est perçu comme un gêneur, qui ne partage pas les préjugés ambiants et intervient avec des critères savants ou scientifiques mal tolérés.

 

 

Enfin, comme Umberto Eco, il assure que ce genre de publication fourmillante et chaotique ne bénéficie qu'aux catégories bénéficiant des plus hautes formations, car elles sauront s'en servir, faire le tri et éviter les pires aspects, tandis que les autres, défavorisées culturellement s'y noient et s'y perdent et ne sont pas en état de détecter erreurs et mensonges ou rédactions partisanes.

 

Je ne dis pas autre chose.

 

Preuve que les études universitaires ...

 

* * *

 

 

 

Extraits de l'interview donnée à Booksmag :



Wikipédia est devenue la première porte d’accès au savoir pour les internautes. Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ? Pensez-vous que Wikipédia exerce un réel pouvoir dans nos sociétés ?

C’est une question délicate. La première porte d’accès, comme vous dites, est de plus en plus Google et, pour diverses raisons, les pages Wikipédia tendent à apparaître dans les premiers rangs quand on fait une recherche sur ce moteur de recherche. Le pouvoir est donc, me semble-t-il, plutôt du côté de Google. Je trouve plus facile de lier la notion de pouvoir à une organisation ou une institution plutôt qu’à un être aussi informe que Wikipédia. Je ne dirais pas que le site lui-même exerce un pouvoir. Relèvent en revanche de l’exercice d’un pouvoir certains actes commis sur Wikipédia, comme l’utilisation de Wikipédia par des compagnies pharmaceutiques  ou encore par des hommes politiques (qui modifient l’article les concernant). Ce qui ne veut pas dire que Wikipédia soit neutre. La « neutralité du point de vue » (NPOV) dont elle se prévaut tend à nous désarmer quand nous cherchons à interpréter un article et permet à des individus et des organisations d’exercer un pouvoir d’une manière qui devrait tous nous préoccuper.

 



Qu’est-ce qui vous a conduit à vous intéresser de près à Wikipédia ?

Le hasard. En préparant un cours sur la « qualité de l’information », en 2006, je suis allé voir la page de Wikipédia sur Daniel Defoe. La date de naissance indiquée faisait problème (personne ne sait de manière certaine quand il est né), et j’ai changé le texte. Ma modification fut rapidement éliminée. J’ai alors relevé une douzaine d’erreurs dans les premiers paragraphes, et entrepris de les corriger. Ces interventions ont été considérées comme un acte de vandalisme et supprimées par une personne qui était, je crois, un expert de la ligne de bataille des navires pendant la guerre de Sécession, ou quelque chose de ce genre. Les justifications apportées par ceux qui éliminaient mes corrections m’ont paru des plus bizarres. J’ai fait de cet incident un sujet pour mes étudiants.

 


La charte éditoriale de Wikipédia pose que « le seuil d’inclusion dans Wikipédia est la possibilité de vérifier, non la vérité : c’est quand les lecteurs sont en mesure de vérifier que les données insérées ont déjà été publiées par une source sûre, pas quand nous pensons que c’est la vérité ». Que penser de cela ?

C’est un point éminemment problématique. En répondant à des critiques du genre de celles que je formulais sur l’article Daniel Defoe, Wikipédia m’a réclamé des citations. Je pense qu’ils voyaient là une solution simple et rapide, mais cela ne faisait que sortir le problème du périmètre de Wikipédia pour le transférer sur les sources. Mais demander au lecteur de vérifier et de justifier les sources est au-delà du raisonnable. Donc le recours à la citation est devenu un mode de résistance. On nous dit plus ou moins : si vous voulez changer cette phrase, lisez d’abord ce livre. L’article anglais consacré au concept important et complexe de « quatrième pouvoir » comporte ainsi une référence à un mauvais roman de Jeffrey Archer, qui porte ce titre. Si vous regardez aujourd’hui les citations fournies dans l’article sur Defoe, c’est un méli-mélo invraisemblable ; aucun des auteurs majeurs sur Defoe n’est cité. Mais on trouve dans le corps de l’article un long développement sur le livre d’un romancier, Tom Severin, lequel n’apparaît pas dans les citations et n’est guère considéré comme une référence.

 [...]




Le sous-titre du livre de Clay Shirky (lire « Le Web au service des dictatures » ) est « Le pouvoir d’organiser sans les organisations ». Ceci s’applique-t-il à Wikipédia ?

En analysant le monde des logiciels libres, j’ai été frappé par la part d’organisation cachée. De même, me semble-t-il, Wikipédia a généré une bonne dose d’organisation, dont on ne parle guère mais qui exerce une forte influence. En outre, les contributeurs exploitent évidemment divers éléments d’« organisation » : l’instruction qu’ils ont reçue, des livres, des articles, etc. Même extérieure au site, l’organisation joue un rôle. Je pourrais ajouter que des éléments de la page consacrée par Wikipédia à Clay Shirky semblent avoir été écrits de la même main que celle qui a rédigé son site Web : une « organisation » invisible vient servir la thèse qu’il n’y a pas besoin d’organisation…

 [...]

Selon l’« effet Mathieu » énoncé par le sociologue Robert Merton, les nouvelles ressources disponibles bénéficient d’abord à ceux qui en possèdent déjà le plus. Ceci s’applique-t-il à Wikipédia ?

Je pense qu’il est beaucoup plus facile de faire usage de Wikipédia quand on est équipé pour savoir là où elle a de bonnes chances de faire fausse route et pourquoi. L’effet Mathieu vaut de manière générale pour tous les projets de ce genre, comme le projet Gutenberg (6) ou Google Books (lire l'encadré : « Et Google Books ? »). Quand on prétend ouvrir à tous le champ de la compétence, on ne fait trop souvent que donner aux initiés une occasion supplémentaire de jeter de la poudre aux yeux.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Zardoz 15/02/2011 08:36



Trouvé ce matin sur le site du figaro. je trouve cela assez inquiétant après la BNF, voilà une autre institution qui livre gratuitement son savoir et sur les deniers publics:


"Un spécialiste, nommé en résidence pour six mois au château de Versailles, sera chargé de coordonner le transfert d'informations scientifiques, historiques"


Savoir qui sera détourné, peuetre déformé et qui est déjà revendu à Orange et à Facebook.



C.Hanna 14/01/2011 20:41



Merci beaucoup .



Zardoz 11/01/2011 17:31



Très intéressant. Merci à vous et à books pour cet entretien.