Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Observatoire

  • : wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • : observatoire de wikipedia qui se prétend une encyclopédie, sans spécialistes ni vérification d'experts, chacun peut écrire ce qu'il veut sous anonymat : une pseudo-encyclopédie où prospèrent la propagande et l'irrationnel. Blog de réflexion sur la culture
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • alithia
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.

Moteur De Recherche

Archives

7 mars 2007 3 07 /03 /mars /2007 11:11
Michel Serres & wikipedia
Mais qu'est-il donc arrivé à Michel Serres pour qu'il se lance dans la pub en faveur de wikipedia ?
 
* * *
L'autre jour, l'autre soir plutôt, en écoutant France-Info, voilà que j'entends Michel Serres s'enthousiasmer pour wikipedia. Stupéfaction ! Et pourquoi cela, Madame ? parce que, explique Michel Serres, la consultation est gratuite (1° argument qu'il répète plusieurs fois) et parce que la réalisation est collective. Et ? Et c'est tout !
Comme si la gratuité était par elle-même, et à l'évidence, une qualité positive, synonyme de quelque chose de bien, et susceptible de créer quelque chose de bien. C'est souvent le contraire qui est vrai (voir sur le blog l'article qui traite du sujet : Des effets de la gratuité dans le domaine de la culture ; à propos d’un livre.)
Bon Michel Serrres vant wikipedia parce qu'elle est gratuite et collective, très bien, et la question de la vérité ? Elle n'est pas abordée, et pour cause, puisque wikipedia ne s'intéresse pas à la vérité. On le sait, c'est un principe fondateur explicitement énoncé.
Wikipedia ne s'intéresse pas à la vérité.
Elle ose, carrément l'avouer : ça n'est nullement une vérité sur une question, qui est recherchée dans un article mais la soi-disant "neutralité", disent-ils, c'est à dire la succession de divers points de vue rassemblés sur chaque sujet. En principe tous les points de vue existants qui peuvent être rapportés pour avoir été énoncés quelque part, un jour, par quelqu'un, n'importe qui, hors de toute condition de validité ou de validation du sérieux de ce point de vue ont droit de cité et de citation. Telle est leur conception. Etrange n'est-ce pas pour une soi-disant "encyclopédie".
(on comprend à partir de là que wikipedia puisse se fabriquer par empilements de coupés-collés de textes pillés et reproduits avec plus ou moins d'intelligence et de finesse -plutôt moins, la plupart du temps car les copieurs ne comprennent pas forcément ce qu'ils copient-  et par accumulations  d'opinions, sans sélection : de la plus incongrue à la plus savante, toutes ont droit de cité, donc).
Cependant notre philosophe ne se pose même pas la question de la vérité et évite bien de la poser à propos de wikipedia.

A-t-on déjà vu un philosophe, consulté comme "expert" qui plus est sur les ondes, négliger complètement la question de la vérité ? La vérité n'est-elle pas ce qui intéresse chacun au plus haut point ? Car, si personne ne peut la dire, la vérité, car personne ne la détient, et personne ne la connaît toute entière n'en ayant jamais fait le tour,  et si aucun discours ne la contient car aucun ne peut la contenir, cependant tous, êtres parlants doués de raison et de désir, tous tiennent à la vérité, tous y sont attachés, tous la désirent et lui accordent la plus grande importance.
Pourquoi ?  car  nul ne veut être trompé et nul ne veut subir le mensonge. Nul n'a intérêt à se faire tromper, donc c'est la raison pour laquelle tous se portent d'abord vers la vérité , contre le mensonge et la tromperie, et tous veulent, pour eux-même al vérité.
Nietzsche vous explique cela fort bien.
Que ce soit pour d'autres raisons, telles celles qu'invoquent Platon ou Aristote , soit la vérité désirée en elle-même, car elle est bonne, et d'autres philosophes encore qui ont établi la supériorité de al vérité sur l'erreur, le mensonge et la tromperie, , en tout cas nul ne peut nier le désir de vérité, ni le lien qui nous y attache dans et par le langage
Dès que l'homme parle la vérité est en jeu : supposée, requise, référence pour quelque sens que ce soit, même avec le mensonge qui est un hommage rendu à la vérité .... A la vérité tout le monde tient et tous sont tenus par elle. Les meilleurs auteurs vous l'expliquent. C'est pourquoi il existe une éthique de la vérité valable pour tout discours, parce qu'adressé à l'autre et a fortiori pour tout  public , et a fortiori s'il se présente au nom de la connaissance : chacun étant attaché à la vérité et par la vérité,  et chaque discours posant le lien de chacun à la vérité, implique en conséquence une exigence de vérité, toujours présente , en référence. Car elle est attendue par chacun qui la veut et l'exige à bon droit. A bon droit, chacun entend ne pas être trompé. Et un discours qui s'annoncerait comme trompeur serait d'emblée invalidé et personne n'y croirait. La parole adressée à l'autre inclut toujours la dimension de la confiance. Et cela, personne ne peut le nier.
 En effet, pour les humains, il est une loi fondamentale, celle du langage qui nous fait savoir qu'il n'est de langage en acte qui  ne contienne une référence à la vérité pour exister comme tel.  Car, a contrario, un discours qui n'aurait aucun rapport, sous-jacent, à la vérité ne peut même pas exister : non seulement il ne pourrait être cru, mais il serait dépourvu de sens. C'est une impossibilité matérielle, que d'imagioner un discours qui n'aurait pas de rapport à la vérité, soit pour s'efforcer de la dire, soit pour la contredire et mentir. A tout discours, celui qui le reçoit, implicitement pose la question : cela est-il vrai ?
D'où l'omniprésence de la question de la vérité, qui est toujours présente dès lors que les êtres parlants parlent. Tout discours se soutient de la vérité.
Tous les philosophes n'ont cessé de dire ce genre de choses, et bien d'autres encore qui exercent leur raison dans d'autres disciplines (les dites "sciences humaines" comme on dit, linguistique, anthropologie, psychanalyse par exemple) comme on l'aura reconnu pour ces dernières lignes.

Tous, sauf Michel Serres. C'est pourquoi ma stupéfaction : qu'est-il arrivé à Michel Serres ?  Car il n'est plus philosophe quand il vante wikipedia et la juge (favorablement) en dehors de toute référence à la vérité. Il n'y avait là nul avis de philosophe, mais juste celui d'un quelconque groopie de wikipedia qui ne pensait en rien l'objet dont .il parlait.  Michel Serres ce jour là n'est pas intervenu en tant que philosophe.
* * *
Quant à son intervention, je la trouve franchement irresponsable. Car il est irresponsable de faire valoir ses qualités de philosophe (pour lesquelles il était convié à parler sur les ondes) pour s'exprimer comme n'importe qui, hors de toute spécificité et exigence qui sont celles de la philosophie.
Ce jour là, ça n'était pas un philosophe qui parlait, mais l'individu tombé en admiration devant l'"idée" de wikipedia : une réalisation collective, il adore. Sans être allé vérifier, à l'évidence, en examinant les résultats et les moeurs de ses joyeux participants aussi..
Sinon, il serait cynique (? ? ?) Question laissée en suspend.
* * *
Je pense en effet que Michel Serres n’est pas sérieux : ou il n’a pas pris le temps de lire avec suffisamment d’attention ce que produit wikipedia ; ou il se moque carrément de nous  ; ou il méprise à ce point le peuple, les non-intellectuels dont ça n’est pas le métier, (les non-lettrés), pour pouvoir considérer que cette bouillie wikipedienne est bien suffisante pour le peuple
 
1-soit il n’a pas pris le temps de lire avec suffisamment d’attention ce que produit wikipedia : car les articles de philosophie sont nuls pour la plupart, en histoire des sciences c'est pire encore –soit ses spécialités- quant au domaine de la politique et de l’histoire on a affaire à une propagande manifeste et cela ne peut échapper à aucun lecteur un peu perspicace.
 
2- soit il se moque carrément de nous car avec sa gratuité, soi-disant critère de validité, on atteint le grotesque et l’inconscience
 
3- soit encore il méprise à ce point le peuple, les non-intellectuels dont ça n’est pas le métier, (les non-lettrés), pour pouvoir considérer que cette bouillie wikipedienne est bien suffisante pour le peuple étant donné que ce dernier, selon lui toujours, ne lira jamais les vrais ouvrages sources et qu'il peut se satisfaire par conséquent de bribes de savoir mises bout à bout, n’importe comment, à partir de coupés-collés passablement arbitraires et approximatifs -quand ils ne déforment pas complètement le sujet, ce qui est très souvent le cas d’après ce que j’ai pu constater. En effet, on ne s’improvise pas diffuseur du savoir sous des formes populaires et accessibles à tous. Cela demande une grande connaissance des sujets traités, une grande clarté, une capacité à expliquer, un talent de pédagogue ou de diffuseur et... une éthique de la vérité , bien sûr, soit un engagement à ne pas tromper, pour que le lecteur puisse avoir confiance en la chose qui lui est enseignée. Alors que wikipedia , explicitement, s'avoue comme n'étant pas fiable)
 
4- ou Michel Serres serait tout cela à la fois (?)
 
Bref ce qu’a dit Michel Serres, me paraît être n’importe quoi… comme c'est le cas, on peut le vérifier à chaque fois, de tous ceux qui vantent wikipedia . Dès que quelqu’un cherche à vanter les mérites de wikipedia, il dit n’importe quoi, profère non seulement des choses fausses, mais des énormités qui se résument à peu près à « wikipedia c'est formidable, parce que je le trouve formidable ». Je n’ai jamais vu de bonne raison ni de bon argument en effet. Les seuls mérites invoqués, sont  toujours « gratuité » et « liberté d’y écrire comme on veut de manière conviviale »  avancées pour seules raisons d’y croire et de s’en féliciter. Toujours. Et il n’y a pas d’autre argument. Et puis tout cela sur fond du mythe de la correction par la collectivité dont il a été suffisamment démontré qu’elle ne fonctionne pas (évidemment) car elle ne peut fonctionner . Cela supposerait en effet, non seulement un comité de savants surveillant constamment les rédactions. Ce qui est impossibles matériellement vu l’extension de l’objet monstrueux aux millions d’articles et aux centaines de millions d'interventions sur les articles. Et par principe même puisqu’il n’y a PAS de comité de surveillance . Et il n’y en aura jamais : qui pourrait prétendre surveiller des millions d’articles sur chacun desquels il est possible qu’interviennent des centaines de modifications ? Matériellement impossible, c'est pourquoi il semble bien que Larry Sanger ne parvient pas à réunir des quantités de savants bénévoles qui passeraient leur temps à vérifier et corriger wikipedia, devenu un objet monstrueux : ni encyclopédie (je crois l’avoir montré) ni jamais fini ni stabilisé , sans frontières, infini, personne ne peut le corriger pour cette raison même.   
Personne ne peut . Mais personne ne veut aussi, parmi la communauté savante  : quel sens cela aurait-il de tenter de réformer-réécrire et vérifier un objet illimité ? Quel sens cela aurait-il de plus de s'attaquer au perfectionnement de cet objet en perpétuel changement où tout un chacun a le droit d'écrire et de réintroduire les erreurs et rédactions idéologiques après corrections des meilleurs ? Sauf à instituer une hiérachie, un comité de rédaction ayant autorité intellectuelle et responsabilité d'un plan de l'encyclopédie, et on reviendrait à une encyclopédie classique mais digne de ce nom.
Il faut prendre wikipedia comme un essai et un loisir mais qui a usurpé le titre d'encyclopédie et à ce titre, fonctionne comme un charlatan, se faisant passer pur ce qu'il n'est pas. 
Alithia
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

a 21/03/2007 04:39

Jacques Attali faisait il y a quelques temps sur Arte dans le "forum des européens" un analyse très critique de Wikipédia.Peut-être devriez-vous rechercher l'enregistrement de la vidéo ?

monk 09/03/2007 03:24

Intervention ridicule de Michel serres. Tout ce qu'il dit est faux : wikipedia ne se corrige pas, et la gratuité n'est aps un critère de scientiuficité. Son écriture ouverte à tous la rend dangereuse.

oui oui 08/03/2007 22:03

ça n'est pas brillant, de la part de Michel Serres, et ça n'est vraiment pas  compréhensible, de la part d'un philosophe, de soutenir et encourager  une entreprise de fast food , fast science façon wikipedia.

Kevin 07/03/2007 13:38

Dans d'autres pays que la France, certains philosophes refusent de parler de politique en tant que philosophes. Ils en parlent comme citoyens ; les méfaits de la parole d'autorité sont ainsi limités.Ce n'est pas le cas en France, où l'association de la philosophie et des intérêts les plus variés ne choquent plus grand monde. Les philosophes peuvent dire tout et n'importe quoi, sur tout et n'importe quoi, et être amis d'industriels, de politiques, avoir leur entrée dans la presse, etc.Autant dire qu'il n'y a plus grand monde qui sait ce qu'est un philosophe, et tout les soit-disants philosophes font des petits compromis avec leurs principes et avec l'esprit du temps. Au fond, quelle importance, se demandent-ils alors en eux-mêmes, ces derniers hommes.Ce qui manquent à des philosophes comme M. Serres, c'est une éthique, c'est cette fameuse loi que le philosophe se donne à lui-même, par un acte souverain d'indépendance qui exclu le compromis, la compromission et l'opportunisme.