Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Observatoire

  • : wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • : observatoire de wikipedia qui se prétend une encyclopédie, sans spécialistes ni vérification d'experts, chacun peut écrire ce qu'il veut sous anonymat : une pseudo-encyclopédie où prospèrent la propagande et l'irrationnel. Blog de réflexion sur la culture
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • alithia
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.

Moteur De Recherche

Archives

23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 17:20
Des effets et des conséquences de la gratuité, en particulier dans le domaine de la culture ; à propos d’un livre. 
 
              
Le public s’est habitué à la gratuité : téléphone gratuit grâce aux forfaits d’abonnements ADSL, de même que chaînes TV, communications gratuites y compris à travers le monde grâce aux mails et autres MSN, journaux gratuits bas de gamme distribués dans la rue et dans le Métro, accès gratuit aux media sur internet : consultation des journaux, ainsi que copies et piratages de musique, films , documents, articles, et livres maintenant . Tout cela est en passe de devenir gratuit sur internet, ce qui fait partie du programme et projet de wikipedia et Google (identiques tiens comme c'est curieux !) le dit Google venant de s’associer les services de YouTube qu’il a absorbé.
 
Chacun a constaté que le gratuit s’étend. Wikipedia en est un phénomène paradigmatique vu son succès, et qui serait soi-disant susceptible de participer de la démocratie en donnant accès libre et gratuit à la culture : c'est sa grande pub’ son grand argument, sa principale justification.
 
Le gratuit ruine des secteurs entiers de la culture –pour ne pas dire l’ensemble des secteurs de la culture
 
Mais qui finance cette gratuité ? comment ça marche ? et surtout quels sont ses effets ? Le financement par divers canaux de publicité et l’ouverture à de nouveaux échanges et commerces que permet internet sont connus. Ce qui l’est moins ce sont les effets de la diffusion gratuite , même si on les pressent, même si on en a déjà parlé , à savoir la ruine de secteurs entiers de la culture. Ce sont  : crise dramatique de la presse écrite et fermeture de titres ou menaces de fermeture (voir Libération après d’autres) , crise de l’édition, baisse de la lecture (soit de la lecture de « vrais livres »), mise en péril de l’industrie du disque, menaces sur le cinéma, et concurrence déloyale avec l’école, détournement des élèves, de leurs études, de la lecture : la fascination qu’exerce internet et les possibilités de communication qu’elle donne transforment complètement les habitudes culturelles et les loisirs. Les jeunes passent désormais une bonne partie de leur temps libre sur internet à « chater » avec les copains, sur les blogs, à s’amuser avec wikipedia. Et enfin on y arrive à celle-ci, enfin last but not least : apparition d’une fausse encyclopédie, fausse culture, fausse éducation, fausse information tout simplement et propagande éhontée pour toutes les causes les pires (extrémismes divers qui de manière diverses menacent la démocratie, les libertés, la  culture) : wikipedia un pur produit d’internet et de la gratuité, un nouveau loisir, un grand blog et un vaste forum, qui cherche à se faire passer pour une encyclopédie, et cherche à faire croire qu’elle contribue à la diffusion du savoir et de al culture, quand c'est exactement le contraire.
 
 
Quant aux effets du « gratuit » et aux effets d’internet : on lira avec intérêt un livre qui étudie ces phénomènes  : « La France en recomposition » de Jean-François Lhérété, Gallimard, novembre 2006.
 
 
« La gratuité peut sembler un principe très démocratique puisqu’elle permet à tout un chacun, quel que soit son revenu, d’accéder à l’ensemble des biens marchands. La réalité est exactement contraire » Elle est contraire, car elle aboutit à laisser à des secteurs privés le soin de réaliser les offres de qualité, pour laisser aux pauvres la piètre qualité du gratuit.
 
 
C’est ainsi que dans le domaine de l’enseignement et de la santé, où la gratuité  est généralisée, elle conduit tout naturellement à une pénurie de moyens qui se double de la prise de relais par des entreprises privées : ce qui est apporté par les divers accès gratuits à divers secteurs de l’activité culturelle, a pour résultat que cela peut être autant de retiré aux services classiques, au sein de l’école, soit diminution de l’offre d’encadrement public, les cours, les bibliothèques principalement, pour orienter l’enseignement de demain vers un recours généralisé à des pratiques interactives sur internet … à l’image de wikipedia : un grand chat vaudra mieux demain qu’un bon cours et de bonnes études
 
 
Diminution des moyens, cessation des financements publics, diminution de l’offre de service public, qui donnent lieu par ailleurs et conséquemment à des offres privées accessibles seulement aux plus riches. De nos jours on peut aussi s’inquiéter d’une certaine normalisation de cette gratuité qui doit beaucoup au développement d’internet, selon ce livre qui en donne les raisons et analyse le phénomène
 
"La France en recomposition", Jean-François Lhérété, Gallimard, novembre 2006.
Alithia

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Duchnock 22/10/2008 18:16

La verite va certainement etre mediane. L'acces à la culture, a la connaissance gratuitement (quel qu'en soit l'operateur) sera benefique pour l'Homme sage. Celui qui saura detacher le bon grain de ... Etant entendu que la Puissance Publique doit être garante de l'acces equilibré de la qualité pour tous.Quand on entend parler culture et connaissance doit toujours etre obligé de sortir son portefeuille ? Merci !