Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Observatoire

  • : wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • : observatoire de wikipedia qui se prétend une encyclopédie, sans spécialistes ni vérification d'experts, chacun peut écrire ce qu'il veut sous anonymat : une pseudo-encyclopédie où prospèrent la propagande et l'irrationnel. Blog de réflexion sur la culture
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • alithia
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.

Moteur De Recherche

Archives

7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 16:35
Nabile Farès, né en Algérie de parents Algériens, ancien membre du FLN et de l'ALN (sa branche armée) fait ses études en Algérie puis en France, d'anthropologie et de littérature comparée. Doctorat de sociologie et anthropologie . Doctorat de philosophie.
Il enseigne aujourd'hui la littérature comparée et est psychanalyste.

Nabile Farès écrit ce beau texte qu'il serait utile de lire par tous les wikipédiens qui massacrent dans leurs rédactions, aussi bien les thèmes religieux en rapport avec les 3 monothéismes, que la question politique de l'existence d'Israël en butte à l'impasse du refus de la reconnaissance de son existence par les Palestiniens et moultes pays arabes et moultes pays musulmans (1) .

Pour dépasser les héritages des trois monothéismes


Par NABILE FARÈS écrivain, psychanalyste.

Entre judaïsme et islam plusieurs histoires sont demeurées en suspens depuis si longtemps que ce temps ancien et passé affecte encore l’ensemble des juifs, des musulmans et des chrétiens, pour qui, d’une façon controversée et durable, sont impossibles - sans assujettissement, domination, effacement, guerres - des transmissions et filiations entre judaïsme et islam ou islam et judaïsme.


Si le judaïsme, l’islam et le christianisme ont en commun autant de schismes, de guerres internes et externes, il faut accepter et reconnaître que des trois religions celle qui a connu une relégation, une mise à l’écart, une persécution historique profonde et une tentative d’extermination, pendant plus de deux siècles, est bien le judaïsme. Et lui seul, même si durant la Reconquista Christiana, l’Inquisition, les musulmans furent persécutés, pourchassés, tenus de quitter les pays européens - l’Espagne, le Portugal, la Sicile et d’autres - où ils vivaient, travaillaient, écrivaient, se cultivaient, développaient les échanges, le commerce, les traductions, la culture.


Aujourd’hui, il semblerait que la transmission de la culture - et les trois religions en font partie - et le développement de la civilisation ne soient restreints qu’à un seul endroit, lieu de l’histoire événementielle et intellectuelle : l’Occident - avec un grand «O» évidemment et de plus un Occident restreint à l’Europe. Cette Europe qui fut prise dans cette ignominie nazie, aussi maudite et envahissante que la peste thébaine.


Comme si l’humanité qui n’est pas européenne n’avait pas, elle aussi, fait en sorte que de la culture et de la civilisation, soient possibles, indépendamment des guerres, des barbaries, des destructions toujours à l’œuvre. Comme si d’autres cultures, d’autres civilisations, n’avaient pas inventé des façons de vivre, de penser, n’avaient pas créé des œuvres qui figurent, heureusement, aujourd’hui, comme œuvres précieuses de l’humanité, dans de nombreux musées, certes comme vestiges et traces de disparitions toujours possibles.


Dans les monothéismes d’aujourd’hui - on notera le caractère paradoxal de l’expression d’un monothéisme à trois - existe cette prétention colossale et inachevée d’avoir été et d’être encore les seuls garants d’une humanité de l’humain, du divin. Ce qui permet assez allègrement de traiter «les autres» de barbares, sauvages, impies, inadapté(e)s à la cité, pleins de haine et bien d’autres choses encore.


Pour autant que l’on veuille bien parler de la civilisation, de son développement, des femmes, des hommes, en des termes appropriés et non pas de couverture idéologique néfaste, il est bon de rappeler ces authentiques et justes phrases de Lévi-Strauss prononcées lors des cérémonies à Washington du 200e centenaire de James Smithson ; phrases dites pour l’anthropologie… mais celle-ci ne s’occupe-t-elle pas précisément de l’histoire, de la civilisation, de la culture ? «L’anthropologie est née d’un devenir historique au cours duquel la majeure partie de l’humanité fut asservie par une autre, et où des millions d’innocentes victimes ont vu leurs ressources détruites avant d’être elles-mêmes massacrées, réduites en servitude, ou contaminés par des maladies contre lesquelles leur organisme n’offrait pas de défense. L’anthropologie est fille d’une ère de violence ; et si elle s’est rendue capable de prendre des phénomènes humains une vue plus objective qu’on le faisait auparavant, elle doit cet avantage épistémologique à un état de fait dans lequel une partie de l’humanité s’est arrogé le droit de traiter l’autrecomme un objet.»


Juifs, musulmans et chrétiens, tout aussi bien, sont convoqués, avec d’autres, à une reconstruction des transmissions religieuses et politiques, à une reconnaissance en partage de la vérité qui échappe, d’un dieu resté connu par les paroles et les livres, les histoires rapportées, mais inconnu. Dont l’inconnaissabilité ne peut être confondue avec un territoire, des territoires, une géographie ; dont l’inconnaissabilité et absence ne peuvent être tenues pour une catastrophe mais un gage de réflexion précisément sur la transmission, la filiation entre croyants et non-croyants. Sur le sens de l’humain, de l’inhumain en l’homme, d’une humanité commune en partage.

Plutôt que de témoigner d’une foi, d’une force, d’une croyance en la vérité religieuse, l’affrontement religieux, politique témoignerait plutôt de sa faiblesse, de sa peur, de son impossibilité à penser, comprendre, aimer, accepter l’absence de «ce» dieu et cette épreuve pour l’humanité.

Dans une interview donnée à propos de sa déportation à Ravensbrück, Germaine Tillion eut ces mots : «Pour se voir reconnu comme être humain il ne suffit pas de naître.» On pourrait ajouter : quelle histoire, pour le devenir, le rester ! L’existence, l’acceptation, la reconnaissance de l’Etat d’Israël est un pari actuel pour l’humanité, y compris pour les Etats dits arabes, dits musulmans, dits islamiques, compris.

On pourrait interroger les raisons, réticences, refus, et tabous qui feraient qu’on ne tolérerait pas, n’accepterait pas qu’Israël se considère comme un Etat juif, comme d’autres Etats se disent arabes, islamiques, à condition que soit enfin inscrite,dans la constitution qu’Israël aurait ainsi à promouvoir et proclamer - ceci étant valable et nécessaire pour les Etats arabes, islamiques, et autres - l’égalité des droits de participation et reconnaissance civile et civique pour toutes les personnes qui vivent et travaillent dans ces sociétés et ces états. Ceci pour le plus grand bien futur d’une humanité ayant dépassé les héritages, esclavages, colonisations, antisémitisme, racismes, méconnaissances, intolérances, catastrophes, toujours agissantes mais qu’on aimerait reconnues, acceptées et passées.

 

 

Alithia


(1) ce qui m'a fait, hélas, constater de lourdes tendances antisémites présentes chez les rédacteurs de wikipedia avec la bénédiction d'une communauté trop peu cultivée ou/et trop peu soucieuse d'objectivité, pour s'en apercevoir.

Partager cet article

Repost 0
Published by alithia - dans philosophie
commenter cet article

commentaires

Zardoz 30/09/2009 10:39


Ah j'oubliais. L'article a été proposé à la suppression: 
 http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Instinctothérapie/Suppression

Tout le monde ou presque vote pour sa conservation. Quand je pense que certains voulaient supprimer l'article sur Neda pour ne pas embarrasser le gouvernement iranien. 


Zardoz 30/09/2009 00:01



Je ne sais pas où le mettre alors je le mets là.
 http://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisateur:GCBurger

Pour résumer ce monsieur fondateur d'une croyance comme quoi l'homme doit manger cru et obéir à ses instincts (ce qui permet de justifier bien des choses) 
utilise wikipedia comme organe de propagande pour y présenter son CV et participer aux articles qui le concerne, sa bio et sa croyance, l'instinctothérapie.

Pour info Papillus est trainé devant les arbitres par Ataraxie parce qu'il "milite" pour traiter la cartomancie, l'instinctothérapie de manière rationnelle, c'est à dire en y apportant une
réflexion critique. Non mais mais il se croit où Papillis, rationnalité, regard critique... On ne veut pas de ça sur wikipedia



Zardoz 25/08/2009 09:58

Le fait de lire hier qu'Addacat était objective en matière de religion m'a donné envie de lire ce post que je n'avait que survolé. Je le précise d'entrée Addacat n'est pas du tout anti-sémite, ce serait même plutôt une philosémite si je puis me permettre ce terme. Non, c'est plutôt son rapport avec la religion catholique qui m'intéresse: Adddacat (qu'elle me le dise si je me trompe est ou a été étudiante en tghéologie catholique). Il est donc logique de penser que c'est une catholique engagée. Or, me semble-t-il s'il y a bien une réalité subjective en ce bas monde, c'est bien la foi, puisque s'il y avait des rpeuves objectives, il n'y aurait pas besoin de croire. Dans les commentaires sur votre post, le papev et les fachos:http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/article-30102328-6.html#anchorCommentComment, Addacat avait écarté toute information "critique" et repris la formulation de "mauvaise polémique" du quotidien Lacroix. Passons sur ce texte qui explique que son pretexte de liberté et de raison, les Lumières ont éloigné l'homme de la "Vérité" (sic)Je vous avais aussi parlé de cet article: http://fr.wikipedia.org/wiki/Oremus_et_pro_perfidis_JudaeisAdddacat  y défent la thèse de perfidis qui veut dire habituellement perfide en français dans le contexte de la prière du vendredi Saint Oremus et pro perfidis Judaeis, perfidis ne voulait pas dire perfide reprenant en cela la source très "objective" d'une oeuvre missionnaire catholique créée au XIXe siècle pour amener les Juifs français à se convertir au catholicisme, Notre Dame de Sion (au XIXe siècle, l'émancipation et le désir s'assimilation des Juifs a entrainé la multiplication des conversions): http://www.sion.org/juifsvendredisaint.htmBref, Addacat, en toute bonne cosncience défent sa foi. Après tout, c'est son droit. Mais le problème, c'est que défendant sa foi, elle prétend défendre la vérité et l'objectivité, empêchant toute approche pluraliste et critique au sens intellectuel du terme.  Sa méthode favorité est de décrédibiliser ses adversaires pour éviter tout débat intellectuel. On a vu le sort qu'elle a réservé à l'article Thomas d'Aquin sous pretexte qu'il faisait trop référence à des sources primaires, aucun débat sur le fond de l'article. C'est un peu bizarre de voir comment  un petit groupe de contributeurs avec l'aide d'un administrateur (Mogador) a propulsé une contributrice catholique engagée en égérie de la vérité et de l'objectivité en matière de religion. Et comme, l'Eglise catholique prétend avoir une opinion sur tout, comme les wikipediens, Addacat se permet sans preuve de prétendre qu'une contributrice en art contemporain (on est loin de la religion) est une usurpatrice qui a inventé ses diplomes mais se cabre quand un autre contributeur demande à celui qui affirme que Philippe Dubois est un canular, de citer les siens (même pas de le prouver)Bref on a compris, Addacat comme le pape, possède la vérité. Et non wikipedia ne cherche pas la vérité, ses contributeurs influents, ses administrateurs la possèdent. Dormez en paix, braves gens, on pense pour vous!!