Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Observatoire

  • : wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • : observatoire de wikipedia qui se prétend une encyclopédie, sans spécialistes ni vérification d'experts, chacun peut écrire ce qu'il veut sous anonymat : une pseudo-encyclopédie où prospèrent la propagande et l'irrationnel. Blog de réflexion sur la culture
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • alithia
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.

Moteur De Recherche

Archives

21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 11:14











Un article idiot "Etat policier"



Wikipedia et ses collaborateurs ignorent que l'Etat policier ou Etat de police est une définition classique du droit et accessoirement de la philosophie politique dont Michel Foucault, pour ne citer que les dernières études en date les plus importantes, analyse la naissance au XVIII°  siècle, et ses développements  jusqu'à aujourd'hui. 

En droit la définition classique de l'Etat policier  ou Etat de police que l'on retient  et qui figure dans tous les ouvrages de droit, est celle d'un Etat  dont l'administration n'est pas soumise aux règles de droit.  On oppose l'Etat policier à l'Etat de droit, son antonyme.
La définition classique  est donnée par Carré de Malberg (XIX°-début XX°) :

« l’Etat de police est celui dans lequel l’autorité administrative peut, d’une façon discrétionnaire et avec une liberté de décision plus ou moins complète, appliquer aux citoyens toutes les mesures dont elle juge utile de prendre par elle-même l’initiative, en vue de faire face aux circonstances et d’atteindre à chaque moment les fins qu’elle se propose »  .

A l’inverse, l’Etat de droit est « un Etat qui, dans ses rapports avec ses sujets et pour la garantie de leur statut individuel, se soumet lui-même à un régime de droit, et cela en tant qu’il enchaîne son action sur eux par des règles, dont les unes déterminent les droits réservés aux citoyens, dont les autres fixent par avance les voies et moyens qui pourront être employés en vue de réaliser les buts étatiques ».

Foucault reprend cette notion pour la travailler , en faire la généalogie et lui donner une extension nouvelle et par là ouvrir à une problématique nouvelle.


Selon Foucault cet Etat de police apparaît comme un Etat administratif  qui étend son pouvoir sur la vie des citoyens, réduits à l'Etat d'administrés  en somme, et dont l'Etat a l'ambition de s'occuper dans tous les aspects de leur vie. Il s'agit de cette forme d'Etat qui se met en place avec le capitalisme et qui consiste à étendre sa puissance en intervenant dans la vie des citoyens dont il tend à régir le quotidien sous tous ses  aspects, en prétendant assurer leur bonheur -cet Etat paternaliste dont parle Kant et qui est synonyme de despotisme selon la célèbre définition kantienne. 


C'est encore cet Etat de bien-être comme le dit la langue allemande (Wohlfahrstaat) qui prétend s'occuper de réaliser le bonheur des individus qu'il régit,  -individus qu'il transforme en sujets soumis, et auxquels il s'adresse en tant que tels- et sur lesquels il exerce son contrôle en s'immisçant dans leur vie privée, et sur lesquels il exerce un pouvoir idéologique. Cet Etat de police moderne,  qui au nom de la prise en charge de ses administrés étend son pouvoir tutélaire jusqu'au tréfonds de l'existence, selon les analyses menées par Foucault se révèle dans toutes les politiques de sécurité, hygiénistes et de prévention  des risques avec lesquelles l'Etat prend soin de votre santé , pour prendre des exemples. Tendances qui sont clairement accentuées ces dernières décennies et dont tout le monde est aujourd'hui conscient. 

Bref l'Etat de police est l'Etat moderne, tout simplement.

Foucault retrace la genéalogie de cet Etat  dont l'autorité prend la forme de la protection, par laquelle s'introduit son contrôle toujours plus grand sur les individus et sur la vie  privée. Ses travaux menés depuis  la fin des années 70 jusqu'à sa mort (1984) mettent en lumière le fait que cet Etat de police qui substitue le contrôle de la vie à la dialectique de la surveillance doublée de menace et de punition  [cf. Surveiller et punir, qui retrace la logique de l'Etat d'ancien régime] l'Etat moderne donc, se révèle être l'héritier de deux grandes logiques, deux grandes traditions qu'il prolonge : la pastorale chrétienne qui prétend prendre en charge les individus en vue de leur salut vers lequel il les guide, croisée avec l'idée de raison d'Etat. 


L'Etat de police, résultant du croisement de ces deux traditions, correspond à la gouvernementalité moderne. La notion  en question est le cadre même de la raison politique moderne, comme Foucault l'expose dans ses séminaires au Collège de France, qu'il tint jusqu'à sa mort, en particulier dans "Naissance de la bio-politique" .  Il montre  dans ce texte que l'Etat n'est pas l'accaparement de la force au service de la domination  ni donc pure violence, -produisant en cela une critique de la théorie marxiste de l'Etat qui compléte la critique de l'Etat libéral-  et il montre ainsi ce que signifie l'idée de gouvernementalité, soit un pouvoir qui est constitutif d'une certaine rationalité politique. L'Etat de police moderne est un mode de gouvernement qui produit des effets positifs par la conjugaison d'un ensemble  de puissances et de mesures, constitué de savoir, de contrôle et de coercition.

Ignorant tout cela, la définition classique et juridique de l'Etat policier qui oppose celui-ci à l'Etat de droit, aussi bien que les analyses de Foucault qui visent à faire ressortir la positivité de la constitution d'un ordre par son oeuvre de police, au sens étymologique, grec,  wikipedia fonce et brutalement balance que l'Etat de police est l'Etat totalitaire.
Malheureusement la notion d'Etat totalitaire a également un sens précis qui n'est pas exactement superposable comme son synonyme à l'Etat de police.

L'article de wikipedia écrit :

 


" Un État policier est un État autoritaire qui pour maintenir et faire respecter les prérogatives du pouvoir politique, utilise la police en particulier la police secrète, allant jusqu'à faire usage de moyens violents et arbitraires si nécessaire.

Un État policier se distingue spécifiquement par ses caractéristiques totalitaires".

Idiot, il ignore le sens étymologique de police [on parle bien couramment de moeurs policées pourtant].
Il ignore bien évidemment le sens d'Etat de police dans les travaux de Foucault.
Ignorant : il ignore la définition classique retenue par les juristes.
Idiot encore, il le définit par le fait de se donner une police : ce que fait tout Etat.
Idiot à la puissance la plus grande possible : il caractérise le fait pour un Etat de se donner une police, comme un signe de totalitarisme en parlant pour cette raison d'Etat totalitaire.
Ignorant bien entendu la définition d'un Etat totalitaire qui tient la société par la terreur.

Un article idiot et particulièrement ignorant donc.
Il ignore tout de l'histoire, et tout de la rationalité politique moderne .
Il confond  de plus Etat de police et Etat totalitaire. [pourquoi y a-t-il deux expressions distinctes en ce cas ? ]

Pas plus qu'on  ne connaît la philosophie politique, ni le travail de Foucault à wikipedia, pas plus n'a-t-on entendu parler de Hannah Arendt et  de son oeuvre majeure "Les Origines du totalitarisme" , ce qui n'empêche pas de se lancer dans la rédaction d'articles, très encyclopédiques comme on peut le constater.

Je peux ajouter que l'article "totalitarisme" de wikipedia est parfaitement médiocre, bien que classé "bon article" pour son volume je suppose, et le nombre des auteurs cités, mais certainement pas pour son contenu qui ne peut jetter de poudre aux yeux qu'à ceux qui ne connaissent pas le sujet. L'article est composé d'une rhapsodie d'opinions contradictoires, sans analyses ni synthèse de manière hélas typique de wikipedia, Sont déroulés des travaux présentés comme des opinions dont la présentation est  plus  que vague et qui rate les concepts et problématiques essentiels des analyses auxquelles il est fait allusion de manière superficielle et imprécise.

Quant à l'article sur "Les Origines du totalitarisme" de Hannah Arendt, il est tout simplement nul et quasiment vide.

Dans les deux articles, jamais ne sont présentés les concepts essentiels mis au point  par Arendt pour définir le totalitarisme , ni n'est précisé qu'il s'agit d'un système entièrement inédit, sans précédent dans l'histoire.

C'est difficile d'écrire sur des sujets qu'on ne connaît pas, comme chacun sait sauf les wikipédiens apparemment.


Alithia



Partager cet article

Repost 0
Published by alithia - dans articles idiots
commenter cet article

commentaires

Virginie 31/01/2011 19:13



Oh, ce n'est pas bien compliqué de citer une liste longue comme le bras de philosophes et de se prétendre soi-même philosophe !


Et depuis quand Einstein est philosophe ? Rappelez-le moi parce que je l'ignorais.


Mais, il est vrai que selon vous, tous les scientifiques sont des philosophes !



alithia 31/01/2011 20:47



Non ce n'est pas difficile de citer des noms, je vous l'accorde.


 


(vous parlez  bien sûr de l'article,  sur wikipedia, David
Monniaux un esprit grossier)


 


Mais il est déjà un peu plus précis de rappeler ce qu'est la philosophie et de le faire de manière pertinente.





Rappeler que la philosophie est théorie de la connaissance, théorie de la vérité dont elle définit la notion et le contenu,  -question reprise  constamment
au cours de l'histoire- théorie des sciences (épistémologie),  fondatrice  et constitutive des sciences durant toute l'histoire depuis les Grecs jusqu'à la période contemporaine où elle
n'est l'est plus que partiellement (mais partiellement seulement : allez voir du côté de la logique et des maths ce qu'il en est, sur la question du formalisme par ex. les mathématiciens se font
philosophes et les philosophes mathématiciens et ils interviennent au coeur même de la constitution de ces disciplines ), est déjà quelque peu consistant.





Outre cela qui est le fondamental et premier, elle est réflexion politique et théorie politique et éthique. Rappeler qu' elle est tout cela depuis ses origines
grecques théorie de la vérité et théorie politique et questionnement sur tous les domaines , depuis Socrat, est chargé de contenu.





De même rappeler qu'elle est de plus, théorie du droit depuis que le droit existe, soit depuis les Romains (voyez St Thomas en particulier qui va chercher chez
Aristote les principes philosophiques susceptibles de fonder le droit venu des Romains et traduit de manière à l'intégrer au christianisme, et toute la suite depuis le XVI° jusqu'à aujourd'hui),
également  théorie de l'histoire qu'elle fait entrer dans le domaine de la raison (Kant, Hegel, Marx, Foucault,...  ce qui a des effets sur les historiens et participe de la manière
d'écrire l'histoire),  et rappeler qu'elle donne à ces disciplines leurs fondements, leurs principes et leurs bases pour les initier et/ou en les constituant,  comme c'est aussi le cas
pour les sciences humaines : sociologie (Durkheim, Max Weber...) anthropologie, Levi-Strauss , ou qu'elle apprend à les connaître et/ou fait partie de leur constitution (voir la linguistique) ...
est doué de contenu.


 


De même rappeler qu'elle est éthique bien entendu (de Socrate à Spinoza en passant par Aristote, ce qui a aujourd'hui valeur de référence) et constitue des valeurs
pour l'existence,  interroge les comportements humains , sans oublier qu'elle est également théorie de la religion  etc. etc.  qu'elle pense l'art, la technique et tous les
problèmes qui peuvent intéresser les êtres pensants, qui s'interrogent, qui sont aussi des vivants politiques car ils vivent en société.


 


Donc ses questionnements n'ont pas de limites, mais supposent cependant de s'instruire des domaines sur lesquels portent ces questionnements et théorisations.


 


Rappeler cela suppose autre chose qu'une citation de noms, c'est rappeler à qui l'ignore ce qu'est la philosophie et pourquoi elle se trouve toujours auprès
des sciences et de tous les domaines de connaissance et de réflexion qui constituent la vie humaine.





Rappeler tout cela est  évidemment  autre chose que faire une liste (ce qui est en effet facile !). Le rappeler à un cuistre qui l'ignore, et  qui
montre son ignorance à partir de laquelle il se fait donneur de leçons, est évidemment une polémique, mais justifiée et un rappel élémentaire nécessaire  bien mérité quand on est à ce point
inconscient de ses effets comiques, comme l'est DM et qu'on prend tellement les gens de haut en usant exclusivement de coups bas.


 


 


Bref le rappeler est autre chose. Et citer de manière pertinente les raisons de ce que j'ai écrit  est déjà nettement moins facile .


 


Désolée de vous le dire une fois encore, mais c'est ainsi : il n'y a pas de sciences sans philosophie, soit une réflexion sur la science et
questionnement de celle-ci.





Car oui les grands scientifiques sont aussi des philosophes dans la mesure où, mathématiciens, physiciens, biologistes etc. ils ne font pas que développer des
connaissances, mais réfléchissent, à leur pourquoi et leur intérêt, à leurs fondements, leurs significations, leurs conséquences, ce qu'elles bouleversent, ce qu'elles réfutent, ce avec quoi il
faut polémiquer pour le réfuter, préciser là où est le vrai, où est le faux [tout cela que ne fait pas wikipedia et qui lui manque, car elle se contente de collages jusqu'à aboutir, souvent, à
des résultats ineptes]. Les grands scientifiques, les vrais scientifiques sont aussi philosophes, en effet ils entrent dans des débats d'idées, défendent les idées scientifiques
contre les idées fausses qui sont répandues dans l'opinion, ils aident à forcer au changement de représentations, ils formulent  les significations et conséquences des théories,  qui ne
sont pas données d'emblée. Ils  prennent parti dans les polémiques autour de la science pour éviter les incompréhensions, les utilisations indues, les déformations, les idées fausses. C'est
exactement un travail de philosophe et qui relève de la philosophie.


 


 


Donc évidemment Galilée fait de la philo aussi, il ne fait pas que balancer des équations (regardez comment sont écrits les Discorsi, il s'agit d'une confrontation
de 3 discours qui sont trois points de vue ; Galilée défend le point de vue de la science) évidemment Einstein aussi, regardez ses écrits, sa correspondance, ses interventions, voyez les sujets
sur lesquels il a écrit, s'est exprimé, ce pour quoi il a été aussi populaire du reste, voyez les prix Nobel tel F.Jacob par ex. etc. etc.


 


Quelle idée vous faîtes-vous donc de la philosophie ?
La travail auprès des sciences, pour les sciences, sur les sciences, le travail d'explication, de discussion des théories scientifiques ,  le travail d'études
de leurs conséquences , et d'interrogation sur les sciences et à partir des sciences c'est cela que fait la philosophie des sciences. Celle-ci est co,nstituée par les scientifiques autant que par
des philosophes, qui travaillent de manière complémentaire. 





  Les scientifiques exposent l'essentiel aux autres, grand public et autres savants mais qui appartiennent à d'autres disciplines et ignorent la spécifificité
des autres branches. Ils exposent, expliquent les résultats de leur domaine, pour faire valoir l'essentiel de leurs théories afin de préciser la limite entre le démontré et l'hypothèse et
préserver l'essentiel de ce qui est à comprendre et retenir, ils défendent les théories contre leurs adversaires -il y en a toujours- il s débattent aussi entre eux de questions relevant de
théorie de la connaissance, de philosophie -il y a diverses philosophies qui soutendent la connaissance et les sciences et l'idée qu'on s'en fait , plus ou moins justes, ça débat chez les savants
et ça se dispute philosophiquement  entre rationalistes et empiristes, deux courants philosophiques, correspondant à deux théories de la connaissance, de même entre
positivistes et rationalistes non positivistes - ils  prennent parti dans les polémiques autour de la science, bien entendu, pour éviter les incompréhensions, les utilisations ou
exploitations à contre-sens, idéologiques, politiques, les déformations intéressées, les idées fausses.  Car la science peut être exploitée, selon des intérêts industriels, économiques,
politiques, idéologiques, religieux etc. C'est exactement un travail de philosophe et qui relève de la philosophie. Ce que fit particulièrement Einstein précisément. Ce que font beaucoup de
biologistes aussi. Car il y a danger d'exploitation intéressée, politiquement dangereuse sur pas mal de points.


 


Bref la science exige d'être pensée et les grands scientifiques le font avec les philosophes, autant que les philosophes le font quand ils s'occupent de
sciences,  et les grands scientifiques le font  en se faisant
philosophes.


 


Que ça fasse ricaner les petits esprits comme on en voit à wikipedia et à sa tête,  -qui n'est pas mieux faite que sa base- n'y change
rien.





 


C'est exactement ce  travail indispensable d'histoire des sciences et de philosophie des sciences (épistémologie) qui rend les sciences passionnantes, qui est
nécessaire pour éviter incompréhensions et contres-sens,  pour rendre l'exposé des théories scientifiques intéressant et intelligent, et compréhensible apr un public non spécialisé dans un
domaine -soit à peu près tout le monde vu l'état des sciences aujourd'hui- c'est tout cela, qui relève de la philosophie -et de la philosophie des sciences- que wikipedia ne fait
pas .


 


C'est tout cela que firent Diderot et ses amis et collaborateurs pour l'Encyclopédie. Ce qui fit son excellence.


 


En revanche c'est tout cela, ce travail essentiel qui relève de la philosophie -soit l'épistémologie de toutes les disciplines-
que wikipedia ne fait pas .


 


C'est pourquoi ses exposés sont si plats, si bêtes et si ennuyeux dans le domaine des sciences, et de toutes les disciplines, quand ils ne sont pas simplement faux
dès lors qu'il s'agit d'une notion isolée au sein d'une théorie, en biologie particulièrement là où tout un chacun a un avis car c'est plus accessible que les maths  et surtout à cause des
conséquences idéologiques, politiques etc.  Là c'est l'horreur. La dernière des feuilles de choux n'écrirait pas ce qu'on trouve sur wikipedia.


 


L'inconvénient de prétendre publier une encyclopédie rédigée par n'importe qui est qu'on publie n'importe quoi. Et quand on voit le niveau de ceux qui composent
wikipedia, on en comprend la logique.


 


Bon enfin, j'ai épinglé un cuistre, mais je n'ai pas seulement fait une liste de philosophes, j'ai surtout invoqué des noms  de ceux -quelques uns parmi ceux,
très nombreux- qui contredisent intégralement ce qu'il dit et dont la pensée et les démonstrations interdisent de dire pareilles choses... sans se montrer bien ignorant d'une certaine culture et
totalement à côté de la plaque, dans le cas contraire où l'on ne profère que des bêtises. Ce qui est gênant quand on a autant de prétentions qu'en a cette personne sous prétexte qu'elle gère la
pub et l'image de wikipedia à son plus haut niveau (c'est sa fonction).


 


Pourquoi cela devrait-il vous énerver ?


 


Quand on ne sait pas -cela arrive à tout le monde de ne pas savoir, on n'est pas omni-scient, nul ne l'est aujourd'hui vu l'extension des sciences et des
connaissances- on a ou devrait avoir la sagesse de ne pas se prononcer et de ne pas feindre savoir sur les sujets qu'on ignore ou qu'on maîtrise mal. Mais c'est déjà ce qu'apprend la
philosophie.... C'est déjà le début de la sagesse et faire preuve de logique.


 



Virginie 31/01/2011 19:11



Et puis, vous dites vous-même que Foucault est l'héritier de la pastorale chrétienne.


Ce que je ne peux pas comprendre, c'est la façon dont vous vous emparez de chaque mot de Wikipédia pour le disséquer et y trouver je ne sais quelles absurdités là où, à l'évidence, il n'y a rien.


Un Etat policier est un synonyme d'un Etat totalitaire. Vous le savez mais, au moyen de votre pseudo-science - pas la philosophie, non la science que vous vous êtes inventée pour justifier vos
critiques -, vous coupez les cheveux en quatre pour prouver que Wikipédia s'est fourvoyé alors que vous vous fourvoyez vous-même en vous ridiculisant à chercher la petite bête pour alimenter un
blog de mauvaise qualité.



alithia 31/01/2011 19:46



Décidément vous ne savez pas lire.



Je n'ai évidemment pas écrit que Foucault serait " l'héritier de la pastorale chrétienne"


Reprenez tranquillement la lecture svp ça vous évitera peut-être de vous mettre en colère sur des objets inexistants.



Virginie 31/01/2011 19:03



Non, je ne me pense pas plus forte ; vous oui.


En revanche, j'essaye de pointer du doigt ce avec quoi je ne suis pas d'accord.



Virginie 31/01/2011 16:07



L'Etat-providence n'est pas un Etat qui prend en charge les individus pour les mener vers un quelconque salut.


La philosophie n'est pas mère de toutes les sciences à mon avis.



alithia 31/01/2011 18:11



C'est la Pastorale chrétienne qui prétend guider les individus vers leur salut. Essayez de lire avec un peu d'exactitude et de faire un effort de
compréhension.


 


Mais vous êtes sans doute beaucoup plus forte et meilleure connaisseuse du sujet que Michel Foucault, je n'en doute pas.



Virginie 31/01/2011 14:29



Pour information, je ne suis pas wikipédienne.


Mais je trouve absurde que vous accusiez Wikipédia de dénier le risque de contagion du VIH. Il n'en est pas question dans l'article.


 



alithia 31/01/2011 14:54



C'était le cas sur ce point lorsque j'ai rédigé mon article .


 


Mais comme vousle  savez, wikipedia c'est les sables mouvants, ce qui est écrit un jour ne l'est plus le lendemain et les meilleurs articles peuvent être
caviardés et le sont s'ils touchent à des opinions et croyances sur lesquelles chacun a envie de dire son mot  même s''il sagit de science, comme c'est le cas en biologie par exemple
.