Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Observatoire

  • : wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • : observatoire de wikipedia qui se prétend une encyclopédie, sans spécialistes ni vérification d'experts, chacun peut écrire ce qu'il veut sous anonymat : une pseudo-encyclopédie où prospèrent la propagande et l'irrationnel. Blog de réflexion sur la culture
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • alithia
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.

Moteur De Recherche

Archives

17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 12:20

Dans la série "ce que vous ne verrez jamais sur wikipedia"

La conception de l'histoire de Sarkozy, émotionnelle et parcellaire, qui paraît instrumentaliser les enfants de la Shoah et relever de conceptions communautaires dans la ligne de  ses précédentes prises de position sur la religion et la laïcité, est critiquée par les historiens, les syndicats d'enseignants, les associations, après la sévère mise en cause de l'idée par Simone Veil.



undefined

photo l'Internaute


En outre les professeurs n'apprécient guère que ce soit l'Elysée qui dicte les contenus d'enseignement et la manière de les mettre en oeuvre, contrairement à tous les usages et passant par dessus les institutions et les professionnels de l'enseignement sans aucune consultation .  voir ici les réactions.

La question se pose : le Président outrepasse-t-il les pouvoirs que lui donne la Constitution ? Et pourquoi toujours revenir à des idées qui semblent  chercher à toucher en chacun le membre supposé d'une communauté ?

Avec ces interventions, tout se brouille, les repères politiques, les règles qui régissent l'écriture de l'histoire, l'enseignement, et la liberté  que suppose les métiers  d'historien et de professeur, les règles de la démocratie, les principes de la laïcité, fondateurs de la République.


Une série de réactions.

des historiens et intellectuels :

Annette Wieviorka, spécialiste de l'histoire de la Shoah et petite-fille de déportés, s'est élevée contre la proposition de Nicolas Sarkozy : "Je pense qu'il y a quelque chose de réellement monstrueux de vouloir faire porter par un enfant de neuf, dix, ou onze ans la mémoire d'un enfant mort à une autre période", a-t-elle dit sur France Info.


L'historien Henry Rousso, a dénoncé un marketing mémorial Spécialiste de l'Occupation, il critique vivement la proposition de Nicolas Sarkozy de faire parrainer par chaque élève français de CM2 un enfant français victime du génocide des juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale.


Pour cet historien, "La nouvelle initiative apparaît incongrue, jetée dans l'espace public comme d'autres annonces présidentielles et le bruit médiatique vient, une fois de plus, troubler le respect et le silence des morts de l'histoire" . Il estime qu'il n'y avait nul besoin de relancer le travail de mémoire sur cet épisode de l'Histoire en France, où beaucoup a déjà été fait à ce titre. Par ailleurs, la méthode présidentielle est morbide et inutile …. le choix des enfants juifs exterminés pour être nés juifs n'est édifiant en rien, sinon de l'immense barbarie du XXe siècle", écrit-il."Une fois encore, seule émerge du passé une mémoire mortifère,qui  seule est digne d'être remémorée avec éclat une histoire criminelle …… le passé est devenu un entrepôt de ressources politiques ou identitaires, où chacun puise à son gré ce qui peut servir ses intérêts immédiats" a conclut l'historien.
 


Pascal Bruckner estime que la décision du président Sarkozy "n'ajoute rien, hormis du pathos". "C'est une initiative dangereuse», qui va faire dire, une fois de plus: « Y'en a que pour les Juifs »."La compassion, c'est dangereux", déclare-til en soulignant que l'"on confond mémoire et histoire" et que "ce qui doit s'enseigner à l'école, c'est l'histoire"

 


Jean-Pierre Azéma, membre du comité d'historiens "Liberté pour l'Histoire", a jugé cette initiative "scandaleuse, à tous égards". "C'est scandaleux", a-t-il déclaré "d'embrigader des élèves pour le culte de la mémoire des enfants juifs martyrs" et juge cette "obligation, imposée sans la moindre concertation par le pouvoir politique en place, insupportable et qui plus est, dangereuse et contreproductive"."Cela", a-t-il ajouté, "risque de déchaîner une concurrence victimaire, et, bien loin de réduire l'antisémitisme, de déclencher des réactions tout à fait opposées. Comme pour la loi de 1905 sur la laïcité, Sarkozy nous met la pagaille et ouvre la boîte de Pandore!"

 


Régis Debray juge cette idée …. "Déplacée car plus émotionnelle que pédagogique …..Ce ne peut pas être une obligation scolaire", a-t-il déclaré en soulignant que ce qu’il craint surtout, c'est une escalade des mémoires communautaires"."Qui empêchera la communauté noire de réclamer une commémoration de la mémoire de l'esclavage? a-t- interrogé …… Puis les Arméniens, les Maghrébins?" Pour Régis Debray, auteur en 2002 d'un rapport au ministre de l'Education nationale sur l'enseignement du fait religieux dans l'école laïque "l'idée de la laïcité implique un devoir d'abstention de la part de la puissance publique"."Les convictions religieuses sont de quelques uns, mais la République est à tous", a insisté Régis Debray.


Les syndicats enseignants
:

Le Sgen-CFDT,  l'Unsa, le Snuipp-Fsu, le Snalc , qui forment l'ensemble de l'échéquier des représentants des enseignants, regrettent l'initiative et la déplorent . Le Sgen considère que
le Président de la république a "recours à toute une série de fausses évidences pour résoudre les difficultés de l'école". Il pense également que "le rapprochement des termes 'instruction civique' et 'morale' rappelle fort malencontreusement l'affichage sur un même pied de la laïcité et des religions". [voir les réactions détaillées]

 


Les associations
:

associations luttant contre le racisme LICRA, Mrap, étudiants juifs UEJF, associations de parents d'élèves, collectifs de psychologues ou des individualités parmi les psychiatres, psychanalystes, psychologues etc. expriment leurs réserves.


D'autres hommes politiques, tels D. de Villepin, qui trouve l'idée "étrange", F. Bayrou qui déplore une décision irréfléchie, ou encore J-L Mélanchon, expriment leur étonnement sceptique à propos d'une telle soudaine initiative. Une décision irréffléchie que l'Elysée persiste pourtant à vouloir imposer "sans fléchir". 


 
voir cet article qui interroge : ce faisant le Président se comporte-t-il en chef d'Etat ou en directeur de conscience ?


Un article du Monde :


Le projet de parrainage d'enfants de la Shoah lancé par Nicolas Sarkozy lors du dîner annuel du CRIF continue à semer trouble et perplexité, y compris parmi les historiens du génocide ou les associations.
 


Emboitant le pas à Simone Veil, qui a fustigé une idée "inimaginable, insoutenable, dramatique et, surtout, injuste." plusieurs historiens ont dit leur malaise. "Je pense qu'il y a quelque chose de réellement monstrueux de vouloir faire porter par un enfant de neuf, dix, ou onze ans la mémoire d'un enfant mort à une autre période", a déclaré sur France info cette spécialiste reconnue de l'histoire de la Shoah et elle-même petite-fille de déportés. L'historien Henry Rousso a dénoncé dans une tribune dans Libération un "marketing mémoriel" : "Le bruit médiatique vient, une fois de plus, troubler le respect et le silence des morts de l'Histoire", écrit ce spécialiste de la Seconde guerre mondiale.



L'association Liberté pour l'histoire, qui regroupe plusieurs centaines d'historiens et enseignants, comme Mona Ozouf, Pierre Nora ou Jean-Pierre Azéma, a également fait part de sa réserve. Pour l'association, "quelque respectable que soit l'intention" de M. Sarkozy, cette initiative "substitue une démarche purement émotive à un apprentissage critique de l'histoire qui demeure le premier devoir des éducateurs".


L'Union des étudiants juifs de France (UEJF) a accueilli "de manière réservée" l'annonce de Nicolas Sarkozy, jugeant que la mémoire "ne se transmet pas par un processus d'identification." Elle préconise que ce travail soit fait "de manière collective et permette de tirer des leçons." La Licra doute également de la pertinence du projet. "L'enseignement de l'histoire de la Shoah ne saurait passer prioritairement par le recours à l'émotion", écrit l'association dans un communiqué diffusé vendredi. "Profiter de l'immaturité psychologique de jeunes élèves de CM2 ne nous paraît pas judicieux si c'est l'histoire qu'on veut leur transmettre. Est-il sage, à l'âge où l'enfant construit sa personnalité, de lui demander de s'identifier à un enfant mort?", demande la Licra. Le MRAP a également fait part d'un "profond malaise" face à un "tri sélectif des mémoires."


La PEEP, deuxième fédération de parents d'élèves, a estimé "préférable que la transmission de témoignages soit faite de façon collective et partagée".

source le Monde

Alithia

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Eva 23/02/2008 17:29

J-M Bouguereau, rédacteur en chef du Nouvel  observateur , écrit des choses proches. Mais ces  informations , citations et analyses ne figurent pas dans  wikipedia , dont l'article sur Sarkozy est exempt. Evidemment c'est pas wikipedia qui défendra jamais la laïcité lorsqu'elle est attaquée, ni les profs ni une idée républicaine et égalitaire de l'école  : [citation]COMME LES ELEVES qui, pour corriger une erreur, finissent par faire de grosses taches d’encre sur leur copie, Nicolas Sarkozy fait des pâtés pour corriger ses propres bourdes. Essayant, à l’occasion du dîner annuel du CRIF, de corriger les expressions de ses discours de Saint-Jean de Latran et de Riyad qui avaient suscité l’émoi du camp laïque, il a affirmé n’avoir jamais"dit que l'instituteur était inférieur au curé, au rabbin ou à l'imam pour transmettre des valeurs". Or, j’ai sous les yeux la phrase du discours de Latran où il estimait que "l'instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé"…Mais qui a jamais parlé de les remplacer ? Revenant sur la polémique née de ses propos sur la "laïcité positive", Nicolas Sarkozy a affirmé: "Jamais je n'ai dit que la morale laïque était inférieure à la morale religieuse (...) Je défends l'idée que les deux morales sont complémentaires". En fait, il y a chez le Président une étrange obsession de la religion. Pour lui, c’est une dimension obligatoire de l’être humain. Pour le Président bling-bling, pour le divorcé, devenu chanoine de St Jean de Latran, les religieux "témoignent d'une transcendance dont la crédibilité est d'autant plus forte qu'elle se décline dans une certaine radicalité de vie". Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais ! Son obsession de la religion, c’est que pour lui "le drame du XXème siècle n'est pas né d'un excès de l'idée de Dieu, mais de sa redoutable absence", ajoutant : "Si les religions sont impuissantes à préserver les hommes de la haine et de la barbarie, le monde sans Dieu, que le nazisme et le communisme ont cherché à bâtir, ne s'est pas révélé tellement préférable", comme si ces deux horreurs du siècle pouvaient s’expliquer aussi simplement. Cherchant sans doute à marier sa volonté d’ouvrir "les enfants à la dimension de Dieu" à la lutte contre l’antisémitisme, l’homme qui a reçu le colonel Kadhafi, a pris l’engagement de ne pas serrer "la main de gens qui refusent de reconnaître l'Etat d'Israël" ! Et pour faire bonne mesure, il a proposé que "tous les enfants de CM2 se voient confier la mémoire d'un des 11.000 enfants français victimes de la Shoah", car "rien n'est plus émouvant pour un enfant que l'histoire d'un enfant de son âge, qui avait les mêmes jeux, les mêmes joies et les mêmes espérances que lui". Le mot est lâché: "émouvant". L'Histoire doit être abordée par le biais des sentiments. C’est la répétition de la lettre de Guy Môcquet, alors qu’éduquer ne saurait être affaire d'émotion, comme l’ont rappelé enseignants et psychologues.Aujourd'hui un sondage indique que 85% des personnes sondées sont opposées à cette mesure faisant porter sur les épaules d'un enfant , un enfant juif mort dans les camps du fait des persécutions nazies. Wikipedia ne parle pas de cela. Est-ce que cela irait contre ses conceptions que de simplement retransmettre l'information ?

JOJO 17/02/2008 12:54

Sites web à surveiller pour réactions à venir ! http://www.lph-asso.fr/ http://www.uejf.org/