Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Observatoire

  • : wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • wikipedia ou le mythe de la neutralité
  • : observatoire de wikipedia qui se prétend une encyclopédie, sans spécialistes ni vérification d'experts, chacun peut écrire ce qu'il veut sous anonymat : une pseudo-encyclopédie où prospèrent la propagande et l'irrationnel. Blog de réflexion sur la culture
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • alithia
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.
  • Professeur de philosophie, j'ai découvert que WP s'adresse à la jeunesse mais que ses résultats sont problématiques pour une supposée encyclopédie. Rédactions erronées, déformations, tendance à la propagande. Une mise en garde.

Moteur De Recherche

Archives

7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 15:38
L'ambition de wikipedia à constituer le savoir mondial éclate au grand jour. Wales considère désormais que wikipedia est un instrument valable pour les études.

Après une  relative précaution passée, tempérant les prétentions de wikipedia à être une encyclopédie, qui reconnaissait son manque de fiabilité, Wales déclare ouvertement maintenant qu'elle est, selon lui, validée pour servir utilement aux études et il décide, à la place de l'université, qu'elle peut être citée dans les travaux universitaires. Juste quand le nombre d'avis contraires, émanant de diverses universités, écoles et bibliothèques, se multiplie.


la-reunion-d-lapierre.jpg

photo l'Internaute


Cette information provenant du Figaro :
 
" Jimmy Wales, le fondateur de l'encyclopédie en ligne Wikipedia, estime que son site a suffisamment amélioré sa fiabilité pour être utilisé par les étudiants pour leurs travaux universitaires, selon des propos rapportés par la BBC sur son site internet.

M. Wales a dit ne voir "aucun problème" à ce que les articles de Wikipedia soient utilisés comme références par les étudiants à condition que ces articles comprennent des citations exactes.

Mais les chercheurs "feraient mieux d'effectuer leurs propres recherches", au lieu de se reposer sur Wikipedia, a-t-il observé lors de la conférence "Online information" qui se tenait cette semaine à Londres.

En 2005, M. Wales avait reconnu que Wikipedia ne pouvait servir de base aux travaux des étudiants et ne devait être qu'une "première approche" en vue de recherches plus poussées sur un sujet. Mais la fiabilité de Wikipedia a fait de grands progrès depuis grâce à de nouvelles règles de publication et de vérification des informations" prétend-il


source


L'appétit mégalomaniaque du gourou qui entend transformer le monde avec son organe de révision de l'information et du savoir, n'a plus de limites.

Wikipedia est maintenant mise en position d'être considérée comme source première du savoir, et valable pour les études. Et, non pas selon l'estimation des professeurs, mais par le fondateur de wikipedia lui-même, qui occupe ici la place de la validation par les universités, que celles-ci lui refusent précisément. C'est le fabriquant du produit,
qui le dit. Ce produit qui est une véritable machine au service de la destruction de l'école et qui veut en prendre la place, comme le montre cette déclaration : wikipedia est une documentation pour l'étude, citable par les étudiants, et intégralement, demande-t-il encore.

On relèvera encore cette perle : "les chercheurs "feraient mieux d'effectuer leurs propres recherches", au lieu de se reposer sur Wikipedia".

Wales va jusqu'au point de signifier qu'à wikipedia s'effectue un travail, tandis que les chercheurs ne font pas leur travail !


Depuis qu'elle existe, wikipedia se nourrit bien évidemment du savoir déjà là, donc du travail des chercheurs. Mais sans le reconnaître. Elle pille ce travail sans le dire, s'autorisant à ce faire puisque d'abord elle refuse de reconnaître leur travail. Cette déclaration en est à elle seule la preuve. Et un bel exemple de la logique perverse  qui se pratique dans cette communauté alternative.

D'abord et par principe, wikipedia ne reconnaît pas le travail intellectuel. Elle peut ainsi ensuite d'autant mieux le piller,
qu'elle l'a premièrement nié.

Il est révélateur de l'état d'esprit de Monsieur Wales qu'il ose accuser les chercheurs de se servir de wikipedia au lieu de faire leur travail.


Alithia
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

DS 29/01/2009 10:09

Petites précisions à Jojo, qui est plus prompt à faire des recherches sur google qu'a essayer de comprendre :la phrase exemple qu'il donne sur Amar Ezzahi doit bien se trouver dans google... puisque c'est une citation! A moins que pour lui, citer une personne nécessite de changer ce que celle ci a dit....

jojo le fouilleur d'historiques 25/02/2008 15:38

considères tu les discussion en page personnelle sur Wikipédia comme de la correspondance ?et les noms réels non purgé des serveurs ? Tu sais qu'il n'y a aucune jurisprudence à cela...les historiques et leur plagiats sont publics -Un petit exercice facile...tu prend un article au hasard...tu regarde le premier edit et tu googlelise...tu cite le plagiat initial...à 5 sur 15 c'est du plagiat...sans sources...

alithia 25/02/2008 15:54

Ce qui est sur wikipedia est public. Quant aux vérifications de plagiats à partir de la vérification lors de la création d'articles, oui , c'est ainsi qu'il faut faire et ne te gêne pas pour en conner citation. Cela fait partie des problèmes de wikipedia et de ses méthodes qui peuvent lui être reprochées. L'histoire des noms et des serveurs, je ne comprends pas. la règle est qu'on ne cite de quelqu'un que ce qu'il a lui-même déclaré, identité, éléments de bio. Sauf pour les hommes publics, politiques, où le cas est légèrement différent, sachant qu'ils doivent déclarer les éléments de leur biographie, des journalistes peuvent vouloir vérifier qu'il n'y ait ni tricherie ni mensonges.  Mais c'est aprce qu'ils sont des hommes publics appelés à exercer des responsabilités publiques.Pour les personnes privées, leur vie privée doit être respectée. Donc un pseudo sur wikipedia doit être cité comme pseudo et pas le nom réel (en admettant qu'on le connaisse, sauf si le wikipedien, pour cause de représentation officielle de wkpd a donné son nom réel sous lequel il est intervenu publiquement. En ce cas, c'est public.Regarde sur internet  les sites juridiques, c'est intéressant et tu en apprendras beaucoup.

jojo le fouilleur d'historiques 25/02/2008 12:53

L’ambition de Wikipédia rime avec plagiat. Pas un jour sans plagiat…cela m’a valu d’ailleurs une menace d’un adminsitrateur de me poursuivre en justice de ne plus faire ce genre de constatation (qu’ils jugent diffamatoire. Je publierai bien le mail ici, mais j’ai pris bonne note de ne plus citer de nom… Sur l’article Amar Ezzahi (né Amar Aït Zaï le 1er janvier 1941 à Ain El Hammam, une localité proche de Tizi-Ouzou dans la région de la Grande Kabylie), maître de chaâbi incontesté et probablement l’un des artistes les plus piraté dans les sites de téléchargement destiné aux amateur de cette musique. http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Amar_Ezzahi&oldid=26701580   la violation du copyright sur une copie de  El Watan, un quotidien généraliste algérien en langue française fondé en 1990 par un groupe de journalistes issus d'El Moudjahid qui est depuis devenu le journal de référence francophone algérien.   http://www.elwatan.com/spip.php?page=article&id_article=28972   Il suffit de prendre le blok sur google Pour tomber là-dessus     Il animait des fêtes de mariage, parfois gratuitement et il ajoutait même parfois de sa poche des cadeaux pour les futurs mariés.   Le fameux texte volé par Wikipédia est ce dernier.   Amar Ezzahi Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aller à : Navigation, Rechercher Amar Ezzahi (né Amar Aït Zaï le 1er janvier 1941 à Ain El Hammam, Tizi-Ouzou) est un auteur et interprète algérien de chaâbi. Amar Ezzahi est considéré comme l'un des maîtres du blues algérois. Biographie [modifier] C'est en écoutant Boudjemaâ El Ankis, dans les années 1960, qu'il se découvre une passion pour le chaâbi. En 1963, il rencontre cheikh Lahlou et Mohamed Brahimi dit cheikh Kebaili (de Dellys) qui l'encouragent, lui remettent d'anciennes qacidates et lui indiquent les rythmes sur lesquels ces textes étaient chantés. Autodidacte, il apprend le chaâbi sur le tas. Il aura la chance d'avoir, dans son orchestre, durant quinze ans, un musicien de talent qui lui a transmis plusieurs qacidates : il s'agit de cheikh Kaddour Bachtobdji avec lequel il a commence à travailler dès 1964. Son premier enregistrement date de 1968. Ya djahel leshab et Ya el adraâ furent les deux premières chansons de son premier 45t. La musique et les paroles étaient de Mahboub Bati. En 1971, il enregistre trois 45t et en 1976, deux 33t. II compte trois chansons à la radio et quatre autres à la télévision. Son unique cassette Ya rab El I bad sort en 1982. Modeste, réservé, se confiant rarement, fréquentant souvent le café El Kawakib, Amar Ezzahi, l'un des plus brillants interprètes du chaâbi des années 1970, disparaît pratiquement de la scène artistique à partir de 1980 et n'est présent que lors des fêtes familiales. Il réapparaît le 10 février 1987 dans un récital à la salle Ibn Khaldoun à Alger pour s'effacer à nouveau. Depuis 2000, Ezzahi n'est plus réapparu en public, mais est devenu le "number one" en Algérie surtout après le succès de son album "Esmiralda". En 2002, le chanteur sera hospitalisé en urgence à l’hôpital de Baïnem pour une hyperglycémie. Il se rétablira, alors que l’ENTV - décidément son mauvais génie - l’avait annoncé dans un coma profond, puis pour mort, ce qui avait mis ses fans dans tous leurs états. « C’est honteux pour la télévision de dire de pareilles choses alors que Amar Ezzahi est conscient et reprend progressivement ses forces », ont-il tempêté après le faux scoop de l’Unique. Aujourd’hui, Ezzahi a délibérément choisi une voie marginale qui prive le chaâbi d’une incontestable valeur, qu’il serait regrettable de perdre. Mais comment le sortir de sa solitude et l’entraîner dans la folle ambiance du « heddi », lui le houaoui, le zaouali... Pour Boudjemaâ El Ankis, ce n’est pas faute d’avoir essayé « Pendant les concerts qu’on animait ensemble, il y a toujours eu cette formidable ambiance qui s’est transformée en nostalgie. Avec un seul orchestre, on faisait un carton. Amar est humain, profondément humain. Il animait des fêtes de mariage, parfois gratuitement et il ajoutait même parfois de sa poche des cadeaux pour les futurs mariés. Beaucoup de jeunes tentent de l’imiter, mais ils n’arriveront jamais à l’égaler, car il est unique dans toute l’acception du terme. » En 2007, il continue toujours vers les hauteurs. Dernière modification de cette page le 25 février 2008 à 12:32.Droit d'auteur : Tous les textes sont disponibles sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL). Wikipedia® est une marque déposée de la Wikimedia Foundation, Inc., organisation de bienfaisance régie par le paragraphe 501(c)(3) du code fiscal des États-Unis.   http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Amar_Ezzahi&diff=26701580&oldid=26701538 Je laisse le soin à Alithia de vérifier, afin de ne pas avoir de contestations consécutives …la version contestée est bien celle de Deep silence

alithia 25/02/2008 14:53

On peut citer des noms à quelques réserves près : que les propos ne soient pas diffamatoires, sinon c'est reproduire la diffamationqu'il n'y ait pas levé de l'anonymat lors que c'est le cas, celui-ci doit être respectéqu'il n'y ait pas viol de correspondance privéeMais si la personne sous son nom écrit sur le web, c'est citable.

Louis 11/12/2007 00:29

Et aujourd'hui le pouvoir de l'information est considérable : qui tient l'information, détient un pouvoir sur les esprits. A l'échelle d'internet ce pouvoir est inégalé. C'est pourquoi se faire passer pour une encyclopédie est malhonnête. Car lorsqu'on dit presse ou TV, il y a une (relative) pluralité et une (relative) distance sceptique. On est habitué. Et on a pris l'habitude de ne pas croire automatiquement. On compare, on a des sources dverses. Mais une publication supposée sérieuse, encyclopédie, au contraire on a tendance à s'y fier. En plus Wales en rajoute et donne des garanties. On se demande à quel titre du reste, lui qui n'a jamais été un enseignant ni un chercheur. Donc si certains groupes ont intérêt à gagner du pouvoir grâce à WP, bien sûr qu'ils le feront, quitte à verser leur obole et organiser leurs espaces protégés sur wikipedia. Wikipedia est exposée à toutes les manoeuvres plus ou moins organisées ou financées par des petites tractations avec ce bon Wales qui fait appel à toutes les bonnes volontés et toutes les bourses.

Lalocasorda 10/12/2007 23:51

Les sectes ont compris depuis longtemps l'impérieuse nécessité de disposer de capitaux très élevés. Cela leur permet d'assoir leur pouvoir, et de surcroît il s'agit pour elles de véritables assurances vie. Or, tous les dirigeants d'associations savent combien il est difficile de faire face aux frais qu'entraînent leurs activités bénévoles, avec comme seules ressources les cotisations des adhérents. Même la générosité de la puissance publique ne permet pas toujours les développements souhaités.